Ordre de Malte : lettre du Grand Chancelier sur le processus de réforme constitutionnelle

Ordre de Malte : lettre du Grand Chancelier sur le processus de réforme constitutionnelle

Dans le cadre de la réforme constitutionnelle en cours à l’Ordre de Malte, le Grand Chancelier a écrit une lettre qui revient sur ces aspects. Pour Albrecht Freiherr von Boeselager, les incompréhensions qui ont prévalu entre le groupe de travail du Délégué spécial S. Ém. le cardinal Tomasi et les représentants de l’Ordre s’atténuent à présent, surtout après les deux derniers jours de discussions communes. En particulier, nous avons reçu des garanties satisfaisantes qu’il n’y a aucune intention de porter, de quelque façon que ce soit, atteinte à la souveraineté et au droit d’autogouvernance de l’Ordre de Malte. Certains articles de la proposition de Constitution ont ainsi été modifiés en conséquence.”

Une clarification qui vise vraisemblablement à mettre fin à certaines polémiques relatives au souhait du Saint-Siège de limiter l’autonome de l’Ordre. En effet, l’Ordre de Malte est une structure sui generis qui dispose du droit de légation active (capacité à envoyer des représentants diplomatiques accrédités, y compris auprès du Saint-Siège) ; mais nullement du droit de légation passive (capacité à recevoir des représentants diplomatiques) dans la mesure où il de dispose pas de territoire. C’est une entité spécifique qui bénéficie de certains attributs souverains. L’Ordre est régi par une Charte constitutionnelle  ainsi que par un Code.

Excellences, chères Consœurs et chers Confrères

 

Permettez-moi de commencer en vous remerciant tous pour vos prières au cours de ces dernières semaines agitées et difficiles, tandis que nous nous efforçons de préserver les fondements de notre Ordre bien aimé. Dieu a écouté nos prières. Je suis convaincu que nous sommes maintenant sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de renforcer notre institution à travers une Charte constitutionnelle et un Code qui reflètent nos traditions et caractéristiques, fondamentales à l’accomplissement de notre mission.

 

Au cours de la dernière semaine, encouragés par l’engagement de Marwan Sehnaoui et de Peter Szabadhegy, que je voudrais remercier publiquement, nous avons été en mesure d’ouvrir et de renforcer nos communications aux plus hauts niveaux du Saint-Siège, recevant d’importantes garanties de la part du Saint-Père.

 

Les incompréhensions qui ont prévalu entre le groupe de travail du Délégué spécial S. Ém. le cardinal Tomasi et les représentants de l’Ordre s’atténuent à présent, surtout après les deux derniers jours de discussions communes. En particulier, nous avons reçu des garanties satisfaisantes qu’il n’y a aucune intention de porter, de quelque façon que ce soit, atteinte à la souveraineté et au droit d’autogouvernance de l’Ordre de Malte. Certains articles de la proposition de Constitution ont ainsi été modifiés en conséquence.

 

Au cours de rencontres conjointes, Mauro Bertero, Fra’ Alessandro de Franciscis et moi-même avons eu l’opportunité d’expliquer certaines questions de principe fondamentales, les particularités de notre Ordre et la nécessité de réélaborer le projet de Constitution et de Code présenté par le Délégué spécial. C’est dans cet esprit qu’a été fixée la date des 22 et 23 février pour une nouvelle réunion conjointe.

 

Hier, Marwan s’est entretenu en privé avec S. Ém. le cardinal Tomasi, ce qui leur a donné l’opportunité de clarifier certains points et de réaffirmer leur amitié et estime réciproque.

 

Au cours de la semaine écoulée, nous a été rappelé l’appel du Saint-Père pour le renouvellement spirituel de l’Ordre, et en particulier pour celui de nos membres Profès. En effet, il est réellement urgent d’atteindre cet objectif afin que l’Ordre puisse attirer de nouvelles vocations de membres actuels et futurs de l’Ordre qui désirent vivre une vie consacrée à travers la mission de l’Ordre, Tuitio Fidei et Obsequium Pauperum.

 

Je vous demande de continuer à prier dans les prochains jours et les prochaines semaines. J’ai bon espoir que la nouvelle atmosphère de collaboration et de confiance avec les plus hauts niveaux du Saint-Siège nous aidera à trouver les meilleures solutions pour aborder certains défis que l’Ordre doit affronter de façon rapide, collaborative et transparente. Je suis convaincu que, avec votre soutien, Marwan et Peter, en qualité de Président et de Vice-président du Comité de direction pour la réforme constitutionnelle de l’Ordre, seront en mesure de mener ce processus vers l’issue positive que nous désirons tous. Il sera essentiel de fournir aux Délégués de l’Ordre dans la Commission mixte instituée par le Délégué spécial le soutien dont ils ont besoin pour accomplir leur tâche.

 

Confraternellement vôtre,

 

Albrecht Freiherr von Boeselager

Source : site de l’Ordre de Malte

Articles liés

Partages