Ouganda : les temps sont mauvais pour les chrétiens

Ouganda : les temps sont mauvais pour les chrétiens

Bien que les musulmans ougandais ne constituent qu’environ 14 % d’une population à 84 % chrétienne, ces adeptes d’une religion dont on ne cesse marteler qu’elle est pacifique et tolérante, ne semblent pas être de l’avis de la doxa qui a cours sous nos latitudes. Les chrétiens en font de plus en plus les frais en Ouganda. La Constitution du pays proclame pourtant la liberté religieuse, la liberté de la répandre et le droit à changer de religion… Mais qu’est-ce que cela pèse face à la sharia d’Allah, toute entière sortie de l’inimitable coran ?

L es menaces des musulmans du village de Mazuba (district de Namutumba) ont entraîné l’arrêt du culte dans une église à moitié construite et poussé son pasteur à envoyer ses enfants dans une autre ville : « Les fidèles de l’église ont très peur pour leurs vies et ils ont cessé d’assister aux cultes », a déclaré le pasteur Maseruwa Budallah à Morning Star News. Ce pasteur, âgé de 55 ans, avait réinstallé sa famille à Mazuba voici cinq ans, après avoir fui la persécution des musulmans dans son village de Sironko à 70 km de là. En avril dernier, des musulmans de Mazuba avaient remarqué que quelques musulmans du village s’étaient convertis au christianisme et participaient aux cultes de l’église, et les écoliers musulmans avaient appris de leurs condisciples chrétiens que le pasteur avait quitté l’islam pour embrasser le christianisme. La rumeur qu’il était un converti de l’islam se répandit rapidement, et les écoliers musulmans commencèrent à harceler les huit enfants du pasteur, nous raconte Budallah. Comme les musulmans menaçaient de tuer leurs enfants, le pasteur et son épouse prirent la décision de les envoyer dans un pensionnat d’une autre ville. Au début de l’année, le pasteur avait fait don d’une partie de son terrain pour qu’on y construise une église. Toutefois, après la construction des murs, les musulmans ayant ISSN : 2426-3559 appris qu’il était un converti de l’islam, empêchèrent la poursuite des travaux. En plus de s’opposer au pasteur – en lui demandant de stopper la construction et de cesser le culte –, ils lui envoyèrent des messages de menace. « Nous connaissons tes manigances et ton intention de construire une église pour convertir nos fidèles au christianisme », lui écrivirent-ils dans une lettre du 8 mai. « Si tu continues à construire ton église, ce sera au péril de ta vie et de celle des fidèles de ton église. » Le Pasteur Budallah a également reçu des messages de menace de sa famille restée à Sironko. « Tu as refusé de revenir et nous avons entendu dire que tu construisais une église pour les infidèles », liton dans un SMS. « Sache qu’Allah va bientôt s’occuper de toi : tu ne la finiras pas et tu ne pourras pas y prier. »

Morning Star News, 13 juillet – © CH pour la traduction.

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Articles liés

Partages