Pape François : “c’est dans le confessionnal que j’ai compris le drame de l’avortement”

C’est dans le confessionnal que j’ai compris le drame de l’avortement », a confié le pape François à la presse international dans le vol du retour de Panama (27-28 janvier 2019) où le pape a passé -cinq jours (23-27 janvier) pour la Journée mondiale de la jeunesse. Il parle de l’importance de « la réconciliation avec l’enfant non-né ».

Andrea Tornielli, directeur éditorial du Dicastère pour la communication, propose une synthèse des paroles du pape pendant cette conférence de presse de 50 minutes, dans les colonnes de Vatican News en italien ce lundi 28.

Le pape répond à des questions sur avortement, abus, et le Venezuela : « Pour comprendre le drame de l’avortement, il faut rester dans le confessionnal et aider les femmes à se réconcilier avec leur enfant non né. »

Voici la réponse complète à la question sur l’avortement.
AB

Pendant le Chemin de Croix, un jeune a prononcé des paroles très fortes sur l’avortement : « Il y a une tombe qui crie au ciel et qui dénonce la terrible cruauté de l’humanité, c’est la tombe qui s’ouvre dans le ventre des mères… Que Dieu nous accorde de défendre la vie avec fermeté et de faire que les lois qui tuent la vie soient annulées pour toujours ». C’est une position très radicale. Je voudrais vous demander si cette position respecte aussi la souffrance des femmes qui sont dans cette situation et si elle correspond à votre message de miséricorde.

Le message de la miséricorde est pour tous, y compris pour la personne humaine en gestation. Après cet échec, il y a la pure miséricorde. Mais une miséricorde difficile parce que le problème n’est pas de donner le pardon, mais d’accompagner une femme qui a pris conscience qu’elle a avorté. Ce sont des drames terribles. Lorsqu’une femme pense à ce qu’elle a fait… Il faut être dans le confessionnal, là tu dois donner la consolation et c’est pour cela que j’ai accordé à tous les prêtres la faculté d’absoudre l’avortement par miséricorde.

Bien souvent, mais toujours, elles doivent « rencontrer » leur enfant. Moi, très souvent, quand elles pleurent et qu’elles ont cette angoisse, je leur conseille ceci : ton enfant est au ciel, parle avec lui, chante-lui la berceuse que tu n’as pas pu lui chanter. Et là, se trouve un chemin de réconciliation de la maman avec son enfant. Avec Dieu, la réconciliation est déjà là, Dieu pardonne toujours. Mais elle doit aussi élaborer ce qui s’est passé. Le drame de l’avortement, pour bien le comprendre, il faut être dans un confessionnal. Terrible. »

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

Source : Zenit.org

Cher lecteur
Chaque jour, Infocatho vous fournit des nouvelles pertinentes de l'Église catholique au sens le plus fort du terme, à travers les actions concrètes de chacune des Eglises locales.
Infocatho a besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.
Il faudrait que d’ici le 31 décembre 200 personnes donnent 50 € pour financer Infocatho.
Pourriez-vous être une de ces personnes aujourd’hui ?
L’équipe de Infocatho

Faire un don

Website:

Comments are closed.