Pape François : pas d’homosexualité dans le clergé (extraits de “La force de la vocation”)

Extrait de “La force de la vocation”

Le pape François : non aux prêtres homosexuels

Il est opportun de prendre en compte la maturité humaine et émotionnelle des candidats.

Nous publions un extrait du livre “La force de la vocation”. Le texte fait partie du chapitre intitulé “Bien gérer les limites” dans lequel la question de l’homosexualité est traitée. Dans le volume, François répond aux questions du religieux clarétain Fernando Prado.

Y at-il des limites qui ne devraient pas être dépassées dans la formation ?

C’est évident. Quand il y a des candidats avec des névroses et des déséquilibres graves, difficiles à canaliser, même avec une aide thérapeutique, il ne faut les accepter ni au sacerdoce ni à la vie consacrée. Nous devons les aider à suivre d’autres chemins, sans les abandonner. Nous devons les diriger, mais nous ne devons pas les admettre. Nous nous souvenons toujours qu’il s’agit de personnes qui vivront au service de l’Église, de la communauté chrétienne, du peuple de Dieu. N’oublions pas cette perspective. Nous devons veiller à ce qu’ils soient en bonne santé psychologique et émotionnelle.

Ce n’est un secret pour personne que, dans la vie consacrée et dans le clergé, il y a aussi des personnes à tendance homosexuelle. Qu’en est-il ?

C’est quelque chose qui m’inquiète, car peut-être qu’à un moment donné, le problème n’a pas été bien traité. Toujours dans la ligne de ce que nous disions, je dirais que dans la formation, nous devons prendre grand soin de la maturité humaine et affective. Nous devons sérieusement discerner et écouter la voix de l’expérience vécue par l’Église. Lorsque le discernement n’est pas pris en compte dans tout cela, les problèmes grandissent. Comme je l’ai déjà dit, il se peut que pour le moment elles ne soient pas évidentes, mais elles se manifestent plus tard. L’homosexualité est une question très grave, qui doit être discernée correctement dès le début avec les candidats, si tel est le cas. Nous devons être exigeants. Dans nos sociétés, il semble même que l’homosexualité soit à la mode et cette mentalité, d’une certaine manière, affecte également la vie de l’Église.
J’ai eu devant moi un évêque scandalisé, qui m’avait dit qu’il s’était rendu compte que, dans son diocèse, un très grand diocèse, il y avait plusieurs prêtres homosexuels, et qu’il devait faire face à tout cela en intervenant avant tout pendant leur formation afin de former un autre clergé différent. C’est une réalité que nous ne pouvons pas nier. Les cas ne manquent pas non plus dans la vie consacrée. Un religieux m’a dit que lors d’une visite canonique dans l’une des provinces de sa congrégation, il avait été surpris. Il a vu que de bons jeunes étudiants et même des religieux qui avaient déjà fait leurs voeux étaient homosexuels. Lui-même avait des doutes sur la chose et m’a demandé s’il y avait un problème avec ça. “En fin de compte – at-il dit – ce n’est pas si grave ; ce n’est qu’une forme d’expression d’affection “. C’est une erreur. Ce n’est pas simplement une expression d’affection. Dans la vie consacrée et dans la vie sacerdotale, ce genre d’affection n’a pas sa place. Pour cette raison, l’Église recommande que les personnes ayant cette tendance enracinée ne soient pas acceptées dans le ministère ou dans la vie consacrée. Le ministère ou la vie consacrée ne sont pas leur place. Les prêtres, les religieux et les religieuses devraient être exhortés à vivre pleinement le célibat et, surtout, à être parfaitement responsables, en essayant de ne pas créer de scandale dans leurs communautés ou dans le saint peuple fidèle de Dieu en vivant une double vie. Il vaut mieux qu’ils quittent le ministère ou la vie consacrée plutôt que de vivre une double vie.

S’agissant de la formation continue, la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique semble percevoir un certain intérêt pour les cas d’hommes et de femmes qui ont déjà déjà prononcé leurs engagements qui ont abandonné la vie consacrée ou le ministère … Comment soutenir la formation continue ? Comment aider à maintenir sa vocation en temps de crise et de difficulté ?

Je reviens aux quatre piliers susmentionnés : la prière, la vie en communauté, l’étude et l’apostolat. Ils doivent être soutenus dans ces quatre dimensions, mais toujours accompagnés. Le religieux ou les religieux doivent essayer de marcher avec le compagnon plus âgé ou avec un compagnon qui a plus d’expérience. La société est nécessaire. Il faut aussi demander la grâce de savoir accompagner et écouter. Dans la vie consacrée, à plusieurs reprises, l’un des plus gros problèmes d’un supérieur ou d’un supérieur provincial est de veiller à ce qu’un frère ou une sœur ne soit seul ou ne marche seul. Quoi de neuf ? Personne ne l’accompagne ? Après tout, on ne peut pas grandir dans la vie consacrée ni se former sans l’accompagnement de sa personne. Nous devons veiller à ce qu’aucun religieux ou religieux ne marche seul. Et ceci, évidemment, ne s’improvise pas. C’est une habitude qu’il faut prendre au noviciat. Il est bon de s’y habituer, car si on n’a pas une bonne compagnie, on peut en trouver une mauvaise. Les personnes seules ne peuvent pas marcher. Une personne consacrée doit rechercher une compagnie de ce type, l’accepter… une compagnie qui la contrariera, qu’elle pourra écouter. Il n’est peut-être pas facile de rencontrer la personne idéale, mais il y a toujours quelqu’un qui peut jouer un peu le rôle de “grand frère”, avec qui vous pouvez parler et vous confier.

Via Belgicatho

Cher lecteur
Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.
Il faudrait que je trouve 10 000 € d’ici la fin de l’année. Il suffirait que 200 personnes donnent 50 € pour financer Infocatho.
Pourriez-vous être une de ces personnes aujourd’hui ?
L’équipe de Infocatho

Faire un don

Website:

Comments are closed.