Quand le pape pourfend la théorie du genre et ceux qui la propagent

Pape François : Il est « terrible » que les enfants apprennent qu’ils peuvent choisir le genre

Le pape a déclaré aux évêques polonais qu’il existe des institutions puissantes qui financent la diffusion de la théorie du genre dans les écoles

Le pape François a déclaré que ce qu’il appelle la théorie du genre – « que chacun peut choisir son propre sexe » – est « l’exact opposé » de la création de Dieu.

Lors d’une rencontre avec les évêques polonais lors de la Journée mondiale de la jeunesse, dont la transcription a été publiée par le Vatican, le Pape a déclaré qu’il y avait des institutions puissantes qui ont financé la propagation de la « théorie du genre » dans les écoles.

Le pape a également déclaré qu’il avait discuté du sujet avec le pape émérite Benoît XVI, qui a déclaré à son successeur : “Votre Sainteté, nous vivons une époque de péché contre Dieu le Créateur”.

Le pape François a déclaré que ce péché bénéficiait souvent d’un soutien financier auprès de « pays très influents » : une forme de « colonisation idéologique », a déclaré le pape, ce qui est « terrible ». (…)

Francis a déclaré aux évêques polonais : « Aujourd’hui, on enseigne cela aux enfants à l’école : que tous peuvent choisir leur propre sexe. Et pourquoi enseignent-ils cela ? Parce que les livres proviennent de gens et d’institutions qui donnent de l’argent », a-t-il déclaré.

« Dieu a créé l’homme et la femme ; Dieu a créé le monde tel qu’il est et nous faisons exactement le contraire. “

Le pape a fait le lien entre la théorie du genre et l’exploitation des êtres humains et du monde naturel. Il a suggéré que les deux provenaient d’un manque d’appréciation de la dignité conférée par Dieu à l’humanité. “C’est un problème mondial : l’exploitation de la création et l’exploitation des personnes. Nous vivons à un moment où l’humanité, en tant qu’image de Dieu, est anéantie “, a déclaré le Pape.

Il a déclaré que cette exploitation conduit aux guerres et à la pauvreté, et par voie de conséquence à la crise des réfugiés.

Dans son encyclique Laudato Si, le pape a également fait le lien entre l’exploitation économique et la « théorie du genre ». Il a critiqué le désir de supprimer la différence sexuelle “, en disant :” penser que nous jouissons d’un pouvoir absolu sur notre corps conduit, souvent subtilement, à penser que nous jouissons d’un pouvoir absolu sur la création “.

Les commentaires du pape sur l’exploitation sont venus suite à une question de l’évêque auxiliaire Krzysztof Zadarko de Koszalin-Kolobrzeg, qui a demandé comment aider les nombreux migrants à venir en Europe et qui pointait « la crainte d’une éventuelle invasion ou agression qui paralyse la société ».

Le pape Francis a déclaré que la réponse de chaque gouvernement devrait dépendre « de la situation propre à chaque pays et à chaque culture ». Mais il a déclaré que tout le monde doit “avoir un cœur ouvert prêt à accueillir … C’est sans condition !”

Lors de la Journée Mondiale de la Jeunesse, le pape a exhorté la Pologne à « accueillir les personnes qui fuient les guerres et la faim », des déclarations considérées comme un défi pour un pays où existe une forte opposition publique à la migration de masse.

Au cours de la réunion, le pape François a répondu aux questions de quatre évêques, la première de l’archevêque Marek Jedraszewski de Lodz qui a demandé au pape comment l’Église pouvait répondre à la « culture contemporaine athée-libérale ».

François a mis en garde contre une « spiritualité subjective sans le Christ » et a déclaré que, pour amener le Christ aux gens, les évêques et les prêtres doivent être proches du peuple.

Il a donné l’exemple du pape saint Jean-Paul II, qui, en tant que prêtre en Pologne, voulait voyager avec les étudiants de l’université dont il avait la charge, les emmenant à la montagne et pratiquer le sport. Il voulait les écouter, il était avec les jeunes “, a déclaré François.

 

Du site du Catholic Herald (traduction par Belgicatho)

Comments are closed.