Paris – Un film pour (re)découvrir sainte Bakhita, canonisée par Jean-Paul II

Mercredi 1er février – Saint Louis d’Antin

CINE-MERCREDI : BAKHITA, de l’esclavage à la sainteté

 

Film de Giacomo Campiotti
Un film qui raconte la vie de cette jeune esclave soudanaise, vendu à un marchand italien, et qui découvre peu à peu la foi chrétienne en Italie. Décédée en 1947,
elle est canonisée en 2000 par le pape Jean-Paul II

14h30 et 17h – Auditorium (1ère et 2ème parties)
tarif : 4 euros

Chez sainte Joséphine Bakhita, nous trouvons un brillant défenseur de la véritable émancipation. L’histoire de sa vie inspire non pas l’acceptation passive, mais la ferme résolution à oeuvrer de façon effective pour libérer les jeunes filles et les femmes de l’oppression et de la violence, et pour leur restituer leur dignité dans le plein exercice de leurs droits.

Voici ainsi résumée, par saint Jean-Paul II le jour de sa canonisation en 2000, la vie de Joséphine Bakhita (1869-1947). Et il ajoute : “Cette sainte fille d’Afrique montre qu’elle est véritablement une enfant de Dieu : l’amour et le pardon de Dieu sont des réalités tangibles qui transforment sa vie de façon extraordinaire“.

De l’esclavage à la sainteté“, tel est le titre de ce téléfilm réalisé par Giacomo Campiotti. Un téléfilm biographique qui retrace le destin insoupçonnable de cette soudanaise – interprétée par  Fatou Kine Boye – arrachée aux siens à seulement 9 ans, puis revendue à un marchand vénitien. La jeune africaine surmontera tous les obstacles – esclavagisme, déportation en Italie, lynchages – par l’amour du prochain et le pardon de ses ennemis. Grâce au Père Antonio, curé de la paroisse italienne, elle découvrira la foi chrétienne et recevra le baptême à 21 ans.

Lors de son affranchissement, elle choisira la vie religieuse où, cinquante ans durant, elle rayonnera d’un amour plein d’humilité et d’une grande miséricorde. Ce film retrace la belle histoire d’une amoureuse de Dieu qui dira dans un dernier souffle : “Lorsqu’une personne aime beaucoup une autre, elle désire ardemment l’approcher, donc pourquoi craindre tellement la mort ? La mort nous emmène à Dieu“.

Source : KTO

 

Comments are closed.