Parution d’un rapport sur la persécution religieuse en Asie

UCA lance un rapport des persécutions religieuses

On the Edge,  un rapport complet sur la liberté religieuse à travers l’Asie, a été présenté à Yangon, en Birmanie, le 14 octobre dernier.

Nous apprenons que UCA News, leader asiatique des sites web d’actualité catholique, a publié un rapport d’état complet sur la liberté religieuse à travers l’Asie.

On the Edge est le premier d’une série de rapports annuels sur l’état de la persécution religieuse, par les gouvernements ou d’autres religions. C’est la première fois qu’une telle évaluation est menée en Asie sur le sujet ; elle est publiée par un groupe possédant d’incomparables ressources sur le terrain : des journalistes locaux et tout un réseau d’analystes.

Conçu pour mettre en lumière la liberté religieuse dans la région où vit plus d’un tiers de la population mondiale, On the Edge a été présenté à Yangon par le cardinal Birman, Charles Muand Bo, le 14 octobre dernier.

Ce premier rapport d’UCA News est un compte rendu de la persécution religieuse en Asie, où les quatre grandes religions du monde – Christianisme, Islam, Bouddhisme et Hindouisme – coexistent dans un contexte d’intolérance croissante.

La liberté religieuse et les persécutions religieuses ne connaissent pas de frontière et se traduisent dans toutes leurs complexités de la Corée au nord à l’Indonésie au sud, des Philippines à l’est au Pakistan à l’ouest. Au cœur de toutes les libertés, politiques, économiques et culturelles, la liberté religieuse est la liberté fondamentale. Les croyances et leurs restrictions touchent donc au cœur même de la liberté. 

Le rapport se concentre cette année sur le Bangladesh, le Sri Lanka, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, les Philippines, le Vietnam et sur la minorité musulmane Rohingya qui s’étend à travers la Birmanie et le Bangladesh et dont les tentatives pour échapper aux persécutions l’ont poussée jusqu’en Thaïlande et en Malaisie.

« Dans de nombreux conflits en Asie, la religion est en fait le code source pour comprendre ce qui se passe » dit le père Michael Kelly, jésuite australien vivant en Thaïlande, directeur exécutif d’UCAN et éditeur de On the Edge. «  Mais souvent la religion n’est pas considérée comme un facteur de cause à effet. Pourquoi ? Pour une raison très simple : ceux qui rapportent les événements ont peu ou pas de compréhension des religions déclenchant ces conflits, ou de l’histoire des conflits religieux, qui sont pourtant le contexte des événements contemporains. »

Le cardinal BO, qui a présenté le rapport, est l’une des figures de proue de son pays natal, la Birmanie, et au-delà de l’Asie ; il a cherché à construire l’harmonie et la coopération entre les religions, là où sa propre religion, le catholicisme, est une petite minorité religieuse.

La Birmanie a en effet été ravagée par des guerres destructives depuis 50 ans, entre les différentes minorités ethniques et l’état militaire qui a gouverné le pays jusqu’à sa récente transition vers un régime démocratique. Mais la plupart des groupes ethniques rivaux sont aussi de différentes confessions religieuses.

 

Pour en savoir davantage sur le livre et en commander une copie, ici.

Source : Site d’UCA News

Merci à P. de J pour la traduction !

Comments are closed.