Pas de révision de la jauge de 30 personnes : vive déception des évêques de France

Pas de révision de la jauge de 30 personnes : vive déception des évêques de France

La jauge de 30 personnes ne sera donc pas révisée, malgré quelques espoirs nourris par une annonce de l’exécutif. Le nombre maximal de 30 fidèles par lieu de culte sera applicable quel que soit sa taille. Le 28 novembre prochain, date où la nouvelle jauge doit prendre effet, il n’y aura donc aucun changement. Le Premier ministre Jean Castex préfère parler de “réouverture (qui) ne peut être que progressive” et d’évolution progressive de la jauge, tout en considérant que les lieux de culte ont été des “lieux de contamination”.

Les évêques sont peu satisfaits de la situation et mettent le doigt sur l’ignorance des autorités publiques, qui évaluent mal la véritable responsabilité des lieux de culte dans la diffusion du Covid. “Les pouvoirs publics organisent une situation impossible !”, estime ainsi Mgr Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence des évêques de France (CEF) :

Ainsi, l’archevêque de Strasbourg, Mgr Luc Ravel, a dénoncé “l’inconsistance administrative” de l’Etat face à l’Eglise :

Mgr Marc Aillet, évêque de Bayanne, Lescar et Oloron considère que le Premier ministre a eu tort de dire que les assemblées cultuelles constituent des clusters :

Mgr Bruno Valentin, évêque auxiliaire de Versailles, annonce que son évêque “maintient qu’il n’est pas possible de sélectionner les fidèles autorisés à participer à la messe” :

L’évêque de Perpignan, Mgr Turini, a demandé aux curés de son diocèse “de ne pas s’ériger en comptables”.

https://twitter.com/PourLaMesse/status/1331994974234275845

Articles liés

Partages