Pèlerinage des Candélous à Avignonet-Lauragais

Les 5 et 6 juin prochains se tiendra le pèlerinage des Candélous à Notre-Dame des Miracles, à Avignonet-Lauragais, à l’extrême pointe est du diocèse de Toulouse. D’où vient ce pèlerinage ?

Les origines du culte à Notre Dame des Miracles

Depuis le Moyen-Age, Avignonet est le cadre d’un culte à la Vierge Marie célébrée chaque année au mois de juin. La source écrite de cette dévotion est officialisée dans la bulle du Pape Paul III, du 4 janvier 1537. Il y est écrit que sera accordée une indulgence plénière aux fidèles qui prieront dans l’église d’Avignonet, le 1ermardi du mois de juin. Ainsi, le pape prenait acte d’une tradition locale selon laquelle 11 inquisiteurs, avec à leur tête un franciscain et un dominicain, furent massacrés dans l’église dans la nuit du 28 mai 1242, par des cathares venus de Montségur.

Cette tradition ajoute que l’église, souillée par le sang des inquisiteurs fut fermée pendant 40 ans en expiation et pour punir les Avignonétains de leur complicité. À la réouverture de l’église, les cloches se mirent à sonner d’elles-mêmes tout le jour et toute la nuit. On trouva également devant le porche de l’église une statue de la Vierge Marie.

C’est en témoignage de ce miracle que les Avignonétains choisirent la Vierge Marie pour patronne et qu’ils instituèrent la Confrérie de Notre Dame des Miracles. Historiquement, il est peu probable que les inquisiteurs aient été tués dans l’église. Les témoignages de l’époque rapportent qu’ils furent massacrés dans le château que possédait le Comte de Toulouse à Avignonet et où vivait son bailli, Raimond d’Alfaro.

Une relation était donc établie entre le massacre des inquisiteurs et la dévotion à la Vierge, qui était déjà vénérée à Avignonet, avant le Moyen-Age, sous le vocable de Notre Dame de Gaulège, « Notre Dame la Belle », nom de la 1ère église d’Avignonet.

Pourquoi aller en pèlerinage à Avignonet ?

Le peuple de Dieu est un peuple qui marche. Depuis Abraham, nous allons à la Terre Promise. La vie, l’histoire, autant de longues marches, où au bout Dieu nous attend, où Il marche avec nous sur la route.
Le pèlerinage est le signe concret de cette Église en marche.

À Avignonet, on vient de tout le Lauragais et au-delà : c’est un rassemblement, un rendez-vous d’étape, dans la « longue marche ». On vient de loin pour aller plus loin. Aussi, quand la nuit tombera, on fera des sillons de lumière dans les rues du village. Un « candélous » à la main, signe de notre fidélité, est une lumière modeste. Pourtant, elle invite à une fête de lumière.

À Avignonet, depuis la porte du fond de l’église, nous nous mettons à genoux, nous marchons à genoux et, cierge à la main, nous allons jusqu’au sanctuaire où se trouve la statue de Marie, que nous avons portée dans les rues du village. Qui nous regarde pourrait trouver cela étrange, mais qu’il fasse comme nous : qu’il se mette à genoux et avance. Cela ne s’explique pas, cela se vit et depuis 1282 !

Tout au long du pèlerinage, c’est à dire du 1er mardi de juin jusqu’à la fin du mois, il est donné la possibilité de recevoir le sacrement de réconciliation. Pèlerinage et confession personnelle vont bien ensemble : il ne faut pas manquer l’occasion.

Depuis le Moyen-Age, existe une confrérie de Notre Dame des Miracles. Il est possible, au cours du pèlerinage, de s’y inscrire. Cette démarche fait entrer dans une grande fraternité : par ce geste tout simple, nous disons que nous avons besoin des prières des autres pèlerins et nous leur offrons les nôtres. Nous concrétisons la communion des saints. Nous sommes membres les uns des autres, dans un grand corps dont le Christ est la tête : c’est toute une vie qui circule, et Marie y a une place de choix.

Source

de à
Messes/Prières/Pèlerinages NLQ
Carte

Comments are closed.