Père de Mello : « Les jeunes crèvent de ne pas connaître le sens de la sexualité »

Père de Mello : « Les jeunes crèvent de ne pas connaître le sens de la sexualité »

Le Père Vincent de Mello, prêtre du diocèse de Paris, aumônier du patronage du Bon Conseil (VIIe), a créé l’École de l’amour, une formation à la vie affective et sexuelle à destination des collégiens et de leurs parents.
Pourquoi cette urgence de l’éducation affective et sexuelle ?

La nature a horreur du vide ; si on ne nourrit pas nos enfants, ils vont aller se nourrir dans les poubelles ! Notre sexualité a besoin d’être éduquée et sauvée par la grâce. Or il y a aujourd’hui un refus d’affirmer qu’il y a une vérité dans ce domaine ; un relativisme s’impose dans les cœurs et les esprits.

Les jeunes crèvent parce qu’on ne leur donne pas le sens des choses. Parce qu’on ne leur a pas appris à aimer, ils s’abîment très tôt. Ils deviennent des zappeurs affectifs qui ne construisent pas leurs relations amicales et amoureuses, et se réfugient dans des modèles d’amour très consuméristes ; ils ne se voient pas dans une grande aventure.
Mais j’ai mieux à faire que de me battre contre les turpitudes du temps. Je n’éduque pas dans la peur de ce qui pourrait les salir, je tâche de leur transmettre le trésor que nous avons dans les mains. Il faut leur donner la joie de se construire, dans des lieux structurants, des lieux de plénitude.

N’est-ce pas difficile de transmettre cela dans le contexte actuel ?

Le discours sur la masculinité et la féminité les rejoint profondément. Mais ils vivent des choses dures dans ce domaine ; et leur souffrance me fait souffrir.
Ce qui est plus dur encore, c’est le scepticisme transmis par les parents, une méfiance qu’on peut lire jusque dans le regard des ados. Il est dur de convaincre les parents qu’il est prioritaire d’être éducateur sur ces questions ; que c’est plus important que de réussir sa classe prépa et d’entrer dans une école de commerce.
Pour tenir, on invite les jeunes à prier, à avoir une vie contemplative. Et à revenir à l’Ecole de l’amour une deuxième année ! Ensuite, ils deviennent eux-mêmes témoins de ce message.

Certains se blessent très jeunes dans ce domaine. Comment leur redonner un regard positif sur leur vie affective et sexuelle ?

Sur la question de la sexualité, le péché est un péché de séduction et de fascination qui vient se substituer en nous à la contemplation. Il faut les faire vivre dans la beauté, leur faire vivre de belles activités.
Mon souci comme éducateur, c’est d’offrir un cadre où des jeunes vont pouvoir nouer de vraies amitiés. Où leur vie devient une aventure à risquer et pas d’abord un risque dont il faut se protéger.
Cyril Douillet
 

Source Famille Chrétienne

L’abbé Vincent de Mello  ©P.RAZZO-CIRIC

Articles liés

Partages