Père Dominique Catta de Keur Moussa élevé au rang de « Trésor Humain Vivant »

Le Sénégal a élevé au rang de « trésor humain vivant », le Père Dominique Catta. Âgé de 90 ans, il est le dernier survivant des neuf moines français qui sont venus de l’Abbaye de Solesmes, pour fonder l’abbaye de Keur Moussa, au Sénégal en 1961.

Il a été ainsi distingué pour son œuvre musicale contribuant à la préservation et à la valorisation du patrimoine culturel sénégalais. En effet, le Père Dominique Catta a composé de nombreuses pièces musicales spécifiques, qui à l’aide de la « kora » accompagnent les chants liturgiques communautaires. Il a de plus favorisé l’enseignement de cet instrument, sorte de harpe-luth d’origine mandingue.

Le « THV » est l’une des plus hautes distinctions culturelles internationales. Ce titre distingue des professionnels des métiers d’arts, pour leur savoir-faire exceptionnel et leurs capacités à transmettre leurs connaissances. Les THV sont reconnus par l’UNESCO, à travers une convention internationale de 2003 sur la protection du patrimoine culturel immatériel.

En lui remettant la distinction devant un public nombreux, Mbagnick Nidaye, ministre sénégalais de la Culture et de la Communication, a rappelé que l’œuvre du Frère Catta avait contribué à revaloriser la kora africaine, devenue sans aucun doute l’instrument de musique africaine le plus répandu dans le monde. « Le Frère Dominique Catta a mis en lumière la richesse de notre culture par son apport décisif dans la renommée de l’atelier de lutherie musicale du monastère, fondé en 1963 », a souligné Mbagnick ndiaye.

Il a rappelé que la découverte de la kora par le Frère Catta s’était faite à travers l’écoute des génériques de la radio nationale du Sénégal et son amitié avec des griots, maîtres de cet instrument.

L’abbé Ange Marie Niouky, Supérieur du monastère de Keur Moussa, a souligné que, tout au long de sa vie, le Frère Catta avait puisé dans les trésors traditionnels musicaux du continent africain une inspiration mise au service de l’Eglise, pour honorer Dieu. Il a ajouté que cette dernière distinction célébrait « les valeurs de partage, de générosité », et manifestait « l’attachement d’une âme à sa terre d’accueil, à l’homme et à la nature en ce qu’ils ont de plus beau ». L’abbaye de Keur Moussa a reçu par le passé plusieurs autres distinctions relatives à ses activités musicales, tel que le prix Albert Schweitzer. Le Père Dominique Catta a reçu lui-même en 2012 la Légion d’Honneur.

Source

Website:

Comments are closed.