Petite leçon de politique du numéro 2 du Vatican aux politiques

Le cardinal Parolin, secrétaire d’Etat du Vatican, répondait à la chaîne de télévision RAI 1, à l’occasion de l’anniversaire des accords du Latran du 11 février 1929.

A cette occasion, le prélat a rappelé le fossé entre la vie réelle des gens et les politiques menées par leurs élus. Une politique qu’il estime « trop distante, qui vit presque dans un monde autoréférentiel ».

Il rappelle ce qu’est la politique appliquée :

« recueillir ce que sont les exigences des gens, et des gens concrets, et doit savoir redonner des réponses qui soient des réponses concrètes, de façon à ce que les gens revienne à vivre et à espérer »

Il est également revenu sur l’inquiétude actuelle du pape et de sa diplomatie, la montée des nationalismes et des populismes.

« Il y a le risque, et le Pape le rappelait il y a quelques temps, que, dans un certain sens, l’histoire se répète. Certainement ces fermetures ne sont pas un bon signe. Beaucoup de ces phénomènes de fermeture naissent justement de la peur ». Et « la peur n’est jamais une bonne conseillère »,

Source

 

Comments are closed.