Pionnier de l’euthanasie aux Pays-Bas, un médecin regrette l’extension de cette pratique

Le Psychiatre Boudewijn Chabot est un pionnier de l’euthanasie en Hollande. En 1991, il avait donné la mort à l’une de ses patientes « en détresse existentielle », mais en bonne santé physique. Ce cas avait joué un rôle crucial dans la progression vers la légalisation de l’euthanasie en 2002.

Aujourd’hui, le Dr Chabot regarde en arrière et il est horrifié. Dans l’un des principaux journaux néerlandais, NRC Handelsblad, il affirme que les garanties légales pour l’euthanasie s’effondrent lentement et que la loi ne protège plus les personnes atteintes de troubles psychiatriques et de démence.

En vertu de la législation actuelle, l’euthanasie n’est légale que si un médecin estime que trois conditions ont été remplies : la demande doit être volontaire et délibérée ; il doit y avoir une souffrance insupportable sans espoir d’amélioration ; et il ne doit y avoir aucune alternative raisonnable à l’euthanasie. Cependant, les deuxième et troisième conditions se sont peu à peu effondrées. En conséquence, le nombre de cas d’euthanasie a triplé entre 2007 et 2016 : il est passé de 2000 à 6000.

 « Ce qui m’inquiète, c’est l’augmentation du nombre d’euthanasies réalisées chez les patients atteints de démence, de 12 en 2009 à 141 en 2016 et de patients psychiatriques chroniques, de 0 à 60 », explique le médecin.

L’expansion rapide des services de l’End of Life Clinic est significative. Cette organisation propose l’euthanasie à des patients qui se sont vus refuser la procédure par leur médecin. Elle n’offre jamais de traiter la maladie sous-jacente, qu’elle soit physique ou mentale. Depuis 2015, un quart des cas d’euthanasie de patients déments ont été effectués par ces médecins. En 2016, il est passé à un tiers. Le Dr Chabot souligne que les médecins de l’End of Life Clinic ont effectué environ chaque mois une euthanasie. « Qu’est-ce qui arrive aux médecins pour lesquels une injection mortelle devient une routine mensuelle ? », demande-t-il.

Le médecin est profondément sceptique quant à ces euthanasies : « On est face à un acte moralement problématique : comment tuez-vous quelqu’un qui ne comprend pas qu’il sera tué ? ». Parfois, un parent ou un médecin accède discrètement à la nourriture ou à la boisson du patient dément et y glisse un sédatif pour faciliter l’injection létale. Dans un cas notoire l’année dernière, le sédatif n’a pas fonctionné et les parents ont attaché une femme terrifiée à son lit pendant que le médecin donnait l’injection mortelle (cf. Pays-Bas : une femme « euthanasiée contre sa volonté » et Pays-Bas : une mobilisation sans précédent » contre l’euthanasie des personnes démentes).

 

Source Généthique.org

Comments are closed.