PMA sans père – Les évêques montent au front

Le CCNE, nommé par François Hollande a donc, sans surprise, franchi un pas de plus dans le déni anthropologique. Si comme attendu, nombre d’associations et de personnalités ont émis des réserves, voire de vifs reproches à ce comité dont l’éthique n’est pas celle du réalisme ontologique (c’est le moins que l’on puisse dire), les évêques, collectivement, officiellement, ou personnellement ont eux aussi dénoncé cet avis. Alors que le spectre des Manifs refait surface, serait-il possible que l’épiscopat soit plus présent qu’il y a quelques années ?

 

Communiqué de la CEF

La Conférence des évêques de France (CEF) a pris connaissance de l’avis rendu le 27 juin par le CCNE. L’absence même de consensus au sein du CCNE montre qu’un large dialogue est encore nécessaire avant toute mesure législative. En lisant ce texte la CEF s’interroge sur différents points, et notamment :

–          l’organisation d’une filiation sans père,

–          l’instrumentalisation de l’enfant pour soulager une souffrance,

–          la non prise en compte du bien de l’enfant,

–          la reconnaissance d’un droit à l’enfant,

–          le rôle de la médecine qui en viendrait à répondre à toute demande sociétale,

–          les « conditions d’accès et de faisabilité » de la PMA ainsi élargie.

La Conférence des évêques de France prend acte de la position du CCNE contre la GPA et la conservation des ovocytes mais, avec d’autres, s’inquiète de ce que l’ouverture de la PMA, pour des raisons autres que pathologiques, conduise un jour à considérer comme éthique le fait que deux hommes aient accès à la procréation au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes.

La révision des lois de bioéthique prévue en 2018 doit être l’occasion d’un vaste débat pour parvenir à un consensus sur la société que nous voulons. Les catholiques sont prêts à y prendre toute leur part.

 

Pour monseigneur  d’Ornellas, c’est établir délibérément un enfant sans père. (cliquez sur l’image pour la vidéo)

Infocatho ne vit QUE DE VOS DONS !

Nous avons besoin chaque mois de trouver x personnes qui fassent un don de 50 €

Pourriez vous, en cette période de carême, être une de ces personnes ?

Votre don de 50 € sera exclusivement utilisé à la rédaction et à la diffusion d’articles positifs sur l’Eglise catholique.

Les clercs et les laïcs ont besoin de partager le bien qui se fait, car le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit.

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.