Pologne – Plus d’un million de personnes pour suivre les rois mages

En Pologne, cela ne fait que dix ans que les cortèges des rois mages défilent chaque année pour la fête de l’Épiphanie, mais c’est déjà devenu une tradition populaire qui s’exporte à l’étranger. Pour l’édition 2018, des cortèges ont été formés dans 660 villes et ils ont rassemblé environ 1,2 millions de personnes. A Varsovie, trois crèches vivantes ont été rejointes par les rois mages. Les organisateurs ont compté environ 80.000 personnesrassemblées autour de Gaspard l’Européen, Melchior l’Asiatique, Balthazar l’Africain et leurs suites dans les différents quartiers de la capitale.

L’Épiphanie, c’est dans l’Eglise la fête de la Révélation au monde de Dieu fait homme. Les cortèges des rois mages, qui défilent chaque année dans les rues d’un nombre croissant de villes polonaises pour aller s’incliner devant l’Enfant Jésus au centre d’une crèche vivante, sont l’occasion d’annoncer la naissance du Christ à tous les Polonais et aux étrangers de passage qui peuvent ne pas être des catholiques croyants ou pratiquants mais qui sont attirés par le caractère festif et joyeux de l’événement. La foule chante les traditionnels cantiques de Noël, les évêques accompagnent les cortèges des rois mages qui passent devant des scènes représentant la cour du roi Hérode, des diables cherchant à détourner les trois rois mages de leur but, des anges qui au contraire les encouragent à aller à la rencontre de Dieu et d’autres scènes jouées par des acteurs professionnels ou amateurs.

 

Lire et regarder le reportage photo sur Reinformation.TV

Cher lecteur
Chaque jour, Infocatho vous fournit des nouvelles pertinentes de l'Église catholique au sens le plus fort du terme, à travers les actions concrètes de chacune des Eglises locales.
Infocatho a besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.
Il faudrait que d’ici le 31 décembre 200 personnes donnent 50 € pour financer Infocatho.
Pourriez-vous être une de ces personnes aujourd’hui ?
L’équipe de Infocatho

Faire un don

Comments are closed.