Prochaine assemblée des évêques de France à Lourdes du 4 au 9 novembre

La prochaine Assemblée plénière des évêques de France se déroule à Lourdes du vendredi 4 au mercredi 9 novembre prochain.

A cette occasion, les évêques aborderont de nombreux sujets liés à l’actualité de la société française et du monde et au fonctionnement de l’Eglise de France. Quel message l’Eglise de France adresse-t-elle à la société française à la veille d’élections majeures pour l’avenir du pays ?
La Conférence épiscopale répond d’abord à une volonté de collégialité : elle permet aux évêques de réfléchir ensemble sur les questions de foi, mais également de mener une réflexion sur les sujets sociaux, éthiques…. Elle a par ailleurs un rôle de représentation auprès des pouvoirs publics et des médias.

Cependant, son autorité est une « autorité de service », ce qui signifie qu’elle n’est pas un échelon intermédiaire entre le pape et les évêques : l’entière compétence de chaque évêque dans son diocèse demeure sauve.

La Conférence des évêques de France

La CEF

La Conférence des évêques de France est constituée de l’ensemble des cardinaux et évêques en activité exerçant leur charge pastorale en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer, ainsi que des cardinaux français en retraite.

Font également partie de la Conférence épiscopale : l’évêque placé à la tête des Arméniens en France, l’exarque des Ukrainiens en France, les vicaires apostoliques et préfets apostoliques des départements d’outre-mer (D. O. M.) ainsi que les administrateurs apostoliques et administrateurs diocésains (dans les diocèses momentanément dépourvus d’évêques).

La Conférence des évêques de France compte aujourd’hui environ 120 membres.

Le rôle d’une conférence épiscopale selon Benoît XVI

La conférence épiscopale est « comme une application concrète de l’affection collégiale des évêques en communion hiérarchique avec le Successeur de Pierre, pour être un instrument de communion affective et effective entre tous ses membres, et de collaboration efficace avec le pasteur de chaque église locale, dans la triple fonction d’enseigner, sanctifier et gouverner les brebis de son troupeau. La conférence épiscopale se présente comme une des formes qui, sous la direction de l’Esprit-Saint, permet l’exercice conjoint et harmonieux de certaines fonctions pastorales pour le bien des fidèles et de tous les citoyens d’un territoire déterminé. De fait, une coopération toujours plus étroite et conforme avec vos frères dans le ministère aide les évêques à mieux accomplir leur mandat sans oublier leur responsabilité première de faire paître en tant que pasteur…leur propre église. (Cependant, cette institution qui) promeut l’unité d’efforts et d’intentions des évêques, se transformant en instrument pour qu’ils puissent partager le poids de leur charge doit éviter de devenir une réalité parallèle ou de se substituer au ministère de chacun des évêques, c’est-à-dire qu’elle ne doit pas changer votre rapport avec votre église locale et avec le collège des évêques, ni se faire intermédiaire entre l’évêque et le Siège de Pierre… Lorsque vous vous réunissez en assemblées, fidèlement à l’exercice de la fonction doctrinale qui est la vôtre vous devez surtout étudier les moyens les plus efficaces pour offrir de façon opportune le magistère universel aux personnes qui vous ont été confiées…abordant aussi les questions émergentes pour ensuite orienter les consciences à trouver une solution adéquate aux nouveaux problèmes posés par les transformations sociales et culturelles. (Certains problèmes particuliers) requièrent une action conjointe des évêques : la promotion et la protection de la foi et de la morale, la traduction des livres liturgiques, la promotion et la formation des vocations de consécration spéciale, les aides à la catéchèse, l’engagement œcuménique, les relations avec les autorités civiles, la défense de la vie humaine de sa conception jusqu’à sa mort naturelle, la sainteté de la famille, le mariage entre homme et femme, le droit des parents à éduquer leurs enfants, la liberté religieuse, les droits de l’homme, la paix et la justice sociale (…) Les assesseurs et les structures de la Conférence épiscopale existent pour servir les évêques et non pour se substituer à eux. En définitive, il faut s’assurer que la Conférence épiscopale, ainsi que ses organismes, fonctionne chaque fois plus comme un organe propulseur de la sollicitude pastorale des évêques dont la principale préoccupation doit être le salut des âmes qui est aussi la mission fondamentale de l’Église »

Extrait du VIS (Vatican Information Service) du 15 novembre 2010

Source : http://www.eglise.catholique.fr/

Comments are closed.