Profanation de l’église de Nîmes : des précisions abjectes

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

Je dois à une lectrice (merci A. C.) le signalement d’un article paru dans le Midi Libre qui donne des détails absolument abjects sur la profanation de l’église Notre-Dame-des-Enfants que j’ai signalée le 7 février. C’est diabolique…

C’est une église de quartier, qui avait la particularité d’être ouverte toute la journée. Ce ne sera désormais sans doute plus le cas, après les dégradations constatées mardi 5 février en fin de journée. A l’église Notre-Dame-des-Enfants, quartier des Amoureux à Nîmes, c’est en venant fermer les portes en fin d’après-midi, que la personne en charge s’est aperçue des dégâts. D’abord, des morceaux d’hosties, répandus un peu partout, notamment sur l’autel. Puis, en avançant, elle découvre également une croix, tracée sur un mur à l’aide d’excréments [voir image ci-dessous], sur laquelle sont collés des bouts d’hosties. Il y a également un tag sur l’un des meubles. Les actes de vandalismes ne sautent pas forcément aux yeux puisque « aucun meuble n’a été cassé par exemple », précise l’évêché. La police a été contactée, une plainte déposée par la paroisse et une enquête est en cours.

Source : Midi Libre, 7 février 2019.

Comments are closed.