Quand Emmanuel Macron rencontre officiellement l’évêque d’Urgell

En visite à Andorre, le vendredi dernier, Emmanuel Macron, qui est aussi coprince d’Andorre, a rencontré l’autre coprince, l’évêque d’Urgell, Mgr Joan-Enric Vives i Sicília. Ce partage du trône andorran découle d’un contrat de droit féodal qui remonte au XIIIe siècle. En effet, en 1278 le « paréage » (pariatge en catalan), qui partagea officiellement la souveraineté d’Andorre, fut signé aboutissant à une situation qui existe encore. Deux coprinces, l’un épiscopal, l’autre laïc, exercent donc sur Andorre leur souveraineté.

Du côté « français », le trône avait été attribué au comte de Foix, dont les prérogatives ont été reprises par le roi de Navarre, par le roi de France, puis par le président de la République française. Ainsi, le chef d’État français détient un titre qui l’associe à un évêque de l’Église catholique romaine.

Dans la principauté, le portrait des deux coprinces figurent dans les paroisses. Ce sont par ailleurs elles qui ont accueilli Emmanuel Macron. Elles constituent en partie le cadre dans lequel sont désignés certains membres du Conseil général d’Andorre, qui exerce notamment le pouvoir législatif dans ce pays.

Cher lecteur

Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.

Votre don de 5, 10, 15, 25, 50 € ou plus est nécessaire pour que je puisse poursuivre cette oeuvre au service de l'Eglise après Pâques.

Merci pour votre don

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.