Quand le président de la conférence épiscopale appelle à combattre la corruption et l’impunité

Après le débat télévisé d’hier soir et les sorties remarquées de Monsieur Poutou, après les mises en examens, passées, présentes et futures, un peu de rappel à l’ordre semblait de bon aloi.   C’est outre Atlantique, sur une île (une vraie), en République Dominicaine, que nous trouvons ces jours-ci des mots qui finalement peuvent concerner tout le monde.

 

Le Président de la Conférence épiscopale de la République dominicaine, Mgr Gregorio Nicanor Peña, s’est exprimé en faveur de l’enquête diligentée par le Procureur général à propos du scandale de la corruption relatif au cas Odebretch. Odebretch est le colosse brésilien du secteur des constructions accusé d’avoir corrompu des fonctionnaires de différents pays d’Amérique latine.

Selon la note parvenue à Fides, Mgr Nicanor Peña a déclaré qu’une fois identifiés, les responsables devront payer pour leurs actions. Il a également souligné que la requête de la société concernant la lutte contre la corruption et l’impunité devrait être étendue à tous les niveaux.
« Dans la famille et dans la société en général existe un fort niveau de corruption. Habituellement, il est attribué seulement au gouvernement mais, si nous regardons autour de nous, il existe beaucoup de corruption proche de nous et nous aussi sommes coupables » a déclaré l’évêque dans un entretien accordé après l’ouverture de la Journée nationale du Journaliste, célébrée le Dimanche 2 avril, en République dominicaine à l’initiative de l’Université pontificale catholique Mater et Magistra (PUCMM) de Santo Domingo et de la Conférence épiscopale.

 

Selon des nouvelles locales, le Dimanche 26 mars, des milliers de dominicains ont marché à Santiago de los Caballeros, la deuxième ville du pays, afin de demander des actions concrètes de la part de la justice dominicaine à l’encontre de ceux qui sont impliqués dans le cas de pots-de-vin Odebrecht. Les manifestants ont également lu un communiqué dans lequel ils demandaient la suspension des opérations de la société de construction brésilienne sur le territoire national. Le cas Odebrecht implique chaque jour davantage d’hommes politiques et d’autorités de différents pays latino-américains.

Lu sur Agence Fides

Comments are closed.