Réponse à Mme Pedotti – Chrétiens et démocrates combattent aussi les idées de Macron, et appellent à la liberté de conscience de chacun !

Cette réponse de Jean-Marie BEURNEL ancien maire, président d’Éthique et Vérité 88 dans les Vosges à Christine Pedotti, nous permet de donner un post l’article en question et son contrepoint, selon la forme ancienne de la disputatio

 

Rétablissons la vérité !

Cette fois, c’est fait, la barrière est franchie. On la voyait venir depuis plusieurs années, Christine Pedotti en a été le révélateur ; une partie du catholicisme français qu’elle veut ici représenter, renoue avec ses anciens démons, confond la foi avec le progressisme, et se laisse aller à croire que tout le christianisme est résumé dans la représentation d’une politique socialo-communiste, libéral-libertaire dont Mrs Hollande et Macron sont les Hérauts.

Voici que tente de ne pas disparaître un soi-disant catholicisme pour une France désintégrée dans un tout uniformisé, dont la principale utilité serait de veiller sur la bien-pensance des citoyens, sous prétexte de délit d’entrave. Sur le berceau de cet enfant monstrueux né par GPA, ayant comme pères Messieurs Hollande et Macron, se penchent les spectres de l’Union des Républiques Socialistes, de Cuba, de Ceaucescu et du herr Général socialiste Jaruzelski, et le cortège de tous ces socialos bobos, qui jugent que la “révolution internationale” est une chance pour la France qui allait de ce fait retrouver ses vraies racines de 1789. La guillotine pour les mal pensants est pour quand ?

Tout y est, la haine de l’autre, de celui qui ne pense pas pareil, la crainte de voir souillé le « Front Républicain », l’accusation de pétainisme– à l’époque des grandes manifs on a même dit nazisme à l’égard de La Manif Pour Tous, étonnant quand on sait que Hitler était bien un socialiste ! Et que c’est bien contre les projets d’un gouvernement socialiste qui a une dent contre la famille que l’on manifestait !

Contorsions morales

La Manif pour tous, Sens Commun, le Parti chrétien démocrate, défendent la vie humaine de la conception a la mort naturelle. J’invite Mme Pedotti à lire « l’évangile de la vie » de St Jean-Paul II qui dit ceci : « La vie étant sacrée, elle est dotée d’une inviolabilité inscrite depuis les origines dans le cœur de l’homme, dans sa conscience. Je déplore avec force les multiples crimes et attentats contre la vie humaine. Tout ce qui s’oppose à la vie elle-même, comme toute espèce d’homicide, le génocide, l’avortement, l’euthanasie, et même le suicide délibéré, tout ce qui constitue une violation de l’intégrité de la personne humaine, tout ce qui offense à, la dignité de l’homme, les déportations, l’esclavage, la prostitution, le commerce des femmes et des jeunes, les conditions de travail dégradantes qui réduisent les travailleurs au rang de purs instruments de rapport, toutes ces pratiques et d’autres analogues sont infâmes, elles corrompent la civilisation et insultent gravement à l’honneur du créateur » .

Mr Macron a déclaré je cite « être pour la GPA, mais pas maintenant car la société n’est pas prête ». Si Mme Pedotti était honnête elle reconnaîtrai que les programmes Hollande des 5 ans passés et Macron (Hollande bis), ne sont pas compatibles avec ce que dit St Jean-Paul II, et ce qu’ont répétés tous les papes depuis sur ce même sujet !

Quelles contorsions morales Mme Pedotti faut-il faire pour oser prétendre que ces programmes ne s’opposent absolument pas aux fondements même du christianisme ?

S’inscrire

Il faut faire une sérieuse révision de l’Évangile pour en arriver là. Il faut renverser toutes les hiérarchies morales pour réussir à faire passer le national socialisme libertaire pour une vertu chrétienne, pour balayer au nom de la défense du front Républicain, l’inviolabilité de la vie, le respect de la dignité humaine, de la famille, des travailleurs, qui sont des non-négociables, que nous défendons à la Manif Pour Tous et ailleurs, profondément en accord avec l’Évangile. C’est ce que le pape François ne cesse de rappeler et en cela, il est en parfait accord avec ses prédécesseurs. Mme Pedotti ne connaît pas semble-t-il notre raison d’être, ni nos statuts qui ont pour objet d’informer le citoyen et de lui « laisser le libre arbitre ». Nous laissons la liberté de choix, nous ne sommes pas des idéologues, ni d’extrême droite, ni d’extrême gauche à la sauce de Mme Pedotti. Il est toujours étonnant de voir quelqu’un combattre une idéologie extrême par une autre. Le social-communisme, comme le nazisme-socialiste n’ont donnés à ce monde que des millions de morts.

Une idéologie mortifère en remplace une autre.

Alors, quelle tristesse de voir Mme Pedotti et sa gauche bobo, s’empêtrer dans des circonvolutions déshonorantes, en refusant de dire clairement que le vote Macron n’est pas compatible non plus (évidemment) avec le christianisme. Elle en arrive même à nier le fait que M.Macron vienne de chez Rothschild, pourquoi nier une vérité si bien établie ? Y aurait-il a en rougir ? Je pense que non, pourquoi y aurait-il honte de réussir ? Cela ferait-il trop travail-famille-patrie ? Elle prends là une lourde responsabilité qui contribue à rendre illisible l’image de ces catholiques et inaudible leur parole.

Mais heureusement, ni le Pape, ni les Évêques pour la plupart ne suivent ses suppliques et pétitions. Si l’église est-ce qu’elle est depuis 2000 ans, c’est qu’elle a su éviter les « bons conseils », des Mmes Pedotti qui se sont mis en travers du chemin ! Quelle que soit l’issue des scrutins, quelque chose aura irrémédiablement changé. De ce point de vue, M. Macron a déjà gagné… une bataille. Du moins savons-nous où sont nos ennemis et s’il nous est demandé de les aimer, il ne nous est pas interdit de les combattre, mais ce n’est en aucun cas d’autres catholiques, comme le fait Mme Pedotti, qui prends le fer de sa plume pour lutter contre eux ! Celle-ci représente ici, la frange catholique qui par le passé, a préférè Cauchon et l’Angleterre, à Jeanne d’Arc et la France. Perdue dans ses relents à l’eau de la rose de ses romans professant le prêchi-prêcha de la 6e République et du 3e Vatican, elle ne voit que le verre à moitié plein des autres, pendant que le sien dégouline de son propre fiel. Peut-être devrait-elle tourner dans l’encrier 7 fois le fer acéré de sa plume d’acier avant de le jeter à la face des honnis mal-pensants que nous serions ? Cette gente dame, lanceuse de boules puantes et fumantes et sa dizaine d’amis à eux seuls, s’érigent en vainqueur de la socialie face au reste du monde (c’est à dire au moins tous ceux qui ne pensent pas comme elle), ce qui fait beaucoup de monde. Sus à l’ennemi, et qu’il n’en reste plus un. On a vu mieux comme chantre de la liberté, tout à l’image de sa propre idéologie, la grande inquisition en marche ! En mai et en juin chaque Français peut s’informer et choisir librement et doit avoir le droit de « combattre » comme elle le dit, non pas ses frères comme elle le fait, en s’en prenant à l’église toute entière et à toute sorte de mouvements qui agissent « eux », pour le bien commun de la société et non sa destruction, mais contre ce qui ne convient pas dans les différents programmes politiques des candidats !

Que chacun agisse les dimanches de mai et juin et après, en conscience éclairée, mais évitons l’angélisme du macronisme aigu à la sauce Pedotti !

Jean-Marie BEURNEL

En réponse à cela :

“Chrétiens et démocrates, nous appelons à voter pour Emmanuel Macron”

APPEL. Scandalisés par le manque d’engagement inédit de l’Eglise catholique et le refus de Sens commun de faire barrage au FN, Christine Pedotti et des personnalités du monde chrétien lancent un appel en faveur du vote Macron.

Partage

Cette fois, c’est fait, le Rubicon est franchi. On le voyait venir depuis plusieurs années, la Manif pour tous en a été le révélateur ; une partie du catholicisme français renoue avec ses anciens démons, confond la foi avec la nostalgie, et se laisse aller à croire que tout le christianisme est résumé dans la représentation de l’Angélus de Millet.

Voici que renaît un catholicisme d’ordre moral dont la principale utilité serait de veiller sur la vertu des filles et la fécondité des étreintes conjugales pour le bien supérieur de la patrie. Sur le berceau de cet enfant monstrueux, se penchent les spectres de Barrès et Maurras et le cortège de tous ces ecclésiastiques, évêques et cardinaux qui jugèrent que la “révolution nationale” de Philippe Pétain était une chance pour la France qui allait de ce fait retrouver ses vraies racines.

Tout y est, la haine de l’autre, de l’étranger, la crainte de voir souillée la pureté du sang, l’accusation de cosmopolitisme – aujourd’hui on dit mondialisme –, et si on n’ose pas (pas encore) accuser un complot juif, on accuse “la Finance” et on grime Emmanuel Macron en banquier (de chez Rothschild !) suceur de sang.

Contorsions morales

La Manif pour tous, Sens Commun, le Parti chrétien démocrate (au nom si usurpé) Christine Boutin… Ils n’hésitent pas : “surtout pas Macron !”. Leurs raisons avouées sont bien minces, fragiles même. En effet, Marine Le Pen n’apparaît pas immédiatement comme le meilleur soutien de l’abrogation du mariage pour tous que d’ailleurs elle a très très mollement combattu. Certes, elle s’oppose à la libération de la PMA pour les couples de femmes, ce que le candidat d’En Marche compte faire. En revanche, elle promet de fermer les frontières, de refouler les étrangers, les migrants demandeurs d’asile, de refuser les soins médicaux ou la scolarisation des enfants à tous les irréguliers. Quelles contorsions morales faut-il faire pour oser prétendre que cela ne s’oppose absolument pas aux fondements même du christianisme ?

S’inscrire

Il faut faire une sérieuse révision de l’Évangile pour en arriver là. Il faut renverser toutes les hiérarchies morales pour réussir à faire passer l’égoïsme national pour une vertu chrétienne, pour balayer au nom de la défense de la “civilisation chrétienne”, toute l’universalité du christianisme, qui lui fit, dès son origine accueillir les “Grecs”, c’est-à-dire les païens, quitter Jérusalem pour Rome, puis convertir les “barbares”, et finalement aller, jusqu’au bout de la Terre. Cette histoire n’est pas linéaire, très loin de là, mais au bout du compte, c’est bien l’universalité de la famille humaine et l’unité du genre humain qui apparurent comme profondément en accord avec l’Évangile. C’est ce que le pape François ne cesse de rappeler et en cela, il est en parfait accord avec ses prédécesseurs.

Alors, quelle tristesse de voir les hiérarques catholiques, par la voix officielle de la Conférence des évêques, s’empêtrer dans des circonvolutions déshonorantes, en refusant de dire clairement que le vote frontiste n’est pas compatible avec le christianisme. Ils prennent là une lourde responsabilité qui contribue à rendre illisible l’image des catholiques et inaudible leur parole. Quelle que soit l’issue du scrutin, quelque chose aura irrémédiablement changé. De ce point de vue, Madame Le Pen a déjà gagné… une bataille. Du moins savons-nous où sont nos ennemis et s’il nous est demandé de les aimer, il ne nous est pas interdit de les combattre.

Christine Pedotti

 

Christine Pedotti est rédactrice en chef de “Témoignage Chrétien” et co-fondatrice de la Conférence des baptisé(e)s. Elle est à l’initiative d’une pétition appelant les Chrétiens à voter contre le Front national.

Comments are closed.