Retour sur la figure du patriarche melkite Grégoire III Laham

InfoCatho a relayé l’acceptation par le Pape François de la renonciation du patriarche de l’Église grecque-melkite Grégoire III Laham le 6 mai 2017.

Qui est exactement le patriarche de l’une des Église catholiques orientales les plus importantes dans le monde catholique ? Grégoire III Laham est né le 15 décembre 1933, à Daraya, localité située dans la  décembre banlieue de Damas. C’est en 2000 qu’il devint patriarche d’Antioche, après avoir été le représentant de l’Église melkite à Jérusalem depuis 1975.

Entré dans l’Ordre basilien du Très Saint Sauveur, il a suivi des études de théologie à Rome. Ordonné prêtre en 1959, le Père Loufti Laham dirige le séminaire melkite de Jeita au Liban. Depuis ses études religieuses, il exerce un rôle important dans l’Église melkite. Ainsi, il fonde en 1962 la revue Unité dans la foi, première revue arabe qui traite des questions œcuméniques. En effet, le milieu melkite a donné des revues de grande qualité, témoignant de la vitalité d’une Église qui a parfois souffert d’une forte latinisation, mais qui a su affirmer son identité, tant avant qu’après Vatican II. On peut songer à la revue Le lien, revue créée en 1936 par le futur Maximos V, qui a été le prédécesseur du patriarche Grégoire III.

Mgr Loufti Laham devient en 1975 vicaire patriarcal de Jérusalem pour l’Église grecque-melkite. Il ne sera ordonné évêque qu’en 1981. Le vicariat patriarcal deviendra, en 1992, l’exarchat patriarcal, puis un territoire dépendant du patriarcat melkite, en 1998. Sur le terrain, à Jérusalem, Mgr Loufti  Laham joue un rôle, notamment face aux autorités israéliennes. Bénéficiant de l’immunité du Saint-Siège, il se rend régulièrement à Jérusalem. Dans la crise syrienne qui sévit depuis 2011, il plaide pour une approche moins passionnelle du “dossier”, qui a, hélas, cours dans les chancelleries occidentales. Ainsi, il attire l’attention sur la situation des chrétiens syriens, dont la présence pourrait être compromise par l’effondrement du régime damascène.

À plusieurs reprises, il a participé à plusieurs synodes romains au cours de ces dernières années. Il s’est même illustré lors du synode sur la famille, critiquant certaines interprétations de la doctrine catholique qui ne reposaient sur aucun fondement. Il a même accompagné le pape François, dans son récent voyage apostolique en Égypte de la fin du mois d’avril 2017. Il a regretté de ne pas être davantage soutenu par le pape dans la crise qui a récemment eu lieu au sein de l’Église melkite.

Comments are closed.