Royaume-Uni : La réponse des évêques dans l’affaire Alfie Evans est une honte

Le neveu du célèbre philosophe catholique allemand Dietrich von Hildebrand a écrit une lettre ouverte aux évêques d’Angleterre et du Pays de Galles pour dénoncer leur réponse dans l’affaire Alfie Evans comme une faillite abjecte.

Dans une lettre datée du 27 avril 2018, Jean-Pierre Casey critique les évêques d’Angleterre et du Pays de Galles pour avoir loué l'”intégrité” de l’hopital Alder Hey et leur incapacité complète à défendre les enseignements catholiques sur la vie la famille et les droits des parents.

Casey blâme aussi les prélats pour leur conciliation avec le National Health Service (NHS) plutôt que le service des personnes qui sont soignées.

“Il est de plus en plus évident que plus que les milliers d’avortements qu’ils pratiquent chaque année, les hôpitaux du NHS sont devenus des cimetières non seulement pour les enfants à naître mais aussi pour les vivants. […] Que nos évêques continuent de s’allier avec le NHS pour défendre l’indéfendable est incompréhensible”, écrit-il.

“Si la hiérarchie de l’Eglise reste silencieuse devant une telle tyrannie, une telle injustice et une telle oppression, elle deviendra complices et même auteur d’actes graves, ajoute-t-il.

Mercredi dernier, quelques heures après que le pape François a chargé l’évêque Francesco Cavina, prélat italien et ancien agent du Vatican, des relations entre l’hôpital du Bambino Gesu et le Saint-Siège pour assurer le transfert d’Alfie Evans à Rome, les évêques d’Angleterre et du pays de Galles ont publié une déclaration officielle louant les juges et l’hôpital pour avoir agi avec “intégrité” et “pour le bien d’Alfie“.

Les évêques ont aussi rejeté une critique “infondée” de l’hôpital par les médias en rappelant que l’aumônerie s’occupe constamment du personnel et offre de l’aide aux familles.

Toutefois, une note interne de l’archidiocèse de Liverpool a fuité la semaine dernière et a révélé que ce dernier offrait un soutien aux médecins d’Alder Hey et au personnel hospitalier alors même qu’il n’avait pas rencontré la famille d’Alfie sous prétexte qu’ils “n’étaient pas catholiques romains”.

Thomas et Alfie Evans sont tous les deux baptisés catholiques romains quand la mère d’Alfie, Kate James, est anglicane.

Il est apparu jeudi dernier que l’archevêque de Liverpool Malcolm MacMahon et le cardinal Vincent Nichols de Westminster avaient forcé un prêtre italien qui aidait la famille à retourner dans sa paroisse à Londres en laissant Alfie et ses parents sans réconfort spirituel ni soutien.

L’évêque de Portsmouth, Mgr Philip Egan, est la seule exception au silence des évêques anglais et gallois. Lundi il a exprimé son soutien à Alfie et à ses parents en tweetant “Offrons des pirères sincères aujourd’hui pour le petit Alfie Evans – maintenant un citoyen italien – et ses parents courageux. S’il y a quoi que ce soit qui puisse être fait, que le Seigneur nous permette par son amour et sa grâce de l’accomplir.”

Dans un commentaire accompagnant sa lettre ouverte Jean Pierre Casey indique “Mon grand oncle Dietrich von Hildebrand était résolu face à l’oppression Nazi. Nous devons être résolu face à l’oppression laïque quand les droits des parents sont systématiquement ébranlés et que la famille est attaquée de toutes parts. Le silence de nos évêques est une honte.”

Lettre ouverte aux évêques catholiques d’Angleterre et du pays de Galles par un citoyen catholique concerné

Vos Excellences,
Quand bien même je peux comprendre la volonté de trouver un compromis quand les enjeux et l’émotion sont élevés, c’est un grave euphémisme de dire de votre déclaration sur l’affaire Alfie Evans qu’elle est regrettable, en particulier compte tenu de l’accent mis sur l’apparente “intégrité” du personnel médical et de la direction de l’hôpital Alder Hey.

Un hôpital qui agit comme une prison, détenant un enfant contre la volonté de ses parents et contre leur jugement n’agit pas avec intégrité.

Un hôpital qui demande au juge d’interdire aux parents d’exercer leur devoir légitime d’agir dans le meilleur intérêt de leur enfant n’agit pas avec intégrité.

Un hôpital qui refuse de remettre en question son diagnostic (possiblement ou probablement erroné) n’agit pas avec intégrité.

Un hôpital qui cherche à évincer un aumônier qui apporte un réconfort spirituel à une famille dans le besoin et qui donne les sacrements n’agit pas avec intégrité.

Un hôpital qui refuse d’étudier d’autres alternatives n’agit pas avec intégrité.

Un hôpital qui demande une présence policière pour empêcher les parents d’exercer leur droit d’enlever leur enfant de l’hôpital ; menace les parents d’une condamnation pour agression s’ils touchent leur enfant n’agit pas avec intégrité.

Un hôpital qui refuse de faciliter une rencontre entre son équipe médicale et l’équipe d’un autre hôpital prêt à accueillir l’enfant n’agit pas avec intégrité.

Un hôpital qui échoue à coopérer avec d’autres hôpitaux qui ont envoyé leur équipe médicale, du matériel pour favoriser les traitements alternatifs demandés par les parents n’agit pas avec intégrité.

Un hôpital qui refuse d’hydrater et de nourrir un enfant n’agit pas avec intégrité.

Plus important encore, et moins que les mots choisis dans votre déclaration, est votre incapacité à aborder le coeur de la question : le lien priviligié entre les enfants et leurs parents donnés par Dieu comme leurs gardiens.

Vous ne faîtes aucune mention à la dignité, à la sainteté de la vie humaine dans votre déclaration.

Vous ne faîtes aucune mention aux droits des parents comme premiers responsables de l’éducation des enfants et comme seuls gardiens légitimes de l’enfant.

Vous ne faîtes aucune mention des droits naturels des parents – pas de l’Etat, ni des médecins, ni de magistrats non élus – pour déterminer ce qu’il pense être le meilleur intérêt de leur enfant.

Votre déclaration méconnaît entièrement les enseignements catholiques sur la vie et la famille. Il ne devrait pas s’agir d’une déclaration “catholique”. Cette appellation est une tromperie flagrante.

“Il est de plus en plus évident que plus que les milliers d’avortements qu’ils pratiquent chaque année, les hôpitaux du NHS sont devenus des cimetières non seulement pour les enfants à naître mais aussi pour les vivants. Chaque parent au Royaume-Uni, qu’il soit catholique ou non, devra maintenant s’interroger avant l’entrée de leur enfant dans un hôpital de la NHS, leur enfant pourra ne plus jamais être autorisé à revoir la lumière du jour. Que nos évêques continuent de s’allier avec le NHS pour défendre l’indéfendable est incompréhensible.

Vous pourriez être tenté de me caractériser, et d’autres qui partagent mon point de vue de “simples” dont les facultés intellectuelles sont insuffisantes pour saisir pleinement les subtilités éthiques et médicales de l’affaire, je répondrai :

Je connais la tyrannie quand je la vois. Je connais l’oppression quand je la vois. Je connais l’injustice quand la vois. Des milliers d’autres à travers le monde la voient.

Si la hiérarchie de l’Eglise reste silencieuse devant une telle tyrannie, une telle injustice et une telle oppression, elle n’est pas seulement échoué dans sa mission de proclamer l’Evangile de Jésus-Christ, pas seulement échoué à défendre les enseignements catholiques sur la sainteté et la dignité de toute vie humaine, pas seulement échoué à défendre les droits des parents comme premiers éducateurs et seuls protecteurs légitimes de leurs enfants  – chacun de ses échecs doit être individuellement considéré comme un sérieux péché par omission – mais elle deviendra complices et même auteur d’actes graves.

Je regrette de dire qu’avec ce genre de leadership – ou plutôt l’absence totale de leadership que nos évêques montrent – dans ces affaires publics où un témoignage puissant de défense de la vie, de la famille et des droits des parents n’est pas seulement nécessaire mais est une obligation morale il n’est pas étonnant que le troupeau de catholiques pratiquants diminue si rapidement. Car qui veut suivre de tels bergers  Pour que cela se produise si tôt après la saga de Charlie Gard, et avec un résultat essentiellement identique – à savoir le manque total de leadership le manque de convictions et le manque de courage de nos évêques, j’ai peur de dire que j’ai honte d’être un catholique anglais.

Edmund Burke le disait : “La seule chose nécessaire pour le triomphe du mal est que les hommes de bien ne fasent rien”

Avec toute l’espérance que le Saint-Esprit pourra vous donner pour entendre l’appel prophétiques de Saint Jean-Paul II : “Si vous voulez la paix, travaillez pour la justice. Si vous voulez la justice, défendez la vie. Si vous voulez la vie, embrassez la vérité, la vérité révélée par Dieu.
N’AYEZ PAS PEUR.

JP Casey,
Londres, le 27 avril 2018

Source : Lifesitenews (traduit par François Dupas)

L’archeveque de Liverpool a communiqué après la mort d’Alfie Evans. “Nous devons reconnaître que tous ceux qui ont joué un rôle dans la vie d’Alfie ont voulu agir pour son bien. Par dessus tout, nous devons remercier Tom et Kate pour leur amour sans mesure pour leur enfant et l’équipe de l’hôpital Alder Hey pour les soins professionnels à Alfie” a-t-il indiqué dans son communiqué.

Website:

Comments are closed.