Rwanda : la conférence épiscopale demande pardon pour le génocide

        La conférence épiscopale du Rwanda a rédigé une Lettre Pastorale à l’occasion de la clôture du Jubilé de la Miséricorde, survenue dimanche dernier lors de la célébration de la fête du Christ-Roi. Cette lettre qui a été signée par tous les évêques et lue le 20 novembre dernier dans toutes les paroisses du Rwanda, demande pardon de tous les péchés commis dans le cadre du génocide de 1994 de la part des catholiques, tout comme des autres péchés commis par la suite.

S.Exc. Mgr Philippe Rukamba, Evêque de Butaré et Président de la Conférence épiscopale du Rwanda s’est exprimé ainsi à l’Agence Fides :

Il n’est pas possible de parler de Miséricorde au Rwanda sans parler de génocide

« La Lettre est divisée en 14 points – explique à Fides le Président de la Conférence épiscopale. Dans la première partie, nous rendons grâce à Dieu pour tout ce qu’Il nous a donné : la vie, les enfants, la culture, l’Eglise qui a plus de 100 ans. Dans la seconde partie, nous demandons pardon pour le génocide en tant que personnes parce que ce n’est pas l’Eglise en tant que telle qui a commis ces crimes mais ce sont ses enfants qui ont péché. Est également condamnée l’idéologie du génocide qui a constitué un élément important du déclenchement de la tragédie, laquelle a comporté la destruction de tant de vies humaines et du tissus social de notre pays » conclut Mgr Rukamba.

Radio Vatican a communiqué quelques extraits de la Lettre Pastorale qui a été rédigée en kinyarwanda et dont la conférence épiscopale assure actuellement la traduction officielle en français et en anglais, les deux autres langues officielles du pays.

 Nous demandons pardon au nom de tous les chrétiens (impliqués dans le génocide) pour toute forme de péchés commis. Nous regrettons que des membres de l’église aient violé leurs vœux d’allégeance aux commandements de Dieu.

Les évêques de neuf diocèses rwandais y demandent pardon pour tous les crimes de haine commis dans le pays « dans la mesure où en haïssant nos collègues en raison de leur ethnie, nous n’avons pas montré que nous sommes une même famille, mais nous nous sommes tués entre nous ».

Dans ce document, les évêques s’excusent également de ne pas avoir été capables de prévenir le génocide. La lettre rappelle qu’un mois après le début du génocide, Saint-Jean-Paul II était le premier à condamner officiellement les atrocités commises contre les Tutsis. Le Pape affirmait à l’époque que les personnes coupables des massacres seraient responsables devant Dieu et l’histoire.

Plusieurs prêtres, religieux et religieuses catholiques du Rwanda ont été jugés pour participation au génocide, principalement par les tribunaux rwandais, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) ou la justice belge. Certains ont été condamnés, d’autres ont été acquittés.

Website:

Comments are closed.