S. Abad-Gallardo : Qu’est-ce qu’être franc-maçon et qu’en penser ?

Par Serge Abad-Gallardo pour Aleteia et Marie de Nazareth :

La franc-maçonnerie se veut initiation à des secrets très anciens dans un but philanthropique. À l’expérience, elle s’avère une religiosité dogmatique et intolérante, tandis que la relation personnelle au Christ dans l’Église comble et même dépasse les plus hautes aspirations de l’homme.
1. La franc-maçonnerie prétend que ses origines remontent à la plus Haute Antiquité, notamment Égyptienne, aux Templiers, aux Bâtisseurs de Cathédrales du Moyen Âge. La lecture des ouvrages les plus sérieux en la matière démontre que cette thèse est purement mythique. La franc-maçonnerie, qui n’a fait qu’emprunter un vocabulaire et des symboles ésotériques aux initiés égyptiens et aux corporations de bâtisseurs, a été créée à Londres en 1717, puis s’est développée, notamment en France, au cours du XVIIIe siècle. En savoir +

2. La première approche se fait généralement par un ami ou une connaissance qui est dans le même temps un « frère » ou une « sœur ». La franc-maçonnerie recrute plutôt des quadragénaires en quête de sens dans le domaine professionnel et sociétal, existentiel parfois. L’accès est très sélectif. Démissionner ne nécessite qu’une lettre, mais des liens se perdent et des portes se ferment. Écrire sur la franc-maçonnerie, surtout pour exposer des critiques, peut entraîner insultes et menaces. En savoir +

3. Il existe en France plusieurs obédiences maçonniques, et trois principaux rituels : le Rite Écossais Ancien et Accepté (REAA), le Rite Écossais Rectifié (RER), le Rite Français (RF). En savoir +

4. En quoi consiste la « pratique maçonnique » ? Il existe, notamment au REAA,  des « Loges Bleues » (Apprenti, Compagnon, Maître) et des Loges de Hauts Grades (du 4e au 33e degré). Un cloisonnement très strict règne au sein de la franc-maçonnerie, et les grades inférieurs ignorent les secrets des grades supérieurs. Une loge se réunit en général deux fois par mois pour étudier le symbolisme maçonnique ainsi que des questions de société (répartition des richesses, avortement, euthanasie, droit au travail, mariage pour tous etc.). Les tenues sont strictement réservées aux francs-maçons. En savoir +

5. La franc-maçonnerie, s’appuyant sur les concepts théosophiques et ésotériques, considère que « toutes les religions se valent » en ce qu’elles seraient issues d’une seule et même « Tradition Primordiale ». Or il a été démontré que cette théorie d’une source unique à l’ensemble des religions est erronée. En savoir +

6. La franc-maçonnerie voudrait prôner la tolérance à l’égard de toutes les idées, mais en réalité elle ne fait preuve de tolérance qu’à l’égard de celles qui s’inscrivent dans la doxa maçonnique. En savoir +

7. La « double appartenance », au catholicisme et à la franc-maçonnerie, est impossible, pour des raisons formelles et fondamentales. En particulier le droit canonique interdit aux fidèles d’être franc-maçon depuis 1738 et a été réaffirmé en 1983. Même si certaines obédiences, au mieux conservent le silence sur ce point, ou bien au pire énoncent des contre-vérités, la franc-maçonnerie elle-même, par la voix d’un ancien Grand Maître du Grand Orient de France, confirme cette incompatibilité. En savoir +

8. Fondamentalement, plusieurs raisons s’opposent à la « double appartenance ». La franc-maçonnerie possède toutes les caractéristiques d’une religion, éventuellement athée, ce qu’assument certains auteurs bien que d’autres s’en défendent ; elle est aussi dogmatique et ses dogmes dont la « tradition primordiale » sont incompatibles avec la foi chrétienne ; sa vision d’un monde soumis à deux forces en concurrence en fait un dithéisme manichéen ; elle considère la vérité comme une construction humaine, évolutive et subjective. En savoir +

9. J’ai été témoin de la lumière du Christ, incomparable au goût maçonnique pour l’occulte. En distinguant toujours la franc-maçonnerie de ses membres, sachons leur apporter un chemin d’espérance. En savoir +

Infocatho ne vit QUE DE VOS DONS !

Nous avons besoin chaque mois de trouver x personnes qui fassent un don de 50 €

Pourriez vous, en cette période de carême, être une de ces personnes ?

Votre don de 50 € sera exclusivement utilisé à la rédaction et à la diffusion d’articles positifs sur l’Eglise catholique.

Les clercs et les laïcs ont besoin de partager le bien qui se fait, car le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit.

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Website:

Comments are closed.