Si les nominations épiscopales demeurent ratzingeriennes c’est parce que le pape s’en fiche….

Tel est le sentiment de Golias que l’on sait fidèlement dévoué à la vérité, mais là il semble bien que le contenu de l’article soit exact, une fois épurée le fiel propre à ce média “charitable”.

Le pape argentin préfère les périphéries, les Églises non-européennes, cherchant à renverser l’eurocentrisme ecclésial, le déposer et rendre ainsi l’Eglise vraiment catholique. Soit… Mais est-ce une raison pour totalement se désintéresser des Eglises locales, surtout quand on est chargé d’en nommer et remercier les pasteurs et que jalousement on ne veut pas se déposséder de ce pouvoir ? L’évêque de Rome estime que le cardinal Vingt-Trois, archevêque émérite de Paris depuis décembre 2017 mais toujours membre de la Congrégation pour les évêques ainsi que le nonce apostolique en France, Mgr Ventura, lui proposent les meilleurs candidats et donc il signe sans même chercher à comprendre – il faut ajouter à ces deux noms le « missionnaire » Barbarin. Il s’en fout, l’on vous dit. François a oublié que son prénom était lié à notre pays. A partir de là, on ne peut être étonné quand les nominations tombent. Actuellement, sortir de la Communauté de l’Emmanuel ou de la Société Jean-Marie Vianney – fondée par l’imbuvable évêque de Belley-Ars (1987-2012), Mgr Bagnard – est un atout pour obtenir une mitre (avis aux amateurs, il n’est jamais trop tard). En vérité, l’Eglise en France n’a pas 12ressenti l’élection de François, le nonce Ventura s’échinant à maintenir la ligne ratzingerienne des beaux jours.

 

Source

Comments are closed.