Soins palliatifs à domicile, savoir reconnaître les symptômes de fin de vie

L’équipe d’hospitalisation à domicile de la fondation Œuvre de la Croix Saint-Simonveut insuffler de l’humanité jusque dans les derniers moments. L’équipe regroupe sept infirmières, quatre aides-soignantes surdiplômées, une assistante sociale ainsi qu’une psychologue.

Une des infirmières explique : « Au-delà des soins, notre travail, c’est d’anticiper l’urgence, les complications. De couvrir au mieux le moment où l’on n’est pas là (…) Nous poussons nos limites assez loin. »

La formation et l’expertise des soignants spécialisés en soins palliatifs est primordiale,« pour lire les signes d’inconfort ou de douleur, prévenir une dégradation, repérer les symptômes de fin de vie », ajoute une aide-soignante.

Ces connaissances leur permettent régulièrement d’intervenir auprès de patients. Le corps médical constate également que l’appréhension de la singularité de chaque situation est importante car les soignants composent avec toutes les dimensions du patient, physique et psychique, familiale, sociale, professionnelle et même spirituelle : « Nous voyons des personnes de plus en plus instables et complexes (…) On voit aussi toujours plus de précarité, de solitude et d’isolement », conclue Jean-François Ruys, le cadre de santé de l’hospitalisation à domicile à laFondation Œuvre de la Croix Saint-Simon, qui espère que la culture des soins palliatifs à domicile « se diffuse au-delà » (cfSoins palliatifs : Aider à la sortie d’hôpital et au maintien à domicile).

 

 

Source

Comments are closed.