Soudan : le gouvernement veut-il débarrasser le pays du christianisme ?

Non seulement la persécution des chrétiens ne faiblit pas au Soudan, mais elle s’intensifie. Au point qu’on se demande si les attaques antichrétiennes de ces dernières années n’ont pas pour objectif de débarrasser le pays du christianisme. Ce constat rend peut lisible la récente décision du gouvernement de lever – sous conditions, il est vrai – les sanctions qui frappaient le Soudan dont le président Omar el-Béchir est sous le coup d’une mise en accusation par la Cour pénale internationale pour génocide…

 

Cinq responsables de l’Église soudanaise du Christ [Sudanese Church of Christ, SCOC] ont été arrêtés dimanche 22 octobre au prétexte de « trouble à l’ordre public ». Le Révérend Ayoub Matin a été arrêté ainsi que l’évangéliste Habail Abraham, le Révérend Ali Haakim, le pasteur Ambrat Hammad et l’ancien Abdo Elbaya. De telles arrestations sont devenues de plus en plus fréquentes au Soudan. International Christian Concern (ICC) s’est entretenu avec l’un des nombreux pasteurs arrêtés cette année pour comprendre la raison de cette augmentation. Le pasteur Kuwa Shamal qui a été arrêté à de nombreuses reprises, mais n’a jamais été officiellement inculpé, estime que le gouvernement tente de prendre le contrôle de l’Église en détournant la loi.

Selon le pasteur Shamal : « Le gouvernement utilise les tribunaux pour persécuter les chrétiens qui assument pacifiquement leur mandat comme le commande le Nouveau Testament. Après avoir passé 14 mois en prison à Khartoum, j’ai été libéré en janvier de cette année par manque de preuves. J’ai de nouveau été arrêté ce dimanche [22 octobre] pour des raisons sans fondement. Pourquoi le gouvernement veut-il nous obliger à transférer le gouvernement de l’église à un comité choisi [par lui] ? Quel crime avons-nous donc commis ? »

Le Révérend Ayoub Tiliyan, président de la SCOC, a de son côté déclaré à ICC que la persécution des chrétiens a connu une intensification cette année. Il a déclaré : « C’est très troublant de voir qu’un gouvernement auquel nous obéissons, pour lequel nous prions et auquel nous payons nos impôts harcèle des membres de la société pour le simple fait qu’ils appartiennent à une autre religion. C’est devenu une norme depuis des années avec des menaces qui se sont accentuées ces trois dernières années. Beaucoup d’églises ont été démolies, des pasteurs arrêtés et des évangélistes mis en garde de ne pas prêcher l’Évangile aux musulmans. »

Au moins quatre églises de Khartoum ont été fermées ou détruites et des dizaines de pasteurs ont été arrêtés tout au long de cette année. [Le gouvernement] a toujours le projet de démolir plus de vingt églises supplémentaires dans le but de débarrasser le pays du christianisme. Ce dernier incident fait suite à la décision des États-Unis de lever les sanctions en vigueur depuis vingt ans contre le Soudan.

Source Observatoire de la christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les 4 premiers numéros gratuitement

Comments are closed.