Stéphane Bern présente un documentaire décevant sur Jésus

Stéphane Bern présente un documentaire décevant sur Jésus

proposé par l’auteur :

Émission au contenu équivoque consacrée à Jésus le samedi 5 mai au soir sur France 2. Comme on dit : « L’important c’est d’en avoir parlé ». En parlant de l’homme Jésus et en insistant sur le regard ainsi porté sur Lui on est content d’avoir évoqué le prophète ou le Messie.

Oubliant ainsi la réalité du  Fils de Dieu.

Émission au contenu équivoque car réalisée par un membre de cette religion, au sein de laquelle est né le réalisateur, qui ne reconnaît pas Jésus-Christ comme le Messie.

Lequel réalisateur nous procure de très belles images, en particulier de la Palestine.

Il y a des témoins intéressants comme le Cardinal de Paris, Jean-Christian Petitfils ou un ancien moine Didier Long, très sensé, et un Historien juif qui lui reconnaîtrait la réalité de la Résurrection laquelle contrarie pourtant les rabbins.

Mais Stéphane Bern s’est cru obligé de nous imposer la présence et les commentaires d’un moine bénédictin  défroqué (Frère Irénée en religion pendant 20 ans) de son nom d’artiste Michel Benoît, Dominique Sébire pour l’état-civil, présenté comme spécialiste des origines du christianisme. Ce renégat, qui a été chassé de son couvent pour ses propos hérétiques, nous inflige ses commentaires sur une voix doucereuse à la Jacques Gaillot, étrange ci-devant évêque d’Evreux.

– 46 minutes 39 : toujours la sempiternelle question de Jésus et ses 4 frères et  deux sœurs par Marie ou qui sont les enfants d’un premier mariage de Joseph ; aucune allusion à Jésus expirant sur la croix et disant à Jean : « Femme voici ton fils, fils voici ta mère ».

– 50 minutes : Marie-Madeleine et la dernière tentation du Christ ; elle aurait pu être plus…

– 54.34 Miracle de Cana ; en fait de miracle ce sont des jarres au fond desquelles il restait quelques restes de raisins séchés dans du miel et de la myrrhe auxquels l’ajout d’un peu d’eau a permis de faire un excellent vin. Ben voyons ! Je vais essayer.

– 1 H 01 ; piscine de Siloë.  Frère Irénée, qui a travaillé dans les hôpitaux, nous apprend simplement que ce n’est pas un miracle de Jésus mais le choc émotionnel qui a entraîné la guérison de l’aveugle rencontrant Jésus. Je ne suis pas Jésus mais je vais essayer de créer un choc émotionnel chez les aveugles que je connais et faire de la concurrence aux instituts spécialisés !

– 1 H 10  : Jésus se montre violent et colérique avec les marchands du Temple ; c’est vrai que chez ces gens-là il ne faut pas toucher à la banque !

– 1 H 33. La Résurrection de Jésus. Le linge de tête bien plié chagrine Frère Irénée qui nous apprend, c’est un scoop, que ce sont finalement des complices qui, avec des comparses ont roulé la pierre du tombeau, plié les linges, enlevé le corps pour aller le cacher dans une de leurs nécropoles dans le désert où les ossements sont peut-être toujours. Il nous apprend aussi que, pour lui, Jésus délivré de tout, seul compte l’homme Jésus ! Pauvre Irénée ; on comprend que ses supérieurs l’aient viré de son monastère.

D’autres perles vous attendent car il aurait été fastidieux de tout éplucher mais relevons quand même : on nous démontre un tas de choses sur la date de la Nativité la conjonction astrale en un 25 décembre ; on ne nous dit pas si Marie utilisait pour langer Jésus du tissu ou des Pampers ; l’absence de trace ADN sur la pierre du tombeau comme quoi jamais personne, nous assène l’historienne de service, n’y a été inhumé. Quand au Saint Suaire c’est un faux. J’avais entendu une fois sur Europe 1  que c’était Léonard de Vinci qui y avait peint son chef d’œuvre… Plus de cent ans avant sa naissance et peint de telle façon qu’il ne puisse pas être vu ! Quelle abnégation de l’artiste ! Ah !  si Picasso avait pu utiliser ce procédé !

Je piaffe d’impatience de voir traiter de la même façon Mahomet et les traces d’ADN du cheval sur lequel il est monté au ciel avec la controverse menée par un imam apostat. Mais cela m’étonnerait les imams ne peuvent pas apostasier sous peine de rejoindre les ? ? ? (nombreuses vu le nombre de candidats)vierges !

 

Articles liés

Partages