Sur le parcours d’Aurore Bergé

Pour faire suite à l’article d’InfoCatho relatant le fait qu’Aurore Bergé se présentait contre Jean-Frédéric Poisson, voici une contribution sur le parcours de l’intéressée. Pour information :

Élue dans la commune de Magny-les-Hameaux, qui se situe dans le 2ème circonscription des Yvelines , Aurore Bergé n’est ni plus, ni moins une candidate parachutée avec l’étiquette En Marche ! dans la 10ème circonscription des Yvelines, dont le député est Jean-Frédéric Poisson. Ce dernier  est un ancien candidat à la primaire de la droite et du centre, connu et reconnu pour ses positions pro-famille dans le débat politique.

L’intéressée est connue pour avoir navigué au sein de l’UMP/LR, soutenant successivement Fillon, Copé, Sarkozy, Juppé, puis Emmanuel Macron, toujours à la recherche d’une place sur les listes. Elle passe surtout pour être compatible avec la gauche, notamment en raison de ses positions sociétales :

Consciente de ces ambiguïtés et de ces manquements au débat démocratique, je reste en revanche tout à fait certaine que le camp qui est le mien est celui de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. J’irai donc marcher le 27 janvier avec les militants du mariage pour tous, même si je ne suis pas d’accord avec toutes leurs demandes car je me reconnais davantage dans leur démarche et les valeurs qui les animent. J’irai marcher parce que le projet de loi du mariage pour tous trouve chez moi moins de contestation que de soutien.

Dans sa critique de Fillon, elle affirme notamment :

Le discours de la Porte de Versailles de Nicolas Sarkozy en 2007 reste l’un de ceux qui m’ont le plus enthousiasmée. Il invoquait aussi bien Jaurès que Mendès-France ou De Gaulle. On applaudissait Simone Veil et l’IVG. Alors qu’aujourd’hui, on a la Manif pour Tous et Sens commun. Il y a un gouffre entre la droite de Sarkozy en 2007 et celle de Fillon en 2017.

Pour le soutien passé à Nicolas Sarkozy, on peut le constater dans cette capture de tweet :

Favorable aux revendications LGBT, elle prétend avoir été constante dans ses positions, justifiant ainsi son refus de soutenir François Fillon en février 2017 :

En 2013, j’étais allée marcher aux côtés de celles et ceux qui croient en la liberté des individus à faire famille, qu’elle soit hétérosexuelle ou homosexuelle. La droite m’a perdue une première fois quand elle a appelé à défiler contre les droits des autres. En 2017, cette droite m’a définitivement perdue quand elle a choisi un candidat, François Fillon, qui a proposé de revenir sur l’adoption plénière pour les couples homosexuels créant de fait une discrimination entre les enfants en raison de l’orientation sexuelle de leurs parents ; quand elle a choisi un candidat qui a fait de l’IVG un sujet de l’élection présidentielle.

Pourtant, il y eut un temps pas si lointain où elle était visiblement plus souple sur la question, affirmant être “contre le mariage et l’adoption par les couples homos”, même si elle revendiquait être simultanément “contre la bêtise crasse et l’homophobie” :

Enfin, il y eut même un temps – encore plus lointain – où elle soutenait Jean-Frédéric Poisson aux législatives :

 

Comments are closed.