Conférences/Formations #NLQ

Brest – Conférence de Marc Fromager : “Guerres, pétrole et radicalisme, les chrétiens d’Orient pris en étau”

Les Conférences du Ponant vous invitent à l’espace Saint Luc (rue Charles Moults à Brest) le jeudi 8 juin autour de Marc Fromager, Directeur de l’Aide à l’Eglise en détresse

et auteur du livre Guerres, pétrole et radicalisme : les chrétiens d’Orient pris en étau !

Les Conférences du Ponant sont des rendez-vous ouverts à tous, à Brest, qui permettent à des personnalités publiques de s’exprimer librement sur  différents sujets de société en lien avec la pensée de l’Eglise catholique. Elles sont à l’initiative de personnes indépendantes, soucieuses d’œuvrer pour le bien commun. 

 

Conférences/Formations #NLQ

“Guerres, pétrole et radicalisme, les chrétiens d’Orient pris en étau” : Conférence de Marc Fromager à Rouen

GUERRE, PETROLE et RADICALISME :

Les chrétiens d’Orient pris en étau ?

Conférence de Marc Fromager, directeur de l’AED, le mercredi 7 juin à 20h30 au centre diocésain. Il présentera notamment l’aide aux réfugiés chrétiens de Syrie et d’Irak.

Source

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

L’avenir des chrétiens en Orient : le père Samer Nassif à Bourg-en-Bresse

L’AVENIR DES CHRÉTIENS EN ORIENT

Témoignage et prédication du père Jean Samer Nassif, prêtre maronite du Liban, conférencier-prédicateur de l’AED, à l’église Notre Dame :

  • Samedi 27 mai à la messe de 18h30
  • Dimanche 28 mai aux messes de 9h00 et de 10h30.

Son témoignage est poignant, nous vous le recommandons vivement !… Si vous n’avez pas l’occasion de pouvoir aller l’écouter, nous vous en avons transcrit une partie ici.

Aîné d’une famille de quatre enfants, Jean Samer Nassif est né le 20 mai 1967 à Deir-el-Kamar, au Liban, dans le Chouf, lieu de rencontre entre chrétiens et druzes.
Ordonné prêtre en 1993 pour le diocèse de Saïda (le Sidon biblique), nommé curé de paroisse puis professeur de catéchèse à l’Institut St Paul de Harissa, il est ensuite envoyé par son évêque en France pour approfondir sa formation en catéchèse et en théologie. Il rejoint l’AED (Aide à l’Eglise en Détresse) en 2003 pour un service de prédications et de conférences. Il sillonne actuellement la France, multipliant conférences et homélies.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Rouen – 70° anniversaire de l’AED

Le dimanche 4 juin, à 10h30 à la cathédrale, messe célébrée par Mgr Dominique LEBRUN, archevêque de Rouen, en la fête de Pentecôte, à l’occasion du 70ème anniversaire de l’AED.

Source

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Lyon – Messe d’action de grâce pour les 70 ans de l’AED

L’Aide à l’Église en Détresse (AED) vous invite à une messe d’action de grâce présidée par le Cardinal Philippe Barbarin : Vendredi 12 mai à 19h, Primatiale Saint-Jean. 

Conférences/Formations #NLQ

“Chrétiens de R.D.Congo, souffrance et vitalité” : l’AED à Noirétable

Intervention de l’AED (Aide à l’Église en détresse) les 13 et 14 mai 2017 à Noirétable. Prédications par le Père Désiré BAHOLE, de République Démocratique du Congo à différentes messes :

  • Samedi à 18h30 à Cervières
  • Dimanche à 9 heures à Saint Jean la Vêtre et 10h30 à Noirétable.

 

Conférence-Témoignage : “Chrétiens de R.D.Congo, souffrance et vitalité”, samedi 13 mai à 15h30 (8 place de l’Eglise à Noirétable).

Père Désiré BAHOLE

Prêtre de la République Démocratique du Congo depuis 2011, il est dans la région de Bukavu où la guerre fait rage et où trois évêques ont été assassinés.
Les défis pour les chrétiens sont très difficiles.
A la demande de son évêque, il suit une formation pour un Master en Théologie, depuis septembre 2015, au Studium Notre Dame de Vie, à Saint Didier (84). Boursier de l’AED, il prêche au nom de l’Aide à l’Eglise en Détresse, en apportant un témoignage sur la situation des chrétiens persécutés aujourd’hui dans le monde et qui ont besoin de notre soutien.

Source

En Afrique #NLH #NLQ

Congo – Appel à soutenir l’action de l’AED face à l’agonie du pays

La vague de violence qui déchire actuellement la République démocratique du Congo continue de toucher également l’Église. Pourtant, l’espérance de paix reste présente. Les représentants du Grand séminaire récemment attaqué à Malole (Kasai-Centraldemandent des prières pour la paix au Congo et la solidarité afin qu’ils reprennent leur travail. La fondation pontificale Aide à l’Église en Détresse soutiendra la reconstruction dès que la situation sera stable.

Königstein, 11 avril 2017. Mr l’Abbé Richard Kitengie Muembo, recteur du Grand séminaire de théologie Christ Roi de Malole, pillé et partiellement incendié le 18 février par des miliciens luttant contre le gouvernement, a visité le siège international de la fondation pontificale Aide à l’Église en Détresse en Allemagne, accompagné par Mr l’Abbé Apollinaire Cibaka Cikongo, secrétaire exécutif de l’Assemblée Episcopale Provinciale de Kananga (ASSEPKA). Ils ont présenté la situation actuelle de leur séminaire à Kasai-Central et de demander le soutien pour qu’il soit reconstruit et que la formation recommence dès que les conditions de sécurité seront réunies dans cette région du Congo.

« Nous ne pensions pas que nous serions cible de ces attaques. C’est arrivé parce que les miliciens du feu chef coutumier Kamwina-Nsapu voulaient installer leur quartier général dans la parcelle du séminaire. Nous ne l’avons pas accepté, nous avons cherché une solution pacifique et le dialogue. Malheureusement, pour mettre fin au conflit, les autorités locales ont opté pour une solution militaire. Le résultat, c’est que les rebelles ont attaqué notre séminaire le samedi 18 février. Comme nous nous étions rendus compte que la situation commençait à devenir dangereuse, grâce à Dieu, nous avions déjà fait partir les séminaristes », raconte Mr l’Abbé Richard Kitengie Muembo.

« Les 77 séminaristes âgés de 21 à 27 ans, originaires de sept diocèses de la Province Ecclésiastique, ont vécu des situations terribles. Ils ont été obligés de fuir avec ce qu’ils avaient sur eux, pensant que la situation allaient vite se normaliser. Ils ont été accueillis par des familles et ils ont attendu des semaines avant d’être évacués. Pour certains d’entre eux, ainsi qu’on le sait par les médias, cela n’a été possible que grâce à la Mission des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) », a souligné Mr l’Abbé Apollinaire Cibaka Cikongo, qui est aussi membre du corps professoral du Grand séminaire de Christ-Roi. Le séminaire même a été pillé, vandalisé et partiellement incendié. Les Sœurs Carmélites, dont le monastère est situé à quelques 400 mètres du Grand séminaire, ont aussi été obligées de fuir.

En juillet 2016, le chef coutumier Jean-Pierre Kamwina Nsapu Pandi s’était révolté contre le gouvernement central, appelant à la rébellion et attaquant la police locale, à laquelle il reprochait des abus de pouvoir, ainsi que des communautés rivales. Kamwina Nsapu fut tué le 12 août par les forces de sécurité. Ses partisans ont alors amplifié leurs attaques contre le gouvernement. Ainsi, ce qui, à l’origine, était un petit mouvement d’opposition contre le gouvernement, s’est mué en une guerre ouverte. Selon les derniers rapports de la MONUSCO, ce combat a coûté la vie à plus de 400 civils ainsi qu’à un grand nombre de membres des forces de sécurité.

Le 31 mars dernier, un groupe de ces miliciens a attaqué la ville de Lwebo, située à 200 km à l’ouest de Malole. Les rebelles y ont pillé et incendié le siège épiscopal. Ils ont également mis le feu aux bureaux de la Coordination des Ecoles conventionnées catholiques et au Noviciat où sont formées des jeunes religieuses. Finalement, ils ont profané la cathédrale Saint Jean-Baptiste. L’ampleur de ces attaques est inédite : « L’Église catholique jouit d’une bonne considération dans le pays, parce qu’elle ne s’est jamais alignée sur les desseins d’un quelconque groupe politique. Maintenant, on tente de l’entraîner dans ce conflit. Depuis décembre 2016, l’Église agit comme médiateur afin que le gouvernement et l’opposition parviennent à un accord pour organiser la transition », explique Mr l’Abbé Richard Kitengie Muembo.

Dans un communiqué publié le 25 février, ASSEPKA a reproché à l’administration une mauvaise gestion des questions relatives au pouvoir traditionnel, leur manipulation et politisation. L’ASSEPKA considère que les raisons de la violence sont aussi à chercher dans les frustrations d’une région longtemps marginalisée et dans le chômage dont souffrent de nombreux jeunes gens. « Nous avons également entendu parler de rituels superstitieux : ils recrutent des enfants et des adolescents, leur donnent un breuvage, les soumettent à un bain rituel et leur font croire qu’ils sont invulnérables aux balles et qu’ils sont immortels. Comme s’ils étaient sous l’influence de drogues, ils commettent alors des crimes barbares », ajoute Mr l’Abbé Cibaka Cikongo.

La crise du Kasaï, provoquée par les milices de Kamwina Nsapu dans le sud du pays, est l’un des cinq conflits armés en cours au Congo. Dans son Appel du 20 mars 2017 adressé au Conseil de sécurité des Nations unies, la Conférence Episcopale Nationale du Congo dénonce des violations des droits de l’homme dans quatre autres régions du pays. Dans le nord, l’Armée de résistance du Seigneur LRA (Lord Resistance Army) continue à sévir ; la province du Nord-Kivu dans l’est du pays ; la province du Tanganyika, qui est le théâtre de conflits entre les Batwa et les Bantu, et enfin le centre de pays, y compris la capitale Kinshasa, à cause des tensions politiques préélectorales.

Bien que la situation actuelle ne permette pas sa réalisation, les deux représentants ont soumis à l’Aide à l’Église en Détresse un projet de reconstruction afin que la remise en état du bâtiment endommagé par le pillage et par l’incendie puisse être entamée immédiatement dès que les conditions le permettront, pour que le Grand séminaire puisse être à nouveau ouvert le plus rapidement possible : « C’est l’espérance qui nous fait travailler. Nous n’allons pas simplement attendre, car nous voulons que nos séminaristes puissent achever l’année académique qui a été interrompue. Le Grand séminaire le plus proche est à 400 kilomètres. Le manque d’infrastructures, la situation dans le pays et les éléments relatifs à la sécurité ne nous permettent pas d’y envoyer nos étudiants. Nous voudrions aussi demander à tous les bienfaiteurs et amis de d’Aide à l’Eglise en Détresse de prier pour la paix dans notre pays. »

Conjointement à cet appel à l’aide, Mr l’Abbé Kitengie Muembo a également lancé un appel à la communauté internationale : « L’Église catholique en République démocratique du Congo se trouve dans la même situation que l’ensemble du peuple congolais. Des communautés entières se cachent dans la forêt. Les écoles sont fermées, la famine règne… Nous rêvons de la fin de cette guerre absurde. Les pilleurs du monde entier viennent ici pour exploiter le pays. Ceux qui, aujourd’hui, utilisent des technologies modernes, utilisent aussi en quelque sorte le sang du peuple congolais », souligne le prêtre. En disant cela, il se réfère au coltan, un minerai noir composé de colombite et de tantalite, notamment utilisé dans les éléments électroniques des appareils mobiles, systèmes de navigation et ordinateurs. Le coltan compte parmi les « minerais de sang » parce qu’il est exploité sur la base de violations des droits de l’homme et qu’il est utilisé pour financer des groupes armés et donc pour poursuivre les conflits existants.

« Il n’y a qu’une seule humanité. Nous bénéficions des avantages, et c’est bien, mais nous devrions aussi agir au vu de toute cette souffrance. La souffrance des Congolais est la souffrance du monde. Ensemble, nous pouvons mettre fin à la guerre. Il est urgent de sortir de l’indifférence, de rompre le silence. De dire NON à la violence, à l’industrie de la mort, aux usines d’armes et au commerce des armes. La technologie est faite pour améliorer la vie et non pour la détruire. Nous devrions la mettre en œuvre pour parler de cette dure réalité au Congo, pour demander les prières et l’aide internationale, afin que la vie et les droits de l’homme soient respectés », ajoute Mr l’Abbé Cibaka Cikongo.

En 2016, l’Aide à l’Église en Détresse a accordé 3,3 millions € pour soutenir des projets en République démocratique du Congo. L’an dernier, la fondation pontificale a soutenu 41 Grands séminaires dans le pays, ce qui a bénéficié au total à 1.229 séminaristes.

Par Maria Lozano

Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

Soutenir l’action de l’AED au Congo

 

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Vannes – Chapelet pour les chrétiens persécutés

Chapelet pour les chrétiens persécutés à Vannes – Lundi 24 avril 2017 à 19h15

 

Comme tous les 4e lundis du mois à l’église St Pie X à Vannes : récitation du chapelet pour nos frères chrétiens persécutés. Rendez-vous à 19h15, après la messe de 18h30.

Conférences/Formations #NLQ

L’avenir des chrétiens en Orient : témoignage du père Jean Samer Nassif à Brest

L’AVENIR DES CHRÉTIENS EN ORIENT
Témoignage et prédication du père Jean Samer Nassif, prêtre maronite du Liban, conférencier-prédicateur de l’AED. 

Eglise Saint Martin
SAMEDI 22 AVRIL 2017
A la messe paroissiale de 18h

Eglise Saint Michel
DIMANCHE 23 AVRIL 2017
à la messe paroissiale de 8h45

Eglise Saint Louis
DIMANCHE 23 AVRIL 2017
aux messes paroissiales de 10h30 et 18h30

Quête et vente de livres de l’AED à la fin des messes au profit des chrétiens réfugiés d’Irak et de Syrie.

Les chrétiens d’Orient sont les héritiers directs de la foi des premiers chrétiens. Comme eux, ils sont confrontés à la discrimination ou à la persécution.
En Syrie et en Irak, beaucoup d’entre eux ont été poussés à l’exil dans des conditions dramatiques.
Aujourd’hui, ils vivent précairement dans les camps de réfugiés du Liban, de Jordanie, de Turquie et du Kurdistan irakien, dans l’espoir de pouvoir un jour retourner chez eux.
Le départ des chrétiens d’Orient représente un appauvrissement pour tous. Leur maintien ou leur retour au pays est synonyme d’espoir, dans des sociétés marquées par la violence, plongées dans des conflits interminables. Car, fidèles à leur vocation, les chrétiens d’Orient sont des bâtisseurs de ponts entre les multiples communautés ethniques et religieuses qui composent cette région du monde.
Le père Jean Samer Nassif vient nous en parler, au nom de l’AED (Aide à l’Eglise en détresse). Avec lui, avec l’AED qu’il représente, nous pouvons entendre le courageux témoignage de foi des chrétiens d’Orient et répondre à leurs appels, dans la prière et le partage.

Le Père Jean Samer NASSIF
Aîné d’une famille de quatre enfants, Jean Samer Nassif est né le 20 mai 1967 à Deir-el-Kamar, au Liban, dans le Chouf, lieu de rencontre entre chrétiens et druzes.
Ordonné prêtre en 1993 pour le diocèse de Saïda (le Sidon biblique), nommé curé de paroisse puis professeur de catéchèse à l’Institut St Paul de Harissa, il est ensuite envoyé par son évêque en France pour approfondir sa formation en catéchèse et en théologie. Il rejoint l’AED (Aide à l’Eglise en Détresse) en 2003 pour un service de prédications et de conférences.

L’AED (Aide à l’Eglise en détresse)
Fondée en 1947 l’AED est une Fondation de droit pontifical dont la mission est de venir en aide aux Eglises locales du monde entier, éprouvées par la persécution ou la grande pauvreté.
L’action de l’AED répond ainsi aux besoins pastoraux des Eglises dans plus de 130 pays du monde, du Brésil au Vietnam, de l’Inde au Soudan… Chaque année, l’AED reçoit des évêques et des congrégations religieuses du monde entier environ 7.000 appels d’aide, concernant essentiellement :
– la formation des séminaristes, des prêtres,
– la formation de catéchistes,
– l’aide d’existence pour prêtres, religieux, religieuses,
– la publication de livres religieux, bibles, en toutes les langues,
– la production d’émissions religieuses de radio
– la construction ou restauration d’églises, de couvents, de séminaires…
– l’achat de moyens de transport destinés à la pastorale des communautés dispersées
– l’aide caritative dans les camps de réfugiés (Syrie, Jordanie, Liban, Irak-Kurdistan…) et pour les victimes de catastrophes naturelles (Haïti, Philippines…).
600.000 chrétiens dans le monde (dont 70.000 en France) s’associent à la mission de l’AED et participent à sa triple action de solidarité spirituelle, d’information et de partage avec les Eglises souffrantes.

Conférences/Formations #NLQ

L’avenir des chrétiens en Orient : témoignage du père Jean Samer Nassif à Nevers

L’AVENIR DES CHRÉTIENS EN ORIENT
Témoignage du père Jean Samer Nassif
prêtre maronite du Liban, conférencier-prédicateur de l’AED

NEVERS BANLAY – Chapelle Ste Anne
SAMEDI 29 AVRIL 2017
A la messe paroissiale de 18h30

COULANGES-LES-NEVERS – Eglise St Théodore
DIMANCHE 30 AVRIL 2017
à la messe paroissiale de 10h30

Les chrétiens d’Orient sont les héritiers directs de la foi des premiers chrétiens. Comme eux, ils sont confrontés à la discrimination ou à la persécution.
En Syrie et en Irak, beaucoup d’entre eux ont été poussés à l’exil dans des conditions dramatiques.
Aujourd’hui, ils vivent précairement dans les camps de réfugiés du Liban, de Jordanie, de Turquie et du Kurdistan irakien, dans l’espoir de pouvoir un jour retourner chez eux.
Le départ des chrétiens d’Orient représente un appauvrissement pour tous. Leur maintien ou leur retour au pays est synonyme d’espoir, dans des sociétés marquées par la violence, plongées dans des conflits interminables. Car, fidèles à leur vocation, les chrétiens d’Orient sont des bâtisseurs de ponts entre les multiples communautés ethniques et religieuses qui composent cette région du monde.
Le père Jean Samer Nassif vient nous en parler, au nom de l’AED (Aide à l’Eglise en détresse). Avec lui, avec l’AED qu’il représente, nous pouvons entendre le courageux témoignage de foi des chrétiens d’Orient et répondre à leurs appels, dans la prière et le partage.

Le Père Jean Samer NASSIF
Aîné d’une famille de quatre enfants, Jean Samer Nassif est né le 20 mai 1967 à Deir-el-Kamar, au Liban, dans le Chouf, lieu de rencontre entre chrétiens et druzes.
Ordonné prêtre en 1993 pour le diocèse de Saïda (le Sidon biblique), nommé curé de paroisse puis professeur de catéchèse à l’Institut St Paul de Harissa, il est ensuite envoyé par son évêque en France pour approfondir sa formation en catéchèse et en théologie. Il rejoint l’AED (Aide à l’Eglise en Détresse) en 2003 pour un service de prédications et de conférences.

L’AED (Aide à l’Eglise en détresse)
Fondée en 1947 l’AED est une Fondation de droit pontifical dont la mission est de venir en aide aux Eglises locales du monde entier, éprouvées par la persécution ou la grande pauvreté.
L’action de l’AED répond ainsi aux besoins pastoraux des Eglises dans plus de 130 pays du monde, du Brésil au Vietnam, de l’Inde au Soudan… Chaque année, l’AED reçoit des évêques et des congrégations religieuses du monde entier environ 7.000 appels d’aide, concernant essentiellement :
– la formation des séminaristes, des prêtres,
– la formation de catéchistes,
– l’aide d’existence pour prêtres, religieux, religieuses,
– la publication de livres religieux, bibles, en toutes les langues,
– la production d’émissions religieuses de radio
– la construction ou restauration d’églises, de couvents, de séminaires…
– l’achat de moyens de transport destinés à la pastorale des communautés dispersées
– l’aide caritative dans les camps de réfugiés (Syrie, Jordanie, Liban, Irak-Kurdistan…) et pour les victimes de catastrophes naturelles (Haïti, Philippines…).
600.000 chrétiens dans le monde (dont 70.000 en France) s’associent à la mission de l’AED et participent à sa triple action de solidarité spirituelle, d’information et de partage avec les Eglises souffrantes.

Source