NLH #NLQ #Rome

Lancement d’un concours international de vidéos et d’affiches pour la Journée mondiale des communications

Pour la première fois, SIGNIS (Association catholique mondiale pour la communication) et le Secrétariat pour la communication du Saint-Siège lancent ensemble un concours mondial d’affiches et de vidéos sur le thème de la 52ème Journée mondiale des communications, qui célébrée le 13 mai 2018 :

 

« La vérité vous rendra libres : fausses nouvelles et journalisme de paix »

 

Les participants sont encouragés à soumettre une vidéo ou une affiche sur ce thème. Les lauréats recevront une récompense financière, en plus d’une diffusion à portée mondiale.

« Nous encourageons les talents du monde entier à présenter leur travail à notre réseau mondial de médias catholiques, pour aborder ce sujet extrêmement important », a déclaré Helen Osman, présidente de SIGNIS, en annonçant le lancement du concours.

Nataša Govekar, directrice du département théologique et pastoral du Secrétariat pour la Communication du Vatican et sa liaison officielle avec SIGNIS, a expliqué que cette nouvelle initiative avait pour but d’encourager un dialogue international sur les « fake news ». « Nous espérons que cette compétition encouragera et motivera les fidèles, en particulier les jeunes, à contribuer de manière créative au thème des fausses nouvelles et à un journalisme de paix », a-t-elle expliqué.

Les inscriptions au concours doivent être complétées et soumises AU PLUS TARD LE 30 SEPTEMBRE 2018. Les gagnants seront avisés d’ici décembre 2018. Les affiches et vidéos seront diffusées dans le monde entier par les membres de SIGNIS, présents dans près de 90 pays à travers le monde.

Renseignements : signiscompetitions@gmail.comhttp://www.signis.net/nouvelles/evenements/…

Les détails des conditions d’entrée et des droits de propriété intellectuelle sont disponibles sur facebook : https://www.facebook.com/signiscompetitions/

Affiche à télécharger : http://www.signis.net/…

 

A la une #En France #NLQ

La Photo du jour – Paris s’éveille avec la Marche pour la vie

Vous pouvez commander vos tracts ici

Les affiches de la Marche Pour La Vie du 21 janvier fleurissent partout dans Paris !

NLQ #Points non négociables PNN

Quand Châlons se réveille couvert d’affiches contre la PMA – De quoi donner des idées…

Ils ont fait leur apparition dans toutes les rues, semble-t-il, de la ville préfecture ces derniers jours. Des autocollants colorés contre la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation par autrui (GPA), qui s’interrogent avec une fausse naïveté : «  Dis maman, pourquoi moi j’ai pas d’papa ?  »

Les stickers renvoient à un site internet géré par l’association La Manif pour tous, fervente opposante au mariage homosexuel. Une quinzaine de membres des Veilleurs, l’une des entités de l’association, était d’ailleurs sur la place Foch lundi soir pour une lecture de textes et poèmes.

 

Source et suite

En France

Marche pour la Vie : commandez vos tracts

La Marche Pour La Vie est dans moins d’1 mois… Nous aider à communiquer, voilà un bon moyen de la préparer avec nous !

Des tracts, des affiches, des autocollants sont à votre disposition, c’est gratuit et livré chez vous, il suffit de les commander en cliquant ICI.

NLQ #Points non négociables PNN

Affiche VIH, une nouvelle polémique via Béziers : aimer ou faire l’amour ?

 

La campagne de prévention du sida menée à grands frais par le gouvernement s’est doublée d’une polémique qui a totalement déplacé la question et probablement atteint son but officieux sinon l’objet officiel de la campagne.

Nous savons que la sexualité libérée de ces dernières décennies a ouvert une ère de volatilité sexuelle et de pratiques pour le moins originales que le Kamasutra n’aurait pas lui-même imaginé. L’échange de partenaires, la pratique du jetable ont fait de l’amour un succédané kleenex au point que “faire l’amour” c’est “coucher”. A amalgamer tous les mots on ne se rend plus compte que faire l’amour et aimer sont pourtant un seul et même mot. Ainsi on transforme ce qui devrait être l’apothéose de l’amour conjugal en une forme de masturbation à deux. Et pour cela point n’est besoin d’être homosexuel.

Alors pourquoi avoir concentré cette campagne sur les seuls rapports sexuels entre partenaires du même sexe. On peut y voir une volonté de promouvoir, ou pour le moins “d’accoutumer” l’inconscient collectif à la pratique homosexuelle. Et probablement, à la vue de la seconde campagne en cours, il y a de cela. Mais ceci répond également à une vérité non dite, cette sexualité kleenex qui touche homosexuels comme hétérosexuels et autres pose dans le milieu dit homosexuel un vrai problème, ces derniers étant à nouveau très réticents à l’usage du préservatif qui ne procurerait pas “le même plaisir”. Ceci nous renvoyant du reste au principe de l’amour kleenex.

Cette campagne est donc bien ciblée tant du point de vue idéologique que du point de vue de la population à risque. Ce qui n’est guère aimable de la part du gouvernement qui stigmatise là cette population. Mais comme le disait le maire du Chesnay, il eut été possible de dire la même chose de façon plus pudique. Car il est peu probable que cette campagne qui vante la pratique kleenex et promeut la relation de type homosexuel, ait atteint son but préventif. En revanche il a semé la discorde à nouveau dans l’opinion. Le président de l’apaisement n’aura finalement fait que jeter de l’huile sur le feu durant 5 ans.

Alors face à cela le maire de Béziers a lancé une autre campagne de prévention : la fidélité.

Une campagne intéressante à plus d’un point. D’abord, entrant dans la polémique elle ne présente que des couples hétérosexuels. Cela a au moins le mérite de ne pas stigmatiser une part de la population. Portant les réactions tweeter montrent que la population homosexuelle s’est sentie à son tour offensée parce qu’exclue de cette campagne. Notons que les hétérosexuels ne s’étaient pas sentis offensés de ne pas être sur les premières affiches.

Ensuite ces affiches prennent le problème plus largement que par le biais de la prévention des risques du sida qu’elle ne mentionne pas. Il s’agit de préserver le rempart des remparts contre le sida, la fidélité conjugale. Et le titre est évocateur : l’amour ça se protège.

affiche-beziers

Voilà bien une idée saugrenue sortie tout droit d’outre tombe : l’amour ça se protège, ça se construit et parfois même ça s’endure. Sur fond de polémique genrée, de quolibets lgbtistes et de réelles préoccupations de santé, la campagne menée à Béziers rappelle une évidence qui est à l’opposé même de la société kleenex.

D’un côté l’amour est une exigence à construire quotidiennement et qu’il faut protéger, particulièrement dans notre monde libertaire. De l’autre la jouissance personnelle et passagère qui loin d’aimer utilise l’autre, que ce soit de façon homo ou hétérosexuelle.

Deux conceptions de la vie, de l’autre et de l’amour s’opposent sur ces affiches et il n’est pas étonnant que les tweets se déchaînent avec passion puisque l’enjeu n’est rien moins que de transformer un cercle de vices égoïstes en une cycle vertueux altruiste. Car on l’oublie mais l’amour ce n’est pas “moi je” mais “nous nous”.

 

Tiens ça me rappelle un vieux truc ringard que les médias reprochent aux papes !