Brèves

Allemagne : sanctions confirmées contre le médecin ayant fait la promotion de l’avortement

En Allemagne, la publicité pour l’avortement est interdite. Vendredi, un tribunal allemand a confirmé en appel l’amende de 6000€  infligée en première instance à une femme médecin, Kristina Hänel, 61 ans. Elle avait « fait savoir sur internet qu’elle pratiquait l’avortement ». Une pratique interdite par la loi allemande qui, « se fondant sur l’article 219a du Code pénal allemand », assimile c »e type d’information à de la promotion voire de la publicité ».

 

Dans ce pays, 100 000 avortements sont pratiqués chaque année pour 790000 naissances. L’acte n’est pas remboursé par l’assurance maladie.

 

Source : Genethique.org

Articles #NLQ #Points non négociables PNN

Allemagne : une initiative contre l’eugénisme

La Fondation Jérôme Lejeune nous informe que plus d’une centaine de députés et des ministres allemands de tous bords politiques lancent une initiative pour empêcher le remboursement systématique du dépistage prénatal non invasif (DPNI), le nouveau test de dépistage de la trisomie 21. Ils craignent, à juste titre, « une hausse des avortements ». La France suivra-t-elle l’exemple Allemand ?

L’Allemagne est le premier pays européen visé par les promoteurs du test. Dès 2016, dans son livre Les Premières victimes du Transhumanisme, le Président de la Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie Le Méné, avait déjà anticipé l’événement en ces termes :

« Le choix par Sequenom de cibler l’Allemagne libérale comme cheval de Troie était crucial. C’est ce pays qui a permis l’ouverture d’une brèche vers l’Europe de l’Est. Mais pas seulement. L’espace d’influence allemande dépasse largement les seuls pays germanophones et/ou limitrophes. Dorénavant, la plage de débarquement française est prête à accueillir le marché de la mort. Depuis longtemps, le terrain est balisé, la route est tracée et les sentinelles ont été neutralisées. »

Première visée, l’Allemagne est aujourd’hui la première à douter de l’intérêt de ce nouveau test et des implications éthiques qui en découlent. Le député Rudolf Henke rappelle que « chaque vie humaine vaut la peine d’être vécue. Sur le plan éthique, tout être humain a le droit naturel d’être désiré et accueilli ». La question n’est pas : « comment mieux dépister ? », mais : « Que pouvons-nous faire pour contrer efficacement les préjugés à l’égard des personnes handicapées ? ». Une question qui résonne inévitablement avec l’histoire récente de l’Allemagne.

En France, ce test est salué comme un succès technique, médical et éthique. Il est plus « performant » et plus « fiable ». Il permet de « mieux dépister », pour mieux éliminer.Déjà 96 % des enfants diagnostiqués trisomiques sont avortés. La France est à la pointe du dépistage. Que veut-on de plus ? Du 100 % ? Sans débat, le Conseil Consultatif National d’éthique (CCNE) et la Haute Autorité de Santé (HAS) ont validé l’introduction du nouveau test dans le système de remboursement de la sécurité sociale. Un marché estimé à plus d’un milliard d’euros, qui est d’un intérêt majeur pour les multinationales qui vendent ce test.

Les parlementaires français suivront-ils la sagesse allemande ? En cette période de révision de la loi de bioéthique, la Fondation Jérôme Lejeune les interpelle. Elle leur demande de reprendre cette initiative et de ne pas rembourser ce nouveau test.

Source : lesalonbeige

Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Allemagne : un attentat islamiste évité contre une église à Francfort

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

Selon des informations des services de renseignement allemands, reprises par le Jerusalem Post, un individu de 17 ans du nom de Yusuf Erkocoglu, de nationalité turque et allemande, a été arrêté. Il avait notamment pour projet de commettre un attentat contre une église catholique de Francfort-sur-le-Main. Les services de renseignement des États-Unis semblent avoir joué un rôle dans le signalement de cet individu aux services allemands.

Source : Jerusalem Post, 14 septembre

Dans le Monde #Europe non francophone #NLH #NLQ

Allemagne : le crépuscule des chrétiens ?

En Allemagne, l’Eglise catholique et le culte évangélique perdent de plus en plus de fidèles, même si la proportion de ceux qui se revendiquent « chrétiens », dépasse encore la moitié de la population.

Outre-Rhin, les vieux cache-misère post-conciliaires – intercommunion, communion des « divorcés-remariés », diaconat féminin – ne suffisent plus à masquer la triste réalité : le christianisme est en chute libre.

En 2017, l’Eglise catholique comptait près de 244.000 enterrements pour seulement 170.000 baptêmes environ et 9.332 nouvelles entrées ou retours dans l’Eglise. Plus inquiétant encore, le nombre de départs reste élevé : ainsi en 2017, 167.504 personnes ont quitté l’Eglise catholique.

La situation du culte évangélique (EKD) n’est pas plus enviable : en 2017, l’EKD a enregistré le décès d’environ 350.000 membres contre environ 180.000 baptêmes et 25.000 entrées. 200.000 fidèles ont dans le même temps abandonné la confession évangélique.

Cette tendance doit continuer de s’accentuer, affirme la Conférence des évêques d’Allemagne. A moyen terme, cela devrait avoir un impact sur la situation financière de l’Eglise. En effet, outre-Rhin, le montant de l’impôt religieux perçu par le clergé est proportionné au nombre de personnes se déclarant chrétiennes.

A l’inverse, l’islam connait une augmentation d’environ 1,6 % par an, selon les données extrapolées à partir d’une étude du Pew Research Center sur la croissance de la population musulmane en Europe.

Pauvre Allemagne. Que saint Boniface intercède en sa faveur.

Source : FSSPX News

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Pèlerinage à Paderborn (Allemagne) du 27 juillet au 1er août 2018 avec le diocèse du Mans (72)

Le Service diocésain des Pèlerinages du Mans, en lien avec le Pôle Jeunes et la Fraternité Saint-Liboire, vous propose un pèlerinage à Paderborn à l’occasion de la Saint-Liboire du vendredi 27 juillet au 1er août 2018. Le pèlerinage sera accompagné par le Père Hervé-Marie Cotten et présidé par l’évêque du diocèse du Mans, Mgr Yves Le Saux.

PDF - 600.3 ko
Programme pour le pèlerinage de Paderborn. Pour le télécharger, cliquer ici.
PDF - 874.2 ko
Fiche d’inscription pour le pèlerinage de Paderborn. Pour la télécharger, cliquer ici.
PDF - 88.7 ko
Conditions générales de vente pour le pèlerinage de Paderborn. Pour les télécharger, cliquer ici.

Contacts : 02 43 54 50 09 / pelerinages@sarthecatholique.fr

En Europe #NLQ

Allemagne : le gouvernement de Bavière fait accrocher des croix dans les espaces publics

En Bavière, le gouvernement local a décidé de faire accrocher des croix dans les espaces publics comme “symbole de notre identité et notre mode de vie bavarois”. Le crucifix “représente des valeurs élémentaires telles que la charité, la dignité humaine et la tolérance. La croix n’était pas un signe de religion et pas de violation de la loi de neutralité.”

Les Verts se sont opposés à cette mesure qui devrait entrer en vigueur le 1er juin prochain.

Source : Welt

Europe non francophone #NLQ

Allemagne – Des fidèles portent plainte contre leur évêque

Après les malversations financières qui ont fait perdre au diocèse allemand d’Eichstätt, en Bavière, environ 60 millions d’euros, un groupe de catholiques a décidé de porter plainte auprès du Saint-Siège contre leur évêque Mgr Gregor Maria Hanke. La lettre datée du 18 mars 2018 a été adressée au cardinal Benjamin Stella, préfet de la Congrégation pour le clergé ainsi qu’au nonce apostolique à Berlin.

Les fidèles reprochent notamment à leur évêque d’avoir manqué à son « devoir de vigilance » en nommant un « directeur des finances incompétent qui s’est empêtré dans des prêts immobiliers controversés » aux Etats-Unis.

Selon l’agence de presse allemande KNA, Mgr Hanke s’est dit « satisfait de pouvoir connaître exactement les reproches qui lui sont adressés » et qui circulaient jusqu’à présent « sous forme de rumeurs et d’accusations anonymes ». KNA rappelle aussi que la justice allemande a été saisie de l’affaire et qu’elle mène actuellement son enquête.

 

Source

Europe non francophone #NLQ

Allemagne – Une fillette chrétienne poussée à porter le hijab

Parce “qu’elle était blonde, chrétienne, portait un prénom hébreux et ne se couvrait pas d’un foulard islamique”, une élève d’une école de Francfort, en Allemagne, était devenue le souffre-douleur de ses camarades de classe, qui la harcelaient, indique le quotidien Bild.

“Vous pouvez lui donner un foulard !”
Un niveau de violences tel que la mère de la fillette assure avoir dû, à plusieurs reprises, “la faire sortir de l’école pour la protéger”. “Elle a été battue et agressée verbalement sur le chemin de l’école, elle avait des crampes d’estomac et beaucoup de stress avant d’aller en cours”, témoigne-t-elle auprès du journal.

Pour mettre fin à cela, le directeur de l’établissement scolaire a fait part d’une idée pour le moins surprenante à la mère de la victime : lui faire porter le hijab, de manière à la fondre dans la masse et lui éviter les piques des autres élèves. “Votre fille n’a pas à dire qu’elle est allemande. D’ailleurs, vous pouvez lui donner un foulard !”, aurait conseillé le principal à la mère de la fillette, qui a alors changé sa fille d’école primaire. L’école concernée s’est par la suite refusée à tout commentaire.

 

Source Valeurs Actuelles

Europe non francophone #NLQ

Allemagne – Sept évêques demandent un arbitrage contre le cardinal Marx

Est-il envisageable qu’un protestant puisse communier à la messe à laquelle assiste son conjoint catholique ? En février dernier, la Conférence des évêques d’Allemagne présidée par le cardinal Marx, a répondu « oui ». Mais sept prélats d’outre-Rhin, inquiets pour l’unité de l’Eglise, demandent officiellement l’arbitrage de Rome.
En février 2018, la Conférence des évêques d’Allemagne avait approuvé, à la majorité qualifiée des deux tiers, un projet prévoyant d’octroyer à un protestant la possibilité d’assister et de communier à la messe à laquelle participe son conjoint catholique.

Plusieurs prélats se sont immédiatement élevés car une décision d’une telle importance dépasse les compétences de la Conférence épiscopale. Aussi ont-ils décidé d’en référer directement au Saint-Siège.

C’est le journal allemand Kölner Stadt-Anzeiger, dans son édition du 4 avril 2018, qui dévoile les noms des évêques allemands ayant adressé, le 22 mars 2018, une lettre de trois pages à Mgr Luis Ladaria Ferrer, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Les sept signataires sont : le cardinal-archevêque de Cologne Rainer Maria Woelki ; Ludwig Schick, archevêque de Bamberg ; Konrad Zdarsa, évêque d’Augsbourg ; Gregor Maria Hanke, évêque d’Eichstätt ; Stefan Oster, évêque de Passau ; Rudolf Voderholzer, évêque de Ratisbonne et Wolfgang Ipolt, évêque de Görlitz.

A la fin de leur lettre, les évêques implorent le Saint-Siège de « faire la lumière sur ce document (de la Conférence épiscopale) dont nous doutons qu’il soit compatible avec la foi et l’unité de l’Eglise ».

Ce recours au Vatican a été – le fait est à noter – porté à l’insu du président de la Conférence des évêques d’Allemagne, le cardinal Reinhard Marx, par ailleurs archevêque de Munich et Freising. Dans un communiqué officiel publié le 4 avril 2018, le très libéral prélat s’est dit « surpris », pour ne pas dire irrité, par l’initiative de ses sept confrères. Il se défend en mettant en avant la qualité des débats de l’Assemblée générale et l’écrasante majorité ayant prévalu en faveur de l’intercommunion au sein des mariages mixtes. Il évoque la possibilité pour une Conférence épiscopale nationale de permettre la distribution des sacrements de l’Eglise à ceux qui ne sont pas en pleine communion en s’appuyant sur le canon 844 qui le permet « en cas de danger de mort ou de grave nécessité ». Enfin il s’autorise des encouragements du pape François pour aller de l’avant sur le chemin de l’œcuménisme avec les autres chrétiens, y compris par des mesures à caractère pastoral.

Les signataires du recours au Vatican veulent croire que leur appel sera entendu. En juillet 1999, le prédécesseur de Mgr Woelki, le cardinal Joachim Meisner, s’était tourné vers Jean-Paul II pour lui demander d’intervenir dans l’affaire des centres Donum vitaegérés par l’Eglise en Allemagne. Ceux-ci délivraient, avec la bénédiction des évêques, des certificats permettant de recourir à l’avortement. L’intervention de Mgr Meisner avait eu pour résultat une instruction papale condamnant cette pratique.

Il est à espérer qu’en 2018 à son tour, la Congrégation pour la doctrine de la foi entende la voix des sept prélats et fasse prévaloir le primat de la foi sur les ambiguïtés entretenues et diffusées dans l’Eglise, a capite usque ad calcem.

 

Source

Europe non francophone #NLQ

Allemagne – Monseigneur Schick dénonce les attaques anti-chrétiennes

C’est la revue FAZ Woche qui a recueilli les propos de l’archevêque. Ce dernier effectue une mise en garde en raison du nombre croissant d’attaques contre les chrétiens en Allemagne. Par la même occasion, il a exhorté les gens à être extrêmement vigilants. Selon Monseigneur Schick (archevêque de Bamberg, en Allemagne.) , il existe « des tendances à la radicalisation de certains groupes de musulmans ».

Des propos qui détonnent alors qu’une partie du Clergé européen ne cesse d’encourager l’arrivée de migrants, même musulmans, sur le continent.

Mais l’homme d’église va plus loin et évoque un sujet particulièrement sensible en Allemagne. Selon lui, depuis le début de la grande vague migratoire qui a commencé en 2015, certains de ces nouveaux arrivants « ne comprennent pas ou n’acceptent pas l’ordre libéral de notre pays ». Avant de parler de « ceux qui ne sont pas venus comme réfugiés mais comme des terroristes ». Nous sommes loin, très loin des positions de Jorge Mario Bergoglio.

« Religion majoritaire »

Alors que l’intégration des migrants dans la société allemande ne cesse de poser problème, au point d’avoir sérieusement fragilisé Angela Merkel, l’archevêque ne mâche pas ses mots.

« Vous ne pouvez pas intégrer notre société si vous n’appréciez pas ses valeurs », martèle-t-il. Puis d’ajouter : « Comment voulez-vous vivre dans un pays en tant que citoyen parmi les citoyens quand vous méprisez les croyants qui appartiennent à la religion majoritaire ?  »

La référence aux attaques antichrétiennes de la part des musulmans apparaît alors sans ambiguïté.

Tensions sociétales

D’une façon plus générale, Monseigneur Schick considère que « la cohésion sociale et la coexistence pacifique  » sont menacées. Il dénonce aussi les attaques contre les foyers pour demandeurs d’asile et précise au passage que « les crimes antisémites ont considérablement augmenté » tandis que « les chrétiens ont également été attaqués« .

En conclusion, il faut rappeler qu’au cours de l’année 2017, plus de 100 attaques antichrétiennes ont été recensées en Allemagne, dont un meurtre, neuf agressions et un incendie criminel. Dans environ un quart des cas, ce sont des églises et des symboles chrétiens qui ont été visés.

Source Breizh-info