Conférences/Formations #NLQ

Dédicace du livre de Blanche Streb “Bébés sur mesure” le 14 juin 2018 à la librairie Gay-Lussac à Paris

Blanche Streb, docteur en pharmacie et directrice de la formation et de la recherche pour Alliance VITA, nous explique le devenir de la bioéthique et de la ligne rouge déjà franchie dans les laboratoires sur l’avenir des nouveaux « bébés sur mesure ».

Elle dédicacera son livre (vous pouvez apporter le vôtre ou bien l’acheter sur place)

Jeudi 14 juin 2018 de 17h30 à 19h30

Librairie Gay-Lussac, 49 rue Gay-Lussac

75005 Paris

(Métro Censier Daubenton, Place Monge, Port-Royal, Luxembourg. Bus 21 ou 27 arrêt “Feuillantines”)

Blanche Streb, invitée d’Europe 1

https://www.alliancevita.org/2018/06/procreation-assistee-blanche-streb-invitee-deurope-1/


Blanche Streb, invitée de RCF

https://www.alliancevita.org/2018/05/recherche-lembryon-blanche-streb-invitee-de-rcf/

(Source : France Catholique)

Brèves

L’enseignement sous contrat peut-il retrouver sa liberté ?

Deux articles du Parisien publiés aujourd’hui peuvent nous en faire douter.

Le premier concerne le collège Sainte-Marie à Meaux, où le directeur Bertrand Thomas s’apprête à partir à la retraite. Une partie des enseignants s’est mise en grève durant une heure. Plus des trois quarts d’entre eux — 75 sur 94 — ont signé une lettre ouverte adressée au directeur diocésain du département. Ils s’opposent à la nomination de Virginie Maury, qui a commis le crime d’être… proche de l’Opus Dei, d’être actuellement responsable du lycée Gerson à Paris où l’association pro-vie Alliance Vita était intervenue. Virginie Maury a été la directrice du collège des Vignes à Courbevoie (Hauts-de-Seine), un établissement lié à l’Opus Dei. Virginie Maury n’était qu’une candidate parmi d’autres. Devant l’hostilité, elle a jeté l’éponge.

L’autre concerne le lycée parisien Saint-Jean de Passy, où des parents et des enseignants dénoncent un virage « tradi » de la part de la direction. Les initiatives du chef d’établissement, François-Xavier Clément, ne plaisent pas à certains professeurs, venus dans cet enseignement catholique pour d’autres raison que la religion. Pour le moment, l’APEL soutient ce directeur, qui ne faiblit pas face à l’hostilité : port de l’uniforme obligatoire depuis la rentrée 2017, pour les filles et les garçons de la 6e à la Seconde,  érection dans la cour d’honneur d’une imposante statue de la Vierge, flanquée de deux drapeaux, français et européen, départ de cadres et de professeurs (6 des 14 professeurs de prépa), deux procédures de licenciement.

Il n’est pas simple pour des directeurs catholiques de l’enseignement diocésain de vouloir recatholicier leur école, devenues des boîtes à fric et à bac. Il faut alors subir l’hostilité de certains enseignants et de certains parents, venus dans ces établissements bien souvent pour des raisons confort social.

Source : Riposte-catholique

Conférences/Formations #NLQ

Soirée débat – Préparation de la loi bioéthique – le 17 mai 2018 à Albertville (73)

A l’initiative de RCF Savoie et de chrétiens de l’agglomération d’Albertville,
une soirée d’échanges aura lieu  jeudi 17 mai de 19h30 à 21h30
Salle du Val-des-Rose à Albertville

La soirée sera organisée en trois temps pour mettre en lumière les enjeux de la nouvelle loi de la bioéthique qui sera débattue au premier semestre 2019. Procréation et société, prise en charge de la fin de vie, ainsi que plusieurs questions touchant à la santé et à l’information seront abordées. Des intervenants de divers horizons de pensée participeront aux débats : professionnels de la santé, représentant de l’Eglise catholique et du monde associatif.

Les états-généraux de la bioéthique, préalables à la révision de la loi tous les sept ans, se sont ouverts en février et se sont achevés, formellement, fin avril. Le comité national doit en produire une synthèse en juin, avant un “événement de niveau national” prévu le 7 juillet, date anniversaire de la loi de 2011. Le gouvernement déposera au Parlement, à l’automne, un projet de nouvelle loi qui sera examiné au premier semestre 2019.
Les sujets soumis à la discussion des citoyens ont donné lieu à deux débats très suivis, à Chambéry, le 6 mars au lycée Vaugelas et le 3 avril à l’Institut de formation en soins infirmiers. Au-delà des états-généraux proprement dits, la réflexion et l’expression des points de vue va évidemment continuer, chacun pouvant faire connaître le sien à son député ou à son sénateur en vue des travaux parlementaires à venir.
Sur les neuf sujets que devra couvrir la future loi et dont traitent les états-généraux, deux ont été retenus pour la soirée organisée le 17 mai à Albertville : procréation et société, prise en charge de la fin de vie. Une troisième partie réunira plusieurs questions touchant à la santé : environnement, examens génétiques, protection des données de santé.
Des intervenants de divers horizons participeront aux débats : les docteurs Catherine Molina d’Aranda, Bernard Foray, Bernard Turpin, Roger Ghawi ; Sabine Le Bideau, responsable du service interdiocésain de la pastorale de la santé ; Camille Lavaud, déléguée départementale d’Alliance Vita ; maître Anne-Marie Lazarrima, avocate et Pierre Basset (Espace de réflexion éthique Auvergne-Rhône-Alpes).

 

Ecouter l’annonce et la présentation de la soirée faite sur RCF, avec interview de Patrick Jarreau

NLQ #Points non négociables PNN

Procréation artificielle : Blanche Streb appelle à un sursaut éthique pour sortir de la fascination technique

Blanche Streb, responsable des questions de recherche et de formation chez Alliance Vita, auteure de “bébés sur mesure, le monde des meilleurs” (éd. Artege) est l’invitée de RCF.

Il y a cinq ans était adoptée la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe. Alliance Vita a fait partie de ceux qui se sont mobilisés contre le mariage pour tous. Cinq ans après, on a l’impression que le mariage homosexuel est passé dans les mœurs, et que même chez Alliance Vita, son abolition n’est plus une priorité.

“Tous les désirs d’enfant ne sont pas légitimes”

“Ces cinq ans qui viennent de s’écouler révèlent que l’immense mouvement social qui a eu lieu avait raison sur toutes les conséquences. Aujourd’hui, on continue de dire mariage pour tous alors qu’il s’agit du mariage et de l’adoption pour tous. Derrière cette loi, il y a l’enfant, il y a toujours eu l’enfant. Et on voit que la PMA et la GPA progressent par le droit dans notre pays. L’intérêt de l’enfant a toujours été notre préoccupation” explique la responsable des questions de recherche et de formation chez Alliance Vita.

Pour cette dernière, la loi Taubira a ouvert des portes. “On voit aujourd’hui toutes les revendications qui avancent et on entend les promoteurs du mariage pour tous qui disaient que le mouvement social exagérait, aujourd’hui dire que c’est le mariage pour tous qui ouvre de telles conséquences. Ils ont changé de position. Certains reconnaissent même avoir menti du début à la fin pour obtenir ce pourquoi ils se battaient. C’est aussi un anniversaire un peu funeste, avec un déni de démocratie” ajoute-t-elle.

Dans son livre, à l’origine des bébés sur mesure, il y a le désir d’enfant. Pour Blanche Streb, ce dernier a été absolutisé. “C’est un désir extrêmement fort. Tout part du désir d’enfant. Certains couples traversent cette immense souffrance. Et c’est cette souffrance que la médecine a voulu compenser par des méthodes qui peuvent être éthiques. Mais aujourd’hui, n’importe qui peut s’offrir un enfant, en achetant du sperme, des ovocytes sur Internet, voire en louant une mère porteuse à l’étranger. Et le désir a tendance à s’absolutiser. Tous les désirs peuvent être entendus mais tous les désirs ne sont pas légitimes” précise Blanche Streb.

“L’eugénisme devient technique, et technologique”

 

“Des bébés parfaits, et des bébés à tout prix”

Dans son ouvrage, Blanche Streb dénonce une double tyrannie. La tyrannie des bébés parfaits, et la tyrannie des bébés à tout prix. “Ce sont deux voies sans issue. Le bébé parfait, c’est le bébé qu’on va trier avec par exemple le diagnostic préimplantatoire. Le bébé à tout prix, c’est un bébé qu’on va vouloir fabriquer en lui donnant à tout prix un peu de son patrimoine génétique quand bien même on faisait peser sur lui d’immenses risques sur sa santé future” analyse cette membre d’Alliance Vita.

Au fond, Blanche Streb dénonce aujourd’hui “un eugénisme 2.0”. “C’est un eugénisme qui devient très technique, très technologique, qui s’instaure insidieusement dans notre pays. La technique nous l’impose de plus en plus. Notre société s’y acclimate dangereusement. Nous sommes encore relativement préservés sur certaines méthodes” rappelle-t-elle, précisant toutefois que les choses progressent très vite, en France notamment. Au cœur de ces débats, il y a évidemment la place donnée à l’embryon. “L’embryon n’a pas besoin d’être réhumanisé parce qu’il l’est pleinement. Ceux qui se battent tellement pour l’avoir nous le prouvent. L’embryon est un être humain. Cela fait consensus” explique Blanche Streb.

Face à cela, Alliance Vita appelle à lutter contre ces lobbys et ces puissances industrielles qui promeuvent de telles dérives. Un combat difficile. “C’est compliqué car le marché s’installe de plus en plus. Les lois ont du mal à suivre les techniques qui s’emballent. On n’arrive plus à prévoir sur ce quoi il faut être prudent. Il appartient à tous et à chacun de se former, de regarder ces sujets, de prendre conscience de ce qui se met en place. Nous pourrions nous sortir de cette fascination de la technique, et de nous émerveiller sur un certain nombre de choses, comme la biodiversité humaine” conclut-elle.

Source : RCF

 

Conférences/Formations #NLQ

Soirée bioéthique le 20 avril 2018 à Pellevoisin (36)

La science au service de l’Homme ? … au service de tout l’Homme ? … de tout Homme ?

NLQ #Points non négociables PNN

Ouverture d’un showroom clandestin de la procréation le 17 avril 2018 – Alliance Vita

Pour dénoncer la menace cachée derrière la notion de « PMA pour toutes », l’association expose pendant 3 jours un « marché de la procréation » dans une boutique située passage Choiseul, rue commerçante du 2ème arrondissement de Paris.
Comme l’ont expliqué successivement Tugdual Derville, délégué général, Caroline Roux, coordinatrice de ses services d’écoute et directrice de VITA international, Blanche Streb, directrice de la formation et de la recherche, cette initiative vise à prévenir le basculement de notre société dans ce marché qui fait de l’être humain « un produit, une marchandise qu’on fabrique sur commande, qu’on sélectionne et qu’on trie, qu’on achète et qu’on jette ».
La prétendue « PMA pour toutes » dont la France débat cette année vise à abandonner le critère d’infertilité médicale pour accéder aux techniques de procréation artificielles. Alliance VITA démontre qu’il s’agit-là d’un basculement vers un nouveau paradigme procréatif – le droit à l’enfant fabriqué par PMA – qui aurait des conséquences abyssales pour la dignité humaine en général et les êtres humains les plus fragiles en particulier.
Par cette boutique où sont présentés en rayonnage des femmes porteuses, des géniteurs anonymes, des stock de gamètes, et des bébés sur mesure, VITA dénonce :

ce qui se fait déjà ailleurs,
ce qui se propose déjà en France, en toute impunité,
et ce qui pourrait se faire demain, en toute légalité…
Lorsque la loi ne la régule pas, les nouvelles techniques ne cessent d’ouvrir de nouveaux marchés, créant une surenchère de demande : vente de gamètes, location de ventres, optimisation des êtres humains, bébés sur commande, systématisation du DPN et du DPI, FIV 3 parents, embryon OGM, gamètes artificiels, auto-engendrement etc.

Que le marché de la procréation soit libéral – dicté par la recherche des profits – ou étatique – contrôlé par l’Etat – il porte en lui-même des germes de totalitarisme et d’eugénisme. Car l’enfant-produit comme l’homme producteur de gamètes ou la femme productrice d’enfant sont traités comme des choses ou des machines.

Les Etats généraux de la bioéthique ont permis de mesurer combien les citoyens qui s’intéressent à ces questions sont hostiles à l’instauration d’un « droit à l’enfant » et à l’eugénisme induit par les nouvelles techniques procréatives. Emmanuel Macron ne peut pas l’ignorer.

Le showroom clandestin d’Alliance VITA constitue « le dernier appel au président de la République avant mobilisation générale ».
C’est lui qui doit trancher ultimement ; Alliance VITA lui demande  que la France :

protège son principe de non-marchandisation du corps et des éléments du corps humain
défende partout dans le monde la dignité de la personne humaine contre le marché ultra-libéral dérégulé des êtres humains.

 

Source et dossier de Presse

Conférences/Formations #NLQ

Conférence – Bioéthique : encourager le progrès, apprécier les limites – à Versailles (78) le 12 avril 2018

A l’occasion des Etats Généraux de la Bioéthique, grande conférence diocésaine « Encourager le progrès, apprécier les limites », le Jeudi 12 avril à 20h30 à la cathédrale St Louis de Versailles.
.
Intervenants :
Père Brice de MALHERBE (Codirecteur du département d’éthique biomédicale aux Bernardins)
Tugdual DERVILLE (Délégué Général d’Alliance Vita)
et le Docteur Anne-Cécile COURAU (Unité de soins palliatifs du Centre Hospitalier de Puteaux)
.
Nous vous attendons nombreux !

NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Etats Généraux de la bioéthique- nous sommes déjà à mi-parcours

A mi-parcours des Etats Généraux de la Bioéthique et au lendemain de notre (Alliance VIta) audition auprès du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE), il est urgent de ne pas faiblir dans notre mobilisation sur tous les sujets débattus.

A cette occasion, Alliance VITA publie son dossier d’analyses et de propositions remis au CCNE lors de son audition le 8 mars dernier.

LES DROITS DES PLUS FRAGILES, au coeur de la révision de la loi de bioéthique.

L’emprise de la technique, de l’économie et de la finance est devenue si importante que l’être humain, par essence vulnérable, risque de devenir une simple variable d’ajustement, voire une marchandise dans un marché globalisé tout-puissant.

 

Vous pouvez le télécharger ici

 

En France #NLH #NLQ

Alliance VITA lance sa 13ème Université de la vie : 15, 22, 29 janvier et 5 février en France et à l’étranger

Alors que se profile la révision de la loi de bioéthique annoncée par le gouvernement pour 2018, Alliance VITA lance une nouvelle session de l’Université de la vie sur le thème : Que faire du temps ? – Défi bioéthique, défi d’écologie humaine

 

Dans plus de 130 sites en France et à l’étranger (* 12 pays), 6000  personnes sont attendues à ce nouveau cycle de formation dispensé lors de 4 soirées les lundis 15, 22, 29 janvier et le 5 février 2018.

 

Avec cette 13ème session de l’Université de la vie, un parcours de réflexion sera proposé autour des grandes questions liées au respect de la vie et de la dignité humaines. Alliance VITA contribue ainsi à nourrir le débat public souhaité dans le cadre des Etats généraux de la bioéthique.

 

Des interventions d’experts et de témoins – philosophes, économistes, médecins, sociologues – viendront compléter l’expérience de terrain et l’action des services d’écoute mis en œuvre par Alliance VITA.

Dossier de presse – Université de la vie 2018

Présentation | Intervenants | Programme | Villes participantes

Cette formation est accessible et ouverte à tous. Pour s’inscrire, rendez-vous sur le site

 

Inscription en ligne

(*) Allemagne, Belgique, Emirats Arabes Unis, Etats-Unis, Italie, Liban, Luxembourg, Mexique, Nigéria, Portugal, Royaume Uni, Suisse.

NLQ #Points non négociables PNN

Quel avenir pour la personne humaine après le tsunami du quinquennat Hollande ?

Derrière les hésitations économiques et sociales du quinquennat qui s’achève se cache une logique implacable, celle d’une véritable « casse sociétale ». Pourquoi cette réalité a-t-elle largement été occultée pendant les cinq années de législature ?

TD Vita

Au total, nous avons comptabilisé en 5 ans plus de 30 mesures qui ont fragilisé les repères structurant la société : famille, filiation, conception de la vie, de son commencement à sa fin.

UNE QUESTION S’IMPOSE DONC AU CŒUR DE CETTE CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : QUEL CANDIDAT OSERA RÉPARER LA CASSE SOCIÉTALE ?

Télécharger le Bilan occulté du quinquennat