A la une #Articles #Doctrine / Formation #NLH #NLQ #Théologie

Les apports dogmatiques de Vatican II selon Arnaud Dumouch

Comprendre les apports dogmatiques de Vatican II en 9 canons.
Les Conciles de jadis se terminaient par une série de “canons” qui en résumaient la portée. Les Pères du Conciles Vatican II refusèrent d’agir ainsi, livrant au peuple de Dieu un texte long et difficile à comprendre.

55 ans après la clôture du Concile, il peut être utile de donner un outil pédagogique simple qui distingue deux parties :  D’abord les apports admirables (et marqués d’infaillibilité) de ce Concile pour la doctrine de la foi.

Mais aussi les décisions pastorales fragiles et sujettes à caution.

Ce travail a été commencé par un théologien laïc et thomiste, Arnaud Dumouch. Il serait intéressant que des laïcs l’améliorent et suggèrent à la hiérarchie d’en faire un document pour l’usage de l’Eglise universelle.

I) La liste des neuf principales vérités dogmatiques (infaillibles) développées dans Vatican II :

1° L’homme est par nature un être libre et la liberté religieuse est une condition de sa nature. C’est un nouveau “préambule de la foi”.

2° L’Ordre des évêques est un ordre indépendant, radicalement non réductible à l’Ordre des prêtres, quoiqu’en dise saint Thomas d’Aquin. S’il ne donne rien de plus que le sacerdoce quant à l’eucharistie, il porte la plénitude de la grâce pour perfectionner le peuple de Dieu.

3° Le mariage est ordonné de manière indissociable à l’amour réciproque des époux et au don de la vie (et non à la procréation et à l’assouvissement du désir, comme l’enseignait saint Thomas d’Aquin).

4° Les religions autres que le christianisme ne donnent pas le salut (il est donné par la charité vivante fondée sur la foi et sources d’œuvres -Concile de Trente, session VI-) mais elles possèdent en elles des “semences mises par l’Esprit Saint” qui disposent les âmes des non-chrétiens au salut.

5° Les christianismes séparés, bien qu’ils souffrent de déficiences sur tel ou tel point, peuvent certainement produire la vie de la grâce et on doit reconnaître qu’ils donnent accès à la communion du salut (Unitatis Redintegratio, 3).

6° Nous devons tenir que Dieu proposera à tous, sans exception, la possibilité d’être sauvé (c’est le seul dogme à forme solennelle du saint Concile Vatican II, voirGaudium et Spes 22, 5, repris de Pie XII Mystici Corporis 186).

7° Le sacrement de l’eucharistie a pour but l’union par la charité de Dieu et de l’homme (et non seulement la glorification de Dieu).

8° L’infaillibilité pontificale s’exerce de manière extraordinaire, solennelle ou ordinaire (reprise par Lumen Gentium et confirmation des définitions du Concile Vatican I, 1870).

9° L’Ecriture sainte n’est pas dictée par Dieu mais inspirée par Dieu à de vrais auteurs humains qui ont écrit avec leurs mots et leur faillibilité. L’Ecriture est infaillible sur la doctrine du salut et sa révélation progressive, pas sur le reste. (Constitution dogmatique Dei Verbum).

II) La liste des principales orientations pastorales prudentielles (faillibles) développées dans Vatican II :

1° On remplace une pastorale réprimant la liberté de l’erreur par une pastorale de la liberté de conscience, de réunion, y compris pour ceux qui prônent l’erreur (Applications : suppression de l’Index des livres prohibés, absence de canons anathémisant l’erreur à l’issue de Vatican II) (dignitatis humanae).

2° On remplace une pastorale dénonçant l’erreur et l’incapacité à sauver des religions non chrétiennes par une pastorale cherchant en premier à connaître et admirer les “semences mises par l’Esprit Saint” qui disposent les âmes des non-chrétiens au salut (Nostra Aetate).

3° On remplace une pastorale dénonçant les déficiences des confessions chrétiennes séparées par une pastorale qui regarde et admire la vie de la grâce est produite par elles (Unitatis Redintegratio).

4° On remplace l’évangélisation des païens portée par l’inquiétude pour leur salut par une pastorale de l’annonce joyeuse de la bonne nouvelle du salut, puisque nous savons  que Dieu proposera à tous, sans exception, la possibilité d’être sauvé (Gaudium et Spes 22, 5, Nostra Aetate).

5° On remplace l’autel du sacrifice par une table sacrificielle puisque le but du sacrement de l’eucharistie est l’union par la charité de Dieu et de l’homme (et non seulement la glorification de Dieu).

Source