Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Trois propositions spirituelles pour vivre le temps de l’Avent intensément !

Hozana.org est un réseau social de prière chrétien qui rassemble déjà plus de 330 000 chrétiens à travers le monde entier. À l’occasion de l’Avent, retrouvez sur la plateforme des propositions spirituelles pour préparer vos cœurs à la naissance du Christ. Laquelle choisirez-vous ?

Trois propositions pour l’avent 2019 sur Hozana

Le temps de l’Avent est un moment très spécial pour les chrétiens. Hozana vous accompagne en vous proposant des communautés de prière au contenus variés afin de vous préparer à Noël :

– Vivez l’Avent avec les personnes en situation de précarité. Cette année, le Secours Catholique Caritas France nous invite à méditer la Bible à travers les yeux des plus pauvres, en recevant deux fois par semaine un texte de l’Évangile commenté par les personnes de la rue.

– Préparez-vous à la naissance de Jésus dans la joie avec les chanoines de l’abbaye de Mondaye en recevant chaque dimanche des réflexions sur les quatre degrés de l’amour, ainsi qu’un psaume et une image, pour prier avec saint Bernard de Clairvaux.

– Enfin, vivez une retraite en ligne avec les frères Carmes sous le regard du père François de Sainte-Marie : recevez chaque jour des méditations en images, des réflexions sur la Vierge Marie ainsi que des pistes de mise en pratique de l’Évangile !

 

Et concrètement, comment ça marche ?

Pour vous inscrire, rendez-vous sur la page de la communauté́ qui vous intéresse, cliquez sur « Je m’inscris », puis connectez-vous ou inscrivez-vous. Une fois inscrit, vous recevrez tout au long de l’avent le contenu spirituel pour vous aider à vous rapprocher du Seigneur ! Chaque fois qu’une publication apparaitra dans la communauté de prière, vous la recevrez sur votre boite mail et sur votre coin prière sur Hozana (via l’ordinateur ou l’application smartphone), afin de vous permettre de prier à n’importe quel moment de la journée, où que vous soyez !

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Trois conférences sur l’écologie intégrale les 4, 11 & 18 décembre 2019 à Vannes (56)

Le diocèse de Vannes organise trois conférences sur l’écologie intégrale :

Annonces #NLH #NLQ #Récollections/Retraites

Récollection à Perpignan (66) le 7 décembre 2019 avec le Père Michel-Marie

Le père Michel-Marie est l’invité de la récollection de l’Avent du doyenné de Perpignan qui aura lieu le samedi 7 décembre de 9h à 16h30. Il y donnera deux conférences sur la Vierge Marie et sur saint Jean-Baptiste. Pour davantage de renseignements ou pour vous inscrire, veuillez vous adresser au secrétariat de la Communauté de Paroisses jusqu’au 30 novembre 2019.

A la une #Articles #NLH #NLQ #Rome

Le Pape François fait une catéchèse en français : “Vivre Noël, c’est se laisser bousculer par ses surprenantes nouveautés”

« C’est accueillir la revanche de l’humilité sur l’arrogance

« Vivre Noël, c’est se laisser bousculer par ses surprenantes nouveautés », rappelle le pape François en s’adressant aux francophones lors de l’audience générale de ce mercredi 19 décembre 2018, en la salle Paul VI du Vatican.

Le pape a mis en garde contre en quelque sorte le faux Noël : « Frères et sœurs, A six jours de Noël, les décorations et les lumières rappellent partout que ce sera la fête. Mais quel Noël voudrait Dieu, quels cadeaux et quelles surprises ? »

Il a invité à contempler le « premier Noël » pour trouver la réponse : « En regardant le premier Noël de l’histoire, nous découvrons les goûts de Dieu. Qu’il s’agisse de Marie ou de Joseph, Noël a apporté dans leur vie des changements inattendus. Mais c’est dans la nuit de Noël que survient la plus grande des surprises : le Très-Haut est un petit bébé et la Parole de Dieu est un enfant, « incapable de parler », accueilli par de simples bergers et non pas par les autorités de l’époque ! »

Le pape a invité à être disponible aux surprises de Dieu qui viennent à noël : « Ainsi, Noël est la célébration de l’inédit de Dieu, ou mieux encore, d’un Dieu inédit qui renverse nos logiques et nos attentes. Et vivre Noël, c’est se laisser bousculer par ses surprenantes nouveautés. »

Concrètement, le pape a souligné les choix à faire : « C’est accueillir la revanche de l’humilité sur l’arrogance, de la simplicité sur l’abondance, du silence sur le vacarme, de la prière sur mon temps, de Dieu sur mon ego ! Malheureusement, on peut se tromper de fête et préférer à la nouveauté du Ciel la routine de la terre ! S’il vous plaît, ne faisons pas de Noël une fête mondaine et ne mettons pas de côté le Roi de la fête : ne nous laissons pas entraîner sur la voie des futilités, mais soyons des veilleurs en priant ! »

Le pape a invité à regarder Joseph, Marie, Jésus, les bergers : « Comme Joseph, donnons de l’espace au silence ; comme Marie, ayons confiance en Dieu et disons-lui : « Me voici » ; comme Jésus, faisons-nous proches de celui qui est seul, du pauvre, pour trouver, à la suite des bergers, la lumière dans la pauvre grotte de Bethléem ! »

Source : Zenit.org

Doctrine / Formation

Vatican : Deuxième méditation de l’Avent par le prédicateur de la Maison pontificale

Le prédicateur de la Maison pontificale a poursuivi sa série de méditations, comme chaque vendredi de l’Avent, en s’arrêtant cette fois sur le thème « Le Dieu vivant est la Trinité vivante ».

« Le seul Dieu, celui qui dans la Bible dit : “Je suis !”, est le Père qui engendre le Fils et qui avec lui respire l’Esprit, leur communiquant toute sa divinité », a expliqué le prédicateur franciscain. « C’est le Dieu communion d’amour, en qui unité et trinité proviennent de la même racine et du même acte, et forment une Triunité, dans laquelle aucune des deux choses – l’unité et la pluralité – ne précède l’autre, ou n’existe sans l’autre, et où aucun des deux niveaux n’est supérieur à l’autre ou plus “profond” que l’autre. »

En utilisant une métaphore musicale, le père Cantalamessa a précisé que « la Trinité est comme l’un de ces triangles musicaux qui, de quelque côté qu’on le touche, vibre tout entier et émet le même son »« Le Dieu vivant des chrétiens n’est rien d’autre que la Trinité vivante. La doctrine de la Trinité est contenue, comme en germe, dans la révélation de Dieu en tant qu’amour. Dire : “Dieu est amour” (1 Jn 4, 8), revient à dire : Dieu est trinité. Chaque amour implique un amant, un aimé et un amour qui les unit. »

Le besoin d’unité dans l’amour

« Tous, nous voulons l’unité, tous nous la désirons du plus profond de notre cœur », a rappelé le père Cantalamessa. « Pourquoi est-il alors tellement difficile de faire l’unité, si nous la désirons tous aussi ardemment ? C’est parce que nous voulons l’unité, oui, mais… autour de notre point de vue. Cela nous semble tellement évident, tellement raisonnable, que nous sommes surpris que les autres ne s’en rendent pas compte et qu’ils insistent au contraire sur leur point de vue. Nous traçons même délicatement la route aux autres pour qu’ils viennent là où nous sommes et qu’ils nous rejoignent dans notre centre. Le problème est que celui qui est devant moi fait exactement la même chose avec moi. Par ce chemin-là, on ne parviendra jamais à l’unité. On fait le chemin inverse », a-t-il averti.

À l’inverse, dans la Trinité, l’amour et l’unité se vivent toujours en direction de l’autre personne : « les trois personnes divines sont toujours occupées à se glorifier réciproquement. Le Père glorifie le Fils ; le Fils glorifie le Père (Jn 17, 4) ; le Paraclet glorifiera le Fils (Jn 16, 14) ».

Vivre la Trinité dans le quotidien

« L’atmosphère serait bien différente dans un corps social si l’on essayait de vivre avec ces idéaux sublimes devant les yeux ! », a remarqué le Prédicateur de la Maison pontificale. « Pensons à une famille dans laquelle le mari défend et exalte sa femme devant ses enfants et des étrangers, de même la femme par rapport à son mari ; pensons à une communauté dans laquelle on s’efforce de mettre en pratique la recommandation de saint Jacques : “Ne médisez pas les uns des autres, frères” (Jc 4, 11), ou de celle de saint Paul : “Que chacun regarde les autres comme plus méritants” (Rm 12, 10). Dans cette optique, une personne pourrait même se réjouir de la nomination d’une autre, qu’elle estime, à un rôle d’honneur (par exemple le cardinalat), comme si elle y était nommée elle-même », a déclaré le père Cantalamessa, dans un clin d’œil ironique au carrièrisme de certains prélats…

« La Trinité n’est pas seulement un mystère et un article de notre foi, c’est une réalité vivante et palpitante. Comme je le disais en commençant, le Dieu vivant de la Bible que nous recherchons n’est autre que la Trinité vivante. Que l’Esprit nous y introduise nous aussi et nous fasse goûter sa douce compagnie », a conclu le père Cantalamessa.

Source : Vatican News

Articles #NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

[Vidéo] L’amour est don de Dieu – par Jean-Marie BIGARD

L’humoriste Jean-Marie Bigard, interrogé par le frère Philippe Verdin, de Retraite dans la Ville, sur la joie de Dieu, la joie qui vient du ciel à Noël, a tenu à parler d’abord de l’amour de Dieu. Il est saisissant de sentir combien la Parole de Dieu, toujours nouvelle, touche les hommes les plus divers avec force aujourd’hui encore. Le mystère de Dieu est bien là : l’amour reçu et partagé. C’est ce que Dieu fait à Noël : il nous envoie l’amour incarné en son Fils pour que nous « diffusions à profusion cet amour ». Comme Jean-Marie, prions « derrière le rideau » ou dans notre chambre pour que la révolution de l’amour triomphe en ces jours de grâces.

Pour recevoir les méditations quotidiennes par mail, inscrivez-vous ici.

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Concert et messe aux Sables d’Olonne (85) les 15 & 16 décembre 2018 – Académie Musicale de Liesse

Les élèves de l’Académie Musicale de Liesse chantent aux Sables d’Olonne les 15 et 16 décembre prochains !

Samedi 15 décembre à 17h : Concert

Dimanche 16 décembre à 11h : Messe chantée

Eglise Notre Dame de Bon Port.

Ce concert est entrée libre.

Retrouvez les dates des prochains concerts de l’Académie.

L’Académie Musicale de Liesse est une école maîtrisienne catholique. Elle accueille des garçons passionnés de chant et de musique du CM1 à la Terminale, en horaires aménagés (3 à 4H de musique chaque jour).

A la une #Articles #NLH #NLQ #Rome

Pape François : Les trois dimensions du temps de l’Avent (homélie)

Dans l’homélie qu’il a prononcée le 3 décembre 2018 en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, le Saint-Père a parlé du temps de l’Avent comme l’occasion de prendre soin de son lien personnel avec le Fils de Dieu, par la mémoire, l’espérance, et dans le temps présent.

 

Ce lundi matin, deuxième jour du temps de l’Avent, le Pape François a expliqué que ce chemin vers Noël est propice « pour purifier l’esprit, pour faire grandir la foi par cette purification ». La réflexion du Souverain Pontife s’articulait autour de l’Évangile du jour, tiré de saint Matthieu (8, 5-11) : la rencontre entre Jésus et le centurion à Capharnaüm, où ce dernier supplie le Seigneur à propos de son serviteur malade.

Le Pape a d’abord fait remarquer qu’on peut, aujourd’hui aussi, « s’habituer à la foi » : alors « nous perdons cette force de la foi, cette nouveauté de la foi qui se renouvelle toujours ». Puis le Saint-Père a décliné les dimensions temporelles de l’Avent.

Jésus-Christ au centre de la fête

La première dimension est le passé : le temps de l’Avent est celui de « la purification de la mémoire », a expliqué le Pape. Il faut « bien se rappeler que ce n’est pas le sapin de Noël qui est né », mais Jésus-Christ, à Bethléem : « le Rédempteur est né, celui qui vient nous sauver ». « Nous aurons toujours la tentation de mondaniser Noël », a averti le Pape, « quand la fête cesse d’être contemplation, une belle fête de famille avec Jésus au centre », qu’elle « commence à être une fête mondaine : faire les courses, les cadeaux, ceci et cela… », et alors « le Seigneur reste là, oublié ». Il est donc essentiel de faire mémoire de « ce temps passé, de cette dimension ».

Une espérance plus pure

L’Avent nous porte aussi vers… l’avant ! Il permet de « purifier l’espérance », selon les mots du Pape. Nous attendons en effet le retour du Seigneur, qui sera vécu par « une rencontre personnelle ». Cette rencontre, « aujourd’hui nous l’aurons dans l’Eucharistie et nous ne pouvons pas avoir une telle rencontre, personnelle avec le Noël d’il y a 2000 ans ».

L’attention au Seigneur dans le moment présent

Enfin, le Pape François a invité chaque fidèle à prendre soin de sa propre « maison intérieure », malgré les soucis et les préoccupations de la vie quotidienne. L’Avent invite ainsi à l’attention au temps présent, où se manifeste le « Dieu des surprises » par des signes qu’Il nous adresse. « La troisième dimension est plus quotidienne », a déclaré le Saint-Père : « purifier la vigilance ». « Vigilance et prière sont deux mots pour l’Avent », a-t-il poursuivi, « parce que le Seigneur est venu dans l’Histoire à Bethléem, il viendra, à la fin du monde, et aussi à la fin de la vie de chacun d’entre nous. Mais il vient chaque jour, à chaque moment, dans notre cœur, avec l’inspiration de l’Esprit-Saint », a assuré le Pape en conclusion de son homélie.

Source : Vatican News

A la une #Doctrine / Formation

Jean-Paul II : “Un avent d’espérance”

Audience générale de Jean Paul II,  Mercredi 17 décembre 2003

1. “Le Royaume de Dieu est proche :  soyez-en certains, il ne tardera pas”. Ces paroles, tirées de la Liturgie d’aujourd’hui, expriment le climat de notre préparation fervente et orante aux fêtes de Noël désormais proches.

L’Avent rend vive l’attente du Christ, qui viendra nous visiter, réalisant pleinement son Règne de justice et de paix. La révocation annuelle de la naissance du Messie à Bethléem renouvelle dans le coeur des croyants la certitude que Dieu est fidèle à ses promesses. L’Avent est donc une puissante annonce d’espérance, qui touche en profondeur notre expérience personnelle et communautaire.

2. Chaque homme rêve d’un monde plus juste et solidaire, où des conditions de vie dignes et une coexistence pacifique rendraient harmonieuses les relations entre les individus et entre les peuples. Mais, souvent, cependant, il n’en est pas ainsi. Des obstacles, des oppositions et des difficultés de tous types pèsent sur notre existence, allant parfois jusqu’à l’opprimer. Les forces et le courage de s’engager pour le bien risquent de céder le pas au mal, qui semble parfois l’emporter. C’est en particulier dans ces moments que l’espérance nous vient en aide. Le mystère de Noël, que nous revivrons dans quelques jours, nous assure que Dieu est l’Emmanuel – Dieu avec nous. C’est pourquoi nous ne devons jamais nous sentir seuls. Il est proche de nous, il est devenu l’un d’entre nous en naissant du sein virginal de Marie. Il a partagé notre pèlerinage sur la terre, nous garantissant de parvenir à cette joie et à cette paix, à laquelle nous aspirons du plus profond de notre être.

3. Le temps de l’Avent met en lumière un deuxième élément de l’espérance, qui concerne plus généralement la  signification  et la valeur de l’existence. Nous nous  demandons  assez fréquemment :  qui  sommes-nous,  où allons-nous, quel sens a ce que nous accomplissons sur terre, qu’est-ce qui nous attend après la mort ?

Certains objectifs sont indubitablement bons et honnêtes :  la recherche d’un plus grand bien-être matériel, la poursuite d’objectifs sociaux, scientifiques et économiques toujours plus élevés, une meilleure réalisation des attentes personnelles et communautaires. Mais ces objectifs suffisent-ils à satisfaire les aspirations les plus intimes de notre âme ?

La Liturgie d’aujourd’hui nous invite à élargir notre regard et à contempler la Sagesse de Dieu qui vient du Très-Haut et qui est capable de s’étendre jusqu’aux extrémités de la terre, en disposant toute chose “avec douceur et force” (cf. Antienne responsoriale).

Du peuple chrétien jaillit alors spontanément l’invocation :  “Viens Seigneur, ne tarde pas”.

4. Un troisième élément caractéristique de l’espérance chrétienne, que le temps de l’Avent met bien en évidence, mérite enfin d’être souligné. A l’homme, qui en s’élevant au-dessus des événements quotidiens cherche la communion avec Dieu, l’Avent et surtout Noël, rappellent que c’est Dieu qui a pris l’initiative de venir à sa rencontre. En se faisant enfant, Jésus a assumé notre nature et a établi pour toujours son alliance avec l’humanité tout entière.

Nous pourrions donc conclure que le sens de l’espérance chrétienne, reproposée par l’Avent, est celui de l’attente confiante, de la disponibilité active et de l’ouverture joyeuse à la rencontre avec le Seigneur. Il est venu à Bethléem pour rester avec nous, pour toujours.

Très chers frères et soeurs, alimentons donc ces jours de préparation immédiate au Noël du Christ par la lumière et la chaleur de l’espérance. Tel est le voeu que je vous présente ainsi qu’à vos proches. Je le confie à l’intercession maternelle de Marie, modèle et soutien de notre espérance.

Source : Homélie.biz

A la une #Brèves #NLH

Lancement de la campagne “Crèche pour tous”

Cette campagne est assurée au plan technique et informatique par l’équipe du Salon beige, blogue d’actualité animé par des laïcs catholiques, qui avait déjà, en décembre 2014, décembre 2015 et décembre 2016, assuré la diffusion d’innombrables photos de crèches dans l’espace public pour soutenir les maires attachés aux racines chrétiennes de la France et à nos traditions.

Mais cette campagne n’appartient pas au Salon beige : chacun peut s’en saisir, pour des motivations éventuellement différentes de celles des animateurs du Salon beige.

Nous sommes, quant à nous, attachés à la crèche, parce qu’elle révèle de l’amour de Dieu, qui est allé jusqu’à s’incarner pour nous sauver et qu’il n’y a, pour un chrétien, rien de plus beau que cette humble mangeoire renfermant le Dieu tout-puissant, créateur de l’univers, devenu un bébé fragile.

Mais ceux qui ne partagent pas notre foi peuvent tout à fait défendre les crèches pour de tout autre motif, qu’il ne nous appartient pas de juger.

RETROUVER LE SITE DE LA CAMPAGNE