Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Le roi Baudouin de Belgique, un “berger pour son peuple”

Un article de Christophe Herinckx sur cathobel.be :

Il y a 25 ans, le Roi Baudouin décédait d’un arrêt cardiaque dans sa résidence de Motril, en Espagne. A l’annonce de cette nouvelle, une vive émotion s’empara de toute la Belgique, qui rendit un hommage appuyé à celui qui régna pendant 42 ans à l’image d’un berger pour son peuple.

Celles et ceux qui vécurent au temps du Roi Baudouin n’oublieront jamais la semaine qui suivit son décès, le 31 juillet 1993. Une immense vague de tristesse submergea le peuple belge. Chagrin mais également reconnaissance pour celui qui fut leur Roi 42 années durant. C’est que Baudouin, qui monta sur le trône à 21 ans dans des conditions difficiles, développa, au fil des années, un lien particulièrement fort avec la population.

En Belgique, qui est une monarchie constitutionnelle, le pouvoir politique du Roi ne cessa de se réduire au cours des règnes successifs, depuis la prestation du serment constitutionnel du Roi Léopold Ier, le 21 juillet 1831. Baudouin sut « remplacer » l’absence de réel pouvoir politique par une autorité morale hors du commun, dans tous les domaines de la vie du pays, y compris politique. Si tous n’aimaient sans doute pas Baudouin ;  si le Roi fut amené à réviser certaines erreurs d’appréciation, notamment en matière de politique étrangère et « post-coloniale », tous en vinrent à le respecter, comme l’a rappelé récemment un ancien vice-premier ministre belge.

Ce respect, Baudouin l’a gagné, au fil du temps, de par ses qualités humaines exceptionnelles. Conscient du poids de sa charge, il conçut et vécut son règne comme un véritable service – certains évoqueront même l’image d’un sacerdoce – de la population belge dans son ensemble, ayant à coeur le bien-être de chaque citoyen, au sens « intégral » du terme.

Cette façon de régner se traduisit de différentes façons. On pense à son engagement dans des causes sociales. A ce niveau, l’un des derniers combats du Roi Baudouin est celui qu’il mena contre la traite des êtres humains, ayant découvert que des femmes, venant de l’étranger, étaient exploitées sexuellement en Belgique via des réseaux organisés de prostitution. Il rendit visite personnellement à certaines d’entres elles, en toute discrétion, pour se mettre à l’écoute de leur souffrance. Par la suite, réunissant les personnes compétentes, il provoqua des actions du gouvernement pour lutter contre ce phénomène.

On songe aussi à ses visites dans des quartiers défavorisés, ou sur les lieux de catastrophes, où il faisait montre d’une empathie exceptionnelle. Cette sollicitude se marquait aussi dans chacune de ses rencontres personnelles : en sa présence, chacun se sentait écouté et accueilli pour ce qu’il est. De nombreuses personnes, aujourd’hui encore, peuvent en témoigner.

Une foi forte et discrète

La source de l’humanité extraordinaire de Baudouin résidait dans sa foi catholique fervente. De ce fait, certains lui ont reproché de confondre les genres, alors qu’il se devait d’être le souverain de tous les Belges. Pourtant, Baudouin lui-même avait à coeur de distinguer le domaine privé de ses obligations publiques. Il n’empêche que sa foi était connue, qu’elle transparaissait, et qu’elle inspirait toute son action. Pouvait-il en être autrement ?

Le « secret » du Roi Baudouin, comme l’ont désigné les cardinaux Suenens et Danneels après son décès, l’a conduit à un problème de conscience qui a marqué son règne : l’impossibilité morale, pour lui, de signer la loi dépénalisant partiellement l’avortement, en 1990. Ce geste marqua profondément les Belges, et força également le respect à l’extérieur de nos frontières. Pour autant, Baudouin distingua nettement les choses : si sa conscience lui interdisait absolument de signer la loi, au point d’envisager l’abdication, il ne voulut aucunement entraver le processus démocratique en cours.

La personnalité du Roi Baudouin fut admirablement décrite lors de la messe se ses funérailles, le 7 août 1993, dans l’homélie du cardinal Godfried Danneels : « Il y a des Rois qui sont plus que des Rois : ils sont les bergers de leur peuple (…). Cet homme portait en lui-même une chaleur, une capacité d’écoute et d’empathie à peine imaginable. (…) Oui, à l’exemple de David, le grand Roi de la Bible, le Roi Baudouin était le berger de son peuple. Il privilégiait les petits, les pauvres, les laissés-pour-compte » (…) Comme un bon berger, il n’a pas fait qu’écouter et compatir, il a donné sa vie pour les siens« .

Messe d’action de grâce

A l’occasion du 25ème anniversaire de la mort du Roi Baudouin, une messe d’action de grâce sera célébrée, le 8 septembre à 11h, en l’église Notre-Dame de Laeken, par le cardinal Jozef De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles. Le cardinal a exprimé ces mots, en ce jour anniversaire : « Le Roi Baudouin était estimé par beaucoup de gens dans notre pays. Son humanité fut particulièrement appréciée. Nous sommes reconnaissants pour tout ce qu’il a accompli pour notre pays et ce qu’il représente pour chacun de nous. Je vous invite à la messe d’action de grâce à l’occasion du 25ème anniversaire de son décès. »

Après la célébration eucharistique, la crypte royale sera accessible jusqu’à 14 heures.

En Europe #NLH #NLQ

13 octobre 2018 à 15H00 : Prier le rosaire aux frontières pour la Belgique

ROSAIRE AUX FRONTIÈRES

L’initiative du Rosaire aux Frontières

Depuis le récent centenaire des apparitions de Notre Dame à Fatima, plusieurs pays à travers l’Europe et le monde ont lancé des récitations de Rosaires, pour répondre aux nombreux appels de notre Mère du Ciel.

La Belgique ne manque pas à cet appel et organise un Rosaire aux Frontières le 13 octobre 2018 à 15 h. La participation se concrétisera en récitant le Rosaire soit sur la ligne d’une frontière ou sur la plage, soit n’importe où dans le pays ou à l’étranger avec l’intention de s’associer au Rosaire aux Frontières.

Il y a la possibilité de créer et animer un lieu de prière ou de rejoindre un lieu déjà existant.

Les intentions deprière

Nous prierons tout spécialement pour la renaissance de la vie de la Foi en Belgique et notre adhésion au christianisme que Dieu a pris le soin de venir Lui-même nous enseigner. Nous demanderons aussi à Notre Dame la grâce de construire une vraie culture de vie, la grâce de la conversion des pécheurs, de la Paix au cœur de tous les peuples et nations et celle de l’Unité dans l’Eglise du Christ. Le Rosaire est l’initiative de Paix la plus puissante !

Lire plus … 

L’Église

La Conférence épiscopale a été informée du projet que notre Archevêque le Cardinal Josef De Kesel encourage en nous portant dans la prière. Ceci exprime notre volonté de montrer la face publique de la foi catholique en Belgique et répond ainsi à l’appel du Cardinal Robert Sarah lors de sa conférence de cette année à Bruxelles :

« Soyez fermes dans votre Foi ! Ne vous laissez pas noyer par le monde d’aujourd’hui. Soyez dans le monde mais pas du monde. Nous devons le porter vers Dieu. N’ayez pas honte de l’Évangile. Soyons courageux. Réveillons notre Foi, [réveillons] le soutien de notre Foi pour ceux qui sont persécutés… »
« Sans Moi vous ne pouvez rien faire. (Jean 15,5) »

[Cardinal Robert Sarah, ND de Stockel, Février 2018]

Le patronage

Nous confions le bon déroulement et la réalisation de ce projet à Notre-Dame de Beauraing qui nous dit

« Priez, priez beaucoup… Priez toujours… Je convertirai les pécheurs. Aimez-vous mon Fils ? M’aimez-vous ? Alors, sacrifiez-vous pour moi. »

 

 

 

(Source)

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

“Si tu savais le don de Dieu” : Cinquième Festival Marial des Familles à Banneux (Belgique) du 1er au 5 août 2018

Dates 2018 : du mercredi 1 au dimanche 5 août 2018

Thème : “Si tu savais le don de Dieu” (Jean 4-10)

Affiche Festival Marial des Familles 2018

–> Lieu : le prieuré Regina Pacis, chez les frères de Saint-Jean, à Banneux (près de Liège, en Belgique).

5 jours pour vivre sa foi en famille : des conférences et des ateliers pour réfléchir aux sujets qui touchent les familles ; des temps de prière, des temps en couple et en famille ; des activités spécifiques par tranche d’âge pour les enfants et pour les adolescents ; une prise en charge des tout-petits. Le festival est aussi familial par sa taille avec une cinquantaine de familles participantes. Informations et inscription : http://festivaldesfamilles.be/

Brèves

Coupe du monde : le joueur de la Belgique, Lukaku, prie après la fin du match

Fidel Escobar (à gauche) et Romelu Lukaku après le match Belgique – Panama lors de la Coupe du monde 2018. Capture d’écran – beIN Sports

Lu sur belgicatho

Les deux joueurs, chrétiens, ont prié à genoux et les paumes vers le ciel, à quelques mètres l’un de l’autre.

Question posée par Johan le 18/06/2018

Bonjour,

Votre question a été raccourcie. Voici l’originale : « À la fin du match Belgique-Panama, une image montre Romelu Lukaku et un joueur panaméen agenouillés et prier l’un à côté de l’autre. Lukaku est de confession musulmane, mais qu’en est-il pour l’autre joueur qui ne semble pas faire les mêmes prières quoique assez similaires ? »

Vous faites référence à une scène filmée à la fin du match Belgique – Panama lors de la Coupe du monde, remporté 3-0 par la sélection belge. On y voit l’attaquant belge Romelu Lukaku et le défenseur panaméen Fidel Escobar prier à quelques mètres l’un de l’autre, juste après le coup de sifflet final.

Lukaku catholique, Escobar évangélique

Sur Twitter notamment, certains internautes ont cru reconnaître une prière musulmane du fait de la position des joueurs (qui rappellent les invocations que font certains joueurs musulmans avant ou après les matchs).

Il n’en est pourtant rien : Romelu Lukaku est un catholique pratiquant, comme l’indiquaient ses proches en janvier dernier pour démentir des rumeurs sur un transfert que le joueur aurait refusé à cause de « messages vaudous ». De son côté, Fidel Escobar est lui aussi chrétien mais évangélique, selon l’agence catholique ACI Prensa. Leur position est caractéristique de l’attitude de l’orante (ou de l’orant), qui consiste à avoir « les bras ouverts et levés vers le ciel », et qui est « le plus ancien geste de prière du christianisme », selon le site spécialisé Christus.

En 2017, plusieurs médias britanniques (dont le tabloïd The Sun) avaient rapporté à tort que Romelu Lukaku, joueur de Manchester United, n’avait pu recevoir un prix d’Homme du match en raison de sa (supposée) foi musulmane, qui l’empêchait de poser sur des photos avec des bouteilles d’alcool. Les fans du joueur avaient alors été nombreux à signaler aux journaux concernés que l’attaquant faisait très régulièrement un signe de croix en entrant sur le terrain ou pour célébrer ses buts, comme le rapporte The Independent.

Cordialement

Vincent Coquaz

NLQ #Récollections/Retraites

Retraite spirituelle de saint Ignace du 31 juillet au 5 août 2018 organisée par l’abbaye Saint-Joseph de Clairval à Overijse (Belgique)

Du 31 juillet au 5 aout 2018 l’abbaye Saint-Joseph de Clairval organise à Overijse (Klooster Maleizen), en périphérie de Bruxelles, une retraite de 5 jours selon les Exercices de saint Ignace, destinée aux hommes. Deux moines-prêtres, accompagnés d’un Frère Assistant, prêcheront cette retraite.

Les Exercices Spirituels sont un trésor de l’Eglise particulièrement adapté aux besoins de notre temps, un trésor propre à toucher les âmes en faveur de leur salut éternel.

Vous pouvez vous inscrire sur le site internet www.clairval.com, ou par courrier, ou encore par téléphone :

Abbaye Saint Joseph de Clairval
Retraites
21150 FLAVIGNY SUR OZERAIN
France

Téléphone : 03 80 96 22 31
Télécopieur : 03 80 96 25 29

http://www.clairval.com/retraites.fr.php#Inscription

(Attention, ces retraites sont pour les hommes et sont données uniquement en langue française).

 

Présentation des retraites spirituelles

Depuis ses origines, l’Abbaye Saint-Joseph organise des Retraites pour faire participer les laïcs aux richesses de la vie contemplative. Ces retraites s’inspirent des Exercices Spirituels de saint Ignace.

 

“Je demanderai la connaissance intime du Seigneur qui s’est fait homme pour moi, afin de l’aimer avec plus d’ardeur et de le suivre avec plus de fidélité.”
Exercices Spirituels, n. 104

 

« L’appel à la sainteté ne peut être entendu et suivi que dans le silence de l’adoration devant la transcendance infinie de Dieu. Nous devons confesser que nous avons tous besoin de ce silence chargé de présence adorée (…) Tous, croyants et incroyants, ont besoin d’apprendre la valeur du silence qui permet à l’Autre (Dieu) de parler, quand et comme Il le voudra et qui nous permet à nous de comprendre cette parole. Dans la pratique cela suppose une grande fidélité à la prière liturgique et personnelle, aux temps consacrés à l’oraison mentale et à la contemplation, à l’adoration eucharistique, aux retraites mensuelles et aux exercices spirituels. »

Jean-Paul II, Exhortation Apostolique sur la vie consacrée, 25 mars 1996.

 

“Je me représenterai la maison où se trouve Notre-Dame ; considérant en particulier la chambre et l’oratoire de la Mère du Sauveur”
Exercices Spirituels, n. 220

“Jésus ressuscité apparut premièrement à la Vierge Marie.”
Exercices Spirituels, n. 299

« Dans nos communautés des Missionnaires de la Charité, nous faisons depuis le début, les Exercices Spirituels de Saint-Ignace, qui sont très beaux et très fructueux. Je les conseille à tous : ils ne sont pas réservés aux religieux. Ils sont d’autant meilleurs que le prêtre qui les donne reste très fidèle, avec beaucoup de soin, à la méthode que Saint Ignace nous a donnée lui-même. »

Bse Mère Teresa, le 14 septembre 1986

 

Tract :  Retraite ex st Ignace Renseignements 2018

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

La Fête-Dieu 2018 à Liège (Belgique) : dimanche 3 juin une journée exceptionnelle à l’église du Saint-Sacrement

Du 29 mai au 10  juin prochains, Liège célébrera la « Fête-Dieu » instituée au XIIIe siècle à l’initiative d’une sainte liégeoise : Julienne de Cornillon. Appelée aussi « Corpus Christi » ou « Saint-Sacrement », cette fête aujourd’hui universelle honore la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie.

Une série de manifestations religieuses mais aussi culturelles et touristiques sont inscrites au programme à Liège et ailleurs dans le diocèse.

P6254068 (800x600).jpgA ce titre, l’évêque de Liège, Mgr Jean-Pierre Delville célébrera la Solennité de la Fête le dimanche 3 juin à 10 heures en l’église du Saint-Sacrement située au cœur de la Cité ardente (Bd d’Avroy, 132, face à la statue équestre de Charlemagne).

L’office sera animé par un chœur grégorien slovaque, la « Schola minor de Bratislava » (dir. Sylvia Urdová) et l’Ensemble polyphonique « Praeludium » (dir. Patrick Wilwerth) accompagné par les cordes de l’orchestre de chambre « Darius ». A l’orgue : Patrick Wilwerth, professeur au conservatoire de Verviers. La cérémonie se terminera par la bénédiction du Saint-Sacrement et la vénération des reliques de sainte Julienne (Retinne, 1192-Fosses-la-Ville 1258).

Le public pourra ensuite se partager entre une réception (accès gratuit) offerte en présence de l’évêque de Liège et une exposition de pièces du patrimoine muséal liégeois illustrant le thème de la Fête-Dieu. Cette exposition sera aussi animée par un diaporama projeté sur grand écran (De 12h00 à 18h00 – entrée libre).

 

En savoir plus

A la une #Dans le Monde #En Europe #Europe non francophone #NLQ

“Mgr de Kesel se désolidarise de l’enseignement de l’Eglise sur les unions homosexuelles”

En voulant célébrer des unions homosexuelles accompagnées d’un temps de prière, Mgr de Kesel, primat de Belgique, est-il bien sûr d’être fidèle à l’enseignement de l’Eglise ?

Source : RCF

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Vendredi 4 mai : ouverture de l’édition 2018 du Festival international de Chant Grégorien de Watou (Belgique)

Le vendredi 4 mai prochain, l’édition 2018 du Festival International de Chant Grégorien de Watou débutera par une pré-ouverture, avec la participation de 4 ensembles, à Houtkerque en Flandre française à 3 km à peine de Watou.

L’église possède quelques très beaux retables et un orgue entièrement restauré. Didier Hennuyer, organiste titulaire de la cathédrale et de l’église Saint-François-de-Sales de Boulogne-sur-Mer, professeur d’orgue, viendra faire résonner ce magnifique instrument. C’est une belle façon de découvrir ainsi le petit village de Houtkerque. Après le concert, une rencontre est prévue dans la salle communale.

Ensuite, le Festival continue à Grimbergen, Poperinghe, Coxyde, Anvers, Bruxelles, Dunkerque, Wervik et Haringe pour déboucher pleinement à Watou dès le 10 mai.

Ces dix jours promettent d’être passionnants.

Comme vous le savez, le Festival est un événement qui se déroule tous les trois ans. Veillez donc à être bien présent en 2018.

Il est souhaitable de réserver ses places à l’avance.

Le concert du soir à l’église abbatiale de Grimbergen affiche déjà complet, 450 places ayant été réservées.

Signalons que pour le concert du 8 mai à la cathédrale de Bruxelles des places sont encore disponibles.

Le Festival offre une programmation particulièrement variée aussi bien pour les concerts que pour le déroulement de la liturgie.

Tant les compositions grégoriennes que les compositions qui ont été inspirées par le grégorien y seront programmées.

La psalmodie, chant de l’office monastique, occupe une place importante dans le  programme de Watou.

La psalmodie n’est pas la partie la plus facile du repertoire, mais bien la plus mystique.

Les laudes seront chantées quotidiennement à partir du jeudi 10 mai jusqu’au dimanche 13 mai.

Les vêpres seront aussi chantées à plusieurs reprises.

Le “Psalterium Project” sera  présenté en primeur pendant le Festival. Il s’agit de l’enregistrement par l’ensemble néerlandais ‘’ Hartkeriana”  des 150 psaumes,  réunis dans une boîte de 12 CDs.

À Watou, nous accueillerons le 10 mai, jour de l’Ascension, une délégation de 30 prêtres de Chine.

Le samedi 12 mai, Mgr Lode Aerts, évêque de Bruges, présidera la messe à 9h30. Elle sera chantée par non moins de 12 ensembles.

Il y aura tant de choses à vivre, mais comme dernier point, je voudrais attirer votre attention sur un événement unique, à savoir un drame liturgique du Moyen Âge, avec des dialogues chantés par 10 jeunes filles âgées de 12 à 18 ans, membres de l’ensemble vocal ‘’ Cantamare”  de La Haye. Il s’agit du jeu pascal “Visitatio sepulchri – La visite du tombeau “ , selon les manuscrits de l’abbaye féminine Sinte Marie à Rijnsburg (Pays-Bas) . On pourra assister à cette présentation soit à Wervik le jeudi 10 mai à 20h, soit à Watou le vendredi 11 mai à 16h30.

Vous trouverez plus d’informations sur le programme complet du Festival en consultant le  site www.festivalwatou.be

JPSC

(source)

En Europe #NLQ

Beauraing (Belgique) : lancement du pôle “jeunes” le 1er mai 2018

Cette année, le 1er mai à ne sera pas que le jour d’ouverture de la saison mariale. Il correspondra également au lancement du nouveau pôle  »jeunes ». Un événement qui se déroulera en présence des parents et amis de la bienheureuse Chiara Luce Badano.

Alors que l’Eglise universelle se prépare à célébrer, en octobre, un synode consacré aux jeunes, à la foi et au discernement vocationnel, les Sanctuaires de Beauraing s’associent au mouvement en proposant comme thème pastoral pour 2018 :  »A Beauraing, Marie parle aux jeunes ».
Outre les différents outils qui seront proposés dans ce cadre tout au long de l’année, les responsables des Sanctuaires entendent faire du 1er mai une journée spécialement dédiée à la jeunesse. Parmi les activités prévues ce jour-là (lire ci-dessous) : un pèlerinage Houyet-Beauraing pour les jeunes, le témoignage des parents et amis de la bienheureuse Chiara Luce Badano… et à 15h45, la traditionnelle messe d’ouverture de la saison mariale, présidée par Mgr Vancottem, durant laquelle sera officiellement lancé le nouveau pôle  »jeunes » Beauraing.

Pourquoi un pôle  »jeunes » ?

L’idée d’un pôle  »jeunes » part d’un constat. L’abbé Christophe Rouard :  »Dans nos régions rurales, on fait beaucoup pour les enfants, notamment en terme de catéchèse. Mais trop peu d’activités sont proposées aux jeunes de plus de 12 ans qui souhaitent grandir ensemble dans la foi chrétienne. » Et le vice-recteur des Sanctuaires de poursuivre :  »Il y a pourtant une demande. Certains jeunes nous ont interpellés. En lançant ce pôle, nous souhaitons répondre au sentiment d’isolement qu’ils éprouvent parfois, en leur proposant un lieu et un groupe. »
Aujourd’hui, trois personnes travaillent à la mise en route du projet : Christophe Rouard, Krystyna Sobieski et Olivier Gebka. Un projet dont les grandes lignes ont été fixées.  »Le public visé est les 13-30 ans. Il est prévu que les plus âgés servent de ‘grands frères’ aux cadets. Quand les thématiques abordées seront spécifiques à telle ou telle tranche d’âge, des sous-groupes seront constitués. » Concernant le rythme des rencontres :  »Le pôle se réunira environ une fois par mois, principalement le dimanche après-midi – mais ce n’est pas une règle fixe – dans un nouveau local encore à aménager. » A propos des fondements spirituels, enfin, le pôle entend donner aux jeunes la possibilité de vivre les cinq essentiels suivants : la formation, la prière, la fraternité, le service et l’évangélisation… le tout dans une ambiance sympa et conviviale.

Lancement le 1er mai

Les trois animateurs du pôle  »jeunes » Beauraing n’ont qu’un désir : que leur projet soit un succès. Reste à le faire connaître. L’abbé Rouard :  »Nous visiterons les doyennés voisins car il s’agit d’une initiative qui dépasse le cadre des Sanctuaires. Les prêtres qui connaissent des jeunes susceptibles d’être intéressés par la formule peuvent nous contacter directement. »
Côté planning, le calendrier pour 2018 est connu. Sont déjà prévus : le 24 juin, un après-midi d’échange et de catéchèse ; le 8 août, une descente de la Lesse ; le 9 septembre, un pélé-nature suivi d’une réflexion à Quartier-Gallet ; le 14 octobre, une catéchèse biblique ; le 18 novembre, des vêpres et un goûter à la Fraternité de Tibériade ; sans oublier, le 23 décembre, une soirée ciné autour d’une pizza.
Mais c’est le mardi 1er mai que tout commencera. Le premier rendez-vous est fixé à 10h15, à Houyet, pour le départ d’une marche vers Beauraing, destinée aux 13-30 ans. Une marche dont les étapes seront animées par le Service jeunes du diocèse de Namur. Ensuite, à 14h, les Sanctuaires accueilleront le témoignage des parents et amis de Chiara Luce Badano, cette jeune Italienne née en 1971, morte à 18 ans d’un cancer des os et béatifiée en 2010. Enfin, à 15h45, place à la messe d’ouverture de la saison mariale, présidée par Mgr Vancottem, au cours de laquelle sera lancé le nouveau pôle  »jeunes ». Un pôle qui sera placé sous le patronage… de la bienheureuse Chiara Luce Badano.

A.S./Diocèse de Namur

Infos : abbé Christophe Rouard – ndbeauraing@gmail.com – 0477/31.28.15.

(source)

Découvrir les sanctuaires de Beauraing :

En Europe #NLH #NLQ

Westmalle : quand une abbaye brasse pour la charité !

Un article proposé par Divine Box.

Saviez-vous que la brasserie de l’abbaye de Westmalle est la plus ancienne brasserie trappiste au monde encore en activité ? Ou encore qu’elle brasse aussi et surtout pour la charité ?
Ce mois-ci, Divine Box vous propose d’en apprendre un peu plus sur l’abbaye de Westmalle et sur l’une de ses deux fameuses bières trappistes : la Westmalle Dubbel, qui sera à découvrir dans leur box trappiste de mai !

L’abbaye de Westmalle en Belgique, reconnaissable entre mille avec ses très belles briques rouges – Divine Box

Westmalle : la plus ancienne brasserie trappiste au monde, au secours des plus pauvres !

L’abbaye de Westmalle possède la plus ancienne brasserie trappiste encore en activité, puisque le brassage y est présent depuis 1836 ! Au départ pensée uniquement pour les moines (afin de compenser leur régime alimentaire ascétique), la bière est finalement vendue par la suite ! D’abord à l’abbaye à partir de 1856, puis distribuée plus largement à partir de 1934, suite à la construction de la nouvelle brasserie.
Et hop, la machine est lancée ! Et très vite, dès les débuts, les bénéfices issus de ces ventes permettent notamment de venir en aide aux plus nécessiteux de la région. Aujourd’hui, c’est encore le cas, et l’abbaye de Westmalle reverse une partie des bénéfices de sa brasserie à de nombreuses associations permettant de lutter notamment contre la pauvreté en Belgique et d’améliorer les conditions de vie dans certains bidonvilles du tiers-monde.

Cette pratique n’est pas nouvelle, mais en 1997, pour faire face à de nombreux abus, sort le logo « Authentic Trappist Product » pour garantir l’authenticité des bières trappistes. L’un des trois critères mentionne notamment que les bénéfices issus de la vente des bières trappistes doivent être reversés à l’abbaye et à la communauté, et à des œuvres sociales en cas de surplus. La boucle est bouclée !

 

Westmalle : exercer la charité en stimulant l’emploi local !

Après la Seconde Guerre mondiale, l’emploi chute drastiquement en Belgique, et l’abbaye de Westmalle est tiraillée. D’un côté, ils pourraient ne produire que ce qui est nécessaire aux moines pour vivre, et de l’autre ils pourraient augmenter leurs volumes de production pour créer de l’emploi dans la région. Finalement, les moines optent par charité pour la deuxième option ! Aujourd’hui, cela représente une cinquantaine de personnes au quotidien dans la brasserie de Westmalle, sous la surveillance des moines… Sympa, non ?

Les (anciennes) cuves en cuivre de la brasserie de l’abbaye de Westmalle – Divine Box

Place à la dégustation : la Westmalle Dubbel

La bière trappiste Westmalle Dubbel est « double » parce qu’elle fut créée après la bière simple « enkel », produite pour la communauté, en utilisant deux fois plus d’ingrédients ! Sa recette actuelle date de 1926, et elle est une amélioration directe de la recette de 1856.
Au programme de cette bière classée 99/100 par RateBeer, de subtiles notes de caramel, de fruits noirs et de torréfaction sous une robe brune aux reflets rubis et à l’épaisse mousse beige foncé ! Miam miam miam, rendez-vous dans la box trappiste de mai de Divine Box pour la déguster !

La Westmalle Dubbel présente des arômes de caramel, de fruits noirs et de torréfaction / Crédits photos : @robertofgr (Instagram)