En Europe #NLH #NLQ

Westmalle : quand une abbaye brasse pour la charité !

Un article proposé par Divine Box.

Saviez-vous que la brasserie de l’abbaye de Westmalle est la plus ancienne brasserie trappiste au monde encore en activité ? Ou encore qu’elle brasse aussi et surtout pour la charité ?
Ce mois-ci, Divine Box vous propose d’en apprendre un peu plus sur l’abbaye de Westmalle et sur l’une de ses deux fameuses bières trappistes : la Westmalle Dubbel, qui sera à découvrir dans leur box trappiste de mai !

L’abbaye de Westmalle en Belgique, reconnaissable entre mille avec ses très belles briques rouges – Divine Box

Westmalle : la plus ancienne brasserie trappiste au monde, au secours des plus pauvres !

L’abbaye de Westmalle possède la plus ancienne brasserie trappiste encore en activité, puisque le brassage y est présent depuis 1836 ! Au départ pensée uniquement pour les moines (afin de compenser leur régime alimentaire ascétique), la bière est finalement vendue par la suite ! D’abord à l’abbaye à partir de 1856, puis distribuée plus largement à partir de 1934, suite à la construction de la nouvelle brasserie.
Et hop, la machine est lancée ! Et très vite, dès les débuts, les bénéfices issus de ces ventes permettent notamment de venir en aide aux plus nécessiteux de la région. Aujourd’hui, c’est encore le cas, et l’abbaye de Westmalle reverse une partie des bénéfices de sa brasserie à de nombreuses associations permettant de lutter notamment contre la pauvreté en Belgique et d’améliorer les conditions de vie dans certains bidonvilles du tiers-monde.

Cette pratique n’est pas nouvelle, mais en 1997, pour faire face à de nombreux abus, sort le logo « Authentic Trappist Product » pour garantir l’authenticité des bières trappistes. L’un des trois critères mentionne notamment que les bénéfices issus de la vente des bières trappistes doivent être reversés à l’abbaye et à la communauté, et à des œuvres sociales en cas de surplus. La boucle est bouclée !

 

Westmalle : exercer la charité en stimulant l’emploi local !

Après la Seconde Guerre mondiale, l’emploi chute drastiquement en Belgique, et l’abbaye de Westmalle est tiraillée. D’un côté, ils pourraient ne produire que ce qui est nécessaire aux moines pour vivre, et de l’autre ils pourraient augmenter leurs volumes de production pour créer de l’emploi dans la région. Finalement, les moines optent par charité pour la deuxième option ! Aujourd’hui, cela représente une cinquantaine de personnes au quotidien dans la brasserie de Westmalle, sous la surveillance des moines… Sympa, non ?

Les (anciennes) cuves en cuivre de la brasserie de l’abbaye de Westmalle – Divine Box

Place à la dégustation : la Westmalle Dubbel

La bière trappiste Westmalle Dubbel est « double » parce qu’elle fut créée après la bière simple « enkel », produite pour la communauté, en utilisant deux fois plus d’ingrédients ! Sa recette actuelle date de 1926, et elle est une amélioration directe de la recette de 1856.
Au programme de cette bière classée 99/100 par RateBeer, de subtiles notes de caramel, de fruits noirs et de torréfaction sous une robe brune aux reflets rubis et à l’épaisse mousse beige foncé ! Miam miam miam, rendez-vous dans la box trappiste de mai de Divine Box pour la déguster !

La Westmalle Dubbel présente des arômes de caramel, de fruits noirs et de torréfaction / Crédits photos : @robertofgr (Instagram)

En Europe #NLH #NLQ

Le Pape François dissout la Fraternité des Saints Apôtres

La Fraternité des Saints Apôtres, œuvre sacerdotale fondée par Mgr Léonard et inspirée par le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, dissoute par Mgr De Kesel le 15 juillet 2016, l’a été définitivement par le Pape François ce 12 avril 2018.  Un recours avait été déposé par des laïcs auprès de la Signature Apostolique, et malgré des perspectives favorables, il a été cependant court-circuité par le Cardinal Beniamino Stella, préfet de la Congrégation pour le clergé. Ce dernier a en effet soumis le décret de dissolution au Pape François, achevant définitivement et brutalement cette belle tentative de renouvellement du sacerdoce.

Cela ne peut que nous laisser sans voix… Au vu de la crise des vocations et de la baisse de la pratique religieuse en Occident, et tout particulièrement en Belgique, ceci peut nous apparaître comme un sabotage en règle. Cependant, si le Pape François est bien le signataire de ce décret, il n’en est pas malgré tout l’auteur, et nous pouvons comprendre qu’il ne puisse pas se rendre compte de l’ampleur de ce geste bien regrettable !

Pour rappel, l’Archidiocèse de Malines-Bruxelles s’était expliqué sur la raison de la dissolution dans un communiqué :

L’initiative pose cependant problème, lorsqu’on constate que la plupart des séminaristes de la Fraternité des Saints Apôtres viennent pour l’instant de France où de nombreuses régions connaissent un manque cruel de prêtres. Il se pourrait que le nombre de séminaristes belges, tant néerlandophones que francophones, augmente au fil du temps. Mais dans ce cas de figure, ils pourraient provenir également d’autres diocèses belges alors même qu’ils relèveraient tous de l’Archidiocèse.

Cette perspective n’est pas à promouvoir dans les circonstances actuelles car elle manifeste un grave manquement à la solidarité entre évêques, tant avec ceux de notre pays qu’avec nos voisins français. Pour cette raison, l’Archevêque de Malines-Bruxelles a décidé de ne plus accueillir la Fraternité des Saints Apôtres dans son diocèse, à partir de fin juin 2016.

Si la Fraternité attirait tant de jeunes séminaristes, ce n’était que par la force et la spécificité de sa charte et de sa mission, ainsi que par ses fruits (croissance rapide, engouement populaire…). Il n’y avait aucun manque à gagner de la part des évêques français, à moins de s’obstiner à garder un “système sacerdotal” visiblement dépassé, puisqu’il semblait être déloyalement concurrencé, si l’on peut se permettre d’adopter ces termes de marketing qui conviennent aux préoccupations de Mgr De Kesel.

Nous espérons pour Mgr De Kesel que cette bêtise ne participera pas à une baisse des dons au denier du culte, mais vu qu’il y a de moins en moins de prêtres en Belgique, tout va très bien Madame la MarKesel !…

Europe non francophone #NLQ

Belgique – Vol, vandalisme et profanation dans l’église de Warmifontaine

Il s’agit de l’église Saint-Martin du village de Warmifontaine, commune de Neuchâteau, en région wallonne (province du Luxembourg).

[…] Depuis vendredi dernier [6 avril], Jacqueline Tulleneers est sous le choc. « Des enfants du Bon Dieu (mais pas de ses meilleurs) s’y sont introduits par effraction. Le tabernacle a été fracturé au pied-de-biche. Les deux ciboires, dont l’un rempli d’hosties consacrées ont été dérobés. Toute la sacristie, le grenier et les armoires ont été ouverts et leur contenu répandu sur le sol. Les rares belles pièces que nous possédions nous ont toutes été volées sans scrupule. Il ne nous reste plus rien. Même l’Enfant-Jésus et la Vierge de la crèche en bois sculpté par un artiste local décédé ont été dérobés », confie-t-elle […] Le butin peut sembler anodin [sic] (2 ciboires, 1 calice, 2 statues, 1 coq en cuivre ou encore et des reliquaires) mais ces objets peuvent se renvider [sic pour revendre] facilement à plus d’une centaine d’€ pièce sur le marché. Les malfrats sont certainement des connaisseurs. Jacqueline Tulleneers harangue ensuite les autorités, trop lentes à régir à son goût. « C’est le silence dans toutes les langues de la part des autorités religieuses. Que ce soit du Doyenné de Neufchâteau ou de l’Evêché de Namur. Et ça me fait mal ! Quant à la police, pas de nouvelle non plus. Elle ne souhaite pas savoir quels objets nous ont été volés. Il m’a été répondu qu’on me recontacterait. Je n’ai toujours pas été contactée », conclut-elle.

 

Source Observatoire de la christianophobie

Conférences/Formations #NLQ

Conférence de Stéphane Mercier à Paris le 10 avril 2018 – “Résister à la culture de mort”

Le professeur Stéphane Mercier, professeur de philosophie à l’Université “catholique” de Louvain, dont les cours ont été suspendus parce qu’il avait proposé à ses élèves d’étudier un argumentaire contre l’avortement, publié depuis et que nous vous avons présenté, donnera une conférence à Paris mardi 10 avril à 20 h au Centre Bergère (9 rue Bergère, 75009 Paris) de la paroisse Saint-Eugène-Sainte-Cécile, sur le thème « Résister à la culture de mort sur plusieurs fronts, ou comment combattre l’Hydre de Lerne ? ». Venez nombreux !

Europe non francophone #NLH #NLQ

La Belgique en marche pour la Vie le 22 avril 2018 à Bruxelles

Chaque année, des milliers de personnes marchent dans le monde entier pour défendre les valeurs de la Vie, et sa protection depuis la conception de l’être humain jusqu’à sa mort naturelle.

La 9ème édition de la Marche pour la Vie aura lieu à Bruxelles le 22 avril 2018, à 15H, du Mont des Arts au Palais de Justice. Nous vous espérons nombreux !

 

Cette année, nous marcherons spécialement pour que toutes les personnes fragiles à qui on préfère enlever la vie plutôt que de leur offrir l’amour et les soins dont elles ont besoin, soient protégées et accueillies dans une société solidaire et bienveillante.  Nous serons là pour défendre la dignité de toute vie humaine et pour montrer que différence rime avec richesse et non avec problème !

 

Nous marcherons aussi en soutien aux personnes et associations qui œuvrent pour la protection de la Vie, qui proposent des alternatives à l’avortement, qui assistent les mères en détresse et leurs familles, et qui accompagnent les personnes en fin de vie jusqu’à leur mort naturelle.

Plus d’informations

Contact

NLH #NLQ #Sorties/Animations

9e édition de la Marche pour la Vie à Bruxelles le 22 avril 2018

Chaque année, des milliers de personnes marchent dans le monde entier pour défendre les valeurs de la Vie, et sa protection depuis la conception de l’être humain jusqu’à sa mort naturelle.

La 9ème édition de la Marche pour la Vie aura lieu à Bruxelles le 22 avril 2018, à 15H, du Mont des Arts au Palais de Justice. Nous vous espérons nombreux !

Cette année, nous marcherons spécialement pour que toutes les personnes fragiles à qui on préfère enlever la vie plutôt que de leur offrir l’amour et les soins dont elles ont besoin, soient protégées et accueillies dans une société solidaire et bienveillante. Nous serons là pour défendre la dignité de toute vie humaine et pour montrer que différence rime avec richesse et non avec problème !

Nous marcherons aussi en soutien aux personnes et associations qui œuvrent pour la protection de la Vie, qui proposent des alternatives à l’avortement, qui assistent les mères en détresse et leurs familles, et qui accompagnent les personnes en fin de vie jusqu’à leur mort naturelle.

Contact : communication@marchforlife.be
Site internet 

Dans le Monde #En Europe #NLQ

Lors de la prochaine nuit de Pâques, 239 catéchumènes recevront le baptême en Belgique

Le baptême séduit à nouveau les Belges à l’âge adulte

Lors de la prochaine nuit de Pâques, 239 hommes et femmes recevront le baptême au sein de l’Église catholique romaine. Ce sacrement est en général directement suivi de la profession de foi. Les nouveaux fidèles iront ensuite communier pour la première fois, écrit mercredi l’hebdomadaire catholique flamand Tertio.

Le nombre de Belges qui se font baptiser à l’âge adulte continue de progresser doucement depuis 2010, selon les chiffres de la Conférence épiscopale de Belgique. De 143 en 2010, ils sont en effet passés à 239 catéchumènes (adultes et jeunes de plus de 13 ans qui reçoivent une instruction religieuse en vue du baptême) l’année dernière. Une centaine d’adultes baptisés profitent en outre de la période comprise entre Pâques et la Pentecôte pour faire leur profession de foi.

Le nombre d’enfants baptisés est, lui, en baisse : de 45.657 enfants en 2010, ils n’étaient plus que 33.875 à recevoir le premier sacrement en 2016. Ceci explique que certains non-baptisés choisissent à l’âge adulte de se tourner vers l’Église, selon Tertio, qui n’est donc pas surpris de voir le nombre de catéchumènes augmenter depuis quelques années.

 

Source

NLH #NLQ #Sorties/Animations

Soignies (Belgique) – 9-13 avril : Festival Choose Life pour les 12-17 ans

Festival Choose Life pour les 12-17 ans à Soignies

9 avril à 10h00 – 13 avril à 16h00

4 jours de fête avec Dieu pour les 12-17 ans, animés par les 18-30 ans ! Découvre Dieu autrement par la joie de vivre ensemble : musique, danse, multimédia, créativité, prière, partages et témoignages.

Tu as entre 12 et 17 ans ?

Rejoins-nous, seul, avec quelques copains ou en groupe. Ce festival t’offre l’occasion de rencontrer une centaine de jeunes chrétiens et d’oser vivre des temps forts de prière, de fête, de musique et de concerts, des témoignages, des ateliers sportifs et artistiques, et des partages. Des petits groupes seront formés par tranche d’âge pour apprendre à se connaître, dans des échanges joyeux et porteurs d’amitié.

Tu as entre 18 et 30 ans ?

Rejoins-nous pour animer 4 jours magnifiques de festival ! Depuis 15 ans déjà, le Festival Choose Life rassemble une centaine d’adolescents de 12 à 17 ans animés par une quarantaine de jeunes étudiants ou travailleurs. Tu peux les rejoindre et faire découvrir aux ados un visage jeune et dynamique de Jésus et Dieu, par la joie de vivre ensemble, les partages, la prière, la musique, le multimédia …

Un week-end de préparation en février (Du vendredi 10 (19h) au dimanche 12 (15h) février 2016 à Liège). Nous demandons aux animateurs d’être présents au pré-festival (c’est-à-dire un jour avant les jeunes), mais aussi aux week-ends de préparation.

Informations pratiques :

  • Age : 12-17 ans comme participant et 18-30 ans comme animateur
  • Dates : du 09-04-2018 au 13-04-2018
  • Lieu : Soignies
  • Prix : 115 € (ne peut être un obstacle), 145 € (prix de solidarité et de soutien)
  • Contact : P. Eric VOLLEN sj – 0474 45 24 46 / Email :  info@festivalchooselife.be

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Orval (Belgique), 19 mars : 9ème marche des hommes avec saint Joseph

J-5 | Ce lundi ensemble à Orval ?

N’est-il pas bon de faire une petite pause dans les forêts gaumaises ?
20 km et quelques heures ensemble, bande d’hommes.

Chaque 19 mars, peu importe la météo, peu importe le jour de la semaine, parce que c’est fête de saint Joseph, patron des travailleurs et de la Belgique.

Thème : ” Lève-toi, crie vers ton Dieu, car rien ne lui est impossible” Jonas 1,6

Cette 9ème édition partira de l’abbaye Notre-Dame d’Orval le lundi 19 mars à 9h00, retour vers 17h00.
Possibilité de loger le dimanche soir 18 mars à l’abbaye mais sur réservation uniquement vu qu’il n’y a que 50 places et invitation à l’office des complies à 20h20 avant que les portes ne ferment.

Les hommes savent pourquoi.
Regardez cette brève vidéo et si vous aimez, partagez la :

Avez vous déjà goûté le micro-climat gaumais et son célèbre sol couleur ocre ?

Lien direct vers le formulaire d’inscription en ligne

Envie de savoir qui nous sommes ?

Besoin de plus d’infos, visitez notre site : www.marche-de-saint-joseph.be

Le nombre de marches pour hommes ne cesse d’augmenter un peu partout, dont celle de nos amis de la marche des pères à Banneux ou celle vers Cotignac ou vers Clervaux, et nous nous en réjouissons. Notre marche vers Orval a lieu depuis 9 ans fidèlement le 19 mars, fête de saint Joseph et c’est une initiative d’hommes membres ou amis de la Communauté de l’Emmanuel en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg.

Notez que le week-end des 17 & 18 mars aura lieu la marche des mères, initiative de mères et femmes, membres ou amies de la Communauté de l’Emmanuel.

http://www.marchedesmeres.be

Offrons-lui ce week-end, gardons les enfants et retrouvons nous le lundi ;-).

Lien direct vers le formulaire d’inscription en ligne pour hommes.

 

NLQ #Points non négociables PNN

Belgique Commission euthanasie – Démission retentissante d’un médecin pour dénoncer les pratiques illégales

Le Docteur Ludo Vanopdenbosch expose les raisons de sa démission de la Commission fédérale de contrôle de l’euthanasie dans une lettre adressée au Parlement belge.

Pour rappel, ce médecin, spécialiste en neurologie et soins palliatifs, a démissionné suite à la décision de la CFCEE de ne pas renvoyer vers la justice le dossier d’une dame atteinte d’une maladie dégénarative, dont le médecin a provoqué intentionellement la mort sans qu’elle l’ait demandé mais à la demande de sa famille.

« Je ne souhaite plus faire partie d’une commission qui enfreint consciemment la loi et tente de le dissimuler… elle n’est ni indépendante ni objective », écrit le docteur Vanopdenbosch dans son courrier.

Il ajoute que son droit de parole, en tant que neurologue spécialiste, n’était pas respecté, pas même par les co-présidents de la CFCEE,  le docteur Wim Distelmans et l’avocat Gilles Génicot, lorsqu’il tentait d’exprimer ses inquiétudes face à la vulnérabilité de personnes neurologiquement atteintes.

Pour ce cas, certains membres de la commission ont exprimé le fait que le médecin ayant pratiqué l’acte de mort, avait incorrectement décrit et enregistré l’acte comme euthanasie.  Malgré un vote où la majorité des membres estimait devoir renvoyer le dossier au Parquet, cela ne s’est pas fait, puisque la loi euthanasie exige les 2/3 des voix.

Le Dr Vanopdenbosch soutient au contraire que le médecin n’avait aucune connaissance des soins palliatifs, et avait l’intention de tuer la patiente. Les moyens utilisés en attestent, car ils étaient disproportionnés pour soulager la douleur. Les motifs réels du non-renvoi vers la justice étaient purement politiques et s’acharnent à « défendre l’euthanasie en n’importe quelle circonstance », y compris « en cas de démence ».

La presse étrangère et notamment le Washington Post et Associated Press,  s’interroge sur les dérives de la pratique de l’euthanasie en Belgique. La presse belge reste pour sa part assez discrète.

Pour la première fois, des embryons hybrides mouton-humainont été créés. Les résultats de laboratoire ont été présentés lors de la réunion annuelle de l’Association américaine pour l’Avancement des Sciences à Austin, Texas.

Les chercheurs ont introduit des cellules souches humaines dans des embryons de moutons, de telle sorte qu’une cellule de la créature hybride sur 10 000 soit humaine. En termes de pourcentages, la créature est génétiquement mouton à 99 %, et humaine à 1 %.

Il y a quelques mois déjà, des cellules humaines introduites dans des embryons de porc avaient permis la création d’hybrides que les chercheurs avaient surnommés « chimères interspécifiques ». Ces êtres hybrides comptaient une cellule humaine sur 100 000.

Ces recherches ont pour objectif de pallier le manque d’organes disponibles sur le marché pour les greffes. Les chimères devraient devenir nos futures « banques à organes ».  Le principe est simple : les chercheurs bloquent le développement des organes souhaités dans l’embryon mouton, et y introduisent ensuite des cellules souches humaines, qui se développeront normalement à la place de l’organe manquant.

Pour que la greffe d’organes chimères prenne, la présence d’au moins 1 % de cellules humaines dans l’être hybride est impérative, explique le Professeur Hiro Nakauchi, biologiste spécialiste des cellules souches à l’Université de Stanford. Et plus on augmente le ratio humain dans l’animal, plus on diminuera le risque de rejet.

D’importantes questions éthiques se posent sur le genre de créature obtenue : que faire si des cellules souches humaines se retrouvent dans les organes sexuels ou le cerveau de la chimère ? Créerait-on alors un animal avec une intelligence humaine ?

Le risque de transmission potentielle de maladies animales à l’homme n’est pas à négliger non plus.

Jusqu’à présent, les chercheurs sont autorisés à maintenir en vie et à développer les embryons chimères pendant 28 jours : 7 jours in vitro, et puis 21 in vivo (c’est-à-dire réimplantés dans l’animal). Ils souhaitent désormais prolonger l’expérience à 70 jours, afin d’examiner jusqu’à quel stade les cellules souches humaines de l’embryon peuvent créer un organe humain fonctionnel.

 Sources