A la une #Culture #Doctrine / Formation #NLH

Moïse ou la révolution monothéiste – Partie II – Yahvé, un nom qui change tout

Nous vous proposons ici la seconde partie d’un triptyque sur Moïse et la révolution monothéiste, paru sur le site Cyrano.net

 

Après avoir vu sur quelles sources nous pouvions nous fonder pour aborder cette question et son contexte historique, abordons à présent cette révolution monothéiste.

II- La révolution monothéiste

C’est un monothéisme progressif qui se met en place, après avoir d’abord été un hénothéisme, c’est à dire, un Dieu préférentiel au milieu d’autres dieux.

C’est une nouveauté inouïe et radicale de Moïse « inventeur » du monothéisme : une révolution considérable et unique au monde. Partout ailleurs et jusque-là (même l’épisode, lui aussi hénothéiste d’Akhenaton en Egypte ou de Zoroastre), la religion reposait sur le couple anthropomorphisme et polythéisme. Moïse pose un Dieu unique et irreprésentable, signant ainsi sa transcendance absolue. D’où un culte éthique et une religion éminemment morale. Le sacrifice qui plait à Dieu, dit le psaume 50, c’est un esprit brisé. La finalité de cette morale (toute morale est chemin vers une finalité) c’est l’obéissance absolue à la volonté divine.

La nouveauté monothéiste de Moïse va trancher sur les deux grandes questions qui traversent les religions antiques : le mal et la justice.

Le mal c’est en fait : pourquoi le mal ? Jusque-là, sous diverses formes, les hommes y voyaient le caprice des dieux. Une sorte de fatum : c’est ainsi attendons que ça passe, ou apaisons les dieux, selon les systèmes religieux.

Avec Moïse, c’est la volonté absolue de Dieu qui n’a rien en commun avec les hommes. Dieu n’a pas à se justifier, il est la loi parce qu’il est (voir plus loin). Les autres dieux ont besoin des hommes, ce qui n’est pas le cas de Yahvé. Il est absolu, transcendant, omnipotent.

La justice pose la question de la rétribution du bien
 (et donc de quel bien). La rétribution peut être matérielle, humaine en ce monde. L’homme est comblé parce que juste et béni des dieux. Mais ce peut aussi être une rétribution spirituelle dans l’autre monde, comme pour l’Egypte avec Maat. Mais la justice est à deux niveaux : la justice d’un peuple et de ce fait, elle suppose la solidarité dans la rétribution ou le châtiment. C’est le cas de l’Egypte et de la Maat, dont le roi est responsable, mais aussi du destin des peuples, liés à la justice de leur souverain qui garde ou perd la faveur des dieux. Qu’on pense à la chute de Lugalzagesi au profit de Sargon.

Plus tard en Egypte (après la chute de l’Ancien Empire) viendra l’idée de justice personnelle ou chacun est personnellement responsable et non plus seulement le roi. Cette notion viendra plus tardivement chez les Hébreux, au moment de l’Exil à Babylone face à la déroute du royaume. C’est le prophète Jérémie qui sera l’instigateur de ce tournant.

La rétribution du juste en Israël est celle de celui qui accomplit la volonté de Yahvé (et réciproquement pour le châtiment). Du reste, en hébreux, rétablir la justice se dit venger. Or dans la Bible, le verbe venger à toujours Dieu pour sujet et jamais personne d’autre.

Voici donc les contours de ce monothéisme, « invention » unique au monde. Les grecs poseront bien un dieu unique, mais ce sera un dieu de philosophes, comme le premier moteur immobile d’Aristote et il faut attendre le Vème et IIIème siècle avant notre ère pour cela.

III- Yahvé

Tout ce monothéisme découle de ce que Moïse rapporte de son refuge à Madian. Moïse, un Hébreux adopté par Pharaon, est pétri de polythéisme et de cette double culture sémito-mésopotamienne et égyptienne. C’est un homme de son temps qui revient du désert avec une nouveauté qu’il n’a pu puiser nulle part qu’en lui-même. Que ce soit dans sa propre réflexion ou dans une révélation, il revient avec une chose neuve et impensable dont l’historien comme l’archéologue ne trouvent aucune trace nulle part ailleurs : le nom de Dieu. Dans ces cultures, le nom n’est pas le simple choix qui plait aux parents. Le nom dit la personne. Ce nom, que nous avons petit à petit conservé comme Yahvé, signifie en fait : celui qui est, le présent qui existe et agit. C’est une 3ème personne du singulier de « être ». Nouveauté absolue : ce Dieu est donc sans commencement ni fin. Il est éternel et non immortel, comme tous les autres dieux. Par force, il est spirituel et donc, autre révolution, sans besoins matériels. Voilà pourquoi Moïse est intransigeant : Ni image du Dieu, ni offrande au Dieu.

Il est donc ! Il est origine de tout, c’est-à-dire créateur, tout puissant et cette puissance va se démontrer dans toute l’histoire d’Israël.

 

A suivre, Une histoire sainte

Conférences/Formations #NLQ

ABC de la Foi – 4 séances de formation à Evry du 26 novembre 2017 au 27 mai 2018

Après le temps du catéchuménat, le service diocésain de la formation propose quatre temps conviviaux. Il s’agit de faire le tour des grands thèmes de la vie de foi et de l’Église pour approfondir l’engagement du baptême reçu récemment. Dans un langage accessible à tous, nous oserons faire ensemble de la théologie !


La formation se déroulera, au monastère de la Croix à Évry de 18h à 20h.(participation aux Vêpres à 19h).
Dimanche 26 novembre : La Bible
Dimanche 4 février 2018 : Le Christ
Dimanche 25 mars 2018 : Prière, vie spirituelle personnelle et liturgique
Dimanche 27 mai 2018 : L’Esprit, l’Église, la mission
Participation aux frais de 5 € par rencontre. Ces soirées sont indépendantes les unes des autres. Il est possible d’en suivre une ou plusieurs.
Inscription obligatoire par courriel

En France #NLQ

L’étoile de Noël – film d’animation

SAJE  Distribution propose un film d’animation sur la Nativité, sous un angle inhabituel et original !

Ce dessin animé des studios Sony est sorti en salle mercredi 15 novembre. Présentation…

Voici l’histoire d’un petit âne courageux, Bo, qui rêve d’une vie meilleure loin du train-train quotidien du moulin du village. Un jour, il trouve le courage de se libérer pour vivre enfin la grande aventure ! Sur sa route, il va faire équipe avec Ruth, une adorable brebis qui a perdu son troupeau, et Dave, une colombe aux nobles aspirations. Rejoint par trois chameaux déjantés et quelques animaux de la ferme plus excentriques les uns que les autres, Bo et ses nouveaux amis suivent l’Étoile… et vont devenir les héros méconnus de la plus belle histoire jamais contée : celle du premier Noël.

 

A Savoir

“SAJE distribution”, la société de distribution en France, KTO TV, mais aussi Famille chrétienne, la CEF, Conférence des Évêques de France, ou encore les Scouts et Guides de France se sont associés pour élaborer un dossier pédagogique.

Vous pouvez l’obtenir via le site de SAJE Distribution

A la une #NLH #Philosophie

En quoi l’Homme est-il différent de la fraise ?

Il est surprenant de voir combien il est plus facile de présenter une fraise, qui pourtant nous est étrangère, que l’homme qui lui nous est si familier et si intime. Certes nous imaginons bien que l’homme est plus complexe que la fraise et donc plus difficile à définir. Encore que…

Tenez, livrons-nous à un petit exercice qui devrait nous faire avancer. Commençons par le plus facile. Qu’est-ce qu’une fraise ? Tout de suite nous répondrons, un fruit ! A certes, mais la pomme n’est-elle pas aussi un fruit ? Alors nous préciserons, un fruit rouge qui pousse à ras de terre, d’une forme ovale et avec un goût qui lui est propre. Si je vais plus loin, c’est un fruit assez gros par rapport à sa cousine plus petite et plus gouteuse qu’on nomme ‘fraise des bois’. Voilà grossièrement dessinée ma fraise. Mais au fond, est ce que je sais ce qu’est un fruit ? Qu’ont en commun, toutes ces choses que je regroupe sous le vocable de fruit ? Pourquoi la tomate est-elle un fruit et non la courge ? Car au-delà de cette distinction, nous avons bien quelque chose de commun entre la courge et la fraise…. Ce sont des végétaux.

C’est, en effet, à l’intérieur de cette première et fondamentale famille qu’est le végétal que se distinguent, les fruits, les légumes, les fleurs… Vous voyez que déjà, notre fraise est plus complexe qu’il n’y parait.

Mais allons plus loin. Ma fraise a une vie. La fraise qui décore savoureusement ma tarte n’a pas toujours été si rouge. Il a bien fallut qu’elle pousse. Et si elle était restée sur son pied, elle aurait fini par vieillir puis pourrir. Tandis que le rocher que je contemple depuis la fenêtre du restaurant, lui, il est toujours le même, sauf à subir l’érosion du temps. Mais à la différence de la fraise qui change d’aspect de l’intérieur, par un principe de vie qui l’anime, le rocher lui ne change que par l’action d’un être extérieur. Le vent sableux par exemple. La Fraise fait donc partie d’une famille encore plus large qui la distingue du rocher, celle des êtres vivants, animés. Alors que le rocher fait partie des êtres inanimés.
Oui mais alors, le chamois lui aussi est un être vivant et animé. Qu’est ce qui le distingue de cette fraise qu’il va lui-même manger ? Nous pourrions répondre, la chair, les os… Mais la fourmi n’a pas d’os, le poisson n’a pas la même chair. Et pourtant, nous les classons bien tous distinctement des végétaux, dans ce que nous appelons le règne animal. Qu’ont-ils donc en commun et de spécifiquement différent, sinon le fait de se déplacer par eux-mêmes ?

 

Voici donc trois étages dans la manière d’être au monde. Le premier est commun à tous, animés comme inanimés. Il s’agit d’être, d’exister. Le second étage, l’étage végétal, est composé d’être animés par eux-mêmes avec un principe vital intérieur. Le troisième comprend les deux étages inférieurs, mais, plus restreint, il ne regroupe que les êtres capables de se mouvoir et de réagir, les animaux.

Finalement, ma fraise est bien plus difficile à définir que prévu. Mais alors l’homme dans tout ça ? Incontestablement, il se trouve dans la troisième catégorie. Mais ai-je tout dit de l’homme quand j’ai dit qu’il était un animal ? Puis-je dire indifféremment ‘voici l’homme’ et voici ‘le cheval’ comme je dirai ‘voici le chamois’ et ‘voici le poisson’ ? Ou bien est-il plus juste de dire ‘voici l’animal’ en parlant de la troisième catégorie et ‘voici l’homme’ pour une autre catégorie encore ?

En d’autres termes, y a-t-il quelque chose qui différencie spécifiquement l’homme de l’animal ? Quelque chose qui le définisse au point de pouvoir dire à chaque fois qu’un homme se présente, qu’il soit blond ou roux, grand ou petit, ‘voici l’homme’ ? Concrètement, une fois enlevé tout ce qui fait que Grégoire est différent de Cyril, qu’ont-ils en commun, en plus du végétal, en plus de l’animal ? Qu’ont-ils de différent avec les trois autres catégories d’être ? Car incontestablement l’homme a en lui quelque chose du monde végétal puisqu’il est capable de vivre et d’évoluer par un principe intérieur qui lui donne son dynamisme interne. Incontestablement l’homme partage avec les animaux la capacité de se mouvoir. Et déjà à ce stade nous pouvons dire ‘voici l’homme’, sans nous tromper. Mais si nous en restons là, nous disons en réalité… ‘voici l’animal’.

Or, l’homme est plus qu’un simple animal. L’homme pense ! Voilà la différence spécifique de l’homme, son intelligence. Ce serait toutefois, une fausse anthropologie que de nier, refouler ou considérer comme second la dimension animale de l’homme, car qui veut faire l’ange, fait la bête.

L’erreur fondamentale qui traverse presque toutes les professions qui s’intéressent à l’homme est de l’avoir disséqué, pour mieux le connaître, le servir, sans, in fine parvenir à le réunifier. Or tout est là ! L’homme est un et tout service rendu à l’homme doit viser son unité, son unification, parce que dans cette unité il trouvera l’harmonie de son être et donc la paix qui conduit au bonheur. Aussi, les coupes chirurgicales que nous nous devons d’entreprendre lorsque nous étudions l’Homme, ne sont que des commodités rhétoriques et pédagogiques par lesquelles il nous faut bien passer. Mais il nous appartient, sur ce corps disséqué de poser le regard unifié et mystérieux du poète, car ce n’est qu’avec ces yeux que nous pourrons dire en vérité « Voici l’homme ».

Cyril Brun,

Source Cyrano.net

 

Extrait du petit manuel sur l’anthropologie chrétienne – Connais-toi toi-même à la lumière de l’Evangile

NLQ #Tribunes et entretiens

Evangile du 6 novembre commenté par le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine sur Radio Notre-Dame

Le célèbre prédicateur, qui depuis le mois de septembre commente l’Evangile dans l’émission La victoire de l’Amour diffusée au Québec, est invité par Radio Notre-Dame.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Les jeunes adultes en Terre Sainte : pèlerinage du 28 février au 9 mars 2018 – diocèse de Nantes (44)

Après un pèlerinage en Terre Sainte, à Nazareth, Tibériade, Bethléem et Jérusalem, on ne lit plus la Bible de la même façon. Les textes deviennent plus concrets et plus incarnés, les symboles lumineux. On découvre une terre, des larges pans de l’histoire de l’humanité et on y rencontre des croyants, aujourd’hui.

Pélé en Terre SainteIl ne reste que quelques jours pour s’inscrire au pèlerinage en Terre Sainte proposé aux jeunes professionnels et étudiants de 3ème cycle du diocèse de Nantes. Accompagnée par le Père Guillaume Le Floc’h, cette découverte de la diversité des chrétiens, de la richesse des rites et traditions ne laissera aucun participants indifférents. Une belle expérience à partager avec l’évêque de Nantes, Mgr Jean-Paul James, qui animera ce pèlerinage.

Programme et inscription (site des pèlerinages)

Date limite d’inscription : 16 novembre 2017

Télécharger (PDF, 240KB)

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Even, école du Verbe éternel et nouveau, le 9 octobre à Clermont-Ferrand

Pour étudiants et jeunes professionnels, prière, échange et formation

Les rencontres ont lieu tous les lundis en période scolaire de 20h30 à 22h15 :

54 rue Etienne Dolet, Clermont-Ferrand

Année 2017-2018

1. Homme et femme il les créa

9 octobre – Du désir à la joie
16 octobre – De l’esprit à la chair
23 octobre – De la liberté à l’indissolubilité
6 novembre – De l’union et de la procréation

2. Six figures de l’ancienne alliance

13 novembre – Jacob, le fort contre Dieu
20 novembre – Moïse, le plus humble des hommes
27 novembre – David, roi de Sion
4 décembre – Élie, le prophète du ciel
11 décembre – Daniel, le sage de l’histoire
18 décembre – Job le familier de la douleur

3. Jésus-Christ, l’unique sauveur

8 janvier – Engendré non pas créé, de même nature que le Père
15 janvier – Conçu du Saint Esprit, né de la vierge Marie
22 janvier – Crucifié sous Ponce Pilate, ressuscité le troisième jour
29 janvier – Monté au ciel, assis à la droite du Père

4. Les commandements de l’alliance

5 février – Adoration et Culte
12 février – Sanctification et nom
26 février – Repos et jour
5 mars – Honneur et origine
12 mars – Vie et mort
19 mars – Don et bonté
26 mars – Vérité et lumière
2 avril – Regard et pureté

5. Les fins dernières

7 mai – L’être et le temps
14 mai – L’acte et l’éternité
28 mai – La justice pour la vie éternelle
4 juin – La miséricorde face à l’enfer

 

EVEN
signifie « pierre » en hébreu, et aussi « école du verbe éternel et nouveau ».
C’est un parcours de formation à la vie chrétienne initiée à Paris en 2006, proposée aujourd’hui dans une vingtaine de paroisses à Paris et dans une quinzaine de villes de province.
Il s’effectue sur deux années de cinq périodes, ce qui permet de rejoindre le parcours à tout moment, mais suppose un engagement régulier.
Il permet de revisiter les grandes lignes de la Révélation et de découvrir les conséquences de la Parole de Dieu dans une de jeune adulte.

Contact : Père Bernard Lochet
even.clermont@gmail.com
06 81 18 87 21
www.even-adventure.com

 

Tract EVEN 2017-2018

Conférences/Formations #NLQ

Devenir « disciples-missionnaires » à l’écoute des Actes des Apôtres le 2 octobre à Marseille

– Date Lundi 2 octobre 2017 à 20h15
– Lieu : salle 20 rue Ramiel (9ème)
Rencontres bibliques animées par Sr Monique Delubac, de la Communauté du Chemin Neuf, à la paroisse de Mazargues.

Conférences/Formations

Parcours Even à Tours – rentrée le 2 octobre

Ce parcours de découverte et d’approfondissement de la foi chrétienne pour étudiants et jeunes pros est proposé, à nouveau, cette année. Rendez-vous à la Maison diocésaine “Le carmel” (13 rue des Ursulines à Tours), chaque lundi (sauf pendants les vacances scolaires), de 20h30 à 22h15, aux dates suivantes :

Période 1 – Homme et femme, il les créa

  • 25 septembre : Du désir à la joie
  • 2 octobre : De l’esprit à la chair
  • 9 octobre : De la liberté à l’indissolubilité
  • 16 octobre : De l’union à la procréation

Période 2 – Sept figures de l’ancienne alliance

  • 6 novembre : Jacob, le fort contre Dieu
  • 13 novembre : Moïse, l’humble serviteur
  • 20 novembre : David, le roi de Sion
  • 27 novembre : Elie, le prophète du ciel
  • 4 décembre : Daniel, le sage de l’histoire
  • 11 décembre : Job, le familier de la souffrance 18 décembre : Soirée “adoration – confessions”

Période 3 – Jésus-Christ, l’unique sauveur

  • 8 janvier : Engendré, non pas créé
  • 15 janvier : Conçu du Saint-Esprit, né de la Vierge­Marie
  • 20-211anv1er. Week-end EVEN
  • 22 janvier : Crucifié sous Ponce Pilate
  • 29 janvier : Monté au ciel, assis à la droite du Père
  • Période 4 – Les commandements de l’alliance 5 février : Adoration et culte
  • 12 février : Sanctification et nom
  • 19 février : Repos et jour
  • 12 mars : Honneur et origine
  • 19 mars : Vie et mort
  • 26 mars : Don et bonté
  • 9 avril : Vérité et lumière
  • 16 avril : Pureté et regard

Période 5 – Les fins dernières

  • 7 mai : L’être et le temps
  • 14 mai : L’acte et l’éternité
  • 21 mai : La justice pour la vie éternelle 28 mai : La miséricorde face à l’enfer 4 juin : Soirée conviviale

10 juin : journée de marche EVEN

CONTACT :

evenatours@gmail.com

Prêtres accompagnateurs :

  • Frère Nicolas Burle
  • Don Maxence Bertrand
  • Père Guillaume Morin

NLH #NLQ #Sorties/Animations

Nouvelle tournée du musical Tobie & Sarra

Le musical Tobie et Sarra repart en tournée dès le vendredi 6 octobre à 20h30 aux “3 Pierrots”, 6 rue du Mont Valérien à Saint-Cloud (92).
Avant cette représentation, deux contes bibliques préparatoires et gratuits seront donnés à Garches, le samedi 23 septembre, et à Saint-Cloud, le samedi 30 septembre.
Voici les dates à venir   
Tobie et Sarra, le musical :
Jonas, le musical :
Le spectacle  Jonas fête en 2018 ses 10 ans , son 50 000 ème spectateur et sa 100ème représentation !
Voici les dates de la tournée des 10 ans !  (Ouverture de la billeterie prochainement)
  • jeudi 14 décembre à 20h30 au Théâtre André Malraux à Rueil-Malmaison (92) . 
  • vendredi 19 janvier à 20h30 au Carré Belle Feuille à Boulogne (92)
  • vendredi 2 février à 20h30 au Théâtre Armande Béjart à Asnières (92) 
  • vendredi 9 février à 20h30 au Théâtre Saint-Léon à Paris 
  • vendredi 23 mars à 20h30 à l’Agoreine de Bourg-la-Reine (92)
BESOIN DE VOUS :
Nous recherchons des bénévoles pour tracter avant les messes des églises parisiennes  afin d’aider au remplissage des représentations des 10 et 24 novembre au Théâtre Saint Léon  à Paris. Il vous suffit de nous écrire et nous vous fournirons en flyers et affiches.
Enfin, si vous travaillez dans l’enseignement catholique (APS, direction, enseignant) ou si vous êtes catéchistes (catéchismes, aumôneries), nous serons heureux de vous inviter à assister à des ateliers bibliques préparatoires ainsi qu’à des représentations de nos spectacles. Il vous suffit d’en faire la demande par mail.
N’hésitez pas à ré-acheminer ce mail à toute personne de votre entourage.

 

Artistiquement votre,