Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 20 janvier 2019 : “Faîtes tout ce qu’Il vous dira !”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici Jean II, 1-11

Version audio seule.

Annonces #NLQ #Récollections/Retraites

Week-end pour les couples en espérance d’enfant du 14 au 16 décembre 2018 à Saint Sulpice de Favières (91)

Faites un pause et prenez du temps pour votre couple ! Venez vivre un événement CANA : un week-end thématique, la semaine CANA ou encore un parcours annuel…

Pour tous les couples, mariés ou non, futurs mariés…

CANA accueille ceux et celles qui veulent approfondir leur relation de couple, qui se questionnent sur un engagement futur, qui désirent être accompagnés dans leur mission de parents, qui traversent une période difficile telle qu’une séparation, ou qui sont engagés dans une nouvelle union après un divorce.

Que ce soit pour un rendez-vous ponctuel, un week-end, une semaine ou des parcours annuels, chacun peut redécouvrir la beauté du mariage et goûter la présence aimante de Dieu.

CANA est aujourd’hui présent dans près de 50 pays.

https://www.chemin-neuf.fr/fr/propositions/cana/

Plus d’informations sur cet événement…

NLQ #Récollections/Retraites

Retraite Cana famille du 29 juillet au 4 août 2018 à l’Abbaye de Sablonceaux (17)

La vie de famille est un équilibre qui se construit pas à pas et qui devient un véritable exercice périlleux quand les enfants grandissent, que la vie professionnelle est dense, que les difficultés de la vie se présentent… mais ce n’est pas mission impossible !

Comment permettre à chacun dans la famille de trouver sa place, est-il possible de se pardonner, comment transmettre nos valeurs et vivre notre vocation de parents, Dieu peut-il nous aider ?

Une semaine pour les familles qui souhaitent prendre du temps pour :

  • se parler et s’écouter entre parents, entre parents et enfants, entre frères et sœurs ;
  • échanger avec d’autres parents sur notre rôle de père, de mère, nos joies et difficultés de parents…
  • jouer en famille et prendre du temps gratuit ensemble !
  • faire la fête
  • découvrir l’action de Dieu dans notre vie, notre famille
  • prier et écouter la Parole de Dieu

Au programme

Matin :

  • pour tous : offices (adaptés selon l’âge des enfants) ou Eucharistie
  • pour les parents : Enseignement, témoignages, partage en couple ou en petits groupes
  • pour les enfants : activités et jeux en groupe par tranche d’âge et partage sur des thèmes de la vie familiale.

Après midi :

  • jeux en famille : sport, bricolages, jeux de société… ;
  • exercice et prière en famille ;
  • adoration eucharistique proposée chaque jour.

Soirée : fêtes, danses, contes, surprises…

Les enfants sont accueillis à partir de 6 ans.

Et les jeunes ?

Les 14-18 ans sont particulièrement les bienvenus ! Un programme particulier leur est proposé afin de leur permettre de vivre des temps forts et de détente entre eux mais également des moments en famille.

Venir au service :

Vous souhaitez vivre la session en venant au service seul(e), en couple ou en famille ?

C’est possible ! A partir de 14 ans, les enfants qui le souhaitent peuvent également se mettre au service de la session tout comme leurs parents : musique, cuisine, animation des soirées, d’un atelier jeu, sport ou bricolage, équipe matériel…

Les personnes ou familles au service arrivent une journée plus tôt (le 28 juillet).

Une personne de l’équipe prendra contact avec vous afin d’élaborer le projet ensemble.

Plus d’informations et inscriptions

NLH #NLQ #Sorties/Animations

Rencontre pour les couples avec le Chemin Neuf les 23 et 24 mars 2018 à Garaison (65)

La communauté du Chemin Neuf (qui travaille à l’unité de la personne, du couple, de la famille et des chrétiens) organise à l’école Notre-Dame de Garaison (Hautes-Pyrénées, à 1h30 de Pau), le week-end des 23 et 24 mars, une rencontre pour couples mariés (ou engagés dans une nouvelle union) de toutes confessions chrétiennes centrée sur l’équilibre entre la vie familiale et la vie professionnelle : “Deux jours pour échanger, se former, partager… Comment concilier mes désirs, nos besoins et nos envies Pour faire grandir notre couple… Avec l’aide du Seigneur !”.

Informations et inscriptions :

06 83 25 09 84 ou 06 64 43 30 39 ou directement en ligne

NLQ #Récollections/Retraites

Week-End pour les personnes séparées ou divorcées non remariées les 27 et 28 janvier 2018 à St Jean-le-Thomas (50)

Par Cana Espérance.

Thème : « Avancer sur un chemin d’apaisement par le partage et la prière : parler à Dieu, parler avec les autres. »

Les enfants sont les bienvenus.

Renseignements et inscriptions : 04 74 67 28 06 ou sur cette page

  • Autres weekends Cana Espérance : https://www.chemin-neuf.fr/fr/propositions/cana/separation-divorce/week-ends-cana-esperance
  • Semaines Cana Espérance : https://www.chemin-neuf.fr/fr/propositions/cana/separation-divorce/semaines-cana-esperance

Doctrine / Formation #NLQ #Théologie

L’Eucharistie à l’école de Marie

Le père Georges Henri, du sanctuaire de Sainte-Anne-d’Auray, donnait à l’entrée du carême 2015, un enseignement sur l’Eucharistie à l’école de Marie.

Une heure de formation biblique à méditer autour de Cana.

marie-cana

A la une #NLQ #Rome

Message du pape, la doctrine sociale, une manière d’être ensemble à l’école de Marie

Le pape a adressé, ce jeudi soir, 24 novembre, un message vidéo aux participants du “Festival de la Doctrine sociale de l’Eglise” organisé en Italie, à Vérone, de ce 24 au 27 novembre 2016. Le titre de la rencontre est : « Au milieu des gens ».

(reprise d’un article du 25 novembre 2016, dans le cadre de notre mois d’août avec Marie)

Commentant le thème de ce festival, le Saint-Père a donné une clef de lecture de cette doctrine sociale de l’Eglise que beaucoup regardent comme un ensemble de recettes toutes faites. Bien loin de là, le pape rappelle que la doctrine sociale est avant tout la foi vécue au quotidien dans un discernement de la rencontre, à la lumière de la doctrine sociale de l’Eglise. C’est ainsi qu’il invite à regarder Marie être au milieu des autres.

Je vous salue tous cordialement vous qui participez au sixième « Festival de la Doctrine sociale de l‘Eglise ».

Le thème de cette année est : « Au milieu des gens », ce qui exprime une grande vérité : nous sommes faits pour être au milieu des autres, comme je le rappelais au lendemain de mon élection comme évêque de Rome.

Notre humanité s’enrichit beaucoup si nous sommes avec tous les autres et en quelque situation qu’ils soient. C’est l’isolement qui fait mal, et non le partage.

L’isolement développe la peur et la méfiance et il empêche de jouir de la fraternité.

Nous devons bien nous dire que l’on court plus de risques quand nous nous isolons que quand nous nous ouvrons à l’autre : la possibilité de nous faire du mal ne réside pas dans la rencontre mais dans la fermeture et le refus. Cela vaut aussi lorsque nous prenons quelqu’un d’autre en charge : je pense à un malade, un vieux, un immigré, un pauvre, un chômeur. Quand nous prenons soin de l’autre, nous nous compliquons moins la vie que lorsque nous sommes centrés seulement sur nous-mêmes.

Etre au milieu des gens ne signifie pas seulement être ouverts et rencontrer les autres mais aussi se laisser rencontrer. C’est nous qui avons besoin d’être regardés, appelés, touchés, interpellés, c’est nous qui avons besoin des autres pour pouvoir participer à tout ce que les autres peuvent donner.

La relation requiert cet échange entre les personnes : l’expérience nous dit qu’habituellement, nous recevons des autres plus que nous nous donnons. Au milieu des nôtres, il y a une richesse humaine authentique. Il y a d’innombrables histoires de solidarité, d’aide, de soutien, vécues dans nos familles et dans nos communautés.

C’est impressionnant comment certaines personnes vivent avec dignité les restrictions économiques, la douleur, le travail dur, l’épreuve. En rencontrant ces personnes, tu touches du doigt leur grandeur et tu reçois comme une lumière qui fait voir clairement que l’on peut cultiver une espérance pour l’avenir. On peut croire que le bien est plus fort que le mal parce qu’ils sont là.

En étant au milieu des gens, on a accès à l’enseignement des faits. Je prends un exemple : on m’a raconté qu’une jeune fille de 19 ans est décédée il y a peu de temps. La douleur a été immense, de très nombreuses personnes ont participé à ses obsèques. Ce qui a frappé tout le monde, ce n’est pas seulement l’absence de désespoir, mais la perception d’une certaine sérénité. Après les obsèques, les personnes se disaient leur stupeur d’être sorties de la célébration soulagées d’un poids. La maman de la jeune-fille a dit : « J’ai reçu la grâce de la sérénité. »

La vie quotidienne est tissée de ces faits qui marquent notre existence : ils ne perdent jamais leur efficacité même s’ils ne font pas partie des titres des quotidiens. C’est ce qui se passe vraiment : sans discours ou sans explication, on comprend ce qui dans la vie a de la valeur ou pas.

Etre au milieu des gens signifie aussi sentir que chacun de nous fait partie d’un peuple. La vie concrète est possible parce qu’elle n’est pas la somme de nombreux d’individus, mais c’est l’articulation de nombreuses personnes qui concourent à la construction du bien commun.

Etre ensemble nous aide à voir l’ensemble. Quand nous voyons l’ensemble, notre regard est enrichi et il on trouve évident que les rôles que chacun joue à l’intérieur des dynamiques sociales ne puissent jamais être isolés ou absolutisés.

Quand le peuple est séparé de qui commande, quand on fait des choix en vertu du pouvoir et non du partage populaire quand qui commande est plus important que le peuple et que les décisions sont prises par un petit nombre, ou sont anonymes, ou sont toujours dictées par des urgences vraies ou présumées, alors l’harmonie sociale est en danger avec de graves conséquences pour les gens : la pauvreté augmente, la paix est en danger, l’argent commande, et les gens vont mal.

Donc être au milieu des gens fait du bien non seulement à la vie des individus, mais c’est un bien pour tous. Etre au milieu des gens met en évidence la pluralité des couleurs, des cultures, des races et des religions. Les gens font toucher du doigt la richesse et la beauté de la diversité. On ne pourrait réduire la variété à l’uniformité, la pluralité de pensée et d’actions à un modèle unique d’action et de pensée, que par une grande violence.

Quand on est avec les gens, on touche l’humanité : il n’y a jamais seulement la tête, il y a toujours aussi le cœur,  il y a plus de concrétude, et moins d’idéologie.

Pour résoudre les problèmes des gens, il faut partir d’en bas, se salir les mains, avoir du courage, écouter les laissés-pour-compte.

Je pense qu’il nous vient spontanément de nous demander : comment fait-on pour agir ainsi ? Nous pouvons trouver la réponse en regardant Marie. Elle est servante, elle est humble, elle est miséricordieuse, elle est en chemin avec nous, elle est concrète, elle n’est jamais au centre de la scène, mais elle est une présence constante.

Si nous la regardons, nous trouvons la meilleure façon d’être au milieu des gens. En la regardant, nous pouvons parcourir tous les sentiers de l’humain sans peurs ni préjugés, avec elle, nous pouvons devenir capables de n’exclure personne.

Voilà mon souhait pour vous tous. Avant de vous saluer, je désire remercier l’évêque de Vérone pour son accueil, tous les bénévoles pour leur disponibilité et leur générosité, don Adriano Vincenzi pour le travail accompli en faveur de la connaissance et de la mise en oeuvre de la Doctrine sociale de l’Eglise.

Et je vous en prie, n’oubliez pas de prier pour moi. Merci !

© Traduction de Zenit, Anita Bourdin