Brèves #NLQ

Atteinte de la maladie de Lyme et aux portes de la mort, la « Pop Punk Queen » Avril Lavigne crie à Dieu

Toute jeune, Avril Lavigne a vendu plus de 40 millions d’albums et 50 millions de titres. Elle est la troisième artiste canadienne de tous les temps derrière Céline Dion et Shania twain. Son surnom de Pop Punk Queen en dit long sur son registre, et jamais l’artiste n’a mentionné Dieu dans l’une de ses chansons.

Après une pause de près de 5 ans, la chanteuse revient pourtant sur le devant de la scène avec un titre aux sonorités proches des chants de louange, dans lequel elle raconte de quelle manière elle a demandé le soutien de Dieu au coeur de l’épreuve. Atteinte par la maladie de Lyme, Avril a bien cru vivre ses dernières heures. Dans son désespoir, elle a crié à Dieu et le raconte dans sa chanson, Head Above Water.

Lire la suite

NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Canada : elle obtient la propriété d’un embryon congelé mais doit dédommager son ex-mari de 50 % de la valeur d’achat

Un couple canadien divorce. Le juge partage les biens matériels entre l’homme et la femme. Le couple possède un embryon congelé dans une clinique de fertilité, issu de sperme et ovules achetés 11 500 $ aux Etats-Unis. C’est le dernier embryon qui reste sur les quatre créées en 2012 par FIV, le premier ayant déjà été implanté –le fils du couple est né en 2012- et les deux autres n’étant pas viables.

Madame considère que l’embryon lui revient puisque le contrat avec la clinique comportait une clause précisant que la volonté de la femme serait toujours respectée. Agée de 48 ans, elle s’est donc tournée vers les tribunaux pour faire reconnaître qu’elle est la propriétaire de l’embryon. Monsieur, quant à lui, considère qu’ayant payé lui-même la facture, l’objet de l’achat lui revient de facto. Il souhaite que l’embryon, qui n’a aucun lien génétique ni avec l’un ni avec l’autre, soit donné.

 

Le juge Robert Del Frate, de la Cour supérieure de l’Ontario à Sudbury, a dû trancher. Partant du principe que l’embryon a été acheté, en vertu des contrats signés avec les deux cliniques (celle qui a fourni les gamètes et celle qui a procédé à l’implantation), il l’a considéré comme un bien matériel. Il a « estimé que, dans un monde idéal, [les embryons] auraient été divisés entre l’homme et la femme. Mais puisqu’il n’en restait qu’un et qu’il ne pouvait être vendu, le magistrat a décidé que l’embryon restant revenait à la femme », tout en demandant pour l’ex-mari un dédommagement d’environ 1  500 $, « ce qui correspond à la moitié de la valeur de l’embryon, en considérant ce qu’il a coûté ».

Source : genethique.org

 

Canada #Dans le Monde #NLQ

Le Canada célèbre les 200 ans de l’évangélisation du Nord et de l’Ouest du pays

Samedi 14 et dimanche 15 juillet 2018, les canadiens ont célébré le 200e anniversaire de l’arrivée de l’abbé Joseph-Norbert Provencher et de ses compagnons missionnaires dans le Nord et l’Ouest du pays. Le cardinal canadien Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, est l’envoyé spécial du Pape François.

En 1818, deux prêtres et un séminariste, dont l’abbé Joseph-Norbert Provencher, furent envoyés au nord du Canada par l’évêque de Québec de l’époque, Mgr Joseph-Octave Plessis, avec pour mission de pacifier et de structurer la colonie de la Rivière-Rouge, qui ne faisait pas encore partie du Canada.

En plus d’apporter l’accès à l’éducation et aux soins de santé, les missionnaires oeuvrèrent avec succès à la diffusion de l’Evangile. En 1847, leur territoire ecclésiastique, Saint-Boniface, devint un diocèse, puis un archidiocèse, avec Mgr Joseph-Norbert Provencher à sa tête.

Le cardinal canadien Gérald Cyprien Lacroix est l’envoyé spécial du Pape François pour les commémorations ; c’est en tant que tel, qu’il présidera la célébration eucharistique de dimanche. Il dit admirer la foi inébranlable et le grand courage dont ont fait preuve l’abbé Provencher et ses compagnons au moment d’évangéliser les peuples autochtones. Selon lui,  ces missionnaires « étaient habités par un feu intérieur grâce à leur rencontre personnelle avec le Christ, un zèle apostolique qui les dévore et leur permet d’affronter toutes les difficultés qu’ils ont rencontré ».

« L’Eglise d’aujourd’hui a encore besoin d’hommes et de femmes habités par cette foi profonde », ajoute-t-il.

Source : Vatican News

Amérique latine #Canada #Dans le Monde #NLQ

Actualité de la christianophobie aux Amériques

 

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Canada #NLH #NLQ

Conférence inédite du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, « Appel à tous les jeunes à rechercher, découvrir et répondre chacun à sa vocation propre », donnée en la cathédrale de Montréal le 24 mai 2018

Le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, dont nous partageons régulièrement les homélies et sa série de question-réponse Deux minutes pour vous , était invité au Québec pour prêcher une retraite organisée par La Victoire de l’Amour, et par l’évêque de Montréal Mgr Lépine afin de donner une conférence ayant pour thème :

« Appel à tous les jeunes à rechercher, découvrir et répondre chacun à sa vocation propre »

La conférence en 7 citations

La conférence intégrale

Canada #Dans le Monde #NLQ

Canada – il faut être favorable à l’avortement pour recevoir des subventions à l’embauche

Mgr Richard Smith, archevêque d’Edmonton au Canada, a déclaré à la presse que le programme public de subventions pour les jobs d’été pour lycéens et étudiants contient une disposition qui n’est rien de moins qu’un « scandale ».

Pour obtenir les subventions, les responsables des entreprises qui désirent embaucher des jeunes doivent cocher une case indiquant qu’ils soutiennent les valeurs d’une charte qui comprend le droit d’accéder à l’avortement et la liberté en matière d’identité et d’expression de genre.

Lire la suite sur réinformation.tv

Dans le Monde #NLQ

Dans le monde, des diocèses fusionnent

Au Canada :

“Le bulletin de la Salle de presse du Saint-Siège du 27 avril 2018 a annoncé la décision du Saint-Père de réunir sous une seule entité ecclésiastique le diocèse d’Alexandria-Cornwall et l′archidiocèse d′Ottawa, situés tous les deux dans la province de l’Ontario. Le Souverain pontife a placé Mgr Terrence Thomas Prendergast, 75 ans, à la tête du nouveau diocèse d′Alexandria-Cornwall-Ottawa. Ordonné en 1972 pour la Compagnie de Jésus, Mgr Prendergast a été successivement évêque auxiliaire de Toronto, archevêque d′Halifax, et enfin archevêque d′Ottawa, la capitale du pays, en 2007.

Nommé administrateur apostolique du diocèse d’Alexandria-Cornwall en 2016 avec la mission d’étudier une éventuelle fusion avec un diocèse voisin, le prélat avait adressé une lettre aux fidèles dans laquelle il soulignait le « déclin du clergé et de la pratique religieuse ». Ainsi s’étendent les ravages de la déchristianisation de la société, dans un pays où le catholicisme se développait pourtant rapidement jusque dans les années soixante.”

Source : lesalonbeige

Canada #NLH #NLQ

Les évêques canadiens suppriment les financements de l’équivalent local du CCFD

Au moins 8 diocèses canadiens viennent de supprimer leur financement en faveur de « Development and Peace », l’équivalent local du CCFD, en raison de l’utilisation faites des fonds, qui reviennent à des associations partenaires dans les pays en développement, et dont les valeurs entrent en conflit avec les valeurs de l’Eglise.

Tout comme le CCFD, « Development and Peace » reverse les donts pour financer des projets locaux qui incluent le développement de l’avortement, de la contraception et de la théorie du genre. On ne sait pas si le financement d’organisation pour la légalisation du mariage entre personnes de même sexe a été considéré dans ce rapport, le CCFD ayant pour sa part déjà financé de telles organisations.

Les diocèses ayant confirmé leur retrait sont : Toronto et St. Catharines dans Ontario ; Calgary, Edmonton et St. Paul dans l’Alberta ; Vancouver et Nelson en Colombie britannique ; et Whitehorse dans le Yukon.

Une liste des organismes partenaires concernés a été établie, elle n’a cependant pas été communiquée pour l’heure, mais il serait intéressant de la comparer avec celle des organismes partenaires du CCFD.

 

BL

Canada #NLQ

La cathédrale de Montréal consacrée… 123 ans après sa construction !

En ce lundi 26 mars 1894, l’inauguration de la cathédrale Saint-Jacques-le-Majeur (appelée erronément Saint-Jacques-le-Mineur) occupe trois longues colonnes à la une du journal La Minerve.

La veille, le jour de la fête de Pâques, « Mgr [Édouard-Charles] Fabre a célébré, pour la première fois, la messe dans la nouvelle cathédrale », peut-on lire dans ce long texte. Cette cathédrale, dont Mgr Ignace Bourget bénissait la première pierre le 28 août 1870, remplace l’ancienne cathédrale Saint-Jacques, réduite en cendres 42 ans plus tôt, en 1852.

Le journaliste de La Minerve décrit tous les éléments de cette imposante célébration, « une des plus belles qui ait eu lieu à Montréal ». Mais nulle part dans son texte ne fait-il mention de la consécration officielle de nouveau lieu de culte.

Non, le scribe anonyme n’a pas commis une autre erreur. La basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde – sa nouvelle appellation depuis 1955 – n’a tout simplement jamais été consacrée. Elle l’aura été finalement le vendredi 13 octobre 2017, par l’archevêque de Montréal, Christian Lépine.

« Une église doit être entièrement payée lorsqu’on la consacre », explique Robert Gendreau, directeur du Service de la pastorale liturgique de l’archidiocèse de Montréal. « C’est une tradition que l’on respecte », peu importe que ce soit une petite église ou une immense basilique.

La construction de la cathédrale de Montréal, une réplique réduite de la basilique Saint-Pierre-de-Rome, « a entraîné des coûts énormes et cela a pris de nombreuses années, trente, quarante ans, avant d’éliminer ses dettes », ajoute l’abbé Gendreau.

Il explique aussi qu’on a longtemps caressé le projet de doter tout l’édifice de la même somptueuse décoration (marbre italien, mosaïques multicolores) qu’affiche la petite chapelle funéraire des évêques de Montréal, à gauche de l’église. Lorsqu’on a finalement abandonné ce projet, « personne ne s’est dit qu’il fallait consacrer la cathédrale ».

« Les générations passant, cela a été oublié. Ou bien, on a pensé que la cathédrale avait déjà été consacrée », dit le liturgiste.

Lire la suite…

NLQ #Points non négociables PNN

Canada – Des experts veulent lever l’interdiction sur la FIV à trois parents

Au Canada, la création d’embryons issus de trois ADN (cf. Un bébé, 3 ADN, 3 transgressions) est interdite. La Loi sur la procréation assistée du Canada dispose que personne ne doit sciemment « modifier le génome d’une cellule d’un être humain ou d’un embryon in vitro de telle sorte que l’altération puisse être transmise aux descendants ».

Dans un article publié dans le Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada, un groupe d’éthiciens en génétique et d’experts en fertilité demande la levée de cette interdiction. Ils estiment que cette « ‘nouvelle intervention prometteuse’ qui permet aux femmes d’éviter de transmettre des maladies héréditaires parfois fatales à leurs enfants ». Ils affirment que la loi de 13 ans est dépassée et réclament une discussion nationale pour revoir les interdictions.

D’autres voix s’élèvent pour rappeler qu’un long chemin reste à parcourir avant d’atteindre un consensus sur la possibilité de permettre à la technique de mélange d’ADN de créer un être humain. D’autant que des dérives apparaissent déjà : la technique est en effet désormais utilisée de manière très controversée pour aider les femmes plus âgées à tomber enceinte (cf. La FIV à trois parents pour rajeunir les ovocytes : un marché lucratif).

Du côté de l’Etat fédéral, le gouvernement Trudeau est en train de renforcer la loi sur la Procréation médicalement assistée, et cherche notamment à clarifier les dépenses pouvant être payées aux donneurs d’ovules et de sperme. Il a, par ailleurs, laissé entendre que l’interdiction de l’édition du génome humain pourrait également être réexaminée.

Source Généthique.org 

Pour aller plus loin :