A la une #Articles #Asie #NLQ

Asia Bibi est libre et au Canada

Asia Bibi a quitté le Pakistan !

Asia Bibi, symbole de la persécution religieuse au Pakistan a passé plus de 8 ans, dans plusieurs prisons pakistanaises jusqu’à ce qu’elle soit acquittée de toutes les accusions de blasphème à la fin de l’année 2018. Elle est au Canada, où ses filles l’attendent !

Plusieurs personnalités politiques (dont Jan Figel, le représentant spécial de l’UE pour la liberté religieuse et une source du ministère pakistanais des Affaires étrangères) ont confirmé à CitizenGO cette information.

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Conférence « Transformation Pastorale » avec le père James Mallon les 5 & 6 avril 2019 à Paris

Une rencontre pour inspirer, équiper et transformer les paroisses de France afin qu’elles deviennent davantage missionnaires.
Cet évènement fait suite au livre à succès du père James Mallon sur la transformation de la paroisse Saint Benoît, à Halifax, au Canada : “Manuel de survie pour les paroisses

Du 5 avril 10h au samedi 6 avril 18h
Eglise Saint-Pierre-de-Montrouge
82 avenue du Général Leclerc
75014 Paris.

.

Pour en savoir plus

Pour s’inscrire


L’association Parcours Alpha France organise une grande conférence de deux jours à destination des prêtres et des laïcs sur le thème de la Transformation Pastorale. Le Père James Mallon, conférencier, auteur, podcaster, ancien curé, et fondateur de l’association « Divine Renovation » sera l’invité phare de cette conférence de deux jours. Après avoir engagé sa paroisse dans une dynamique missionnaire, fait lever de nouveaux leaders pour l’Eglise en Amérique du Nord, et avoir transformé des centaines de vies, le Père James Mallon se consacre désormais à accompagner des prêtres, des évêques, des équipes pastorales, des paroisses et des diocèses sur les 5 continents afin de les engager dans une profonde conversion pastorale. Profondément amoureux de l’Eglise et zélé pour les âmes, il rêve que l’Eglise réponde, à nouveau, à sa grande vocation

 

Brèves #NLH

Canada : une province supprime l’enquête obligatoire en matière d’euthanasie

En Saskatchewan, une grande province du Sud-Ouest du Canada, il n’y aura plus d’enquête sur les décès en cas d’euthanasie : ce n’est plus obligatoire depuis le 14 septembre 2018. Jusqu’à cette date, chaque euthanasie – 123 depuis la légalisation au Canada en juillet 2016 –  était surveillée attentivement par un coroner[1]. Clive Weighill, le coroner en chef de la Saskatchewan a expliqué que l’aide médicale à mourir est « très bien réglementée par le Collège des médecins et chirurgiens de la Saskatchewan et il n’est pas nécessaire qu’un [coroner] soit présent lors du décès et fasse subir le stress d’une enquête à la famille ». Ses services n’enquêteront désormais plus qu’en cas de plainte ou si « quelqu’un téléphonait parce qu’il pense qu’une euthanasie ne s’est pas bien déroulée ou parce qu’il estime que le patient a été forcé ».

[1] Un coroner est, dans les pays de culture anglo-saxonne ainsi qu’au Japon, un fonctionnaire chargé, au nom de la Couronne (d’où le nom), d’enquêter sur les circonstances d’un décès violent, obscur ou qui semble le résultat d’un crime, et d’en déterminer la cause.

Source : genethique.org

Brèves #NLQ

Atteinte de la maladie de Lyme et aux portes de la mort, la « Pop Punk Queen » Avril Lavigne crie à Dieu

Toute jeune, Avril Lavigne a vendu plus de 40 millions d’albums et 50 millions de titres. Elle est la troisième artiste canadienne de tous les temps derrière Céline Dion et Shania twain. Son surnom de Pop Punk Queen en dit long sur son registre, et jamais l’artiste n’a mentionné Dieu dans l’une de ses chansons.

Après une pause de près de 5 ans, la chanteuse revient pourtant sur le devant de la scène avec un titre aux sonorités proches des chants de louange, dans lequel elle raconte de quelle manière elle a demandé le soutien de Dieu au coeur de l’épreuve. Atteinte par la maladie de Lyme, Avril a bien cru vivre ses dernières heures. Dans son désespoir, elle a crié à Dieu et le raconte dans sa chanson, Head Above Water.

Lire la suite

NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Canada : elle obtient la propriété d’un embryon congelé mais doit dédommager son ex-mari de 50 % de la valeur d’achat

Un couple canadien divorce. Le juge partage les biens matériels entre l’homme et la femme. Le couple possède un embryon congelé dans une clinique de fertilité, issu de sperme et ovules achetés 11 500 $ aux Etats-Unis. C’est le dernier embryon qui reste sur les quatre créées en 2012 par FIV, le premier ayant déjà été implanté –le fils du couple est né en 2012- et les deux autres n’étant pas viables.

Madame considère que l’embryon lui revient puisque le contrat avec la clinique comportait une clause précisant que la volonté de la femme serait toujours respectée. Agée de 48 ans, elle s’est donc tournée vers les tribunaux pour faire reconnaître qu’elle est la propriétaire de l’embryon. Monsieur, quant à lui, considère qu’ayant payé lui-même la facture, l’objet de l’achat lui revient de facto. Il souhaite que l’embryon, qui n’a aucun lien génétique ni avec l’un ni avec l’autre, soit donné.

 

Le juge Robert Del Frate, de la Cour supérieure de l’Ontario à Sudbury, a dû trancher. Partant du principe que l’embryon a été acheté, en vertu des contrats signés avec les deux cliniques (celle qui a fourni les gamètes et celle qui a procédé à l’implantation), il l’a considéré comme un bien matériel. Il a « estimé que, dans un monde idéal, [les embryons] auraient été divisés entre l’homme et la femme. Mais puisqu’il n’en restait qu’un et qu’il ne pouvait être vendu, le magistrat a décidé que l’embryon restant revenait à la femme », tout en demandant pour l’ex-mari un dédommagement d’environ 1  500 $, « ce qui correspond à la moitié de la valeur de l’embryon, en considérant ce qu’il a coûté ».

Source : genethique.org

 

Canada #Dans le Monde #NLQ

Le Canada célèbre les 200 ans de l’évangélisation du Nord et de l’Ouest du pays

Samedi 14 et dimanche 15 juillet 2018, les canadiens ont célébré le 200e anniversaire de l’arrivée de l’abbé Joseph-Norbert Provencher et de ses compagnons missionnaires dans le Nord et l’Ouest du pays. Le cardinal canadien Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, est l’envoyé spécial du Pape François.

En 1818, deux prêtres et un séminariste, dont l’abbé Joseph-Norbert Provencher, furent envoyés au nord du Canada par l’évêque de Québec de l’époque, Mgr Joseph-Octave Plessis, avec pour mission de pacifier et de structurer la colonie de la Rivière-Rouge, qui ne faisait pas encore partie du Canada.

En plus d’apporter l’accès à l’éducation et aux soins de santé, les missionnaires oeuvrèrent avec succès à la diffusion de l’Evangile. En 1847, leur territoire ecclésiastique, Saint-Boniface, devint un diocèse, puis un archidiocèse, avec Mgr Joseph-Norbert Provencher à sa tête.

Le cardinal canadien Gérald Cyprien Lacroix est l’envoyé spécial du Pape François pour les commémorations ; c’est en tant que tel, qu’il présidera la célébration eucharistique de dimanche. Il dit admirer la foi inébranlable et le grand courage dont ont fait preuve l’abbé Provencher et ses compagnons au moment d’évangéliser les peuples autochtones. Selon lui,  ces missionnaires « étaient habités par un feu intérieur grâce à leur rencontre personnelle avec le Christ, un zèle apostolique qui les dévore et leur permet d’affronter toutes les difficultés qu’ils ont rencontré ».

« L’Eglise d’aujourd’hui a encore besoin d’hommes et de femmes habités par cette foi profonde », ajoute-t-il.

Source : Vatican News

Amérique latine #Canada #Dans le Monde #NLQ

Actualité de la christianophobie aux Amériques

 

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Canada #NLH #NLQ

Conférence inédite du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, « Appel à tous les jeunes à rechercher, découvrir et répondre chacun à sa vocation propre », donnée en la cathédrale de Montréal le 24 mai 2018

Le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, dont nous partageons régulièrement les homélies et sa série de question-réponse Deux minutes pour vous , était invité au Québec pour prêcher une retraite organisée par La Victoire de l’Amour, et par l’évêque de Montréal Mgr Lépine afin de donner une conférence ayant pour thème :

« Appel à tous les jeunes à rechercher, découvrir et répondre chacun à sa vocation propre »

La conférence en 7 citations

La conférence intégrale

Canada #Dans le Monde #NLQ

Canada – il faut être favorable à l’avortement pour recevoir des subventions à l’embauche

Mgr Richard Smith, archevêque d’Edmonton au Canada, a déclaré à la presse que le programme public de subventions pour les jobs d’été pour lycéens et étudiants contient une disposition qui n’est rien de moins qu’un « scandale ».

Pour obtenir les subventions, les responsables des entreprises qui désirent embaucher des jeunes doivent cocher une case indiquant qu’ils soutiennent les valeurs d’une charte qui comprend le droit d’accéder à l’avortement et la liberté en matière d’identité et d’expression de genre.

Lire la suite sur réinformation.tv

Dans le Monde #NLQ

Dans le monde, des diocèses fusionnent

Au Canada :

“Le bulletin de la Salle de presse du Saint-Siège du 27 avril 2018 a annoncé la décision du Saint-Père de réunir sous une seule entité ecclésiastique le diocèse d’Alexandria-Cornwall et l′archidiocèse d′Ottawa, situés tous les deux dans la province de l’Ontario. Le Souverain pontife a placé Mgr Terrence Thomas Prendergast, 75 ans, à la tête du nouveau diocèse d′Alexandria-Cornwall-Ottawa. Ordonné en 1972 pour la Compagnie de Jésus, Mgr Prendergast a été successivement évêque auxiliaire de Toronto, archevêque d′Halifax, et enfin archevêque d′Ottawa, la capitale du pays, en 2007.

Nommé administrateur apostolique du diocèse d’Alexandria-Cornwall en 2016 avec la mission d’étudier une éventuelle fusion avec un diocèse voisin, le prélat avait adressé une lettre aux fidèles dans laquelle il soulignait le « déclin du clergé et de la pratique religieuse ». Ainsi s’étendent les ravages de la déchristianisation de la société, dans un pays où le catholicisme se développait pourtant rapidement jusque dans les années soixante.”

Source : lesalonbeige