En France #NLQ

Le cardinal Rai, patriarche maronite d’Antioche, a achevé sa visite en France

Le cardinal Bechara Boutros Rai a achevé ce mercredi 30 mai 2018 son déplacement en France.

ors de cette visite de trois jours, sur invitation du président français, le patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient, a notamment rencontré les présidents de l’Assemblée national et du Sénat, mais le point culminant de ce déplacement, était sa rencontre, ce mardi à l’Elysée, avec le chef de l’Etat français Emmanuel Macron. Au centre des échanges : la situation politique libanaise au lendemain des premières élections législatives depuis 9 ans, celle des réfugiés syriens dans le pays, ainsi que le sort des Chrétiens d’Orient.

Cette rencontre, a précisé le cardinal Rai, a porté sur les points principaux abordés lors des trois conférences internationales sur le Liban tenues à Paris, Rome et Bruxelles : la question des réformes nécessaires dans le pays, le problème des réfugiés syriens présents dans le pays du Cèdre et ses conséquences sur le pays, le modèle libanais de coexistence pacifique entre les différentes religions et la présence des chrétiens au Liban et dans la région.

Le patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient a également fait savoir que la tenue d’une éventuelle « conférence internationale de paix sur le Moyen-Orient » avait été évoqué et il a souhaité que la France joue un rôle, au sein de la communauté internationale pour encourager les réfugiés syriens à rentrer dans leur pays.

Source : Vatican News

A la une #NLH #NLQ #Orient

Arabie Saoudite – Vers l’ouverture du premier centre de dialogue interreligieux en Arabie Saoudite après la visite du Patriarche d’Antioche des Maronites

L’un des fruits concrets de la brève mais importante visite accomplie en Arabie Saoudite par le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Bechara Boutros Rai, pourrait être l’autorisation de la part de la monarchie saoudienne de créer sur le territoire du royaume un Centre international permanent pour le dialogue interreligieux. Le nouvel organisme – indiquent à Fides des sources libanaises qui n’ont pas encore rencontré de confirmation officielle – pourrait être accueilli sur le site d’une antique église vieille de 900 ans et reportée à la lumière, laquelle serait restaurée de fonds en comble dans ce but.

Les sources officielles saoudiennes ne confirment pas les indiscrétions relatives au futur Centre pour le dialogue interreligieux mais ont amplement couvert la visite en Arabie du Patriarche d’Antioche des Maronites, mettant l’emphase sur l’événement et le présentant comme une confirmation de l’intention de la monarchie saoudienne de s’ouvrir au dialogue avec d’autres réalités et communautés religieuses.
Le 14 novembre, lors de sa courte visite à Riyad, le Cardinal Rai, a rencontré notamment le Roi Salman Bin Abdulaziz et le Prince héritier, Mohammed Bin Salman, actuel homme fort du régime saoudien. Dans les communiqués émis par les agences officielles, la visite du Patriarche d’Antioche des Maronites a été présentée comme un signe des « relations fraternelles entre le Royaume et le Liban » et comme une confirmation du « rôle important des différentes religions et cultures pour promouvoir la tolérance et endiguer la violence ».

Au cours de sa visite, le Cardinal a rencontré également le Premier Ministre libanais, Saad Hariri, qui a annoncé le 4 novembre, sa démission, alors qu’il se trouvait à Riyad. Le Patriarche d’Antioche des Maronites a déclaré être « convaincu » par les motifs qui ont poussé S. Hariri à sa décision. Ce dernier a déclaré de son côté son intention de retourner au Liban dans les prochains jours alors que sa famille restera dans la capitale saoudienne. On rappellera que le Premier Ministre possède la double nationalité libanais et saoudienne. Entre temps, le Chef de l’Etat libanais, Michel Aoun, a affirmé considérer Saad Hariri de facto comme prisonnier des saoudiens. « Rien ne justifie que Saad Hariri ne soit pas rentré depuis 12 jours. Nous le considérons donc comme en captivité et détenu, ce qui est contraire à la Convention de Vienne » peut-on lire dans un message Tweeter émis par ce même Michel Aoun le 15 novembre.

 

Source Agence Fides

A la une #NLQ #Orient

Liban – Le cardinal Rai vent debout contre la lèpre mortelle de la corruption et du féodalisme

Le cardinal Béchara Raï s’est livré à une charge en règle contre ce qu’il qualifie de « lèpre sociale mortelle » : « la corruption, le féodalisme politique qui anéantit la justice et le droit, et les intérêts privés, sectaires ou confessionnels qui font obstacle à la bonne marche des institutions publiques, à commencer par les organismes de contrôle ». Le patriarche d’Antioche des maronites s’est exprimé dimanche lors de la messe au siège patriarcal de Bkerké. Son homélie s’inspirait de la guérison du lépreux, extrait de l’évangile de dimanche 5 mars 2017. Parmi les personnes présentes, l’archevêque maronite de Baalbeck et de Deir el-Ahmar, Mgr Hanna Rahmé, et le nonce apostolique, Mgr Gabriel Caccia, ainsi qu’un député.

Selon les propos rapportés par l’agence Fides et le quotidien libanais L’Orient le Jour, le patriarche maronite a dénoncé « la dépravation morale, le vol et le gaspillage des fonds de l’État et du Trésor, ainsi que les pots-de-vin et l’imposition de tributs ». Ces maux « sapent la volonté d’investir et d’élaborer des projets de développement dans les régions »« Toutes ces pratiques, ainsi que la pratique d’une politique qui néglige le bien du pays, et les intérêts et les droits des citoyens, sont un fléau meurtrier », a ainsi asséné le cardinal Raï.

Les vicissitudes politiques du Liban ont également été prises pour cibles : « le retard dans le vote du budget et de la grille des salaires, l’entrave à une nouvelle loi électorale qui serait élaborée à la mesure de l’État et du peuple, ainsi que la négligence au niveau du problème des déchets, de l’environnement et de la santé publique ». A l’issue de ce réquisitoire, le patriarche a invité les responsables politiques à « œuvrer pour guérir ce mal ». (avec agence et L’Orient le Jour)

 

 Source