Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

Fête des Mères : les produits monastiques, un cadeau qui a du sens !

La Fête des Mères approche… (petit rappel : c’est le dimanche 26 mai) ! Pour y donner un peu de sens, Divine Box propose une box spéciale Fête des Mères, dont les produits viennent du travail des abbayes. Au programme : 3 produits de beauté, 2 gourmandises, 1 livret et 1 carte postale, le tout emballé dans un joli pochon en coton.

Le contexte

Courant avril, Divine Box avait lancé un grand questionnaires à ses abonnés pour savoir quels produits monastiques ces derniers aimeraient pour la Fête des Mères du 26 mai. L’équipe a ainsi épluché 436 avis pour composer une box qui soit au top.

Les abbayes choisies

Des bénédictines, des trappistes, des bénédictins des dominicaines et des cisterciennes : le moins que l’on puisse dire, c’est que beaucoup d’ordres religieux participent à cette box un peu spéciale ! 5 produits, 5 abbayes, 4 ordres religieux : c’est pas beau ça ?

 

Parmi les abbayes qui participent à cette box, il y a bien sûr la célèbre abbaye de Chantelle (à l’histoire millénaire, initiée en 937…), dont les soeurs sont bien connues pour leurs produits cosmétiques : des savons, des bains moussants, des gels douche, des crèmes etc… Elles savent tout faire ! Depuis 1954, elles élaborent en effet leurs formules dans leur propre laboratoire sur place, uniquement avec des ingrédients naturels (sans paraben, par exemple). Dans la box, Divine Box a sélectionné leur savon à la verveine, frais et citronné, qui remporte les suffrages !

Ci-dessus, une soeur bénédictine de Chantelle surveille attentivement la préparation de ses produits de beauté – Divine Box

Pour chouchouter les mamans, les 436 abonnés Divine Box ont en effet, à la surprise de l’équipe, demandé unanimement du chocolat ! Autre abbaye sélectionnée pour cela, donc : l’abbaye de Castagniers, près de Nice, où les cisterciennes sont surnommées « les soeurs chocolat » ! Elles font tout à la main, de A à Z, dans un mode ultra-artisanal, où la production est toute petite. Pour la box, le choix s’est porté sur du chocolat noir aux amandes, pour une petite touche croquante !

Ci-dessus, le chocolat noir aux amandes, des cisterciennes de l’abbaye de Castagniers – Divine Box

… on ne vous dévoile pas toute la composition de la box, mais vous pouvez la découvrir sur le site de Divine Box ;-)

 

Faire plaisir tout en découvrant et soutenant les abbayes

 

En quoi cette Divine Box spéciale « Fête des Mères » soutient les abbayes ?

 

  • Financièrement d’abord. Comme toujours, l’équipe Divine Box se fournit directement auprès des abbayes, et au prix juste, fixés par les soeurs et les moines eux-mêmes ! Et bien sûr, les prix ne sont pas négociés.
  • Spirituellement ensuite. Chaque Divine Box contient par exemple une carte postale, avec laquelle les abonnés sont invités à écrire un petit mot à l’abbaye. Chaque mois, c’est une petite cinquantaine de cartes qui partent !

 

  • En terme d’image, enfin. Le ton volontairement jeune et sympathique de Divine Box permet de rendre le monde monastique plus accessible : pour s’y intéresser, pour y passer un jour en retraite, parfois plus…

 

Au menu donc : une belle box pour dorloter sa Maman, avec un cadeau plein de sens !

Et pour offrir cette box, alors ?

 

Cliquez sur le lien : https://divinebox.fr/box-beaute/. La box est à 32,90€, frais de ports offerts. En résumé : 3 produits de beauté, 2 gourmandises, 1 livret et 1 carte postale.

 

Et il y a même une offre groupée pour offrir une Divine Box apéro pour la Fêtes des Pères trois semaines plus tard… Miam !

En France #NLH #NLQ

L’abbaye Notre-Dame de la paix de Castagniers et « les sœurs chocolat » !

Un article proposé par Divine Box.

Petit tour d’horizon de l’abbaye Notre-Dame de Castagniers en Provence, à l’occasion de la sortie de la box des monastères du mois de mars de Divine Box  ! Elle vous raconte son histoire mouvementée, ses petites anecdotes… et sa chocolaterie !

L’abbaye de Castagniers, en Provence – Divine Box

Un moine agriculteur en Provence 

Notre histoire commence il y a cent-soixante ans au cœur de la Provence… Le futur Dom Marie-Bernard souhaite devenir moine mais trouve les trappistes et les chartreux trop austères. Il commence alors à vivre en « moine agriculteur” avec un petit groupe d’hommes, et s’installe à l’abbaye de Sénanque en Provence, laissée vide et en bon état ! Et hop, la Congrégation de l’Immaculée Conception est née ! Elle est cistercienne de « commune observance » contrairement aux trappistes de “stricte observance” !

Une nouvelle communauté 

Quelques années plus tard, un groupe de jeunes filles attirées par la vie cistercienne telle qu’elle est vécue à Sénanque se présente à Dom Marie-Bernard, avec le projet de monter une communauté. Ce défi d’une fondation féminine est accepté par les frères à Noël 1964. On fait alors don aux soeurs d’un ancien prieuré bénédictin en bon état : Notre-Dame de Salagon, dans le village de Mane (à quatre-vingts kilomètres au nord d’Aix-en-Provence). Elles y démarrent leur vie monastique dès 1965. C’est le début d’une grande aventure !

L’église de l’abbaye de Castagniers – Divine Box

Une nouvelle abbaye ! 

En un an, le nombre de vocations à Salagon explose ! Le monastère devient trop exigu pour tout ce petit monde… Les frères de Sénanque restaurent donc pour les sœurs des ruines à Reillane, à quinze kilomètres de Mane. Trois ans plus tard, c’est prêt ! Une partie des sœurs de Salagon s’installe dans ce nouveau monastère en pleine campagne baptisé “Notre-Dame des Prés”. Le reste de la communauté les rejoindra trois ans plus tard. Chouettes retrouvailles !

À deux doigts de l’exil ! 

Malheureusement, les lois anticléricales de 1901 ne présagent rien de bon pour les communautés religieuses françaises… En 1904, pour préparer une éventuelle fuite, deux groupes de sœurs de Notre-Dame des Prés partent successivement pour San Vito, dans le Piémont. Elles y fondent le Monastère Notre-Dame des Anges, et se préparent à accueillir le reste de la communauté. Mais fausse alerte : les cisterciennes ne sont finalement pas expulsées de Reillane ! Dès 1911, tout le monde revient donc à Notre-Dame des Prés… tout est bien qui finit bien !

Ça déménage ! 

Hélas, le délabrement des bâtiments et l’humidité obligent ensuite les soeurs à quitter Notre-Dame des Prés… Cette fois-ci, direction Castagniers, en Provence, où les sœurs s’installent en 1930. Elles reprennent ainsi, à vingt kilomètres de Nice, une grande propriété du XVIe siècle avec une oliveraie et un vignoble ! Cela fait donc près de quatre-vingt-dix ans que les sœurs ont fait leur nid à Castagniers !

La communauté de Castagniers / Crédits Photos : Abbaye de Castagniers

Aujourd’hui 

Aujourd’hui, l’abbaye de Castagniers compte quatorze moniales cisterciennes de la “commune observance”. Elles suivent, comme leurs leurs cousins cisterciens de la stricte observance (“trappistes”), la règle de saint Benoît : “prie et travaille”. Le premier des sept offices quotidiens est ainsi à cinq heures du matin, et le reste de la journée, les sœurs travaillent de leurs mains, notamment à la chocolaterie ! Leur savoir-faire se perpétue dans la chaleur provençale depuis bientôt soixante-dix ans …

La chocolaterie 

En effet, en 1950, pour financer divers travaux et subvenir à ses besoins, la communauté lance un atelier de fabrication de chocolat. Dès le début, les sœurs se spécialisent dans le praliné aux noisettes et aux amandes, dont la recette “secrète” est encore améliorée aujourd’hui ! Elles concoctent aussi toutes sortes d’autres chocolats ! Dans la région niçoise, elles sont d’ailleurs surnommées “les sœurs chocolat” ! La chocolaterie est toujours la principale source de financement de la communauté… alors régalez-vous sans compter ! Comme tout monastère, les sœurs ont aussi une boutique permettant de vendre les produits monastiques et l’artisanat monastique d’autres abbayes !

La chocolaterie de l’abbaye de Castagniers / Crédits Photos : Abbaye de Castagniers

 

Le châtaignier 

Petite anecdote rigolote : l’église actuelle du village de Castagniers était autrefois alimentée en eau par une fontaine qui se trouvait à l’ombre d’un très vieux châtaignier sous lequel les voyageurs venaient se reposer. En patois niçois, châtaignier se dit…“Castagnié” ! C’est de là que viendrait le nom du village de Castagniers et donc celui de l’abbaye Notre-Dame de la Paix ! Chouette histoire non ?

 

Cisterciens ou trappistes ?

Les sœurs de l’abbaye de Castagniers sont des cisterciennes de la commune observance, mais il existe aussi les religieux de la stricte observance, appelés plus communément « trappistes », célèbres pour leurs bières trappistes ! Divine Box vous les fait découvrir dans sa box de bières trappistes : chaque mois, 6 bières trappistes, 3 sous-bocks et un vrai guide sur tout le monde de la bière trappiste pour tout comprendre et tout savoir ! N’hésitez donc pas y faire un tour !