Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Conférence : Les enjeux géopolitiques de la Chine dans le monde au début du XXIè siècle – 14 novembre 2019 à Boulogne-Billancourt (92)

Les enjeux géopolitiques de la Chine dans le monde
au début du XXIè siècle
Conférence d’Alain Wang, sinologue
Jeudi 14 novembre à 20h30
au Centre Saint Jean, 44 rue de l’Est 
92100 Boulogne-Billancourt

Comment la Chine redessine le monde ?

Notre monde, comme l’avait montré l’Amiral (2S) Pierre-François Forissier l’an dernier, est passé d’une dualité politico-économique États-Unis-Union Soviétique à une autre : États-Unis-Chine, souvent source de tensions (en Mer de Chine tout spécialement).

Quelle place veut prendre la Chine dans le monde aujourd’hui ?

Comment cette « renaissance de la nation chinoise » peut évoluer dans le face à face souvent tendu avec le monde occidental ?

Pour comprendre le fonctionnement, l’originalité et le pragmatisme de la mentalité des Chinois, Alain Wang analyse les événements politiques, sociaux et culturels passés et contemporains dans ce pays hors norme qui transforme le monde.

Une conférence d’un des plus fins sinologues présents en France, rendue accessible à tous par des visuels, sur un sujet au cœur d’une actualité géopolitique mondiale parfois mal aisée à décrypter.

Inscription

Articles #Asie #Dans le Monde #NLH #NLQ

Chine : la culture communiste contre Dieu

Si la persécution antichrétienne en Chine aujourd’hui est d’une intensité semblable à celle qui sévissait lors de la « Grande révolution culturelle prolétarienne » lancée par Mao Zedong, les moyens culturels utilisés en 2019 ne diffèrent guère de ceux qui prévalurent de 1966 à 1968. Qui a tenté de voir un des huit opéras-ballets « prolétariens » de l’époque, aura une petite idée de l’inanité sonore et artistique du genre. On peut gager que la version contemporaine n’aura guère plus de succès que son modèle… Les autorités du Henan ont invité des troupes d’opéra traditionnel à venir donner des spectacles devant les églises lors des assemblées régulières des fidèles ou de rassemblements pour des célébrations religieuses exceptionnelles, afin de « réduire l’espace de la croyance religieuse ». Selon des sources intérieures, de plus en plus de municipalités du Henan ont rejoint cette initiative. En octobre, le gouvernement de la ville de Luoyang a diffusé un document […] ordonnant de promouvoir vigoureusement la propagande athéiste […]. Le document précise : « Se concentrer sur les villages (communautés) disposant de lieux de culte, renforcer la création d’une civilisation spirituelle socialiste, donner toute latitude aux organisations de base du front culturel et promouvoir vigoureusement la connaissance culturelle et scientifique ainsi que la propagande athéiste. » [L’objectif est de] faire passer le mot d’ordre : « Nous sommes en concurrence avec Dieu pour le peuple. » Bitter Winter, 3 décembre – © CH pour la traduction.

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Articles #Asie #Dans le Monde #NLH #NLQ

Chine – Encore un évêque catholique enlevé par la police

Il ne devait sans doute pas être inclus dans l’accord provisoire entre le Saint-Siège et la Chine communiste, dont la signature a été rendue publique le 22 septembre dernier…
À 9 h, au matin du 9 novembre, Mgr Pietro Shao Zhumin, âgé de 55 ans, évêque catholique du diocèse “souterrain” de Wenzhou (province du Zhejiang), a été enlevé par la police sans qu’aucun motif n’ait été fourni. Généralement, les autorités communistes avancent que de tels enlèvements sont destinés à offrir aux victimes une « période de vacances », en fait une séance intensive de rééducation. L’évêque est reconnu par le Saint-Siège mais pas par le gouvernement communiste. Le diocèse compte 130 000 fidèles catholiques dont plus de 80 000 appartiennent à l’Église souterraine. Ce n’est pas la première fois que Mgr Pietro Shao Zhumin est enlevé par les autorités communistes : c’est même au moins la sixième fois. Lors du dernier enlèvement, en mai 2017, l’évêque avait été “retenu” pour de longues vacances : sept mois !

 

Source Observatoire de la Christianophobie

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Conférence : Témoignage d’un missionnaire en Chine – le 18 novembre 2018 à Montpellier (34)

Thème :“Jésus guérit nos cœurs : Les chemins de Dieu pour guérir nos cœurs en profondeur . Jésus commence par guérir les corps (des lépreux), mais son véritable but, c’est de guérir nos cœurs. C’est le plus difficile, mais c’est le plus important. Et c’est pour ça qu’il est venu parmi les hommes”
par le Père Jean-Gabriel.

Lieu : Église Sainte Thérèse , Avenue d’Assas, Montpellier.
Date : Dimanche 18 novembre à 17h30La Conférence sera suivie de la Messe Paroissiale à 19h00, pour ceux qui le désirent.

Le Père Jean Gabriel est un prêtre français qui s’occupe de villages de lépreux dans le Sud Est de la Chine. Depuis 2006, il a dédié sa vie à s’occuper des lépreux qui vivent entre eux, oubliés de la civilisation, dans la région de Maoming (entre Hong-Kong et Hainan).
Parlant couramment le cantonais, il les aide à s’organiser pour améliorer leur quotidien avec les ressources basiques (eau propre, électricité, dortoirs, toilettes, cuisines), mais aussi soins médicaux, hospitalisations, scolarité des enfants et bien d’autres… Devant l’efficacité de ses opérations, le gouvernement local lui a maintenantconfié la charge de 18 villages (environ 1,000 patients). En plus d’être un homme de terrain efficace, c’est avant tout un homme de Dieu, doué d’un grand charisme qui sait amener les âmes auprès de Notre Seigneur. De passage en France, il sera disponible pour animer une conférence-témoignage avec une introduction sur “Les lépreux dansla Bible” et son action caritative aujourd’hui.

Articles #Asie #Dans le Monde #NLQ

Chine : deux sanctuaires catholiques détruits

On ignore les détails de l’accord provisoire signé le 22 septembre dernier entre le Saint-Siège et la Chine communiste et on ne peut donc que faire des conjectures quant à son contenu exact. Ce qu’on sait de source sûre, c’est que l’accord ne prévoit pas de moratoire sur la destruction d’églises catholiques en Chine… AsiaNews vient de nous en signaleur deux nouveaux récents exemples
es autorités chinoises ont procédé à la destruction de deux sanctuaires dédiés à Notre-Dame. Le premier est celui de NotreDame-des-Sept-Douleurs à Dongergou (Shanxi) et l’autre celui de Notre-Dame-de-la-Félicité, également connu comme Notre-Dame-de-la-Montagne, Anlong (Guizhou). Ces sites de pèlerinages, qui sont fréquentés à la fois par les communautés [catholiques] officielle et souterraine, ont été démolis quelques semaines seulement après la signature d’un accord entre la Chine et le Vatican sur les nominations d’évêques. […] Il semble que le sanctuaire des Sept-Douleurs ait été détruit aujourd’hui même [25 octobre]. Des croyants catholiques ont déclaré à AsiaNews que le sanctuaire de Dongergou a été abattu au nom de la « sinisation ». Pour les autorités, on y trouvait « trop de croix » et « trop d’images pieuses ». […] Une vidéo montre une grue soulevant des statues dans le premier sanctuaire ; dans une autre, on peut entendre des marteauxpiqueurs démolissant la façade du sanctuaire. Voici une semaine, les fidèles d’Anlong ont demandé aux catholiques du monde entier de prier pour que leur sanctuaire soit épargné par la destruction. ISSN : 2426-3559 La campagne de sinisation a commencé en février dernier […]. Les destructions d’églises, de croix, de peintures, etc., a immédiatement commencé dans le Henan, le Xinjiang et en Mongolie intérieure, puis se sont étendues au Zhejiang, au Jiangxi et à d’autres provinces. Depuis la signature de l’accord entre la Chine et le Vatican, le rythme des destructions s’est accéléré. Selon différents observateurs, l’Association patriotique des catholiques chinois et le Front Uni – chargés des activités religieuses – ont lancé une campagne pour saboter l’accord. AsiaNews, 25 octobre – © CH pour la traduction.

A la une #Articles #Asie #Dans le Monde #NLQ

Chine : les révélations du journal intime d’un prêtre enlevé

 Voici l’extraordinaire témoignage d’un prêtre catholique de l’Église souterraine, détenu par les communistes depuis plus de trois ans… Encore un “oublié” de l’accord provisoire entre le Saint-Siège et la Chine…, mais témoin du Christ, intercesseur et apôtre auprès de ses infortunés codétenus !
L e Père Liu Hongged, 47 ans, prêtre du diocèse de Baoding (province du Hebei, dans le nord de la Chine), est porté disparu depuis le 7 mai 2015, dernier jour où il eut une communication téléphonique avec un parent. Sa famille a fait une déclaration de disparition à la police, mais cette dernière a refusé d’enquêter sur sa disparition. C’était la deuxième fois que le prêtre était arrêté par les autorités chinoises. En décembre 2006, il avait été détenu pendants un court laps de temps parce que son père âgé avait refusé d’adhérer à l’Association patriotique des catholiques chinois contrôlée par le gouvernement. Son journal intime, qui a été sorti clandestinement de Chine, a des articles qui vont du 13 au 28 juin 2015, et qui donnent un aperçu sur l’état d’esprit du prêtre et sur sa relation à la foi. Le Père Liu ne signale pas qui l’a saisi, mais il raconte qu’il fut détenu dans un grand cimetière public isolé, entouré d’un mur de briques surmonté de fils de fer barbelés. Une source proche de la famille, qui a demandé à demeurer anonyme, a déclaré que la famille du Père Liu avait reçu ce journal intime en 2016. Après avoir été rétive, la famille a fini par décider que c’était l’intention du prêtre de le rendre public. Dans son journal intime, le Père Liu consigne ses pensées sur la possibilité de se sacrifier pour le Seigneur et de sa volonté « d’imiter l’héroïsme » des saints martyrs. Mais il admet franchement qu’il s’interroge parfois pour savoir s’il y « est prêt maintenant », et réfléchissant sur la pensée de Jean XXIII sur l’idée du sacrifice et du martyre pour le Seigneur, [avoue] que cela « lui fait peur ». Le Père Liu écrit que, s’il veut demeurer fidèle à lui-même il doit « compter plus sur Dieu, car le Christ souffrait avec lui ». Il invoque aussi la mémoire de ses « prédécesseurs », notamment l’évêque chinois Peter Joseph Fan Xueyan et le Vietnamien Francois-Xavier Nguyen Van Thuan qui ont, tous les deux, passé de longues périodes de détention sous des régimes communistes à cause de leur foi. Le Père Liu écrit : « leur foi héroïque m’inspire à suivre leurs pas » et qu’il « vit la foi dans un moment particulier ». Il mentionne aussi l’évêque Su Zhimin de Baoding porté disparu depuis 21 ans [cf. l’article « Les “oubliés” de l’accord entre le Saint-Siège et la Chine », dans notre n° 184], comme source d’inspiration. L’évêque Su avait été jugé contre-révolutionnaire par le gouvernement communiste pour avoir refusé de rejoindre l’Association patriotique des catholiques chinois. Le Père Liu dit se souvenir de la première fois qu’il visita un zoo et vu des animaux capturés tremblant dans leurs cages, et en tire une analogie avec la manière dont des humains peuvent traiter d’autres humains. « Les autorités utilisent cette méthode pour gouverner le pays. C’est une violation des droits de l’homme et une honte pour des êtres humains », écrit-il. Bien qu’il ait perdu sa liberté, le Père Liu écrit qu’il continue à offrir ses prières pour son Église, sa famille et ses amis. Il dit qu’il jeûne chaque vendredi et que ceux qui observent [son jeûne] « en sont touchés » et qu’ils ne mangent que des légumes ces jours-là. UCANews, 12 octobre – © CH pour la traduction.

Asie #Dans le Monde #NLQ

Chine : le Vatican érige le diocèse de Chengde

Dans le désir de promouvoir le soin pastoral du troupeau du Seigneur et pour répondre plus efficacement à son bien spirituel, le Souverain Pontife François a décidé de constituer en Chine continentale le Diocèse de Chengde, suffragant de Pékin, avec siège épiscopal en la Cathédrale de Jésus Bon Pasteur sise dans la division administrative de Shuangluan, « Ville de Chengde ».
Une partie importante du territoire du nouveau Diocèse appartenait autrefois au Vicariat apostolique de Mongolie orientale, érigé le 21 décembre 1883 et élevé au rang de Diocèse de Jehol/Jinzhou par la Bulle Quotidie Nos du Vénérable Pape Pie XII du 11 avril 1946.
La nouvelle Circonscription ecclésiastique se trouve en province du Hebei. Son territoire est compris dans les actuels frontières administratives civiles de la « Ville de Chengde » et comprend par suite huit district ruraux (Chengde, Xinglong, Pingquan, Luanping, Longhua, Fengning, Kuancheng et Weichang) et trois divisions administratives (Shuangqiao, Shuangluan et Yingshouyingzikuang).
Par conséquent, sont modifiées les limites ecclésiastiques des Diocèses de ehol/Jinzhou et de Chifeng, en ce qu’une partie de leur territoire est désormais assignée au nouveau Diocèse de Chengde. Ce dernier s’étend sur un territoire de 39.519 Km² comptant une population de quelques 3,7 millions d’habitants. Selon des données récentes, les catholiques présents sur le territoire diocésain sont environ 25.000 répartis en 12 Paroisses desservies par 7 prêtres, une dizaine de religieuses et un certain nombre de séminaristes.

Source : Fides

A la une #Asie #Dans le Monde #NLH #NLQ

Chine : au Henan, malgré la représsion, les églises se multiplient

Alors que la Chine poursuit sa campagne de répression contre la liberté religieuse, les parents catholiques de la province centrale du Henan assument la formation de leurs enfants. Alors que les églises domestiques, face à cette situation, prennent de l’ampleur dans la région, les membres du Parti communiste chinois de la province multiplient les tentatives d’intimidation comme cette pancarte, destinée aux parents et affichée sur le mur d’une église en août : « Les mineurs de moins de 18 ans sont interdits d’entrer. »

Alors que le Parti communiste chinois continue de réprimer la liberté religieuse en empêchant les mineurs d’entrer dans les lieux de culte, les catholiques de la province centrale du Henan font face à la situation en transformant leurs maisons en églises temporaires. Ainsi, Maria, une catholique de la ville de Nanyang, confie que ses parents catholiques, face à la pression de l’État, resserrent les liens communautaires et organisent des rassemblements chez les uns ou les autres pour pouvoir prier avec toute la famille, y compris les enfants. « Chaque famille continue de célébrer sa foi à la maison et reste proche de Dieu », assure-t-elle. « Peu importe le niveau de persécution, cela ne pourra jamais l’emporter sur notre foi dans le Seigneur. » Les prêtres participent également à ces rassemblements domestiques pour transmettre les enseignements de l’Église aux plus jeunes membres de la famille et pour renforcer leur foi, ajoute Maria.
Certains craignent que les jeunes générations ne soient éloignées de la foi chrétienne de leurs familles si le PCC parvient à ses fins et si tous ses décrets sont appliqués, alors que Pékin voit les religions comme une menace. Le gouvernement local du Henan a renforcé sa répression contre les religions en interdisant aux mineurs de participer aux cours d’études religieuses et en rassemblant des informations sur les chrétiens pour pouvoir contrôler leurs activités. Des villageois plus âgés se sont vus menacer du retrait de leur sécurité sociale s’ils refusaient de renoncer à leur foi. De plus, des fonctionnaires et des enseignants affirment que leurs familles ont reçu des menaces de peines diverses s’ils refusaient de cesser de participer aux activités de leur paroisse.
Selon les dernières nouvelles, les croix de plusieurs églises protestantes ont été détruites, et la cathédrale du diocèse d’Anyang a dû retirer sa croix et hisser le drapeau national en signe de patriotisme. Par ailleurs, les autorités auraient demandé à l’évêque et aux prêtres de leur révéler le lieu de l’impression des divers textes religieux des paroisses locales. Les églises ont dû retirer leurs affiches et autres promotions religieuses, selon le clergé local. Face à des incidents similaires qui se sont répétés depuis plusieurs mois, Maria confie qu’elle a récemment acheté des livres sur le christianisme pour ses enfants, dans le but d’instaurer l’équivalent d’une école à domicile.

Un rappel de la Révolution culturelle ?

Teresa Zhao, une catholique du diocèse de Shangqu au Henan, confie que la communauté chrétienne doit assumer la responsabilité de la transmission de la foi à ses enfants, et qu’elle n’a pas d’autres choix que de le faire de façon clandestine. « Cela devient une tendance générale en Chine désormais », regrette-t-elle. « Il n’y a aucun moyen de l’empêcher. » Elle lit des passages de la Bible à ses enfants tous les jours afin de renforcer leur foi. « Si nous continuons de les encourager dans ce sens, personne ne pourra rien contre cela », assure Teresa. « Notre foi est le plus beau cadeau que nous pouvons leur donner. » Elle confie que les décisions du Parti ne pourront pas forcer les chrétiens à renoncer complètement. « L’Église est universelle. Notre Seigneur et ceux qui suivent le Christ ont vécu ici bien avant que nous n’ayons des églises ou un clergé local », poursuit-elle.
Un catholique « souterrain » dénommé John confie que l’intensification de la répression religieuse lui rappelle la Révolution culturelle de 1966-1976, qu’il a vécue quand il était enfant. « Maintenant, nous avons l’impression de retourner à cette période, et nos enfants risquent de voir à quel point les choses peuvent mal tourner… » Il ajoute que l’Église est persécutée depuis l’Empire romain, mais il pense que les manœuvres du gouvernement chinois finiront par se retourner contre lui. « Chaque persécution ne fait que rendre l’Église plus forte et les fidèles plus déterminés », affirme-t-il. « Ces coups extérieurs ne peuvent pas détruire la foi. » L’Église a subi une persécution continue en Chine continentale depuis que le PCC est arrivé au pouvoir en 1949. « Même si les choses étaient bien pires durant la Révolution culturelle, ils n’ont pas pu se débarrasser de l’Église », ajoute Martha, une autre catholique. « Le gouvernement se trompe lourdement en essayant de répéter cela à l’ère numérique. »
Le père Paul, un prêtre d’un diocèse de l’ouest de la province du Henan, confie qu’il a récemment refusé d’accrocher une affiche rappelant l’interdiction de l’entrée dans l’église aux mineurs. Les autorités sont donc arrivées avec de la peinture rouge et l’ont fait à sa place. Depuis, des agents du gouvernement gardent l’entrée de l’église, explique le prêtre. « Aujourd’hui, les parents doivent assumer cette charge temporairement en guidant la foi de leurs enfants. »

Source : Eglises d’Asie

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Colloque du Cent cinquantenaire de la naissance de Paul Claudel les 19, 20 et 21 septembre 2018 à Paris

Sous le haut patronage de l’Académie française

Avec le soutien de la Société Paul Claudel

« Paul Claudel résolument contemporain »

Sorbonne Université, Faculté des lettres, UMR CELLF 16-21

En collaboration avec la BNF, l’INA, l’Université de Chicago à Paris, la Comédie-française, le labex OBVIL

19, 20, 21 septembre 2018

Comité scientifique : Didier Alexandre, Joël Huthwohl, Catherine Mayaux, Florence Naugrette, Thomas Pavel

Contact : société-paulclaudel@orange.fr

06 16 98 07 24

Programme

 

19 septembre 2018, BNF site François Mitterrand, Petit Auditorium

Claudel et le temps contemporain

9H00 : Accueil, présentation par Didier Alexandre

9H15 : Allocution liminaire de Madame Laurence Engel Présidente de la BNF

9H30 : Jean-Luc Marion, de l’Académie française, Professeur émérite de Sorbonne Université, Professeur à l’Université de Chicago, « Habiter poétiquement le monde – Claudel »

10H00 : Thomas Pavel, Professeur, Université de Chicago, « Ce lien entre lui et moi » (Le Soulier de satin, I, V)

10H30 : Discussion

11H00 : Pause

11H15 : Dominique Millet-Gérard, Professeur, Sorbonne Université : « Inactualité de Paul Claudel »

11H45 : Pascal Dethurens, Professeur, Université de Strasbourg, « Claudel contemporain ? Le poète, les lumières du siècle et la part de l’ombre. »
Paul Claudel, son et image

14H00 : Géraldine Poels, INA, Responsable de la valorisation scientifique : « Paul Claudel dans les collections de l’INA »
Voisinages poétiques

14H45 : Michel Jarrety, Professeur, Sorbonne Université, « Claudel et Valéry : une amitié bien incertaine »

15H15 : Huang Bei, Professeur, Université Fudan, Shanghai : « Claudel et Segalen : deux poètes français face au taoïsme »

15H45 : Didier Alexandre, Professeur, Sorbonne Université, « Jacques Réda et Paul Claudel, des poètes contemporains ? »

16H15 : Discussion et pause

17H00 : Michel Murat, Professeur, Sorbonne Université « Claudel et le lyrisme » : table ronde avec Olivier Barbarant, Michel Deguy Jean-Marie Gleize, Guy Goffette, Laurent Fourcaut, Jean-Pierre Lemaire,

— –

20 septembre 2018, Université de Chicago à Paris 5, Rue Thomas Mann, Paris 75013

Diplomatie, poésie, vision du monde

9H15 : Accueil par le Directeur de l’Université de Chicago

9H30 : Pierre Brunel, Professeur émérite de Sorbonne Université, membre de l’Institut, Académie des sciences morales et politiques : « Claudel et la mondialisation »

10H00 : Yvan Daniel, Professeur, Université de La Rochelle, « Paul Claudel et la Chine contemporaine »

10H30 : Discussion et pause

11H00 : Eric Touya, Professeur, Clemson University, « Claudel dans/pour l’avenir : diplomatie, économie, écocritique ».

11H30 : Michel Wasserman, Professeur, Universite Ritsumeikan, Kyoto : « Le Japon : une ambassade mythique et fondatrice ».

12H00 : Claude-Pierre Pérez, professeur, Université de Provence, “Diplomatie, poésie, mondialisation, 1895-1907”

12H30 : discussion et pause

Claudel, faces à faces

14H00 : Christophe Martin, Professeur, Université Paris Sorbonne, « Claudel et le XVIII ème siècle, quelques remarques »

14H30 : François Bompaire, Professeur CPGE, Lycée Robespierre d’Arras : « Condamnation et détournements de l’ironie contemporaine chez Paul Claudel exégète »

15 H 00 : Discussion et pause

15H45 : Catherine Mayaux, Professeur, Université de Cergy-Pontoise, « Paul Claudel lecteur de la presse »

16H15 : Anne Verdure-Mary, archiviste-paléographe conservatrice au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, – docteur en littérature française « La réception de l’œuvre de Claudel par Gabriel Marcel : deux catholicismes face à face »

16H45 : Ayako Nishino, Maître de conférences, Université de Keio, Tokyo, « Claudel devant ses contemporains japonais »

17H30 : Discussion

19H00 : Buffet au Club des enseignants de Sorbonne Université.

20H00 : Les Livreurs de Sorbonne Université : lecture de morceaux choisis de Paul Claudel (Salle des actes en Sorbonne)


21 septembre 2018, Sorbonne Université, Salle Louis Liard, 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris

Claudel et la technique

9 H 15 : Accueil par le Doyen

9H30 : Glenn Roe, Professeur, Sorbonne Université, « Claudel à partir du numérique ? »

10H00 : Lionel Cuillé, Professeur, Webster University, Saint-Louis, « Claudel et la technique »

10H30 : Discussion et pause

Jouer Claudel aujourd’hui,

11H00 : Table ronde animée par Florence Naugrette, Professeur, Sorbonne Université avec Eric Ruf Administrateur général de la Comédie-française, Yves Beaunesne, metteur en scène, directeur du CDN Comédie Poitou-Charentes, Daniel Mesguish, metteur en scène, Christian Schiaretti, metteur en scène, directeur du TNP.

12H30 : Pause et déjeuner

Claudel et l’écriture dramatique contemporaine

14H00 : Pascal Lécroart, Professeur, Université de Bourgogne Franche-Comté, « Des écritures dramatiques contemporaines dans l’héritage du verset claudélien ? »

14H30 : Sever Martinot-Lagarde, Professeur CPGE, Lycée Pierre de Fermat de Toulouse, « Claudel et Brecht : deux parcours dramaturgiques en miroir »

15H00 : Raphaèle Fleury, librettiste, dramaturge, titulaire de la Chaire ICiMa (innovation Cirque et Marionnette), responsable du Pôle Recherche et
Documentation de l’Institut International de la Marionnette, Ecole nationale supérieure des arts de la marionnette, entretien avec Pascal Lécroart : « La création du Soulier de satin à l’opéra Bastille. »

15H30 : Discussion et pause

Claudel et la scène contemporaine

16H00 : Delphine Vernozy, Sorbonne Université : « Claudel et la danse ».

16H30 : Adélaïde Jacquemard Truc, Université Paris Est Marne-la-Vallée : « Paul Claudel et Antoine Vitez »

17H00 : Moriaki Watanabe, Professeur émérite de l’Université de Tokyo, membre correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques, professeur associé de l’université des Arts et du design de Tokyo, metteur en scène, traducteur, entretien avec Didier Alexandre : « La mise en scène du Soulier de satin au Japon »

17H45 : Conclusions et cocktail

(sous réserve de modifications)

http://www.paul-claudel.net/

(source)

Asie #Dans le Monde #NLQ

Chine : une église détruite car plus haut que le bâtiment du Parti

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

L’église protestante du village de Zhaihouchen (district de Jian’an de laville de  Xuchang dans le Henan) faisait partie du Mouvement des Trois autonomies, l’organisme communiste contrôlant les lieux de culte protestant. Elle avait engagé une extension de son bâtiment, l’ancienne église étant trop petite en juin 2017, financée par les fidèles. En novembre suivant, la construction avait atteint son  quatrième étage : c’est alors qu’intervint le secrétaire du Parti communiste du village : « L’église que vous êtes en train de construite est déjà plus haute que le bâtiment du comité du parti. Vous êtes vraiment des arrogants si vous osez attenter à la grandeur du Parti communiste en construisant une si haute église ». Et il ordonna que l’église soit  rasée. Toutes les tentatives judiciaires et administratives pour empêcher cette démolition, firent long feu et l’église dût supporter d’innombrables intrusions de militants du parti interrompant les cultes et  brisant croix et statues. Le 8 juin dernier, sur ordre des autorités une immense grue a été acheminée devant l’entrée de l’église. Le 16 juin la démolition  de la nouvelle église a commencé…

Source : Bitter Winter, 20 juillet