A la une #NLQ

L’édito – Chrétiens d’Orient, une foulée pour ne pas les oublier

 

L’an dernier, les chrétiens d’Orient étaient à l’honneur. On en parlait de partout, le monde, la France s’étaient émus, parce que les médias avaient décidé de nous sensibiliser, pour diverses raisons (pas toujours catholiques ?). Depuis, on pense que les choses vont mieux, puisque Daesh semblé affaibli, puisque les grands médias n’en parlent plus. Pourtant, il n’en est rien. L’insécurité, les persécutions demeurent. Des associations continuent de se battre pour nous tenir au courant de la dure réalité de nos frères d’Orient. Si la guerre a pu sembler s’éloigner, les besoins demeurent, les blessures sont là, les terres sont, pour beaucoup, toujours désertées par les chrétiens. Il faut reconstruire, il faut accompagner, il faut soutenir, réconforter les populations qui se sentent parfois incomprises des occidentaux et des Français en particulier. Parmi les initiatives, le défis des héros a le double mérite de récolter des fonds et de remettre sur le devant de scène les chrétiens d’Orient. InfoCatho vous propose de soutenir une initiative qui a déjà fait courir plus de 1000 personnes de tous âges. SOS Chrétiens d’Orient vous invite à une foulée pour ne pas oublier.

Vous en saurez plus dans cette vidéo.

 

NLQ #Orient

Appel du curé du Krak des Chevaliers – « Pour que les gens reviennent, il faut reconstruire l’église »

Le Père George Maamary, qui avait été séquestré par des extrémistes musulmans au début de la guerre en Syrie, appel à la reconstruction de son église située à côté du Krak des chevaliers et au retour rapide des familles chrétiennes.

Qalat’al Hosn est un village de la région de la vallée des Chrétiens, en Syrie, connu pour l’impressionnante forteresse qui le surplombe, le Krak des chevaliers. Le site fait partie du patrimoine de l’humanité et constitue l’un des joyaux historiques de Syrie et un lieu qui attirait des gens du monde entier avant la guerre.

« Un groupe de salafistes et d’extrémistes musulmans, dont beaucoup sont originaires du Liban, a traversé la frontière qui n’est qu’à 30 kilomètres de là. Ils ont pris le contrôle de la forteresse et du village », raconte George Maamary, curé de la paroisse locale. C’était il y a 6 ans. « À leur arrivée, ils se sont dirigés vers l’église, où je vivais, sont entrés en faisant usage de la force et m’ont enlevé. Ils m’ont tabassé, et j’ai dû ensuite être opéré du dos. Dieu Merci, ma séquestration a duré peu de temps, j’ai été échangé contre un djihadiste qui était détenu par le gouvernement ».

Le village comptait 25 000 habitants, de différentes religions, principalement des  musulmans sunnites et chiites. Il y avait aussi 300 chrétiens, qui vivaient à proximité de l’unique église, Notre-Dame de l’Assomption, appartenant à l’Église catholique grecque.

 

Après l’enlèvement du Père Maamary, les chrétiens ont tous fui. « C’était un avertissement. Par la suite, aucune famille chrétienne n’est revenue vivre ici ».

Les groupes  rebelles ont voulu faire de la forteresse une seconde Palmyre. Elle a été endommagée par les groupes rebelles et par les combats, ainsi qu’une bonne partie du village. En 2014, le krak des chevaliers a été repris par l’armée syrienne. L’église et les maisons des chrétiens ont subi des pillages. « La vie de la communauté tournait autour de l’église. Nous avions un terrain de basketball et des locaux pour la catéchèse et d’autres réunions. Vous pouvez voir ce qu’ils sont devenus » montre le Père Maamary à une délégation de l’AED rendue sur place.

Après les combats, le conflit a continué. La vengeance des troupes gouvernementales alliées au gouvernement d’Al-Assad, de religion chiite, contre les sunnites, a été épouvantable. Le prêtre s’est alors hâté de revenir et de marquer les maisons des chrétiens avec des croix noires, afin que les militaires ne les incendient pas.

 

« Avant les affrontements, la convivialité entre chrétiens et musulmans était bonne » dit le Père George. Mais la guerre a laissé une grande blessure qui prendra des années à cicatriser. « Maintenant, la sécurité est revenue dans la région, mais nous n’avons ni l’eau ni l’électricité ». C’est pourquoi les chrétiens n’ont pas encore été en mesure de revenir, bien que le village ait été libéré il y a 4 ans. « L’impuissance de ces familles est très grande, elles sont déplacées dans des villages de la vallée des Chrétiens, comme Marmarita et Kafra, à seulement 10 kilomètres d’ici, et pourtant elles ne peuvent pas encore revenir ».

Près de l’église de l’Assomption, plusieurs maisons commencent à être reconstruites. L’une d’elles appartient à la famille de Bassam Maamary, cousin du Père George et prêtre lui aussi : « J’ai commencé à reconstruire la maison avec mon propre argent, pour montrer aux voisins qu’il est possible de revenir, qu’il y a de l’espoir ».

« Pour que les gens reviennent, il faut reconstruire l’église »

Un autre voisin apparaît au détour d’une ruelle. C’est Samir Bashur. Il vient de temps en temps pour réparer progressivement les dégâts de sa maison. Il pense que pour que les gens reviennent définitivement, il faudra reconstruire l’église. « C’est un endroit très important pour nous, où nous célébrions ensemble les cérémonies les plus importantes, où nous nous rencontrions et priions avec notre curé ».

Le Père George explique qu’il n’a pas perdu le contact avec les familles. « Nous faisons l’impossible pour les aider au jour le jour et pour qu’elles puissent retourner chez elles ». Il remercie l’AED, qui a permis de s’occuper des personnes déplacées pendant ces années, et espère aussi pouvoir bientôt commencer la reconstruction de l’église.

« Nous prions pour la paix dans notre pays. Nous prions aussi pour toutes les personnes qui, depuis leur pays, nous aident. Vous êtes tous invités à venir ici, nous avons besoin que les gens et les touristes reviennent ».

 

Source AED

Agenda / Annonce #NLQ #Sorties/Animations

Paris – 3ème salon du livre orthodoxe

Les vendredi 13 et samedi 14 avril 2018, se tiendra le 3ème Salon du livre orthodoxe. Ce salon aura lieu dans les locaux de la Mutuelle Saint-Christophe assurances (277, rue Saint-Jacques – 75005 Paris).  Ainsi, 12 stands (diocèses, monastères, revues, associations) seront donc présents. Comme l’indique le site Orthodoxie.com, la librairie La Procure sera présente. On note aussi la présence de certains intervenants.

Voici le programme :

Vendredi 13 avril

17h00 : ouverture des portes. Dédicaces jusqu’à 18h30.

18h30 : Inauguration officielle par Mgr Marc, de la Métropole orthodoxe roumaine d’Europe occidentale et méridionale, et Patrick Guezais, directeur général adjoint de la Mutuelle Saint-Christophe.

Puis conférence de Jean-François Colosimo : « Repenser le religieux ».

19h30 : Dédicaces jusqu’à 20h, puis fermeture.

Dédicaces : 17h00-18h30 — 19h30-20h.

Samedi 14 avril

Ouverture : 10 heures. Dédicaces jusqu’à 11 heures.

Conférences :

– À 11 heures, P. Christophe Levalois : « Les grandes lignes de l’histoire de l’orthodoxie en France ».

– À 11h45, P. Marc-Antoine Costa de Beauregard : « Le témoignage et les défis de l’orthodoxie en France aujourd’hui ».

12h30-14h : déjeuner et dédicaces.

14h-14h30 : concert du chœur Saint-Siméon.

14h30-15h15, conférence de Michel Stavrou : « De la confrérie Saint-Photius à la Fraternité orthodoxe, les chevaliers de l’orthodoxie universelle ».

15h15-18h : dédicaces.

Dédicaces : 10h00-11h00 — 15h15-18h

Asie #Dans le Monde #NLH #NLQ

Incompatibilité entre christianisme et yoga pour les évêques syro-malabars

Les évêques catholiques de rit syro-malabar se sont clairement prononcés sur la question. Dans un texte relatif aux rapports entre le yoga et la foi catholique, ils ont exprimé l’incompatibilité entre le yoga et le christianisme. Ce texte rappelle aussi l’usage par des groupes nationalistes hindous de cette technique de méditation. Le yoga a été rendu obligatoire par les autorités indienne (tous les 21 juin, un “Jour du yoga” doit être célébré dans les écoles d’Inde). Il n’est pas sans ambiguïté, car il nie le Dieu créateur. Le rapport rendu sous la direction de Mgr Joseph Kallarangatt, évêque de Palai et président de la commission doctrinale des évêques syro-malabars, affirme ouvertement : « bien que le yoga ait eu son origine et sa croissance en dehors des traditions séculaires de l’Inde, il s’est ensuite répandu sous l’influence de la religion hindoue à dominance brahmanique ». Un texte bienvenu, qui apporte de l’éclairage dans un domaine où règne beaucoup de confusion.

Source Blog d’Yves Daoudal

En France #NLH #NLQ

Mesopotamia – Un site pour sauver le patrimoine des chrétiens d’Orient en danger

Le patrimoine des chrétiens d’Orient étant en danger, le site mesopotamiaheritage.org  a été lancé hier soir à l’Université Catholique de Lyon avec l’aide de la fondation Saint-Irenee-de-Lyon, de Pèlerin et de KTOTV.

 

Brèves #NLH

La région Auvergne-Rhône-Alpes a voté un plan d’aide aux chrétiens d’Orient

NLQ #Tribunes et entretiens

Dimanche des Rameaux 2018 : retour sur cet espoir des chrétiens d’Orient

Au Liban comme en Syrie, en Irak comme, ils étaient nombreux à célébrer le dimanche des Rameaux. Commémorant la venue du Christ à Jérusalem, mais annonçant aussi la douleur de la croix, les Rameaux sont comme un signe de Résurrection. Pâques avant les Rameaux ? Peut-être, mais sans ironie. Toutes ces célébrations témoignent d’un espoir qui renaît dans ces terres meurtries qui étaient celles des débuts du christianisme. Les chrétiens sont là, y compris dans ce qui fut encore, il y a peu, des lieux de souffrance. Pardon : de martyre. Certes, les difficultés ne disparaîtront pas pour autant. Les maux du Moyen-Orient ne sont pas nés avec Daesh. Ils ne cesseront pas, comme par enchantement, avec sa chute. Les sources de conflits sont, hélas, inépuisables. Mais ces célébrations témoignent bien d’une ferveur. S’il est une fête particulièrement à l’honneur chez nos frères d’Orient, c’est bien le dimanche des Rameaux, dont les cérémonies sont riches. Ainsi, chez les syriaques-catholiques, outre la bénédiction des Rameaux, il existe un office des vierges sages, qui consiste en une longue prière récitée à la fin de la messe. On pourrait multiplier les exemples et inviter les lecteurs d’InfoCatho à mieux les connaître.

 On peut le voir dans cette célébration chez les arméniens-catholiques de Beyrouth :

Évidemment, la ville de Qaraqosh a connu une intense célébration :

 

Enfin, il faut souligner aussi le dimanche des Rameaux à Maaloula, petit village chrétien de Syrie, qui avait été occupé entre 2013 et 2014 par les djihadistes :

Des petits signes d’espoir dans cet Orient tourmenté. Et surtout, honneur à Fraternité en Irak, à L’Oeuvre d’Orient et à SOS Chrétiens d’Orient pour leur précieux travail de soutien aux chrétiens d’Orient. On ne pourra que saluer les démarches de ces associations qui ont besoin d’être soutenues.

 

 

 

 

 

 

 

Dans le Monde #NLQ #Orient

Irak – Célébration des Rameaux à Qaraqosh

En présence d’un grand nombre de fidèles, les Rameaux ont été célébrés à Qaraqosh. Cette ville irakienne, occupée par Daesh, avait été libérée l’année dernière. Elle comprend une forte communauté syriaque-catholique. Ses membres sont, peu à peu, en train de se réinstaller et on constate quelques signes d’espoir encourageants.

Le patriarche syriaque-catholique, Ignace Youssef III Younnan, a ainsi béni les Rameaux au sein d’une communauté chrétienne qui renaît en Irak. Le patriarche était accompagné de Mgr Youssif Abba et de Mgr Petros Mosche, tous deux évêques de rit syriaque-catholique. Il a prié pour la paix, pour les chrétiens d’Orient, mais aussi pour ceux de France. En effet, L’Oeuvre d’Orient avait appelé à prier pour la paix avec les chrétiens d’Orient, dans le cadre de la  #JournéedesChretiensdOrient qui se tient ce 25 mars.

Brèves #NLQ

Dimanche 25 mars 2018 : prier pour la paix avec les chrétiens d’Orient

Le dimanche des Rameaux, avec leurs frères les chrétiens prieront pour la paix. L’Œuvre d’Orient a publié sur Twitter une vidéo appelant à prier pour la paix au Moyen-Orient :

Message :

Rameaux 2018 #ChretiensdOrient : dimanche 25 mars, Tous ensemble, prions pour la #paix au #MoyenOrient, #JourneedeschretiensdOrient

 

 

 

Agenda / Annonce #Conférences/Formations #NLQ

Caen – Chrétiens d’Orient, l’affaire de tous ?

Le jeudi 22 mars, à 20 h 30, à la Maison des associations de Caen, aura lieu une conférence de Charles de Meyer, président de de l’association SOS Chrétiens d’Orient. Elle sera suivie de témoignages de la part de volontaires de l’association sur l’expérience du retour dans les villages  d’Irak libérés de l’État islamique.

Adresse : 7 bis, rue Neuve Bourg l’Abbé, 14 000 Caen