Agenda / Annonce #Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Saint-Jean-de-Monts : conférence sur les Chrétiens d’Orient


Le lundi 13 janvier 2020, une conférence sur les chrétiens d’Orient sera donnée en Vendée à Saint-Jean-des-Monts par l’abbé Renaud Bertrand, délégué de l’Oeuvre d’Orient pour le diocèse de Luçon. La conférence, intitulée « Chrétiens d’Orient, quelle espérance aujourd’hui ? Témoignages d’Irak et du Liban » aura ainsi lieu à 19h.

Adresse : 58, rue du Général de Gaulle – 85160 Saint-Jean-de-Monts

A la une #Articles #Brèves #Dans le Monde #NLH #NLQ #Orient

Mgr Najeeb (Mossoul) : « la foi des chrétiens en Irak est plus forte qu’hier »

Il avait été nommé il y a plus d’un an archevêque chaldéen catholique de Mossoul : Mgr Michael Najeeb, op estime, dans une dépêche publiée sur le site de l’agence Vatican News , qu’« aujourd’hui, la foi des chrétiens en Irak est plus forte qu’hier ».

Dans cet entretien, l’archevêque de Mossoul constate que si les églises se sont remplies lors de la fête de la Nativité dans la plaine de Ninive, au nord du Kurdistan irakien, il considère cependant que le retour des chrétiens dans la ville de Mossoul reste encore « très timide ». L’entretien a cependant été publié avant les dernières tensions entre américains et iraniens, consécutives à la mort du général Soleymani survenue le 3 janvier 2020.

On pourra lire – et écouter – l’entretien en cliquant sur ce lien.

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Retour sur la réunion de soutien aux chrétiens d’Orient organisée au Sénat

 
Le jeudi 12 décembre dernier, une réunion sur les chrétiens d’Orient avait eu lieu au Sénat. Organisée par François Fillon et Bruno Retailleau, le président du groupe Les Républicains de la chambre haute, elle marque aussi le lancement de l’association de soutien aux chrétiens d’Orient de la part de l’ancien Premier ministre, particulièrement intéressé par ce sujet. On pouvait noter la présence de plusieurs intervenants, dont certains connaissant bien la question. Si le patriarche chaldéen-catholique Louis Ier Raphaël Sako n’a pu être présent, il a laissé un message. 200 personnes étaient présentes. C’était bien une occasion pour marquer le coup dans l’une des institutions de la République, dont certains membres sont sensibles à la question des chrétiens d’Orient. On lira ainsi le discours de François Fillon. Mais il y avait d’autres séquences mémorables dans la réflexion à mener sur un sujet aussi complexe que sensible.

Une table-ronde a attiré notre attention, tant elle était riche au niveau des échanges. Plusieurs intervenants comme Mgr Pascal Gollnish, le directeur général de l’Oeuvre d’Orient, le philosophe Luc Ferry, l’essayiste Pascal Bruckner ou le journaliste Joseph Macé-Scaron y participaient. On rapportera ainsi les intéressantes interventions auxquelles elle a donné lieu.

Luc Ferry a mis en cause la ritualisation du Coran, qui aboutit à ce que le texte soit peu critiqué, alors qu’il mériterait une étude sereine. Pascal Bruckner a, lui, été plus incisif. Il a appelé à une véritable réciprocité avec les pays du Moyen-Orient sur la question du statut des chrétiens. «  Ce à quoi les musulmans ont droit, les chrétiens devraient y avoir droit ». « Nous ne sommes pays en retour », a-t-il dénoncé. Il a également mis en cause le jeu ambigu de Donald Trump avec Erdogan ou avec Mohammed ben Salman, le roi d’Arabie saoudite. Il faut donc un « donnant-donnant” : « pas d’armes, pas d’argent », si rien n’est fait pour améliorer la situation des chrétiens. Mais il a aussi souligné le fait que l’islam est une religion blessée en son corps. Les musulmans ont subi la colonisation, alors qu’ils se croyaient dépositaires de la parole divine. De même, l’islam prétend dépassait le judaïsme au motif que celui-ci a échoué. Or il existe un État d’Israël qui tient tête au monde arabe… La violence est bien un aveu d’échec. Si l’islam était fort, il régnerait majestueusement. Ce qui n’est pas actuellement le cas.

Mgr Pascal Gollnisch a également pris la parole. Il a voulu récuser l’accusation de naïveté dont l’Oeuvre d’Orient a pu être affublé. Il a souligné le rôle des musulmans dans la défaite de Daesh. « Il y a des actions a mener ». « J’y vois des fils d’action et j’y crois ». Mgr Gollnisch récuse donc le discours angélique. Mais il critique aussi le discours qui rend les musulmans homogènes. « Justement, c’est le discours de Daesh. »

Il a lancé une comparaison entre la difficulté pour l’islam à critiquer ses propres textes et les balbutiement de l’exégèse biblique dans l’Église catholique. On sera plus réservé sur cette comparaison. La crise moderniste ne s’est pas traduite par des attentats ou par une violence physique dans l’Église catholique contre certains exégètes ! Et la critique de l’Écriture sainte ne saurait éluder le fait que cette dernière constitue aussi une source de la Révélation pour la théologie de l’Église. Pourra-t-on passer, par exemple, au scalpel la divinité du Christ au nom de la critique ? Le rapprochement entre les problèmes actuels dans l’islam sur le poids des textes et le développement de l’exégèse  biblique ne semble pas pertinent. Mais on peut comprendre que cela reste un argument pour mieux appeler l’islam à être critique sur lui-même. Mgr Gollnisch sera-t-il entendu ?

Mgr Gollnisch a aussi été critique sur l’inaction à l’égard de Daesh, ou sur le fait que l’occident a laissé certaines bases-arrières, comme Gaziantep, en Turquie, se développer pour accueillir des djihadistes. “Nous avons eu des actions parfois faibles, molles. Soyons fermes sur nos convictions ! » La diplomatie n’empêche pas la fermeté.

Enfin, le directeur de l’Oeuvre d’Orient a aussi souligné le nouveau rôle des chrétiens. À de rares occasions, les chrétiens ne sont plus une force économique ou militaire. Ils ne sont donc plus une force, mais en revanche ils deviennent une «  crédibilité évangélique ». Les chrétiens peuvent parler à tout le monde : c’est ce qui fait justement leur force. Mgr Gollnisch a rappelé que Mgr Sako était le seul à parler aux chiites et aux sunnites quand il était évêque de Kirkouk. « Il avait sa crédibilité de témoin. Ils (les chrétiens) jouent un rôle nonobstant leur petit nombre ». « Ils sont au service de tous. » « Leur départ serait un appauvrissement de leur région. »

Il a a aussi rappelé une certaine sécularisation à l’oeuvre dans l’islam. Beaucoup d’hommes et de femmes refusent le ramadan. Bref, «  plus le christianisme sera fort, plus l’islam sera sage ». Point intéressant : Mgr Gollnisch a souligné la nécessité de faire de la philosophie en Orient. Le religieux prend ainsi une place indue. Curieusement, ce désintérêt pour la philosophie affecte aussi le monde catholique occidental. Il a regretté le désintérêt des séminaristes pour la philosophie qui préfèrent prier ou faire de la théologie. « On a besoin de la philo dans les universités du Proche-Orient. » « On a besoin de philosophes ! » Un appel à ne pas tomber dans le surnaturalisme, ce qui est l’un des grands problèmes dans l’islam.

L’éditorialiste Joseph Macé-Scaron a soulevé le caractère pas seulement religieux des chrétiens d’Orient. S’ils disparaissaient, c’est aussi un peu de la mémoire de l’Humanité qui serait emportée. Pascal Bruckner souhaite que les chrétiens restent sur place. Paradoxalement, ils servent à éviter les déchirements. Autre aspect souligné par l’essayiste français : la question de l’islam de France qui n’est pas bonne non plus. Il regrette que le parquet ne se soit pas saisi pour engager des poursuites à l’égard de personnes qui lancent des menaces au nom de l’islam…

Bref, des échanges dont on peut souhaiter qu’ils soient rapidement publiés. Et aussi diffusés pour davantage éclaircir des opinions qui restent encore dépourvues de moyens d’analyse et de réflexion…

 

A la une #Articles #Dans le Monde #NLH #Orient

Iraq : appel du patriarche chaldéen-catholique pour les chrétiens de la plaine de Ninive

Afin de faciliter l’aide aux chrétiens de la plaine de Ninive, le cardinal Louis Raphael I Sako, actuel patriarche chaldéen-catholique, vient de lancer un appel le 6 décembre 2019 :

À la veille de deux fêtes importantes pour la plaine de Ninive, celle de Sainte Barbe et celle de Saint Behnam, je souhaite remercier toutes les communautés, les organisations d’aide des Eglises, et les ONG qui se sont engagées avec énergie pour permettre le retour des chrétiens dans ce berceau historique. Que nous soyons originaires des montagnes du nord de l’Irak, que nous habitions au centre à Bagdad ou même au sud à Bassora, chacun de nous, Chrétien d’Irak, a une part de lui-même dans la plaine de Ninive. Je repense avec douleur à l’exode devant l’attaque des djihadistes de Daech, puis à la découverte des pillages et des destructions après la libération. À chacun de ces moments d’épreuve nous avons eus à nos côtés des soutiens fidèles venus de plusieurs parties du monde. Aujourd’hui, deux ans après sa libération de Daech, la plaine de Ninive a toujours besoin de l’aide de nos frères qui prient et s’engagent pour nous. Je veux lancer un appel à toutes les ONG, aux communautés, aux églises et aux gouvernements : nous avons besoin de votre aide pour que tous ceux qui le souhaitent puissent rester ou rentrer chez eux dans la plaine de Ninive et vivre dignement. Ce n’est pas parce que Daech n’est plus là qu’il n’y a plus besoin d’agir.

L’urgence pour que nos jeunes puissent construire leur avenir c’est qu’ils puissent travailler chez eux dans la plaine de Ninive. L’urgence pour que les familles restent c’est que tout le maillage des services de santé soit remis en place, du petit dispensaire à l’hôpital. L’urgence c’est que chaque personne qui souhaite rester ou qui désire rentrer chez elle puisse être soutenue et accompagnée. J’appelle avec force tous les acteurs à travailler en particulier pour relancer l’agriculture, l’élevage et le commerce dans la plaine et collaborer avec les évêques de Mossoul et de la plaine de Ninive et de leurs équipes (les chaldéens aujourd’hui ont un évêque de Mossoul réside à Karemless).

Aujourd’hui dans ce début de l’Avent, je veux confier à la prière de tous les chrétiens du monde, l’Irak et plus particulièrement, la plaine de Ninive. Seigneur Jésus Christ donnez à tous qui le souhaitent l’énergie de revenir, de se reconstruire et de vivre heureux dans la plaine de Ninive. L’avenir des chrétiens d’Irak passe par la plaine de Ninive !

Louis Raphael Cardinal Sako† Patriarche des Chaldéens

Source – Site de l’Oeuvre d’Orient

Articles #Dans le Monde #NLH #NLQ #Orient

Mossoul : inauguration d’un nouveau centre paroissial

Le samedi 7 décembre 2019, un centre paroissial a été inauguré à Al Bishara (ville de Mossoul en Iraq) en présence d’une “foule nombreuse”, comme l’indique le compte Twitter de l’Œuvre d’Orient. Ce centre paroissial  rattaché à l’Église syriaque-catholique a en effet été financé par cette association qui soutient fortement les chrétiens d’Orient. “Ce centre permettra d’héberger le premier prêtre de retour à #Mossoul, abouna Emmanuel, et des activités inter-communautaires”, annonce également le compte Twitter de l’organisme.

Source – Compte Twitter de l’Œuvre d’Orient

Agenda / Annonce #Articles #Conférences/Formations #En France #NLQ

Angoulême : conférence de l’Œuvre d’Orient sur les chrétiens d’Irak

Le mardi 3 décembre 2019, à 20h30, une conférence sur les chrétiens d’Irak aura lieu à  la maison diocésaine d’Angoulême. Intitulée “Chrétiens d’Irak, le difficile chemin de l’espérance”, cette conférence sera donnée par Loÿs de Pampelonne, actuel directeur pays Irak de l’Œuvre d’Orient.

Comme l’indique l’annonce publiée sur la page Facebook de l’Oeuvre d’Orient, “il témoignera sur la situation des chrétiens en Irak. Il présentera l’origine des chrétiens dans ce pays, leur situation avant et après l’arrivée de Daech puis les défis actuels et les perspectives d’avenir. Il évoquera également les projets soutenus par l’Œuvre d’Orient dans le pays, projets qu’il coordonne au quotidien.”

Adresse : 226, rue de Bordeaux – 16 000 Angoulême

 

Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Mgr Nicolas Baalbacki reçu au Sénat

Mgr Nicolas Baalbacki, métropolite grec-orthodoxe de la ville d’Hama (Syrie), a été reçu par les sénateurs du “groupe de liaison, de réflexion, de vigilance et de solidarité avec les chrétiens, les minorités au Moyen-Orient et les Kurdes” et par ceux du groupe d’amitié France-Syrie le mardi 26 novembre dernier en fin de journée. L’évêque avait été invité par le Sénateur Bruno Retailleau (LR).

S’exprimant sur la situation des chrétiens de son pays, il a déclaré : « partout où ils sont, les chrétiens d’Orient sont facteurs de paix et de concorde civile. La France doit revenir dans le jeu en rétablissant des relations diplomatiques et en levant les sanctions économiques contre la Syrie. » Enfin, il a également salué le travail de l’association SOS Chrétiens d’Orient : « Nous remercions SOS Chrétiens d’Orient pour son action efficace auprès de nous et pour son témoignage de ce qui se passe en Syrie ».

Agenda / Annonce #Brèves #Conférences/Formations

Rosny-sous-Bois : conférence de Mgr Pascal Gollnisch

Ce mercredi 27 novembre, à 19h30, aura lieu une conférence de Mgr Pascal Gollnisch à Rosny-sous-Bois, dont l’intitulé est le suivant : « Chrétiens d’Orient, résister sur notre terre ».

Annonces #Brèves

RAPPEL – Marseille : Messe avec les chrétiens d’Orient

Ce samedi 23 novembre 2019, à 19h, une messe selon le rite byzantin-ukrainien sera célébré par Mgr Dzyurakh, évêque gréco-catholique d’Ukraine, en présence de Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille.

La messe sera célébrée à la basilique du Sacré-Coeur de Marseille. Elle sera précédée à 17h30 d’une conférence de Mgr Gollnisch sur les chrétiens d’Orient et l’Église ukrainienne.

A la une #Articles #Brèves #NLH #NLQ #Rome

Meurtre de prêtres à Qamichli : le pape soutient la communauté arménienne-catholique

Le pape François a réagi aux meurtres des deux prêtres de rit arménien-catholique qui a eu lieu hier à Qamichli (Syrie). Dans un tweet publié aujourd’hui, il a apporté son soutien aux arméniens-catholiques de Qamichli.

Voici le message de soutien du pape François :

Je suis proche de la communauté arménienne-catholique de Qamichli, en Syrie, réunie pour les funérailles de son curé, Joseph Bedoyan, qui a été tué hier avec son père. Je prie pour eux, pour leurs familles et pour tous les chrétiens de Syrie.