A la une #Europe non francophone #NLH #NLQ

Budapest – Déclaration de la réunion internationale sur la persécution des chrétiens

Voici un texte qui fera date. C’est la déclaration promulguée par tous les participants à la réunion internationale sur la persécution des chrétiens qui s’est tenue à Budapest à l’initiative du gouvernement hongrois du 11 au 13 octobre. Nous renvoyons également aux extraits déjà du discours du Premier ministre Victor Orbán. Le maître d’œuvre de cette réunion fut le secrétariat d’État pour l’aide aux chrétiens persécutés, seul organe gouvernemental au monde, à notre connaissance, a s’occuper spécifiquement de cette tragédie.

 

Les participants à la réunion internationale :

1. Expriment leur plus profonde solidarité avec les chrétiens et les autres groupes religieux minoritaires persécutés dans le monde.

2. Accueillent chaleureusement et soutiennent toutes les actions des organismes gouvernementaux, des organisations ecclésiastiques et non gouvernementales qui prennent la défense des minorités religieuses persécutées dans le monde, avec une attention particulière pour les chrétiens.

3. Rendent hommage aux efforts du gouvernement de Hongrie pour son aide aux chrétiens persécutés et aux autres minorités religieuses, et à toutes mesures similaires prises par d’autres gouvernements.

4. Condamnent tout acte visant à nier ou à réduire l’exercice des droits humains fondamentaux, avec un accent particulier sur la violation de la liberté religieuse.

5. Exhortent la communauté internationale à défendre et à prendre le parti des minorités religieuses persécutées, et à utiliser tous les moyens légaux potentiels contre les groupes qui commettent des atrocités contre les chrétiens et d’autres minorités religieuses.

6. Soulignent que les actes barbares commis par l’organisation terroriste qui se nomme elle-même État Islamique, ou par toute autre organisation et milice terroriste similaire, sont considérés comme un génocide, comme des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre et que, par conséquent, tous les pays du monde ont la responsabilité de mettre un terme à de tels crimes et de faire passer devant un tribunal les personnes responsables de les avoir commis.

7. Promeuvent le renforcement du rôle de l’envoyé spécial pour la promotion de la liberté de religion et de conviction en dehors de l’Union européenne

8. Invitent l’Union européenne à réévaluer l’efficacité des mesures restrictives dans la perspective de les amender, en gardant présent à l’esprit les intérêts des populations civiles des pays qui en sont affectés.

9. Invitent les décideurs politiques et les leaders d’opinion dans le monde de tenter de favoriser le libre exercice de la religion dans les régions en crise où les chrétiens et d’autres minorités religieuses sont persécutés, afin de garantir la paix et la sécurité internationales, avec une attention spéciale pour le Moyen-Orient, l’Afrique et différentes régions d’Asie.

10. Invitent les gouvernements et les organisations internationales du monde de rechercher des solutions à long terme afin de mettre un terme à la persécution des chrétiens et des autres communautés religieuses pour garantir que l’exercice des droits humains, y compris le libre exercice de la religion conformément à l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, soit respecté.

11. Invitent à la reconstruction urgente des écoles et des aménagements d’infrastructure pour permettre aux chrétiens et aux autres minorités religieuses de rester ou de revenir sur la terre de leurs ancêtres.

12. Invitent à soutenir les solutions politiques, économiques et sécuritaires permettant aux chrétiens et aux réfugiés d’autres religions minoritaires de rentrer dans leurs patries.

13. Exhortent à l’action commune des gouvernements du monde et des organisations internationales afin de mettre un terme aux atrocités commises contre les chrétiens et d’autres minorités religieuses et, conformément à ce but, à mettre en œuvre immédiatement des mesures pratiques.

Secrétariat d’État pour l’aide aux chrétiens persécutés, 13 octobre – © CH pour la traduction.

Source Observatoire de la christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les 4 premiers numéros gratuitement

NLH #NLQ #Orient

Syrie – Un jeune photographe partage l’enfer des chrétiens (Une expo à faire tourner ?)

François Thomas, jeune photoreporter perpignanais de 23 ans vient de passer neuf mois en Syrie. Son sujet de reportage : la condition des chrétiens sur le front, persécutés par les islamistes de Daesh, convaincu que la question ne doit pas restée étouffée. Il exposera ses photos à partir du 31 août, au 17 et à l’atelier Salade, rue de la Révolution Française à Perpignan.

 

23 ans, le look d’un étudiant en droit ou en lettres, peu importe… l’allure et la fausse désinvolture d’un gamin qui se soucierait peu du lendemain. Des traits juvéniles et des mimiques qui l’enverraient plus en tournée nocturne sur la colline des loisirs, qu’à servir une cause louable et humanitaire a des milliers de kilomètres. Mais les apparences et les clichés ont la vie rude. Tant mieux pour lui. François Thomas trompe peut être son monde, en surface, mais pas son âme ni ses valeurs. Depuis qu’il a tracé sa voie dans ce sillon, certain que des choses horribles qui se passent loin des yeux et loin des cœurs doivent être montrées et dénoncées pour ce qu’elles sont. Parce que c’est dans ses gènes et dans sa culture. Baigné, imprégné de curiosité et de sens critique depuis tout petit auprès de parents journalistes dans les Pyrénées-Orientales. Aguerri et livré au système chez les scouts de La Réal. Nourri au photoreportage et aux conflits internationaux, en arpentant les expositions du festival Visa pour l’image. De quoi forger un caractère, des convictions et une vocation pour la suite. Celle de devenir photojournaliste, entre le goût de l’actualité et de l’image. Le goût de raconter des histoires. Les vraies histoires que l’on ne décrit pas assez. Celles des peuples qui souffrent et que l’on opprime dans la plus grande indifférence ou que l’on utilise au gré des besoins diplomatiques.

Le proche Orient dans le viseur

Après être passé par l’université de cinéma de Montpellier et la section photojournalisme de l’université de Perpignan, François s’est lancé sur le terrain, celui d’un proche orient embrasé depuis plus de 6 ans. C’est avec l’organisation non gouvernementale (ONG) SOS Chrétien d’Orient qu’il décide de s’engager, en officiant comme chargé de communication de la structure pour ses opérations en Égypte d’abord, au Liban ensuite et en Syrie enfin. Un moyen d’entrer dans une zone contrôlée et très restreinte en matière de médias mais surtout de toucher du doigt et de l’œil une réalité que beaucoup ignorent ou veulent ignorer et de la révéler au grand jour : la condition chaotique des Chrétiens en zone de guerre et spécifiquement dans un conflit mené au nom de l’islamisme radical. « Je suis parti 10 mois en tout dont près de 9 en Syrie. Je voulais traiter le sujet des chrétiens et de la façon dont ils sont persécutés car ici en France ou dans les médias occidentaux personne n’en parle ou alors on en parle mal. Avec des faits déformés ou récupérés. Nous avons un devoir d’en parler de montrer ce qu’il se passe. Autrement ce métier n’a aucun sens et l’engagement chrétien n’en a pas plus ! »

Aller sur un terrain hostile, donc, pour vérifier par lui-même, mieux comprendre et mieux restituer la dure vie, la sale histoire des populations pourchassées pour leur seule confession. Un risque certain mais mesuré et assumé par le jeune homme. « Évidemment qu’on a peur là-bas. J’ai beaucoup essuyé de tirs de roquettes très proches et des bombardements mais c’est ça la guerre et c’est aussi ça qu’il faut montrer. »

“Les Forces gouvernementales essaient de protéger le peuple”

Sur place, François découvre une autre version du conflit que celle servie depuis des années par les mass media. « Il y a un paradoxe à vouloir faire croire chez nous que c’est le régime de Bashar El Assad qui opprime son peuple, alors qu’en étant sur place, on s’aperçoit que ce sont les forces gouvernementales qui assurent la protection des civils face aux assauts et aux bombardements des armées islamistes de Daesh. C’est l’armée de Bashar qui, comme elle le peut, sur le front est, assure aussi la défense des populations chrétiennes pourchassées et décimées. » François Thomas l’assure, en Syrie, 17 millions d’habitants vivent et survivent en zone gouvernementale. « Ce n’est pas pour rien. Ce sont les seuls espaces qui leur apportent un sentiment de sécurité. Tout ça les gens l’ignorent parce qu’il n’y a plus de journalistes étrangers en Syrie depuis près d’un an. » La Syrie : un pays en partie ravagé par le conflit permanent, passé de l’État le plus développé du Proche-Orient à celui le plus précaire. De ses clichés pris sur le vif, François dépeint un univers chaotique où les gravats et les ruines ont remplacé l’image et l’idée d’une civilisation organisée. Dans certains quartiers de Damas, Oms et Alep, les trois plus grosses villes du pays, les façades éventrées, « gruyérées » par les tirs d’obus de mortiers, déchirées par la ferraille à béton, donnent des allures de no mans land. De terre fantôme, abandonnée après un cataclysme. Ce décor marque aussi la violence et la rudesse des combats menés.« Dans certains quartiers, il ne reste plus rien, c’est à peine sir les immeubles tiennent debout. Mais il y a à côté d’autres quartiers intacts où la vie est bien présente. La Syrie est un pays à la géographie très variée, magnifique avec des villes entourées de déserts, le kurdistan syrien au nord est très verdoyant, une côte méditerranéenne qui rappelle vraiment celle d’ici. »

Prendre les armes pour la survie

Mais la beauté naturelle syrienne n’arrive pas à masquer la dure réalité d’un pays en guerre où tout est compliqué. Le manque d’eau, de nourriture, d’accès aux médicaments et aux soins, rendent les conditions de vie de plus en plus extrême.« Du fait de l’embargo économique imposé à la Syrie, les gens manquent de tout ici. La nourriture est rationnée, les gens ont faim, il n’y a plus de médicaments en cas de pathologie lourde. Et sur le front des combats évidemment la situation est pire. C’était l’objectif de notre association : porter assistance aux populations sur le front est et leur apporter un aide logistique. » C’est là que François Thomas a pris la mesure de ce qu’est la situation des Chrétiens de Syrie. « Là, dans les villages à dominante chrétienne, ce sont les habitants qui ont pris les armes, non pas pour combattre mais pour se défendre et éviter d’être massacrés par les phalanges djihadistes qui veulent les exterminer. Ils sont appuyés par l’armée régulière et par les troupes russes. Je me rappelle un jour, au Kurdistan syrien, un évêque m’a confié ceci : « C’est fini, on n’est plus rien, on n’a plus notre place ici. » alors que le berceau de la chrétienté est là, elle devrait disparaitre ? c’est inconcevable », s’insurge le jeune reporter. Dans les villages ou à Maaloula ville martyr, la résistance et la solidarité se sont tout de même organisées et les habitants ont improvisé pour subvenir aux premiers besoins. « J’ai vu des lycéens des villages s’organiser et créer des brigades d’urgences avec des camionnettes et des charrettes. Dès qu’il y a une attaque ils vont au-devant des blessés, les prennent en charge te les emmène dans les centres médicaux les plus proches. » Là où, durant des siècles, les cultures, les religions et les langues se sont mélangés sans animosité, les terroristes ont voulu faire un exemple et détruire le symbole d’unité. « En Face il y a des combattants de tous pays qui mènent une guerre qu’ils ne comprennent pas. On leur laboure le cerveau en leur faisant croire qu’il faut soumettre ou tuer les infidèles et imposer le Califat. »

Bientôt baptisé

Durant toute son aventure syrienne, François aura perçu du positif et une amélioration. Selon lui, la situation tend vers un recul des hostilités. La force de frappe de Daesh aux frontières aujourd’hui, n’est plus ce qu’elle était en 2014 et de nombreuses villes ont été reprises aux combattants islamistes et les populations exilées commencent tout doucement à revenir. « Je suis allé à Alep juste après la libération et j’y ai vu de l’espoir. Celui d’en finir avec le terrorisme et la folie islamiste. L’espoir aussi de voir revenir ceux qui ont été enlevés. Le peuple syrien est soudé et solidaire. » Pour une première expérience en terre de conflit, François en a pris plein la gueule, plein la tête aussi mais renforcé dans ses choix de vie et dans ses convictions. Il se rêvait photojournaliste, il l’est devenu. Il ramène un reportage complet qui sera présenté en cinq petites expositions à partir du 31 août. * Mais sa boulimie de travail et d’informer ne s’est pas calmée. Il repartira en Syrie début octobre pour un nouveau reportage de six mois. « Je pars au front avec les milices Chrétiennes qui combattent les djihadistes. » Et pour mieux marquer son engagement et sa foi chrétienne, François veut franchir le cap. Il se fera baptiser juste avant de partir une nouvelle fois en Syrie. « C’est une suite logique pour moi. J’ai toujours baigné dans le catholicisme, je rentre d’une aventure qui a renforcé ma chrétienté, il me parait normal d’être baptisé. »Gageons que son entrée dans le peuple de Dieu fasse de lui un missionnaire de la paix dans les territoires qu’il photographie.

L’année prochaine, François Thomas compte présenter le fuit de ce nouveau reportage en sélection pour Visa pour l’image. Une façon de boucler la boucle ? Plutôt le moyen de lancer une carrière prometteuse.

 (Photos tous droits réservés François Thomas) 

 

Source et photos Diocèse de Perpignan

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Messe et chapelet pour l’Eglise en détresse à Sélestat

Messe et chapelet pour l’Eglise en détresse à Sélestat
Samedi 15 juillet à 8h30

 

Tous les 3ème samedis du mois, les membres de la Famille Missionnaire Notre-Dame proposent une  messe et chapelet médité, pour être informé de la situation de nos frères chrétiens en détresse et les soutenir de notre prière.

Source

A la une #Dans le Monde #NLH #NLQ

90 000 chrétiens tués, 1/2 milliard ne pouvant exprimer leur foi librement… triste bilan 2016

Le christianisme est la religion la plus persécutée dans le monde, selon une étude européenne. En 2016, 90 000 chrétiens ont été tués à cause de leur foi, soit un toutes les 6 minutes. Massimo Introvigne, directeur du Centre pour l’étude des nouvelles religions (CESNUR), a déclaré sur Radio Vaticana que près d’un demi-milliard de chrétiens dans le monde n’est pas en mesure d’exprimer sa foi librement, tandis qu’environ 90 000 sont morts pour leur foi au cours de l’année passée. En se référant aux statistiques du Centre for the Study of Global Christianity (ou « Centre pour l’étude du christianisme mondial » en français), M. Introvigne a déclaré qu’environ 70 % des chrétiens assassinés en 2016 sont morts dans des conflits tribaux en Afrique. Ces morts impliquaient la plupart du temps des croyants qui refusaient de prendre les armes pour des raisons de conscience. « Les 30 % restant, soit 27 000, ont été tués dans des attaques terroristes, la destruction de villages chrétiens ou la persécution du gouvernement », a-t-il ajouté. Les statistiques, qui seront publiées le mois prochain offrent tout de même un certain espoir, car le nombre de chrétiens tués est en baisse de 15 000 par rapport à l’année précédente ; ils restent cependant le groupe religieux le plus persécuté de la planète. Introvigne relève en outre que certains chrétiens n’hésitent pas à risquer leur vie en restant dans les territoires les plus sensibles afin de témoigner de leur foi.

Lire l’intégralité de l’article sur L’observateur chrétien 

Lire aussi 200 millions de chrétiens persécutés

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Vannes – Chapelet pour les chrétiens persécutés

Chapelet pour les chrétiens persécutés à Vannes – Lundi 24 avril 2017 à 19h15

 

Comme tous les 4e lundis du mois à l’église St Pie X à Vannes : récitation du chapelet pour nos frères chrétiens persécutés. Rendez-vous à 19h15, après la messe de 18h30.

Europe non francophone #NLQ

A Pâques, les chrétiens d’Europe invités à prier et prendre pour exemples les chrétiens perscutés

Plusieurs Églises chrétiennes d’Europe appellent à prier pour les chrétiens persécutés et à les prendre en exemple à l’occasion de la fête de Pâques. « La crucifixion est une réalité continue : la vie humaine est violée et la création est exploitée », estiment dans un message commun le Conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE, qui rassemble 33 conférences épiscopales catholiques notamment) et la Conférence des Églises européennes (KEK, une communion de 144 Églises orthodoxes, protestantes, anglicanes et vieilles-catholiques notamment).

« Nous prions tout particulièrement pour les chrétiens qui sont persécutés et empêchés de célébrer la résurrection dans la liberté et la paix. Ils sont le corps souffrant du Christ », assure le message. Il pose en exemple les chrétiens « morts pour avoir professé leur foi » mais également « ceux qui continuent de témoigner et de travailler pour le respect mutuel et le dialogue dans des situations dangereuses ». Selon les Églises européennes, ces chrétiens appellent ceux d’Europe « à faire preuve de courage dans leur foi et à témoigner avec joie et conviction de l’amour infini de Dieu » et « à soutenir les personnes les plus nécessiteuses, sans égard pour la nationalité ou la religion ».

Tout en reconnaissant les divisions entre chrétiens qui « blessent le corps du Christ », le communiqué rappelle que les Églises orientales et occidentales fetent aujourd’hui « la Croix et la résurrection au même moment ». Le CCEE et la KEK renouvellent ainsi leur engagement sur le chemin de l’unité et invite les communautés chrétiennes « à être un signe de joie dans la foi, d’amour désintéressé et une présence d’espérance pour un monde appelé à se réconcilier avec lui-même et avec Dieu ».

 

Source Radio Vatican

Conférences/Formations #NLQ

Colloque du SIT à Paris : “Les chrétiens persécutés d’Afrique”

Le Chapitre Général des Trinitaires, en 1999, a fondé l’organisme de la Solidarité Internationale Trinitaire (SIT). Ce nouvel organisme a reçu un encouragement spécial du pape Jean Paul II lors de l’audience accordée à la Famille trinitaire en août de la même année. Le SIT a cette triple mission d’informer, de dénoncer et de soutenir. Informer les chrétiens libres car nous ne pouvons pas oublier ces frères des catacombes. Dénoncer auprès des autorités nationales comme internationales toute violation des articles 18 et 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme. Soutenir par la prière et l’aide concrète.

Dans le cadre de cette mission d’information, le SIT organise un colloque à Paris sur

Les chrétiens persécutés d’Afrique – Les 25 et 26 avril

Au programme de la journée du 25 :

Accueil du Ministre Général de l’Ordre et du Président du SIT Canada – France

9h30-10h45 P. John Bogna Bakeni, prêtre du diocèse de Maiduguri, Nigéria.

11h15-12h25 Mgr Michel Chafik, « Le sort des Coptes de Moubarak à Sissi ».

14h30-15h30 P. Thierry Knecht, Trinitaire, « le charisme trinitaire d’hier et l’action actuelle du SIT ».

16h00-17h00 P. Jean-Paul Musangania, « l’insécurité à l’Est de la RDC (Nord-Kivu) et ses conséquences sur l’église locale ».

Journée du 26 :

9h30-10h45 Marc Fromager de l’Aide à l’Église en Détresse.

11h15-12h25 Un témoin du Kenya.

14h30-18h00 Visite du Paris Trinitaire avec le P. Thierry Knecht, O.SS.T., comme guide.

Ce colloque aura lieu à la Maison d’accueil Ephrem – 35 rue du Chevalier de la Barre – Paris 18°

Le SIT veut faire revivre, plus spécifiquement, le charisme trinitaire : « Gloire à la Trinité et aux captifs la liberté  ». Dans un monde dans lequel beaucoup de personnes subissent la persécution ou la discrimination à cause de leur foi en Christ, les Trinitaires veulent accueillir les désirs ardents de libération et ses cris d’espérance, en proposant un service de miséricorde. Le SIT s’efforce d’incarner le charisme de la Famille Trinitaire au travers de la prière et de la charité rédemptrice. Pour cela, le SIT se sert de la formation et d’une information spécifique et d’actions concrètes dans le domaine de la persécution religieuse. Les actes de persécution des chrétiens dans le monde, ne sont pas des sujets qui attirent les médias, ni même les organismes étatiques. Ces attitudes amènent que la persécution augmente et ce à un rythme de plus en plus rapide. Ces dernières années, la liberté religieuse est entrée dans une période de grave détérioration. La Solidarité Internationale Trinitaire se concentre sur la liberté religieuse comme un droit universel et inaliénable 

NLQ #Sorties/Animations

Abbaye de Lessay – Concert dédié aux chrétiens persécutés dans le monde

L’équipe AED du diocèse de Coutances, pour poursuivre son action, organise le samedi 6 mai 2017 à 20h30 dans l’Abbatiale de LESSAY, un concert au profit des Chrétiens persécutés dans le monde.

Une création inédite, composée et interprétée par Romain Bastard, qui sera accompagné par Annabelle Cardron, soliste, ainsi que par  le chœoeur Ave Maris Stella et les Petits Chanteurs de l’Institut Saint-Lô sous la direction de Jacques Joubin, sera au programme de cette soirée.

Pendant le Concert, pour favoriser le recueillement et la prière, seront projetées des photos témoignant du drame que vivent les Chrétiens à travers le monde.

Afin de vivre un beau rassemblement diocésain, nous comptons sur votre présence.

Source

En France #NLH #NLQ

Avec l’AED, prier pour l’Eglise en détresse

Alors que se déroule ce soir la dernière Nuit des témoins, organisée par l’AED, le site Hozana propose une communauté de prière pour l’Eglise en détresse dans le monde.

L’Aide de l’Eglise en Détresse en quelques mots

L’AED est fondée en 1947, au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, par un religieux hollandais, le Père Werenfried. Elle soutient les chrétiens dans le monde, là où ils sont confrontés à des difficultés matérielles ou à des persécutions.

La mission de l’AED était au départ localisée en Allemagne et Europe de l’Est. Elle s’est développée au fil des années et en fonction des besoins et des appels des papes successifs en Asie, en Amérique latine, en Afrique puis au Moyen-Orient. En 2015, l’AED compte 21 pays donateurs, dont la France.

Les trois missions de l’AED, définies par son fondateur, sont :

  • informer sur la situation des chrétiens et sur l’état de la liberté religieuse dans le monde
  • prier pour les chrétiens qui souffrent
  • partager c’est-à-dire soutenir financièrement des projets en lien avec l’Église locale.

Aujourd’hui, on estime que 75 % des victimes de la persécution pour motifs religieux sont des chrétiens et que 200 millions de chrétiens ne peuvent pas vivre leur foi librement.

L’A E D http://www.aed-france.org/  nous associe à sa prière pour des chrétiens en détresse dans le monde ;

Pourquoi prier pour l’Eglise en détresse ? 

Partout où l’Eglise est en Détresse, vivent des femmes et des hommes qui ne « tiennent » souvent que par leur Foi en Christ…et par nos prières. Où qu’ils soient, ces chrétiens ont besoin  d’être inclus dans notre « communion des saints » car leurs épreuves sont grandes.

A chaque prière que nous offrons pour notre prochain, des bénédictions infinies nous sont accordées.

Ce qu’il vous est proposé de recevoir

Chaque dimanche (ou chaque quinzaine), nous recevons une « publication » dans laquelle sont présentés un contexte géographique ou liturgique et la prière elle-même accompagnée d’un verset biblique.

La prière est demandée pour une durée d’une semaine (ou une quinzaine)

Prière de la communauté

La prière pour les Chrétiens persécutés

Seigneur, nous Te prions de regarder avec bonté l’Église en Détresse dans le monde, renforce-la, défends-la contre les ruses de ses ennemis visibles et invisibles ; écoute-nous et ne sois pas lent à faire miséricorde.

Toi qui as créé le monde pour Ta gloire et pour la joie infinie, fais que même ceux qui s’opposent à Ton Nom se convertissent et Te glorifient d’une vraie foi et dans la piété avec tous Tes fidèles ; écoute-nous et ne sois pas lent à faire miséricorde.

Comme dans le passé Tu as montré Tes merveilles en Saül, persécuteur de Tes fidèles, en faisant de lui Ton apôtre Paul, ainsi, en ces jours de détresse, pardonne à ceux qui nous haïssent et font du tort à Tes fidèles, écoute-nous et ne sois pas lent à faire miséricorde.

Nous Te prions encore pour tous Tes serviteurs détenus, persécutés, et qui, dans le monde entier, souffrent pour leur Foi : viens-leur en aide et ouvre le cœur de ceux qui les persécutent écoute-nous et ne sois pas lent à faire miséricorde.  

Source

A la une #NLH #NLQ #Rome

Le pape prend vigoureusement la défense des chrétiens persécutés dans un clip vidéo

Dans une nouvelle vidéo, le pape François dénonce la persécution dont les chrétiens sont les victimes sur plusieurs continents.

En février dernier, le pape appelait à prier pour accueillir les personnes en situation difficile, en janvier, c’étaient les chrétiens au service des défis de l’humanité qui étaient au cœur de ses prières, tandis qu’en décembre c’était au tour des enfants soldats. Chaque mois, à travers le Réseau Mondial de Prière du Pape, une thématique ou une problématique au cœur du monde contemporain est mise en exergue.

Dans cette nouvelle vidéo, le Pape dénonce l’incrimination des chrétiens comme délinquants. La mise en scène s’inspire du film « Usual Suspects » à travers une séance d’identification au cours de laquelle trois chrétiens de confessions différentes sont présentés comme des suspects.

xp persécutés

D’après le Rapport sur la Liberté Religieuse dans le monde, provenant de la fondation pontificale Aid to the Church in Need (ACN), la liberté religieuse a régressé dans 11 pays (de plus de 50 %) parmi les 23 pays qui figuraient déjà au nombre des pays où sévit de la persécution. De plus, 7 autres pays relevant de cette même catégorie connaissent une situation tellement grave qu’elle pourrait difficilement empirer. Selon Johannes Heereman, le président exécutif international de l’ACN : « La liberté religieuse est un principe fondamental des droits de l’homme. À la une des journaux et des infos, nous voyons presque au quotidien le lien évident entre la violence, l’oppression et la négation de ce droit humain fondamental. Nous croyons qu’il faut élever la voix lorsqu’une communauté de foi est injustement attaquée. » L’ACN soutient plus de 5.000 projets annuels à travers le monde.

L’intention du mois de mars est aussi délicate qu’urgente. En effet, des milliers de chrétiens dans le monde entier sont discriminés ou persécutés uniquement parce qu’ils sont chrétiens. « Aujourd’hui, il y a urgence que toutes les Églises et communautés chrétiennes soutiennent par la prière, l’aide matérielle et financière, là où c’est nécessaire », estime le père jésuite Frédéric Fornos, le directeur international du Réseau Mondial de Prière du Pape et de sa branche Jeunesse, le Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ).