Asie #Dans le Monde #NLQ

Florilège des actes contre les christianisme en Asie et Pacifique au 2ème trimestre 2018

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Afrique non francophone #Dans le Monde #NLQ

Ouganda : les temps sont mauvais pour les chrétiens

Bien que les musulmans ougandais ne constituent qu’environ 14 % d’une population à 84 % chrétienne, ces adeptes d’une religion dont on ne cesse marteler qu’elle est pacifique et tolérante, ne semblent pas être de l’avis de la doxa qui a cours sous nos latitudes. Les chrétiens en font de plus en plus les frais en Ouganda. La Constitution du pays proclame pourtant la liberté religieuse, la liberté de la répandre et le droit à changer de religion… Mais qu’est-ce que cela pèse face à la sharia d’Allah, toute entière sortie de l’inimitable coran ?

L es menaces des musulmans du village de Mazuba (district de Namutumba) ont entraîné l’arrêt du culte dans une église à moitié construite et poussé son pasteur à envoyer ses enfants dans une autre ville : « Les fidèles de l’église ont très peur pour leurs vies et ils ont cessé d’assister aux cultes », a déclaré le pasteur Maseruwa Budallah à Morning Star News. Ce pasteur, âgé de 55 ans, avait réinstallé sa famille à Mazuba voici cinq ans, après avoir fui la persécution des musulmans dans son village de Sironko à 70 km de là. En avril dernier, des musulmans de Mazuba avaient remarqué que quelques musulmans du village s’étaient convertis au christianisme et participaient aux cultes de l’église, et les écoliers musulmans avaient appris de leurs condisciples chrétiens que le pasteur avait quitté l’islam pour embrasser le christianisme. La rumeur qu’il était un converti de l’islam se répandit rapidement, et les écoliers musulmans commencèrent à harceler les huit enfants du pasteur, nous raconte Budallah. Comme les musulmans menaçaient de tuer leurs enfants, le pasteur et son épouse prirent la décision de les envoyer dans un pensionnat d’une autre ville. Au début de l’année, le pasteur avait fait don d’une partie de son terrain pour qu’on y construise une église. Toutefois, après la construction des murs, les musulmans ayant ISSN : 2426-3559 appris qu’il était un converti de l’islam, empêchèrent la poursuite des travaux. En plus de s’opposer au pasteur – en lui demandant de stopper la construction et de cesser le culte –, ils lui envoyèrent des messages de menace. « Nous connaissons tes manigances et ton intention de construire une église pour convertir nos fidèles au christianisme », lui écrivirent-ils dans une lettre du 8 mai. « Si tu continues à construire ton église, ce sera au péril de ta vie et de celle des fidèles de ton église. » Le Pasteur Budallah a également reçu des messages de menace de sa famille restée à Sironko. « Tu as refusé de revenir et nous avons entendu dire que tu construisais une église pour les infidèles », liton dans un SMS. « Sache qu’Allah va bientôt s’occuper de toi : tu ne la finiras pas et tu ne pourras pas y prier. »

Morning Star News, 13 juillet – © CH pour la traduction.

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Dans le Monde #NLQ #USA

Florilège des actes contre le christianisme aux Amériques en juillet 2018

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

En France #NLQ

Deux croix sciées sur des sommets dans les Pyrénées-Orientales

La date où ces deux croix ont été sciées n’est pas précisée. Je lis sur le forum de discussion  Pyrénées Team que la croix installée au sommet du mont Cambre d’Aze avait disparu avant le 10 octobre  2017. S’agit-il de la même que celle dont l’évêque signale la disparition ? Rappelons que les maires des communes sur le territoire desquelles les croix étaient érigées depuis 2015 avaient donné leur accord : Hélène Josende, maire d’Angoustrine-Villeneuve-les-Escaldes pour celle du Carlit, et Jean-Luc Molinier, maire de Saint-Pierre-dels-Forcats pour celle du Cambre d’Aze. Voici le communiqué indigné de Mgr Norbert Turini, évêque du diocèse de Perpignan-Elne en date du 24 juillet.

Absent de Perpignan pour quelques jours, j’ai été mis au courant par mes collaborateurs et par la presse locale de la gravité des faits qui se sont produits aux sommets du Carlit et du Cambre d’Aze où des individus n’ont rien trouvé de mieux que de scier ces croix plantées en 2015.

Ce sont les militaires du CNEC [Centre national d’entraînement commando] qui les avaient payées, qui avaient fourni tout le matériel pour leurs poses et obtenu les autorisations du Conseil Départemental, du Parc naturel et des municipalités concernées.

Certains, au nom du respect de la laïcité avaient déjà demandé que ces croix plantées sur les sommets de nos montagnes, soient retirées, en faisant appel à la puissance publique au moyen d’une pétition.

Si la république se sent offensée par ces croix, je lui en demande pardon.Mais qui va demander pardon aux catholiques et plus largement à tous les chrétiens qui reconnaissent dans la Croix le symbole de leur foi ?
Je me demande si l’on n’est pas en train de se tromper de combat !
C’est une tradition très ancienne que des croix soient plantées au sommet de nos montagnes, pas seulement en pays catalan, mais ailleurs.

Ceux qui plantaient ces croix avant 1905 étaient dans la tradition. Et ceux qui les plantent après ne le sont plus, voire sont dans l’illégalité ? Comme si les lois de 1905 avaient supprimé toute tradition.

Il y a dans ce département et dans d’autres des gestes naturels, spontanés, qui font partie de notre culture locale et qui sont posés, non par provocation ni pour contrevenir à la loi, mais parce qu’ils sont reliés à notre propre histoire. Et, je tiens le préciser il y a des croyants mais aussi des incroyants qui s’associent à la pose de ces croix.

Je connais de fervents défenseurs de la laïcité qui n’hésitent pas pour la saint Jean-Baptiste à apporter leurs fagots de bois à la Croix du Canigou plantée en 1943. Sont-ils en contradiction avec leurs principes ? Je pense qu’ils ne se posent même pas la question, parce que c’est une tradition qui fait partie de leur culture.
Quant aux auteurs de ce délit, je suis indigné est triste pour eux.
Aujourd’hui les croix ne sont pas plantées que sur le sommet de nos montagnes mais dans la vie des migrants, des chômeurs, des malades, des handicapés, des gens de la rue, des familles sans ressources, des jeunes en grande précarité, des croyants persécutés, etc. C’est pour ces croix-là qu’il nous faut mener le vrai combat afin de faire valoir leur dignité.
Monseigneur Norbert Turini,  évêque de Perpignan-Elne

Source : diocèse de Perpignan-Elne, 26 juillet et Observatoire de la christianophobie

A la une #En France #NLH #NLQ

Christianophobie : le mois de juin a été l’un des pires de l’année

Le  mois de  juin  a été  l’un des pires  de l’année en matière d’actes de christianophobie puisque nous en avons enregistrés et documentés 34. Plus d’un par jour ! Le nombre de départements différents touchés s’est élevé à 20…

Pour ce premier semestre  de 2018 les actes de christianophobie dont nous avons eu connaissance atteignent les 162 et ils ont affecté 61 départements différents.

Par rapport au premier semestre de 2017, ce premier  semestre de 2018 enregistre une augmentation de 18,2  % du nombre des actes de christianophobie ! Quant au nombre de  départements affectés, il a augmenté, d’un semestre à l’autre, de 19,7 %…

Vous  trouvez en pièce jointe et au format PDF la synthèse détaillée des actes  de  christianophobie commis en France en juin dernier.

Daniel Hamiche

rédacteur en chef de l’Observatoire de la christianophobie

06 2018 JUIN Christianophobie en France

Asie #Dans le Monde #NLQ

Kirghizistan : persécution contre une église accueillant des musulmans convertis

Le Kirghizistan est un pays majoritairement musulman (les trois-quarts de sa population sont sunnites). Les chrétiens, essentiellement des orthodoxes, représentent moins de 20 % de la population. Toutefois, les chrétiens convertis de l’islam y seraient de plus en plus nombreux selon les observateurs. Une tendance qui n’est évidemment pas du goût des musulmans, comme le révèle cet incident rapporté par World Watch Monitor.

Une église du Kirghizistan qui reçoit beaucoup d’anciens musulmans a reçu l’injonction de mettre un terme à ses cultes dominicaux. Une source locale a appris a World Watch Monitor que les cultes dans cette église fondée par un ancien musulman, ont été interrompus à deux reprises ces tout derniers mois par un groupe de personnes composé de fonctionnaires locaux, de représentants du bureau du procureur et du ministère de l’Intérieur, d’assistants de l’imam local et d’anciens collègues de l’école où le pasteur enseignait. World Watch Monitor ne révèle pas le nom de la ville où les incidents se sont produits, pour des raisons de sécurité. À chaque fois, des membres du groupe ont exigé que le service soit suspendu et ils ont déclaré aux présents : « Il ne vous est pas permis de vivre et d’exercer votre culte ici. » […] Les membres de l’église ont alors commencé à les filmer avec leurs téléphones portables, ce qui a provoqué le départ des membres du groupe s’efforçant de cacher leurs visages. Mais ils ont déclaré à l’assemblée : « Nous reviendrons encore et encore et nous vous persécuterons de toutes les manières possibles », nous a signalé notre source. Cette église est dirigée depuis plus d’une décennie par le Pasteur Miran [le nom a été changé pour des raisons de sécurité]. L’administration de l’école où il enseignait a menacé de le révoquer après avoir appris sa conversion et ses fonctions de dirigeant d’une église. Il a aussi été accusé par son école d’abus sexuels sur des mineurs et a été jeté en prison pendant six mois. Notre source nous a déclaré qu’aucun avocat n’a osé le défendre lors de son jugement par crainte de se mettre à dos les services de sécurité, aucun témoin n’était présent à l’audience et les accusations portées contre lui n’ont pas eu le commencement d’une preuve. Notre source nous a précisé que l’église estimait que ces allégations n’ont été portées contre lui qu’à cause de sa conversion. Depuis qu’il a été libéré, le pasteur Miran, père de cinq enfants, n’a pas pu retrouver de travail. Selon notre source, des musulmans ont déclaré : « Puisqu’il a été capable de trahir l’islam, il pourrait bien avoir commis d’autres méfaits. » Les détails concernant des affaires comme celle du pasteur Miran doivent demeurer vagues en raison des problèmes de sécurité des personnes qui y sont impliquées et des conséquences à craindre pour elles.

World Watch Monitor, 4 juillet – © CH pour la traduction.

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

 

En France #NLH #NLQ

Florilège des actes dirigés contre les chrétiens entre fin juin et juillet 2018

A la une #Dans le Monde #NLQ #Orient

Pakistan : des chrétiens soumis à la djizîa, une taxe imposée par les Kurdes

Un comble ! C’est ce que révèle la dernière livraison de Christianophobie hebdo (n° 176 daté du 16 juillet mais publié hier, mardi 10 juillet). Voyez cet article ci-dessous. Si vous souhaitez recevoir gratuitement, au format PDF, ce numéro de notre hebdomadaire, demandez-le ici !

Source : observatoire de la christianophobie

Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Grèce : des réfugiés chrétiens iraniens attaqués par des réfugiés musulmans

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

Un petit groupe de convertis iraniens a été violemment attaqué par un fort parti de musulmans dans le camp de réfugiés de Koutsochero, à 150 km au sud de Larissa (Grèce).

La date est difficile à établir puisque l’article d’International Christian Concern en donne deux : (mercredi) 27 juin ou dimanche (1er juillet). Ce qu’on sait, c’est que ce groupe d’Iraniens convertis au christianisme, était réuni pour un séance d’étude de la Bible dans un des  conteneurs aménagés qui servent d’abris de fortune dans ce camp de réfugiés. Une foule de 30 à 40 musulmans, que l’article identifie comme étant d’origine irakienne, a fait irruption dans le container et a frappé des chrétiens, allant même jusqu’à les menacer avec des couteaux. Les chrétiens ont été traités de kafirs (mécréants) et pressés de quitter le camp sans délai. Il se pourrait qu’ils aient été aspergés d’essence, même si elle n’a pas été enflammée. Deux chrétiens ont été transportés dans un Hôpital universitaire. Il se dit qu’un des chrétiens, souffrant de problèmes cardiaques, serait mort sous le coup de l’émotion. La police, peu nombreuse dans ce camp, aurait été dépassée par les événements et par le nombre des agresseurs. Tous les chrétiens ont été relogés dans un endroit plus sûr et une informations judiciaire a été ouverte contre les agresseurs. La liste des attaques de réfugiés musulmans contre des réfugiés chrétiens ou convertis au christianisme, est longue…

Source : International Christian Concern, 5 juillet

En France #NLQ

Le clocher de l’église Saint-Eustache à Paris victime de vandalisme

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

Je ne sais trop comment qualifier l’acte qu’un énergumène, qui n’en est pas à son premier coup, a commis jeudi 28 juin, en grimpant sans autorisation sur le clocher de l’église Saint-Eustache à Paris. Masquer la croix du clocher avec une sorte de cerf-volant, ne me semble pas un acte bienveillant envers les chrétiens mais, curieusement ( ?), on ne retient de l’acte de l’homme que son côté dangereux pour sa personne et pour d’autres. Il sera sans doute condamné, mais légèrement. Il est à craindre que la justice aura la main moins lourde envers l’olibrius qu’envers les cinq militants de Génération Identitaire condamnés en octobre dernier, à 10 000 € d’amende et à un an de prison avec sursis pour avoir occupé, à Poitiers, le toit d’une mosquée en cours de construction…

Scène surréaliste ce jeudi matin. Et déploiement important de policiers et d’unités d’élite des pompiers dont le Grimp (Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux). Un homme de 42 ans a été délogé délicatement mais sans appel du clocher de l’église Saint-Eustache, aux Halles (1er). Il a été ensuite placé en garde à vue au commissariat du 1er arrondissement. Le funambule improvisé avait, sans l’autorisation du curé, grimpé les 35 mètres du clocher et s’était installé avec une harpe et un immense cerf-volant bleu ! En bas, les gens brandissaient leur smartphone pour immortaliser la scène. « Oh ! Un homme oiseau, a commenté sur Twitter un certain Vincent Ollivier. Ça, c’est Paris ! » […] Côté église, les péripéties matinales ont très moyennement amusé le curé anglais de la paroisse Saint-Eustache. Pas plus qu’elles n’ont impressionné le maire (LR) du 1er arrondissement : « C’est un récidiviste qui escalade les parties les plus hautes », déplore Jean-François Legaret.

Source : Le Parisien, 28 juin (merci Cril17 pour ce signalement)