Articles #En France #NLH #NLQ

20 nouveaux actes de christianophobie en France en novembre 2018

our les seuls lieux de culte et de dévotion, cimetières et bâtiments chrétiens, et agressions contre des personnes, 20 nouveaux actes de christianophobie ont été perpétrés en France au cours du mois de novembre 2018 dans 10 départements différents.

Le bilan pour les onze premiers mois de l’année 2018 est lourd : 271 actes commis dans 80 départements différents.

En comparaison avec les onze premiers mois de 2017, l’augmentation est sensible : le nombre d’actes a augmenté de 12,9 % et le nombre de départements touchés s’est accru de 17,6 %.

Pour lire, imprimer ou télécharger cette synthèse, renseignez le questionnaire ci-dessous…

 

 

 

Source : Observatoire de la Christianophobie

A la une #Articles #En France #NLH #NLQ

France : 250 actes de christianophobie de janvier à octobre 2018

19 nouveaux actes de christianophobie, perpétrés en octobre 2018, sont venus alourdir le triste bilan signalé pour les neuf premiers mois de l’année écoulée, rapporte notre dernière synthèse mensuelle compilée ce matin. Pour la période de janvier à octobre, nous en sommes déjà à 250 actes graves qui ont touché 76 départements différents.

Par rapport aux dix premiers mois de 2017, l’augmentation est toujours sensible : actes de hausse de 13,6 % ; départements touchés en hausse de 20,6 % !

Pour consulter, imprimer ou télécharger cette synthèse, complétez le formulaire ci-dessous :

 

Source : observatoire de la christianophobie 

A la une #Articles #Dans le Monde #NLH #NLQ

Les chiffres des Missionnaires tués au cours de l’année 2018

Au cours de l’année 2018, ont été tués de par le monde 49 missionnaires soit près du double par rapport aux 23 de l’année précédente et il s’agit en grande partie de prêtres (35). Après huit années consécutives pendant lesquelles le nombre le plus élevé de missionnaires tués avait été enregistré en Amérique, en 2018, c’est au tour du continent africain d’occuper le premier rang de ce classement tragique.
Selon les informations recueillies par l’Agence Fides, au cours de l’année 2018, ont été tués de par le monde 40 missionnaires, à savoir 35 prêtres, 1 séminariste et 4 laïcs. En Afrique, ont été tués 19 prêtres, 1 séminariste et 1 laïque (21) ; en Amérique, ont été tués 12 prêtres et 3 laïcs (15) ; en Asie, ont été tués 3 prêtres (3) et en Europe a été tué 1 prêtre (1).
Nous faisons usage du terme « missionnaire » pour tous les baptisés, conscients du fait que « en vertu du Baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire (cf. Mt 28, 19). Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Eglise et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation » (EG 120). Du reste, la liste annuelle établie par Fides depuis longtemps déjà ne concerne pas seulement les missionnaires ad gentes au sens strict mais tous les opérateurs pastoraux morts de façon violente, pas expressément « in odium fidei ». Pour ce motif, nous préférons ne pas utiliser le terme « martyr », sauf dans son sens étymologique de « témoin », pour ne pas devancer le jugement que l’Église pourra éventuellement donner à certains d’entre eux.
Cette année encore, de nombreux missionnaires ont perdu la vie dans le cadre de tentative de vols ou de cambriolages perpétrés parfois de manière féroce, dans des contextes marqués par la dégradation morale, la pauvreté économique et culturelle, l’intolérance, la violence comme règle de comportement, le manque de respect pour la vie et de tout droit fondamental. Sous toutes les latitudes, les prêtres, religieuses et laïcs partageaient avec les personnes la même vie quotidienne, apportant la valeur spécifique de leur témoignage évangélique comme signe d’espérance, en cherchant à soulager les souffrances des plus faibles et en élevant la voix pour défendre leurs droits foulés aux pieds, en dénonçant le mal et l’injustice. Face à des situations de danger pour eux-mêmes, aux appels des autorités civiles ou de leurs Supérieurs religieux, les missionnaires sont restés à leur poste, conscients des risques qu’ils encouraient, pour être fidèles aux engagements pris. (S.L.) (Agence Fides 29/12/2018)

Pièces jointes à la dépêche

Source : Fides

Afrique non francophone #Articles #Dans le Monde #NLQ

Actualité des actes antichrétiens en Afrique entre octobre et novembre 2018

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Articles #Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

4ème trimestre 2018 : Quelques actes antichrétiens en Europe

 

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Articles #Asie #Dans le Monde #NLQ

Quelques actes antichrétiens en octobre et novembre 2018 en Asie

Afrique francophone #Articles #Dans le Monde #NLQ

Actualité des actes contre le christianisme en Afrique pour en sept. – oct. 2018

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Articles #En France #NLH #NLQ

Christianophobie en France : 27 actes depuis août ; 210 depuis le début de l’année

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

27 actes graves de christianophobie ont été commis en France en août 2018, selon la synthèse des signalements de l’Observatoire de la christianophobie. Ils ont touché 19 départements.

Les chiffres montrent une sensible augmentation par rapport au mois de juillet précédent :

+ 68,75 % de cas, + 27 % de départements touchés.

Depuis le 1er janvier 2018, le nombre de cas signalés et documentés s’élève à 210 et ils ont touché 68 départements.

Une comparaison avec les résultats obtenus pour les huit premiers mois de 2017, montre également une nette augmentation enregistrée par rapport aux huit premiers mois de cette année :

+ 25 % de cas, + 24 % de départements touchés.

Pour lire, imprimer ou télécharger ce document, renseignez le formulaire ci-dessous…

 

Articles #Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Actualité des actes commis contre les chrétiens en Europe (sept.-oct. 2018)

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

A la une #Articles #NLQ

L’édito – Catho l’indésirable… la chasse est ouverte !

En quelques semaines, nous avons reçu de surprenantes demandes de la part de catholiques engagés nous pressant de retirer toute trace de leurs interventions sur nos sites. Militaires, enseignants ou autres postes de la fonction publique, il ne fait pas bon être catholique et engagé, même si cela reste en dehors des heures et lieux de travail. Vacataires ou chargés de cours non renouvelés dans leurs charges d’enseignement à l’université, parce que catholiques et donc soupçonnés de faire du prosélytisme, la traque anti-catho est belle et bien ouverte et active. Ce n’est pas un mythe, nous l’avons rencontrée ! Une réalité quotidienne de plus en plus resserrée, comme un étau sur les militants catholiques. Les plus timorés n’y croiront peut-être pas, mais oui, on perd son travail ou on peine à en trouver quand on est catholique engagé et identifié.

De la même manière, les engagements anti IVG, anti culture de mort en général, font de vous, dans les milieux de l’enseignement, de la culture et du journalisme, des parias subitement passé du statut du sympathiques « cotoyables » à la boule puante contagieuse. Il risque de devenir compliqué dans les mois et années à venir de rester dans le monde, tant le monde rejette le catholique fidèle aux préceptes évangéliques les plus « dérangeants ». C’est une vérité que d’aucuns refuseront sans doute de voir ou regarderont de loin pour ne pas être compromis, mais une réalité qui, si elle ne suscite pas une véritable solidarité catholique (sans tomber dans le communautarisme obtus) risque de se transformer en enfer quotidien pour les militants. Sans emboiter le pas de Cassandre, il nous faut pourtant pointer du doigt cet avenir de martyre qui se profile et que le déni ne fera que rendre plus violent et subit. Merci à ceux qui se sont engagés et particulièrement à nos côtés et qui, aujourd’hui, ou demain, en porte quotidiennement les cuisantes conséquences, comme une perpétuelle épée de Damoclès.