A la une #Dans le Monde #Europe non francophone #NLH #NLQ

Une délégation d’Eglises rencontre la présidence autrichienne de l’UE

Une délégation de représentants d’Églises autrichienne et européenne s’est réunie à Vienne le 23 juillet 2018 avec Karoline Edtstadler, secrétaire d’Etat aux Affaires intérieures du gouvernement autrichien, pour échanger sur les priorités de la présidence autrichienne du Conseil de l’UE.

Des réunions entre Eglises et présidence tournante de l’UE ont lieu régulièrement depuis plus de 20 ans, tel que l’article 17 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne le prévoit.

Les Églises d’Europe étaient représentées par le secrétaire général de l’épiscopat autrichien, père Peter Schipka, l’évêque de l’Église protestante luthérienne en Autriche, Mgr Michael Bünker, mais aussi frère Athanasius Buk, prêtre de la métropole grecque-orientale d’Autriche, Mgr Andrej Cilerdzic, évêque de l’Église orthodoxe serbe en Autriche, le révérend Sören Lenz, secrétaire exécutif de la Conférence des Eglises européennes, et enfin Michael Kuhn, secrétaire général adjoint de la Comece.

Équilibrer subsidiarité et solidarité

Tous ont préconisé ainsi de conserver « un équilibre constructif entre subsidiarité et solidarité » à l’échelle européenne.

Elles ont rappelé que la subsidiarité « ne signifiait pas seulement le retour des compétences aux États membres, mais aussi l’obligation de l’Union d’aider les États membres à atteindre des objectifs plus élevés en faveur du bien commun. »

Brexit et questions sociales

A propos du Brexit, les représentants d’Eglise ont souligné la nécessité d’éviter une frontière « dure » entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, « une frontière visible compromettant la réconciliation et la paix entre les deux côtés doivent être évités » ont déclaré les représentants de l’Eglise.

Les Eglises ont accordé une attention particulière à la question de la politique sociale de l’UE, proposant une Convention européenne pour une Europe sociale, pouvant inclure partenaires sociaux, organisations de la société civile, citoyens et Eglises.

« Pour une migration circulaire » 

En matière de politique de migration et d’asile, tous les participants ont convenu que « l’Europe avait besoin de migrants », présentant l’idée d’une « migration circulaire », qui devrait ouvrir des voies légales pour les travailleurs peu qualifiés selon les besoins des pays d’accueil. Ils ont critiqué « la criminalisation des migrants et le faible respect de leurs droits fondamentaux, et ont appelé à un traitement humain à chaque étape de leur voyage, y compris lorsqu’ils retournent dans leur pays d’origine », rappelant « le principe de non-refoulement des personnes ayant besoin de protection ».

La question de l’intégration européenne des Balkans occidentaux et celle du changement climatique en vue de la prochaine réunion de la COP 24 à Katowice (Pologne) en décembre, ont également été soulevées.

Dans le Monde #NLQ

Mgr Jean-Claude Hollerich, archevêque de Luxembourg, nouveau président de la Comece

L’archevêque de Luxembourg, Mgr Jean Claude Hollerich, qui est jésuite, a été élu président de la Comece, le 8 mars 2018 pour un mandat de 5 ans. Il succède au cardinal allemand Reinhard Marx.

De 2018 à 2023, le Luxembourgeois Mgr Jean-Claude Hollerich présidera la Commission des épiscopats de la communauté européenne (Comece), composée des représentants des 28 conférences épiscopales des États membres de l’Union Européenne. Élu lors de l’assemblée plénière de la Comece réunie cette semaine à Bruxelles, Mgr Hollerich aura pour mission d’accompagner le dialogue entre les institutions européennes et l’Église catholique.

Immédiatement après son élection, il s’est déclaré « prêt à travailler avec toutes les personnes de bonne volonté qui se consacrent au respect et à la protection de la dignité humaine », confirmant ainsi l’engagement de la COMECE à placer la personne humaine et le bien commun au centre des politiques européennes.

Archevêque de Luxembourg, ville qui accueille le siège de plusieurs institutions de l’UE, depuis novembre 2011, Mgr Hollerich a contribué à un dialogue actif entre les institutions de l’Union Européenne et l’Église.

« Les chrétiens ne sont pas un groupe d’intérêt parlant en faveur des religions, mais des citoyens européens engagés dans la construction de l’Europe, notre maison commune », avait déclaré Mgr Hollerich lors de la 13ème réunion annuelle de « Haut-niveau » organisée par la Commission européenne.

Né à Luxembourg en 1958, Mgr Hollerich a été ordonné prêtre en 1990. De 2008 à 2011, il fut vice-recteur de la Sophia University de Tokyo. En 2011, Benoît XVI le nomme archevêque de Luxembourg. Il devient en 2014 président de la conférence des commissions Justice et Paix d’Europe. Depuis 2017, il est également Président de la Commission du CCEE pour les jeunes.

 

 

Source  Vatican News

Dans le Monde #NLH #NLQ

Europe – 2018 – Année du patrimoine religieux ?

2018 – Année européenne du patrimoine culturel. La COMECE, l’Eglise catholique dans l’Union européenne, a bien saisi les enjeux sous-jacents à cette nomination, favorable au patrimoine religieux.

Intitulée « Promouvoir l’héritage chrétien de l’Europe », la rencontre du 31 janvier entendait se pencher sur une initiative « qui pourrait représenter une belle opportunité pour l’Eglise de mettre en valeur son patrimoine et d’assurer une meilleure visibilité et une plus grande accessibilité du patrimoine religieux au public. Dans un contexte de division et de questionnement au sein de l’Union européenne, l’année du patrimoine culturel pourrait également renforcer le sentiment de communauté entre peuples et nations européennes. »

En décembre dernier, Tibor Navracsics, membre de la Commission chargé de l’éducation, de la culture, de la jeunesse et du sport, observait combien « Le patrimoine culturel est au coeur du mode de vie européen. Il définit qui nous sommes et crée un sentiment d’appartenance. Le patrimoine culturel n’est pas seulement fait de littérature, d’art et d’objets, on le trouve aussi dans les techniques qui nous sont transmises, dans les histoires que nous racontons, dans la nourriture que nous mangeons et dans les films que nous regardons. (…) Il nous permet de comprendre le passé et de construire notre avenir. » A l’annonce de la thématique sélectionnée, la Commission européenne se réjouissait déjà de la foison de coutumes et d’habitudes locales, y voyant des occasions d’échanges renforcés entre les communautés, un ferment de curiosité pour toutes les parties concernées. « La richesse de la diversité nationale, régionale et locale de l’Union européenne est de nature à favoriser les échanges entre personnes de tous âges, milieux sociaux et cultures. »

L’héritage chrétien au premier plan

Le concept d’une identité commune à travers des espaces différents n’est pas neuf pour les croyants. Comme le soulignait déjà en septembre 2017 Stefan Lunte dans la revue Europeinfos, « Il suffit de penser aux monastères bénédictins ou cisterciens, aux églises romanes, gothiques ou baroques, mais aussi aux routes de pèlerinages qui ont façonné la géographie humaine et culturelle de notre continent… » Le rayonnement des monastères a notamment assuré l’essor des connaissances avant même la création d’un espace européen transfrontalier. Il appartient aux catholiques d’être attentifs à ce vent contemporain favorable, en rendant leurs lieux de culte accessibles aux visiteurs en quête spirituelle. Au-delà des édifices-phares, il en est de plus humbles qui retiennent l’attention des passants. Accompagner dans leur intérêt patrimonial de jeunes visiteurs, moins enclins à suivre les offices ou carrément coupés de leurs racines, représente une formidable occasion de partager des connaissances mais aussi, et surtout, un témoignage de foi.

Angélique TASIAUX

Source

 

Conférences/Formations #NLQ

COMECE (Bruxelles), 31 janvier : Promouvoir l’Héritage Chrétien de l’Europe

image

Conférence de la COMECE

“Promouvoir l’Héritage Chrétien de l’Europe”

dans la cadre de l’Année Européenne de l’héritage culturel

COMECE, 31 Janvier 2018

Où et quand ?

Mercredi 31 janvier 2018 – de 9h30 à 16h30

Secrétariat de la COMECE, 19 Sq de Meeûs, B-1050 Brussels

image

Suite à la désignation par l’UE de 2018 comme Année Européenne de l’Héritage Culturel, la COMECE organise la conférence « Promouvoir l’héritage chrétien de l’Europe ». L’événement aura lieu au Secrétariat de la COMECE, le mercredi 31 janvier 2018.

L’Année européenne de l’héritage culture est une initiative très positive pour l’Europe qui pourrait représenter une belle opportunité pour l’Eglise de mettre en valeur son patrimoine et d’assurer une meilleure visibilité et une plus grande accessibilité du patrimoine religieux au public.

Dans un contexte de division et de questionnement au sein de l’Union européenne, l’année du patrimoine culturel pourrait également renforcer le sentiment de communauté entre peuples et nations européennes.

Parmi les intervenants, le Commissaire européen pour l’éducation, la culture, la jeunesse et le sport, M. Tibor Navracsics, mais aussi le Secrétaire du Conseil Pontifical pour la Culture, S.E. Mgr Paul Tighe.

Informations pratiques

 : : Inscrivez-vous maintenant ! : :

Contactez-nous :
Alessandro Di Maio
Responsable Presse
Website : www.comece.eu
E-Mail : press@comece.eu
Twitter : @ComeceEu
Facebook : Comece.eu
Instagram : bishopscomece
Tel : +32 (0)2 235 05 15

Doctrine / Formation #NLQ

Prévenir l’avortement en Europe : retrouvez les interventions du séminaire de l’ECLJ

Prévenir l’avortement en Europe :

Cadre légal et politiques sociales

L’ECLJ a organisé un séminaire européen de haut niveau, le 22 juin dernier à la Commission des épiscopats de la Communauté européenne (COMECE), à Bruxelles. Vous trouverez ci-dessous les liens vers les interventions écrites et vidéos de tous les participants du séminaire.

Voici la synthèse (Anglais) qui fut présentée : Preventing Abortion in Europe

10h Ouverture du séminaire

 

10h30 Première session : Cadre légal

Président : David Fieldsend, Président du CA de “Sallux”

 

14h Seconde session : Politiques sociales et bonnes pratiques

Président : Dr Grégor Puppinck, Directeur de l’ECLJ

  • Questions &Réponses

17h Conclusion du séminaire 

Dr Grégor Puppinck, Directeur de l’ECLJ

Source

Europe non francophone #NLH #NLQ

Vatican – Un congrès pour “relancer l’Europe”

L’Europe s’est une nouvelle fois invitée au Vatican : mardi 16 mai dans l’après-midi, les responsables de la Comece, (la Commission des Episcopats de la Communauté européenne) ont rencontré le Pape François à la résidence Sainte Marthe, où loge le Saint-Père. Une rencontre pour lui présenter un Congrès international qui sera organisé à Rome du 27 au 29 octobre prochain.

Co-organisé par la Secrétairerie d’Etat et la Comece, ce congrès verra la présence de nombreux leaders européens. Ils s’inscrit dans la dynamique des appels du Pape à Strasbourg et au Vatican, où François invitait à refonder l’Europe selon ses racines.

Une Europe où les chrétiens ont un rôle à jouer rappelle le père dominicain Olivier Poquillon, secrétaire général de la Comece dans cette interview pour Radio Vatican

 

A la une

UE – Présidence Maltaise – Dialogue avec les Eglises

Lu sur Cathobel

Le 6 janvier, une délégation conjointe de la Conférence des Eglises européennes (CEC) et de la Commission des Conférences épiscopales de l’Union européenne (COMECE) a été reçue par le Premier ministre de Malte, dont le pays assure, depuis le 1er janvier et pour six mois, la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne.

La réunion, qui s’est tenue en présence du Premier ministre maltais Joseph Muscat et de plusieurs membres de son gouvernement avait pour objectif d’échanger sur des sujets de préoccupation commune, en particulier les priorités de la présidence maltaise, notamment la migration, la politique de voisinage et l’inclusion sociale.

« La présidence maltaise du Conseil de l’Union européenne offre à notre pays l’occasion de donner une impulsion forte visant à revivifier la foi dans le projet européen », a déclaré l’archevêque de Malte, Mgr Charles J. Scicluna (2e à partir de la gauche sur la photo).

Les questions relatives à la migration et à l’accueil des réfugiés en Europe ont dominé les discussions. Les représentants du gouvernement et des Eglises ont souligné la nécessité de recadrer le débat public, en parlant notamment des avantages de la migration pour les sociétés européennes et en soulignant les opportunités d’accueillir en Europe ceux qui ont besoin de sécurité. Les Eglises ont également réitéré leur appel à l’amélioration des voies sûres et légales vers l’Europe, l’importance centrale de l’unité et de la réunification familiales, et le travail fourni par les Eglises dans les contextes locaux qui favorisent des rencontres enrichissantes avec les réfugiés.

La délégation de la CEC-COMECE a également encouragé le gouvernement maltais à adopter une approche holistique et globale lors de la mise en œuvre de ses priorités. Les réponses apportées aux problèmes de migration et à l’accueil des réfugiés devraient prendre en compte les causes profondes à l’origine du déplacement des populations, y compris les crises écologiques. Mettre en cohérence des politiques de l’Union européenne avec les objectifs de développement durable des Nations Unies constituerait une piste pour l’élaboration d’une approche plus solide et équilibrée en la matière.

La rencontre de la CEC et de la COMECE avec la présidence maltaise du Conseil de l’Union européenne s’est tenue sous l’égide de l’article 17 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Celui-ci engage l’UE à un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les Eglises et les communautés religieuses.

© Photos : COMECE

 

A la une #Dans le Monde #NLQ

Lutte contre la pauvreté : les 6 recommandations des évêques à l’Union Européenne

La COMECE vient de publier une déclaration à l’intention de l’UE et des Etats membres afin de les inviter à avoir une approche intégrale de la pauvreté.

Après un rapide état des lieux qui souhaite mettre en lumière les plus grandes victimes de la pauvreté, viennent 6 recommandations d’ordre plutôt général qui font plutôt figures de grandes postures que de recommandations. Leur caractère vague et générique pourrait donner libre court à de nombreuses interprétations, selon le sens que chacun donne aux mots.

En revanche, les deux dernières recommandations vont, elles, à contre courant de la société actuelle :

 

5-  les familles comme des acteurs clés de la société. Les enfants vivant dans des ménages pauvres sont exposés à des obstacles importants qui limitent leurs possibilités dès la petite enfance. Nous recommandons de garantir l’égalité d’accès à l’éducation et de soutenir les parents isolés ainsi que les familles pauvres et nombreuses. En cas de difficultés, la famille est le premier recours. L’UE se doit donc de lui apporter un soutien plus important, de veiller à son unité et de promouvoir des politiques centrées sur elle.

 

6- Favoriser le dialogue et la coopération. Nous invitons l’UE à favoriser le dialogue et la coopération avec tous les acteurs concernés. Ce dialogue devrait inclure les Eglises et leurs organisations mais avant tout donner la priorité aux pauvres, « non comme à un problème, mais comme à des personnes qui peuvent devenir sujets et protagonistes d’un avenir nouveau et plus humain pour tous ».

 

Dans le Monde #En Europe #Europe non francophone #NLQ

La COMECE veut “repenser l’Europe”

La COMECE, à ne pas confondre avec la CCEE, tient actuellement son assemblée plénière à Bruxelles, sur le thème « la détresse des pauvres en Europe et les stratégies de l’UE pour éradiquer la pauvreté ».

En attendant les conclusions de ses travaux à huis-clos, un communiqué de Presse rapporte le discours du card. Marx, son président, aux positions très controversées sur la famille. Le cardinal pointe les déficiences d’une Europe en panne et annonce

 

En tant que voix de l’Eglise catholique dans l’Union européenne, la COMECE organisera un Congrès de haut niveau à Rome à l’automne 2017 sur le thème « Repenser l’Europe » permettant à des évêques et d’autres chrétiens de discuter avec des décideurs politiques le futur du projet d’intégration politique. Le Cardinal Marx a ajouté à ce propos : « La tâche qui nous incombe, en tant que membres de la COMECE, n’est pas de chercher des solutions dans le passé, en rebroussant chemin, mais, conscients des richesses du passé, de les trouver dans le futur, en regardant avec confiance vers l’avenir. »

L’Europe en panne est une grande préoccupation de l’Eglise et du Saint-Père en particulier. Sur quels fondements repenser une Europe qui aujourd’hui se construit contre ses racines chrétiennes et se trouve confrontée à la pression islamique autant qu’au trans atlantisme d’essence protestante ?

 

En Europe #Europe non francophone

Le cardinal Bagnasco, nouveau président du Conseil des conférences épiscopales d’Europe

Le cardinal italien Angelo Bagnasco a été élu samedi 8 octobre président de la CCEE, le Conseil des Conférences Episcopales d’Europe, lors de l’assemblée plénière qui se tient ces jours-ci dans la principauté de Monaco. Actuellement archevêque de Gènes et président de la conférence épiscopale italienne, le cardinal Bagnasco, succède à l’archevêque de Budapest le cardinal Peter Erdö dont il était jusqu’ici le vice-président. Il a été élu pour un mandat de cinq ans, jusqu’en 2021.

Au menu de l’assemblée plénière qui s’est ouverte le 6 octobre et qui s’achèvera ce dimanche, les membres de la CCEE devaient notamment réfléchir sur les défis de l’Eglise d’Europe aujourd’hui mais aussi de celle sur les autres continents ainsi que sur le dialogue avec l’Eglise orthodoxe. Le 7 octobre, le président de l’Observatoire sur l’intolérance et les discriminations des chrétiens en Europe a présenté son rapport 2015, mettant notamment en avant les discrimination d’ordre légal comme la fermuture de 10 sur 12 agences catholiques d’adoption en raison de leur opposition à l’adoption pour des couples homosexuelles.

Les évêques participant à cette assemblée se sont par ailleurs rendus à Nice dans la soirée du 7 octobre pour se recueillir devant le mémorial improvisé en hommage aux 86 victimes de l’attentat terroriste du 14 juillet.

Source News.VA