Articles #Livres #NLH #NLQ

EVENEMENT : Sortie des “Carnets”, derniers écrits inédits de Maria Valtorta

« Les Carnets » de Maria Valtorta

Évènement littéraire chrétien de cette fin d’année

 

« Les Carnets », derniers écrits inédits de Maria Valtorta, sont publiés le 13 décembre par le Centro Editoriale Valtortiano.

 

« Les Carnets » rassemblent les derniers écrits de Maria Valtorta encore inédits en français. Ils ont été publiés dès 2007 en italien sous le titre « Quadernetti  ». Cette traduction est attendue par les lecteurs francophones de cette mystique catholique italienne, qui a reçu de nombreuses visions et dictées de Jésus-Christ. Hormis sa correspondance encore non traduite, l’intégralité des écrits de Maria Valtorta est donc désormais disponible en langue française.

« Les Carnets » — principalement des dictées de Jésus — complètent les trois tomes des « Cahiers » (Cahiers de 1943, de 1944, et de 1945 à 1950). Ils proviennent de textes rédigés entre 1943 et 1954, certains non-datés, provenant de feuilles volantes et de petits carnets découverts au début des années 2000 dans la maison où est décédée Maria Valtorta en 1961.

Thèmes abordés : • Les premiers temps de l’Eglise • Crise de l’Eglise • Commentaires de Jésus sur le Notre-Père et le Je vous salue Marie • Conseils pastoraux • Précisions sur certains textes évangéliques • Messages de Marie • En annexe, des révélations sur l’emplacement du tombeau de St Pierre.

Extraits en ligne : http://bit.ly/extraits-carnets

  • Disponible en librairie le 13 décembre 2018
  • 300 pages / 22,90 €
  • Format 14,5 x 21 cm
  • Prix 22,90 €
  • Edité par le Centro Editoriale Valtortiano

A noter, un nouveau site français, réalisé par l’association Marie de Nazareth, vient d’être mis en ligne : www.valtorta.fr

A la une #NLQ

L’édito – Réseaux sociaux et commentaires : Peut-être aller au-delà du titre ?

L’ingratitude du Net ne tient pas seulement à l’aridité d’un travail derrière l’écran ou au très solitaire travail de bénédictin à la recherche des bonnes informations, mais aussi à l’interaction non moins solitaire et anonyme des internautes. Outre les réactions violentes et épidermiques, que nous constatons très peu parmi les commentaires de nos articles (les spécialistes disent que cela témoigne d’une grande qualité de lectorat), le plus frappant est le nombre de commentaires fondés sur la seule lecture du titre. Si bien de nos articles, notamment en ce qui concerne la revue de presse du monde catholique, peuvent se suffire du titre que nous essayons de rendre le plus explicite possible, bien des réactions trouveraient leurs réponses à la lecture de l’article complet. Sur bien des sites, les commentaires sont surtout prétextes à s’attribuer une tribune pour parler de sujets parfois très éloignés de l’article lui-même. Il apparait, en revanche que nos lecteurs sont plus sobres. Mais nous ne pouvons qu’encourager à lire l’article avant de parfois sur-réagir. L’affaire MacCarrick est bien évidemment particulièrement concernée par cette invitation tant le sujet est moins binaire qu’il n’y parait.