Articles #Doctrine / Formation #NLH #NLQ

Méditation de carême avec un séminariste de la Communauté Saint-Martin

Chaque jour : Écouter la méditation d’un séminariste  en cliquant ici

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Conférence de Don Paul Préaux : “Aimer c’est tout donner et se donner soi-même” le 10 janvier 2019 à Bayonne (64)

A l’invitation du service diocésain de la Pastorale familiale, se tiendra le jeudi 10 janvier 2019 à 20h15 à la maison diocésaine de Bayonne (10 avenue Jean Darrigrand) une conférence exceptionnelle de Don Paul Préaux (modérateur général de la Communauté Saint-Martin) sur le thème : “Aimer c’est tout donner et se donner soi-même”.
Venez nombreux !
Renseignements : g.dalancon@diocese64.org

En France #NLQ

L’abbé Ayliès ne démissionne plus

Après la nomination de Mgr Le Vert comme évêque auxiliaire de Bordeaux, le cardinal Ricard avait reçu la lettre de démission de l’abbé Ayliès. Ce dernier posait sa démission pour protester contre l’arrivée de l’ancien membre de la communauté Saint-Martin. Il avait aussi fait des siennes lors de l’arrivée dans le diocèse de Bordeaux de l’Institut du Bon Pasteur.

Après plusieurs rencontres, l’abbé Ayliès est maintenu dans sa paroisse.

Le cardinal Ricard communique :

Un certain nombre de personnes, laïcs ou prêtres, ont manifesté leur opposition à l’arrivée de Mgr Jean-Marie Le Vert comme mon évêque auxiliaire. Des rumeurs circulent et contribuent à la désinformation. Une pétition demande que “les baptisés-confirmés” soient davantage entendus. Voici quelques informations et quelques questions qui permettent un vrai débat, aident à la réflexion et peuvent servir la communion dans le peuple de Dieu.

1- Des faits.

Prêtre du diocèse de Tours après avoir quitté la communauté Saint Martin, nommé évêque auxiliaire de Meaux et ensuite évêque de Quimper, Mgr Jean-Marie Le Vert a dû démissionner de sa charge le 12 mai 2014. Le climat très tendu des relations avec un certain nombre de ses collaborateurs et de ses diocésains ne lui permettait plus d’exercer sereinement son ministère épiscopal.

Ses parents habitant en Dordogne, il vient résider à Bordeaux métropole ce qui facilite ses déplacements puisqu’il continue à travailler avec les instances nationales de l’Enseignement Catholique, à KTO et dans le cadre des formations sur l’approche appréciative. Par Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon, il se voit confier le suivi de Points-Cœur, ONG catholique internationale alors en grande difficulté.

Après trois ans sans ministère épiscopal effectif, le pape François m’a demandé de l’accueillir dans notre diocèse comme mon auxiliaire. Les nominations d’auxiliaire par le pape se font de deux manières : soit l’évêque titulaire le demande au pape (c’est ainsi que nous avons accueilli Mgr Bertrand Lacombe) soit c’est le pape lui-même qui le demande (c’est le cas de Mgr Le Vert).

Dans les motifs invoqués par le Saint-Siège il a paru bon que Mgr Le Vert retrouve une place dans le collège épiscopal et que, sous l’autorité de l’archevêque de Bordeaux, il puisse servir à nouveau le peuple de Dieu comme évêque.

En acceptant la demande du Saint-Père j’envisage de confier à mon nouvel auxiliaire quelques missions particulières. Mais il n’est pas nommé vicaire général, comme l’est Mgr Lacombe.

Depuis déjà trois ans, il intervient, au sein d’une équipe avec un prêtre et un laïc, dans la formation permanente des jeunes prêtres (ordonnés depuis moins de 5 ans) et il continuera cette mission.

Concernant la mise en place de notre Synode diocésain, deux événements vont ponctuer sa réception dans les mois qui viennent : à la Pentecôte, les actes synodaux seront proclamés au cours de la fête Missio 2018. À la rentrée prochaine, une grande assemblée de tous les acteurs de la pastorale (prêtres, diacres, religieux, laïcs et évêques) se réunira pour travailler à sa mise en œuvre. Les compétences acquises par Mgr Le Vert dans le cadre de Talenthéo pourront être utiles à ceux et celles qui, sous mon autorité, auront en charge la mise en place des décisions synodales.

2- Des questions

Certains pensent, qu’après ses difficultés de gouvernance dans le diocèse de Quimper, Mgr Le Vert ne devrait pas retrouver une charge d’évêque. L’ordination épiscopale, comme le baptême et la confirmation, marque à tout jamais celui qui la reçoit. L’évêque serait-il la seule personne qui ne pourrait bénéficier d’une seconde chance ou d’une réinsertion tellement demandées par ailleurs pour tous les autres ?

D’aucuns se plaignent du cléricalisme qui reviendrait en force notamment chez les jeunes prêtres. Le cléricalisme est une maladie que le pape François se plaît à dénoncer souvent. Cela consiste à faire peser sur les autres de manière indue une autorité liée à sa fonction ou à sa charge. Cette maladie de l’autorité touche tous les états de vie : évêques, prêtres, diacres, religieux, religieuses, laïcs ; elle est malheureusement trop répandue. Un des symptômes majeurs de sa manifestation est la revendication de sa place.

Depuis le concile Vatican II, qui a mis en lumière l’Église comme peuple de Dieu, l’Esprit travaille au sein de nos communautés pour que chacun trouve la place qui lui permette d’annoncer le Royaume de Dieu. Ainsi dans sa famille, sa profession, ses engagements dans la société, ses participations aux différents services ecclésiaux, un chrétien exerce son baptême et sa confirmation au cœur du monde et de l’Eglise comme un ferment.

Pendant des siècles, le clergé a confisqué à son avantage une grande partie des responsabilités qui sont l’apanage de tous. Mais si tous sont responsables de la Mission de l’annonce de l’Evangile, tous ne sont pas responsables dans l’Eglise de la même façon. Selon les dons de chacun, certains sont catéchistes, organistes, militants de mouvements, enseignants, docteurs, etc… d’autres reçoivent une mission ecclésiale par lettre de mission de l’évêque et participent, pour un temps et dans un domaine particulier, à l’exercice de la charge ecclésiale. D’autres enfin sont ordonnés (évêques, prêtres et diacres), pour signifier à vie la dimension de service qui structure toute l’Eglise. Evêques et prêtres signifient que c’est le Christ qui conduit son Eglise comme le pasteur unique de son peuple. Cette symphonie des charismes et des ministères est un travail de longue haleine, de recherche et d’humble fidélité à ce que l’Esprit donne à notre Eglise diocésaine pour accomplir son service au milieu des hommes.

Le concile Vatican II, dans la constitution sur l’Eglise Lumen Gentium, a contemplé le mystère d’unité du Père et du Fils et du Saint Esprit comme source de communion dans l’Eglise. Il rejoint ainsi l’injonction du Christ en Saint Jean : “Que tous soient un, afin que le monde croie !”

L’urgence de la communion ne supprime en rien le débat et le dialogue nécessaires ; de nombreuses instances existent dans notre diocèse et dans nos communautés pour les vivre. Notre synode diocésain en a été une belle illustration et un beau consensus a pu se dégager lors de la dernière assemblée de janvier dernier.

Débattons, cherchons ensemble !  Oui, pour l’annonce de l’Evangile ! Ressourçons- nous ensemble dans la prière, l’accueil de la Parole de Dieu, les textes conciliaires et synodaux. Attention aux faux conflits de générations, aux fausses disputes qui blessent les frères. Agissons contre le mal en nous et autour de nous afin que le monde croie en Celui que le Père a envoyé, le Christ, le Ressuscité, le Fils et notre frère.

Source : Riposte-catholique

En France #NLQ

France : Appel aux ordres de huit nouveaux prêtres et de neuf nouveaux diacres pour la communauté Saint-Martin

Don Paul Préaux, Modérateur général de la Communauté Saint-Martin à décidé, après avoir recueilli le vote du Conseil de séminaire ainsi que du Conseil de Communauté, d’appeler aux ordres 8 futurs prêtres et 9 futurs diacres, qui recevront l’ordination le 23 juin à la basilique d’Évron.

Seront ordonnés prêtres don Paul Cossic, don Antoine Barlier, don Axel de Toulmon, don Jérôme Bertrand, don Xavier Camus, don Benoît Thocquenne, don Matthäus Trauttmansdorff, don François-Xavier Pecceu.

Seront ordonnés diacres Rémi Marchal, Raphaël Simonneaux, Armand d’Harcourt, Alexis Germon, Clément de Monck d’Uzer, Amaury Vuatrin, Jean Parlanti, Stéphane Fernandes, Grégoire de Lambilly.

Source : Communauté Saint-Martin

En France #NLH #NLQ

Vidéo – Découvrez le séminaire de la communauté Saint-Martin

Le séminaire de la Communauté Saint-Martin est le premier de France, avec 102 jeunes. Les prêtres de la Communauté sont ensuite envoyés par trois dans les paroisses. La vie communautaire est le fondement de cette Communauté. Leur vie intérieur est intense, ils affectionnent le latin, portent la soutane et dépendent de Rome. La Communauté Saint-Martin est « classique » mais nullement « traditionaliste ». Pourquoi la Communauté Saint-Martin attire-t-elle autant de jeunes ? Quel est son fonctionnement ? Quelles en sont les limites ? Une coproduction KTO / IMAGINE 2016. Réalisé par Jean-Baptiste Farran.

A la une #En France

11 Ordinations diaconales et sacerdotales le 24 Juin à la Communauté Saint Martin

Le 24 juin 2017 ont été célébrées en la Basilique d’Evron (Mayenne) 11 ordinations sacerdotales et diaconales pour la Communauté Saint-Martin  par son Excellence Monseigneur Thierry Scherrer, évêque de Laval.

117 prêtres étaient présents, membres et amis de la Communauté, entourés de 1500 fidèles.

 

Pour cette célébration solennelle en la basilique Notre-Dame de l’Épine, nous avons été honorés de la présence de Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique en France, de Mgr Ruben Darío Ruiz Mainardi, Premier Conseiller de la nonciature à Paris, de Mgr Francis Bestion, évêque de Tulle, de Mgr Jacques Habert, évêque de Séez, de Mgr Renauld de Dinechin, évêque de Soissons, des Très Révérends Pères Philippe Piron, père abbé de l’abbaye Sainte-Anne de Kergonan, Mario A. Aviles, procurateur général de l’Oratoire de Saint Philippe Néri, Felix Selden, délégué du Saint-Siège auprès de l’Oratoire de Saint Philippe Néri ; de Mgr Didier Boulay, vicaire général du diocèse de Blois, représentant Mgr Batut.

 

Ont été ordonnés prêtres :

Don Pierre Gazeau, 26 ans, originaire de Poitiers, prêtre nommé à Cellettes

Don Xandro Pachta-Reyhofen, 31 ans, originaire de Vienne (Autriche) prêtre nommé à Soissons

Et don Phil Schulze Dieckhoff, 29 ans originaire d’Aix-la-Chapelle (Allemagne), prêtre nommé à Fayence.

 

Ont ordonnés diacres en vue du sacerdoce :

Don Paul Cossic, 26 ans, originaire de Clermont-Ferrand, diacre nommé à Trélazé – Saint Barthelémy

Don Antoine Barlier, 26 ans, originaire de Paris, diacre nommé à Arles

Don Axel de Toulmon, 28 ans, originaire d’Orléans, diacre nommé à Dijon

Don Jérôme Bertrand, 25 ans, originaire d’Aix en Provence, diacre nommé à Blois

Don Xavier Camus, 16 ans, originaire de Bourges, diacre nommé à Mortagne-Tourouvre

Don Benoît Thocquenne, 26 ans, originaire de Caen, diacre nommé à Soissons

Don Matthäus Trauttmansdorff, 30 ans, originaire de Vienne (Autriche), nommé diacre à Laval

François-Xavier Pecceu.27 ans, originaire de la région parisienne, diacre nommé au Puy en Velay.

 

Extraits de l’homélie de Monseigneur Thierry Scherrer, Evêque de Laval

 

« Diacres, soyez des serviteurs généreux et désintéressés, les serviteurs des plus petits ; prêtres, ne paissez pas votre troupeau la tête haute, dans l’esprit de ceux qui commandent et qui dominent ; mais paissez-le avec humilité, à la manière de Jésus, dans le service humble et plein d’amour du lavement des pieds. Celui qui disait de Jésus qu’il n’était « pas digne de dénouer la courroie de ses sandales » est aussi celui qui a déclaré : « Il faut qu’il grandisse et que moi, je diminue ». Que c’est beau ! Ces mots doivent devenir votre devise, votre règle de vie.

(…)

Frères et soeurs, la joie de cette solennité est la nôtre. C’est la joie de celles et ceux qui se savent aimés de Dieu, choisis et élus par Lui dans la riche prodigalité de son Amour. Avec nos amis qui entrent aujourd’hui dans l’ordre des diacres et des prêtres, c’est notre Église qui se réjouit de la grandeur du don de Dieu, c’est notre Église qui est comme soulevée par la conviction qu’aujourd’hui encore, Dieu n’abandonne pas son peuple, qu’il continue d’appeler des jeunes à le suivre pour être, avec lui, collaborateurs de sa mission de salut. »

 

Mgr Luigi Ventura, Nonce apostolique en France

 

  « Cette rencontre est une occasion propice pour vous saluer prêtres et séminaristes et tous les membres de la Communauté.

Depuis mon arrivée en France, j’ai suivi la vie de votre jeunes Institut. Je connais un peu l’inspiration du fondateur le père Jean-Francois Guerin, le parcours géographique et le chemin pas toujours facile, parfois mal compris, que vous avez connu.

 

Maintenant, on peut dire que votre présence dans l’Eglise a toute sa place, et elle a été reconnue par le Saint-Siege. Votre charisme est un don et une grâce pour l’Eglise. La Communauté a grandi et vous êtes le signe, entre autre, du dynamisme et de la force de l’Esprit, toujours à l’oeuvre pour renouveler la face de la terre. L’identité de votre Communauté est bien connue : amour et fidélité à l’Eglise, vie de communauté fraternelle, joyeux engagement pastoral, soutenu par la prière communautaire.

 

 

Je voudrais vous transmettre la proximité spirituelle du pape François, son affection, sa prière et sa bénédiction apostollique qu’Il adresse à vous tous et en particulier à ceux qui ont été ordonnés prêtres et diacres. Avec les mots de saint Jean-Paul II, mais aussi du pape François, je voudrais vous inviter à ne pas avoir peur. (…) Faites confiance à Jésus, à son appel, laissez-vous aimer par son cœur plein d’amour pour chacun de vous, cherchez – malgré tout – à Lui répondre avec votre amour toujours plus fort, toujours plus généreux, pour que son règne d’amour vienne sur la terre aujourd’hui et demain. »

Source communiqué de la Communauté Saint-Martin

Tribunes et entretiens

Entretien – Don Paul Préaux – La communauté Saint-Martin à Arles et Brive-le-gaillarde

En septembre prochain, la communauté Saint-Martin s’installera dans deux diocèses : Arles et Brive-la-Gaillarde. Les évêques de différents diocèses font appel à la Communauté depuis de nombreuses années pour repeupler leurs paroisses de prêtres. Elle a déjà 22 ministères.

L’Homme nouveau a interrogé Don Paul Préaux, modérateur général de la communauté.

Pourquoi avoir accepté de vous implanter en Arles et à Brive-la-Gaillarde ?

Nous avons accepté de nous implanter dans le diocèse de Tulle, à Brive-la-Gaillarde puisque nous avons compris, quand nous avons rencontré l’évêque, que depuis 20 ans, il n’y avait pas eu de prêtre ordonné et qu’il y avait un grand besoin, urgent, d’avoir des prêtres. De plus, le projet qu’il nous a confié correspondait tout à fait à ce que nous sommes et il y a donc eu une possibilité d’une nouvelle implantation. À Aix-en-Provence, Monseigneur Dufour nous a beaucoup touché puisque ça fait de nombreuses années qu’il nous appelle. Nous avons pris le temps de discerner et il nous a proposé de nombreux lieux. Monseigneur Dufour insiste énormément sur la mission : « soyez des missionnaires ». Nous savons qu’Arles est très déchristianisé, nous allons donc essayer d’apporter un nouvel élan missionnaire.

Vous êtes de plus en plus demandé dans les différents diocèses, comment expliquez-vous cet appel des évêques ?

Le premier motif est un manque général de prêtre en France, c’est un fait objectif. Le deuxième, est peut-être une douce consolation, c’est que les frères sur le terrain font bien leur travail, un fait plus subjectif. Comme les frères travaillent bien en faisant leur « boulot », ça porte du fruit, les paroisses sont heureuses et les évêques en voyant cela nous demande de nous implanter dans certaines de leurs paroisses. Nous essayions de nous inscrire dans une pastorale plus missionnaire en faisant de l’innovant tout gardant notre attachement à la Tradition.

Vous envoyez généralement trois ou quatre prêtres et diacres dans un diocèse, qui part en septembre pour Arles et Brive-la-Gaillarde ?

À Arles, diocèse d’Aix-en-Provence, il y aura trois prêtres et un diacre. Le curé sera Don Jean-Yves Urvoy et deux vicaires l’accompagneront, Don Ludovic Level et Don Braulio Acosta. Mais également un séminariste qui sera ordonné diacre dans une semaine, Antoine Barlier. Tandis qu’ à Brive-la-Gaillarde, il y aura Don Géris Sellier comme curé, Don Mathieu de Neuville et Don Nicolas Clappier l’accompagneront comme prêtres, ainsi qu’un séminariste, Théophile Legrand.

Bientôt de nouveaux diocèses à « conquérir » pour la communauté ?

Nous avons à peu près une trentaine d’évêques qui nous appellent en France et 25 à l’étranger et nous en sommes très heureux parce qu’il y a énormément de choses à faire. Pour cette année, nous nous implantons en Arles et à Brive-la-Gaillarde, nous verrons pour septembre prochain…

Pour aller plus loin : Communauté Saint-Martin, 8, place de la Basilique, B.P. 110, 53600 Evron. Tél. : 02 43 26 12 00.

 

NLQ #Rome

Visite ad limina – Cuba retrouve peu à peu des structures ecclesiales

Le pape a reçu les évêques cubains le 4 mai 2017, à l’occasion de leur visite « ad limina », au Vatican. A l’issue de cette rencontre, le président de la Conférence épiscopale, Mgr Dionisio Garcia Ibanez, archevêque de Santiago de Cuba, fait le point sur la situation de l’île des Caraïbes, à l’antenne de Radio Vatican en italien.

Il évoque notamment le voyage du pape à Cuba, en septembre 2015, qui a été « une rencontre avec le peuple cubain… une rencontre intense de l’Église avec le peuple ».

Aujourd’hui, souligne-t-il, « Cuba attend des changements » : « le peuple peut vivre dans de meilleures conditions, spirituelles et matérielles… les choses doivent changer » car « une société ne peut rester paralysée ». Et Mgr Dionisio Garcia Ibanez d’appeler de ses vœux « des changements économiques et sociaux » mais aussi « culturels » et « politiques ».

Il note cependant des évolutions positives : « il y a un plus grand accès de la population aux nouvelles technologies de communication et cela produit un changement culturel qui est la condition pour tout autre changement parce que les personnes peuvent changer leurs critères de jugement ». Il y a aussi, ajoute-t-il, « une plus grande compréhension du fait religieux et par conséquent le peuple exprime sa foi ».

Si « les Cubains sont un peuple religieux », il y a « peu de formation à la foi », explique Mgr Dionisio Garcia Ibanez. Et les vocations « ne sont pas suffisantes ».

Il se réjouit enfin que l’Eglise retrouve peu à peu des structures ecclésiastiques : « Le processus n’en est qu’à ses débuts. C’est déjà très positif. Dans certains diocèses, quelques immeubles ont été restitués … Nous travaillons avec l’État pour …. avoir les espaces pour le culte dont nous avons besoin. En attendant, nous avons des maisons de prière, ou plutôt les fidèles mettent à la disposition de leur communauté leurs habitations pour se réunir. Il n’y a pas les églises paroissiales avec leurs structures pastorales, mais l’Église vit quand même ».

Source et  traduction Zenit

Voir notre article sur la paroisse de Placetas tenue par la communauté saint-Martin

Brèves

Don Jean-Rémy Lanavère, reçoit le prix de Lubac pour sa thèse sur la dimension politique de la loi naturelle chez Saint Thomas

Lundi 27 février, le jury du Prix de Lubac s’est réuni à l’Ambassade de France près le Saint Siège, durant près de deux heures trente, pour attribuer deux prix, l’un récompensant un travail doctoral en langue française, l’autre un travail doctoral en langue étrangère, soutenus dans l’une des universités pontificales romaines.

1) Le prix en langue française a été attribué, à l’unanimité, à Monsieur l’Abbé Jean-Remy LANAVERE, pour sa thèse sur La dimension politique de la loi naturelle chez Saint Thomas d’Aquin soutenue à la faculté de philosophie de l’Université pontificale du Latran en co-tutelle avec l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Une somme de 3000 euros sera remise à l’auteur de ce travail doctoral. Don Jean Rémy, professeur au séminaire de la communauté à Evron, plein de sagesse et d’humour, il est connu pour la rigueur et la fraîcheur de ses présentations philosophiques.

Par ailleurs, le jury a souhaité attribuer une mention spéciale à Monsieur l’Abbé Bertrand LESOING pour son travail intitulé Vers la plénitude du Christ. Louis Bouyer (1913-2004) et l’œcuménisme, soutenu à la faculté de théologie de l’Université pontificale du Latran

2) Ce même jury a attribué le prix pour le doctorat en langue étrangère à Madame Angela-Maria LA DELFA pour sa thèse intitulée Le Rivelazioni di Santa Brigida di Svezia e l’iconografia : il caso dei van Eyck, soutenu à la faculté d’histoire et biens culturels de l’Eglise de l’Université pontificale Grégorienne. Le jury, souverain et jugeant en unique ressort, a choisi d’octroyer une somme de 3000 (trois mille) euros à la lauréate, en lieu et place de la prise en charge des frais de traduction de son travail en langue française.

Il a par ailleurs accordé une mention spéciale à Monsieur l’Abbé Christian Barone, pour sa thèse intitulée Natura, Grazia, Gloria : l’uomo nell’evoluzione della teologia del Verbo Incarnato di Pierre de Bérulle, soutenue à la faculté de théologie de l’Université pontificale Grégorienne.

Le Jury comprenait

  • Monsieur le Cardinal Paul Poupard, Président émérite du Conseil pontifical de la culture. Président du Jury
  • Soeur Isabelle Bochet, Professeur à la Faculté de philosophie, Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris, membre du CNRS
  • Père Serge Thomas Bonino op, Doyen de la faculté de philosophie, Université Saint Thomas d’Aquin. Secrétaire de la commission théologique internationale. Rome
  • Monsieur Denis Moreau, Professeur des universités, Université de Nantes
  • Père Nicolas Steeves, sj, Professeur de la faculté de théologie, Université Pontificale Grégorienne
  • Père Laurent Touze, Professeur à la faculté de théologie, Université de la Sainte-Croix. Rome
  • Monsieur Emmanuele Vimercati, Doyen de la faculté de philosophie, Université pontificale du Latran. Rome

 

Agenda / Annonce #NLQ

Retraite sacerdotale à Lourdes avec la communauté Saint-Martin

RETRAITE SACERDOTALE

Du 15 au 21 janvier 2017 à Lourdes – Prêchée par S. Exc. Monseigneur Luc RAVEL, évêque aux Armées Françaises
Thème : « La splendeur du sacerdoce dans la boue des tranchées. Plus prêtre qu’avant : comment le poids écrasant de la Grande Guerre a fait jaillir les plus extraordinaires qualités sacerdotales »

La Communauté Saint-Martin est heureuse de pouvoir inviter à la retraite sacerdotale organisée pour les membres de la Communauté et ouverte à tout prêtre qui souhaite y participer. Cette proposition veut offrir à tous nos confrères un temps de recueillement et d’enseignement dans une ambiance silencieuse et fraternelle avec au cœur de chaque journée une vie liturgique soignée, dans le but de contribuer au renouvellement de leur vie sacerdotale et pastorale.

Cette année,  S. Exc. Monseigneur Luc Ravel, évêque aux Armées Françaises, assurera la prédication de cette retraite. L’objectif est d’enrichir notre vie spirituelle en vue d’une plus grande fécondité de notre ministère pastoral.

01

Source