A la une #NLH #Tribunes et entretiens

“Il choisira lui-même sa religion”, sur les parents qui ne baptisent pas leur enfant

Un article de Mgr de Germay, évêque d’Ajaccio sur le site internet de son diocèse :

La Corse s’enorgueillit volontiers de ne pas avoir renié ses racines chrétiennes. Pourtant, comme l’indique le nombre d’enfants catéchisés, la transmission de la foi a chuté. En échangeant avec de jeunes parents, je m’aperçois qu’ils sont parfois mal à l’aise avec cette notion de transmission. « Il choisira lui-même sa religion, me disent certains, pourquoi lui imposer la foi chrétienne ? » D’autres décident de faire baptiser leur enfant mais lui laissent ensuite le choix d’aller ou non au catéchisme : « S’il ne veut pas y aller, je ne le force pas. »

Derrière ces réactions, on peut voir en positif l’idée qu’il existe un lien étroit entre foi et liberté. Elles manifestent cependant une vision souvent faussée de la liberté. Dans notre société marquée par l’individualisme, on s’imagine parfois que, pour être libre, il faut choisir à partir de soi-même, sans aucune influence ou conditionnement. C’est la vision d’une liberté automatiquement acquise et qui s’exerce à partir de rien. Mais en réalité notre liberté ne s’acquiert que progressivement, non pas à partir de rien, mais à partir d’un « donné » que nous n’avons pas choisi. Nous n’avons pas choisi de naître, nous n’avons pas choisi nos parents, notre sexe, notre langue maternelle, etc. Tous ces « conditionnements » ne sont pas des obstacles à notre liberté, ils en constituent le socle. A partir de là, l’éducation doit permettre à l’enfant de grandir en liberté.

Tout cela, d’ailleurs, rejoint le bon sens. On sait bien qu’un enfant n’a pas la même capacité à faire des choix à 5 ans et à 15 ans. Il ne viendrait pas non plus à l’esprit de dire « je ne vais pas imposer à mon enfant d’aller à l’école » parce qu’on sait bien qu’il n’a pas la maturité suffisante pour faire ce choix. De même, qui pourrait dire : « Je ne vais pas transmettre mes valeurs à mon enfant, je préfère qu’il choisisse les siennes » ? Eduquer consiste à ouvrir un chemin, à orienter l’enfant vers ce que l’on pense être bon pour lui. Si au départ, sa « marge de manœuvre » est très étroite, elle grandit au fur et à mesure qu’il devient capable de discerner, de choisir et d’accomplir le bien. Et lorsque l’enfant s’approche de l’âge adulte, les parents s’effacent progressivement, acceptant parfois qu’il fasse des choix différents des leurs.

Il en va de même pour la transmission de la foi. Si nous croyons vraiment que Jésus est celui qui vient nous rendre libres et nous sauver, comment ne pas avoir le désir de le faire connaitre à nos enfants ? Le baptême d’un petit enfant rappelle que Dieu prend l’initiative de la rencontre. Mais ce don de Dieu appelle une réponse de notre part. C’est pourquoi le baptême non suivi d’une éducation chrétienne est un non-sens. Il faut permettre à l’enfant de découvrir ce Dieu d’amour afin qu’il puisse, en grandissant, accueillir dans la foi le don de Dieu et choisir de vivre en disciple du Christ. L’éducation chrétienne ne consiste donc pas à faire en sorte que l’enfant ait « fait ses communions » — comme s’il s’agissait de diplômes — mais à susciter, encourager et soutenir une relation personnelle avec le Christ qui va donner un sens à sa vie et lui permettre de s’épanouir.

Il reste évidemment un autre facteur à prendre en compte : la foi des parents. En lisant cet article, peut-être vous demandez-vous : est-ce que j’y crois vraiment ? Si tel est votre cas, lancez-vous dans l’aventure de la transmission de la foi ! Vous verrez que votre enfant n’en sera pas le seul bénéficiaire. Vous-même pourrez faire un bel itinéraire spirituel et vous émerveiller devant le Dieu de Jésus-Christ qui nous rend vraiment libres !

 

Conférences/Formations #NLH #NLQ

L’Esprit des Voix, festival et académie de musique sacrée à Annecy (74) du 13 au 18 août 2018

Festival et Académie de Musique Sacrée du 13 au 18 août sur le Grand Annecy avec l’Ensemble Vocal du CHOEUR de la SOCIETE PHILHARMONIQUE de Saint-Pétersbourg, le CHOEUR OXFORD VOICES. Yousra DHAHBI, Jean-Paul POLETTI et
le Choeur d’Hommes de Sartène (Corse)… Une académie pour s’initier aux techniques musicales associé à un festival pour le plaisir des oreilles…

 

Dans l’écrin de beauté des paysages du Lac d’Annecy, L’Académie  vous propose de vous initier aux techniques musicales pour les découvrir, les approfondir, les perfectionner….

LA FORMATION  : Master-class et stages pour chanteuses et chanteurs de bon niveau. Atelier pour animateurs de chant, choristes amateurs et familles.

LA MASTER-CLASS : Pour l’interprétation des Vêpres de Rachmaninov dirigée en alternance par Yulia Khutoretskaya et Mark Shepherd du 15 au 18/08 accueillant 35 à 40 chanteuses et chanteurs qui participeront au concert final. A l’abri du pèlerin. Basilique de la Visitation d’Annecy. La durée de la master-class est de 4 jours. Un certificat sera remis à l’issue de la master-class.

LES STAGES :

POLYPHONIES CORSES orales et savantes avec les membres du Choeur d’Hommes de Sartène, dirigé par Jean-Paul Poletti les 16 et 17/08 pour 20 à 30 stagiaires. Salle Notre-Dame et Cathédrale Saint-Pierre Annecy

LITURGIE CHANTEE  : Animée par Jean-François Duchamp du 16 au 19/08 pour 20 à 25 stagiaires au Centre Jean XXIII d’Annecy-le-Vieux

L’ATELIER : CHANTER EN FAMILLE animé par Pascale Porcherot et Blandine Griot. Balade chantée en après-midi dansle Grand Annecy du 14 au 17/08 (places limitées). Duingt, Alby-Sur-Chéran, Seynod, Annecy.

Ces formations se dérouleront principalement dans des lieux du Patrimoine du Grand Annecy . Ville d’Art & d’Histoire ..

ELIGIBILITE. Pour la master-class et les stages, des prises en charge peuvent être demandées auprès de l’AFDAS pour les professionnels.

Télécharger le dépliant ici

Prix des places :
Tarifs pour tous les concerts sauf le 18 août : 19 € (Tarif unique). 14 € (Réduit)
Tarif pour le concert du 18 août : 23 € (Tarif unique). 16 € (Réduit)

Partenariat avec le Crédit Agricole donnant droit au tarif réduit pour les Sociétaires titulaires des cartes ci-apre s :

Informations et réservations, vente des billets : OFFICE de TOURISME du LAC d’ANNECY
Centre Bonlieu 1 rue Jean Jaurès 74000 Annecy FNAC. CARREFOUR. GEANT Tél. 0 892 68 36 22 (0,40 € TTC/min.) www.fnac.com

Billets à l’entrée de chacun des lieux de concerts une heure avant le début de chaque concert
Informations : 04 50 45 00 33

Réservations par tél. : 01 44 62 00 55 –

www.lac-annecy.com  – www.latoisondart.com

Informations et inscriptions Académie : Terres d’Empreintes Tél. 06 84 66 94 90 – contact@terresdempreintes.com

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

400 ans de la construction de l’église de Moltifao (20) le 15 juillet 2018

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

La relique du cœur de saint Vincent de Paul à Porto-Vecchio

A l’occasion du 400ème anniversaire de la première confrérie de la charité, les reliques du coeur de Saint Vincent de Paul sont en pèlerinage dans toute la France.

Du 18 au 21 août 2017

Porto-Vecchio

Programme complet des ces journées de pèlerinage disponible en ligne.

L’initiative de ce pèlerinage dans toute la France en revient au Père Tomaz Mavrič, supérieur de la Congrégation de la mission (Lazaristes), et la réalisation est confiée à la famille vincentienne (Lazaristes, Filles de la charité, AIC, Société Saint-Vincent-de-Paul).

La célébration du 4ème centenaire de l’année 1617 concerne toute la famille vincentienne car c’est en cette année de 1617 que se posent les fondements du charisme de saint Vincent en tant qu’évangélisateur des pauvres. C’est à la fois à Gannes dans l’Oise et à Châtillon-sur-Chalaronne dans l’Ain, que saint Vincent découvre enfin cette foi qui, désormais, animera toute sa vie de charité et nous entraînera par la suite dans son sillage.

Un jour de janvier 1617, M. Vincent, qui était au repos chez  Mme de Gondi au château de Folleville (dans la Somme), l’accompagne à Gannes (à 17km de là, dans l’Oise), sur les terres de son immense domaine, pour confesser un meunier moribond. Il accourt au chevet du malade et lui fait faire une confession générale qui libère cet homme des fautes les plus graves de sa vie, fautes qu’il n’avait jamais avouées.  Pour St Vincent, comme pour le meunier, c’est un retournement spirituel et la découverte de la pauvreté spirituelle des campagnes. De retour à Folleville , M. Vincent va démarrer des prédications invitant les paysans à une confession générale et ce seront par la suite le démarrage des missions paroissiales que les Pères Lazaristes font toujours.

SERVIR LE CHRIST DANS LES PAUVRES CORPORELLEMENT ET SPIRITUELLEMENT.

L’été de la même année 1617, M. Vincent se retrouve dans la Dombes, à Châtillon, comme curé. Là, il est de nouveau frappé par l’étendue de la misère dans les campagnes. Mais cette fois-ci, il est saisi par la misère corporelle des pauvres. Pour y remédier, il réalise qu’il faut organiser la charité. Il crée la première Charité, avec des dames de diverses conditions sociales appelées aujourd’hui Équipes Saint-Vincent. Ce premier groupe de laïcs est à l’origine de l’actuelle Association Internationale des Charités (A.I.C).  Avec l’aide de sœur Louise de Marillac qui forme des jeunes filles, il crée en 1633 la Compagnie des filles de la Charité, sœurs plus connues sous le nom de Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul. L’initiativeest tout à fait novatrice car il s’agit, contrairement aux usages de l’époque, d’aller aider les pauvres chez eux, dans leur domicile. Ainsi l’année 1617 est l’événement fondateur de la « visite à domicile » que tout Vincentien d’aujourd’hui connaît ; c’est en particulier le cas pour la Société de Saint-Vincent-de-Paul qui, dès ses débuts, dès l’époque de sœur Rosalie Rendu et de Frédéric Ozanam, a fait de la rencontre à domicile le fondement de sa lutte contre la misère des pauvres, des plus fragiles et des exclus. Frappé par la pauvreté spirituelle rencontrée à Gannes, il réalise l’importance du service spirituel et créera en 1725 la Congrégation des Prêtres et Frères de la Mission (appelés Lazaristes) pour évangéliser les pauvres des campagnes.

Saint Vincent est présent sur tous les fronts où existe la misère, la mission auprès des galériens, l’œuvre des enfants trouvés. Mais il ne fait rien seul : il œuvre avec les dames de la charité, les prêtres, les sœurs et les grands du royaume. Monsieur Vincent a été canonisé en 1737.

Brèves

Porto-Vecchio accueille des reliques de saint Jean-Baptiste

Une relique de Jean Baptiste authentifiée se trouve désormais dans l’église du même nom à Porto-Vecchio. En présence de nombreux fidèles, une cérémonie a salué l’événement dans l’île de Beauté, le 3 avril.

Philippe George, le conservateur du Trésor de Liège, a fait le déplacement pour apporter la relique à Porto-Vecchio. «  Je suis heureux qu’à travers cette relique, vous vous rapprochiez davantage de saint Jean-Baptiste, votre saint patron  », a précisé le Liégeois, en rapportant les paroles de l’évêque Delville.

La statue du saint patron a été restaurée et a regagné l’église qui lui est dédiée. Désormais, un fragment d’os de saint Jean Baptiste complète l’ensemble. « Comme les reliques, nous avons parfois besoin de représentation pour alimenter nos prières dans la vision humaine », a commenté le prêtre de l’endroit, l’abbé Constant.

Source