Articles #Brèves #NLQ

Une crèche vivante interrompue par les antifas à Toulouse

La vermine dite “antifasciste” vient encore de faire preuve de son esprit totalitaire, de son idiotie et de sa haine à l’égard de la culture française et catholique, jusqu’à effrayer des enfants.

Une cinquantaine d’individus a interrompu ce samedi, vers 16h, la crèche vivante qui se déroulait place Saint-Georges.

Affligeant. C’est aux cris de « Stop aux fachos », sans même se rendre compte que c’est ce qu’ils sont eux-mêmes, en ne respectant aucunement la liberté de pensée des autres, qu’une cinquantaine d’individus, a interrompu samedi, vers 16h la crèche vivante avec chœurs, qui devait se dérouler jusqu’à 18 heures, place Saint-Georges.

Regroupés sur les murettes entourant la place, vociférant et proférant insultes et cris à l’encontre « des flics, des fachos » revendiquant « nous, on est les anticapitalistes ». Effrayant les enfants qui jouaient dans la pastorale et jouant la provocation jusqu’à descendre sur la place en cherchant la confrontation. Ce qui a clos définitivement la représentation, prévue avec succession de chorales, jusqu’à 18h. Alors, les enfants sont descendus de l’estrade, trois chœurs prévus encore n’ont pas chanté. L’âne et les moutons sont repartis dans leur ferme. Et le public déçu, hochait la tête de dépit. Aussi triste que crétin. Quel intérêt de venir manifester là ?

Lire la suite

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

La colline de Sion (54) fête Noël les 14 & 15 décembre 2019

Sur la colline de Sion avec Horizons Solidaires, Équipage et le Sanctuaire de Sion : marché avec 30 exposants, producteurs et artisans 100 % lorrains ! Des associations partenaires : la Casa en falafa, l’Unicef, etc.

Des animations, notamment à la basilique Notre-Dame de Sion, pour l’événement « La Colline de Sion fête Noël » : concerts, spectacles, ateliers des lutins (fabrication d’objets en famille), etc.

Samedi 14 décembre

  • 14h45 : Concert du Claimm (Club lorrain des amateurs d’instruments et musiques du monde). Groupe d’amateurs de musique qui vont vous faire découvrir les musiques du monde : Irlande, Macédoine, musiques orientales… et chants de Noël en version instrumentale.
  • 15h30 : Inauguration officielle, avec la compagnie de cornemuses Avalanche.
  • 16h30 : Spectacle “Un Regard sur le Ciel”. Le professeur Boris Bouldanof et Anne-Lyse Petitpré vous emmènent dans un voyage à travers le système solaire. Des effets spéciaux 3D époustouflants, des maquettes, un rythme d’enfer, de l’action, du suspense pour cet épisode à couper le souffle. À partir de 5 ans.

Dimanche 15 décembre

  • 13h30 et 14h30 : Heure du conte (à partir de 3 ans). Marie-Odile présentera deux livres et sera accompagnée par un musicien.
  • 15h : Allume la lumière, à la basilique Notre-Dame de Sion. Célébration de la Lumière : chants, prières et partage de la Lumière de Bethléem. Durée 30 min.
    • 16h30 : Concert Delfolie’s Family Group, des années 60 à aujourd’hui, à la basilique. Concert de clôture de l’événement avec un groupe de Toul. La famille Delfolie, c’est du jazz manouche, du country, du rock, des Shadows, du disco, de la variété, etc. Venez danser et chanter avec eux !

 

Plus d’informations sur cet événement…

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Concours et exposition de crèches dans le diocèse de Créteil (94) : date limite 30 novembre 2019

La crèche symbolise la nativité, la Sainte-Famille. Elle est pour beaucoup l’entrée dans l’Avent et la préparation de Noël. Cette année encore, pour rassembler les petits et les grands, un concours de crèche est organisé à l’issue duquel aura lieu l’exposition dans l’espace culturel de la Cathédrale.

Comme l’année dernière, il y aura quatre catégories :

  • crèches créatives
  • crèches vivantes
  • crèches du monde
  • dessins de crèche

(Cliquez ici pour avoir toutes les conditions de participation).

Vos crèches seront à transmettre en format photo (tirage 15x21cm) avant le 30 novembre 2019, avec au dos le nom de l’équipe et la personne à contacter (son numéro de téléphone et adresse mail).

Le jury se réunira le 10 décembre et les équipes retenues devront apporter leur crèche le vendredi 13 décembre à l’espace culturel de la Cathédrale pour l’exposition qui aura lieu du 14 décembre au lundi 8 janvier 2020.

Pour plus d’informations : Johanna GARNIER familles94@eveche-creteil.cef.fr

Articles #En France #NLQ

Deux crèches exceptionnelles à découvrir à Saint-Gilles (30) et Comps (30)

Vous pourrez découvrir deux crèches exceptionnelles dans le Gard : la crèche vivante de Saint Gilles et la grande crèche provençale de Comps.

  • La crèche vivante de St Gilles est organisée le 22 décembre par l’école Li Cigalou en lien avec la paroisse.
    Un défilé se lance à 17h00 de l’école pour rejoindre le parvis de l’abbatiale où se déroule la pastorale de 18h00 à 20h00.

Venez prendre part au cortège et assister à cette belle pastorale !

  • L’église St Etienne de Comps accueille une grande crèche provençale imaginée, conçue et réalisée par Romain Rodriguez, natif du village. Cette crèche de 100m² avec ses 200 santons est l’une des plus grandes à visiter dans le Gard.

 

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Le chemin des crèches à Tallard (05) le 22 décembre 2018

L’association folklorique «  La Taiole » de Tallard organise le samedi 22 décembre le Chemin des Crèches.

  • de 16h30 à 17h30 concert en l’Eglise de Tallard avec la participation de l’accordéon club de Gap.
  • 17H30 Départ pour le chemin des crèches à travers le village avec lampions et chants de Noël, suivi d’un vin chaud et pain d’épices offerts.
  • Pour clôturer cette manifestation la chorale de Tallard nous enchantera avec un récital.

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Représentation de la Nativité à Lods (25) les 15 & 16 décembre 2018

Décembre 2009, une poignée de bénévoles s’activent afin de proposer la crèche vivante à Lods.

2018, ils sont désormais environ une quarantaine à se mobiliser pour ce temps d’évangélisation. Redire en ce temps de noël ce que représente pour les chrétiens la Nativité.

L’association saint Théodule proposera pour la dixième année consécutive :

« Une nuit à Bethléem »

Le samedi 15 Décembre 2018 à 17 h 15

Le dimanche 16 Décembre 2018 à 17 h 15

Rendez-vous place des forges Lods

(Pour les personnes à mobilité réduite rdv en l’église saint Théodule)

Lods, Petite Cité Comtoise de Caractère, adhérent aux Plus Beaux Villages de France, deviendra pour la dixième année consécutive le théâtre, pour deux représentations, de la Nativité.

Marie jonchée sur l’âne, Joseph, à ses côtés depuis le bas du village recherchent un lieu pour se reposer. Ils rencontrent au hasard des ruelles, des personnages qui les guident vers les bergers attentifs à leurs moutons, installés devant la porte de l’église.

S’égrènent ensuite lecture de l’Évangile, puis actualisation, en un dialogue petit fils-grand père,  chants ou musique, contes religieux. Viennent aussi au pied de la crèche les personnages qui ont contribués, autrefois à la vie lodoise.

Un lâcher de ballons, sur le parvis, termine cette représentation de la nativité. Les dons reçus sont reversés à la restauration de l’église.

Durée 1 heure 15 environ

Cette Nativité est représentée en dehors de tout service religieux : messe, célébration….

Contact : saint.theodule.lods@orange.fr

Doctrine / Formation

De Bethléem à nos maisons : l’origine de nos crèches

Avant même l’épisode de la messe de Noël 1223 à Greccio célébrée au-dessus d’une mangeoire, à l’initiative de saint François d’Assise, la Nativité était déjà représentée dans les églises. Cependant l’initiative du « Poverello » fut déterminante dans l’expansion de nos crèches familiales.

La plus ancienne crèche et le modèle de toutes fut bien sûr celle de Bethléem, quand la Vierge Marie « mit au monde son Fils premier-né, l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire » (Lc 2, 7).

Lire la suite sur L’Homme Nouveau

Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

12 heures avec le Seigneur le 15 décembre 2018 à Vannes (56)

Samedi 15 décembre, dans la cathédrale et sur le parvis, venez avec toutes les paroisses de Vannes, vivre « Douze heures pour le Seigneur » avec saint Vincent Ferrier. 

 

Matin de 10 h à 12 h 

  • Adoration silencieuse, puis, animée à partir de 11 h, par le chœur liturgique de la cathédrale
  • Confessions jusqu’à midi
  • Évangélisation sur le parvis

Temps de midi, à partir de 11 h

  • Animation musicale sur le parvis
  • Dégustation de Soupes avec palmarès et remise du prix de la « Meilleure soupe » Plus

Après-midi de 14 h à 17 h 30

  • À 14 h : les enfants des paroisses marchent dans la ville en chantant
  • 14 h 30 – 16 h : sur le parvis de la cathédrale, chants de Noël
  • À 16 h 30 et 17 h 30 : les enfants de Saint-Patern jouent la « Crèche Vivante » sur le thème : « Saint Vincent Ferrier raconte Noël »

Soirée de 18 h 30 à 22 h

  • 18 h 30 : Office des Vêpres
  • 19 h – 20 h 30 : Cathédrale « Portes ouvertes »
  • 20 h 30 : Pièce de théâtre dans la cathédrale. Philippe du Teilleul met en scène : « Vincent Ferrier, l’infatigable apôtre de la paix »
  • 22 h : Complies – Clôture de la journée

Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

8 décembre 2018 : Fête de l’Immaculée Conception et « Marche des lumières » à Nîmes (30)

Le 8 décembre marque la fête de l’Immaculée Conception. La célébration de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie – située dans les premiers jours de la nouvelle année liturgique et du temps de l’Avent – nous rappelle la destinée unique de cette femme juive, choisie par Dieu. Pour la foi chrétienne, Marie est indissociable de l’enfant qu’elle a porté, Jésus, en qui s’est totalement manifesté le Dieu vivant. Elle est appelée, depuis le concile d’Éphèse (431), « Mère de Dieu ». Selon la tradition catholique, depuis le dogme promulgué par le pape Pie IX, le 8 décembre 1854, elle est déclarée préservée du péché originel dès sa naissance.

horaires des messes le 8 décembre
textes du jour
horaires des célébrations célébrées dans le Gard le 8 décembre

Lourdes et l’Immaculée
Les apparitions de Lourdes ont eu lieu quatre ans après la proclamation solennelle du dogme de l’Immaculée Conception par le pape Pie IX. Le 25 mars 1858, dans la grotte humide et sombre de Massabielle, Marie converse familièrement avec Bernadette qui l’interroge ; elle lui dit son nom : « Je suis l’Immaculée Conception ».

Marie au cœur de la « Marche des lumières », à Nîmes
Les illuminations sont très liées au culte de la Vierge Marie. Qui ne connaît pas la fête des lumières organisée chaque 8 décembre dans la ville de Lyon ?
Bien plus modestement  (et fort heureusement loin des préoccupations touristiques) on pourra s’associer cette année encore à la “Marche des lumières”, en famille, avec Marie, organisée par les paroisses de Nîmes.Tous à vos lampions !

Source

A la une #Culture #Doctrine / Formation #NLQ

La crèche des Pères de l’Eglise

Regarder la crèche

 

« Arrêtons-nous pour regarder la crèche », Pape François le 29 décembre 2017 et déjà le 14 : « Je vous invite, devant la crèche, à vous laisser toucher par Dieu qui pour nous s’est fait enfant ».

Qu’en disent les auteurs des premiers siècles, alors qu’il n’y avait pas de crèches matérialisées devant lesquelles se recueillir. C’est à la contemplation spirituelle de la crèche qu’ils convient, dévoilant le sens symbolique des mentions concrètes fournies par Luc et Matthieu : Bethléem, l’hôtellerie où il n’y a pas de place, l’étable où se trouve la mangeoire – mais il est aussi question d’une grotte –l’âne et le bœuf, le chœur des anges et les bergers, Marie et Joseph entourant l’enfant enveloppé de langes …

Bethléem est le lieu où doit naître le Messie comme le disent les mages à Hérode, citant le prophète Michée : « Et toi Bethléem, terre de Juda, tu n’es nullement le moindre des clans de Juda ; car de toi sortira un chef qui sera pasteur de mon peuple Israël » (Mt 2, 6). Commentant ce passage, Jérôme souligne qu’il convient de dire Bethléem de Juda et non pas seulement de Judée, simple localisation, parce qu’il faut appliquer à Jésus les promesses faites à Juda : « Juda est une jeune lion … Le sceptre ne s’éloignera pas de Juda … » (Gn 49, 9-10). Jean Chrysostome souligne la valeur providentielle de l’édit qui fait venir Joseph et Marie à Bethléem parce qu’il fallait que le Christ naisse dans la ville de David et soit inscrit dans sa descendance comme le disent Luc (2, 5) et Jean (7, 42).

Chromace donne une autre explication : « Le Seigneur naquit selon la chair.  Il naquit à Bethléem, il ne convenait certainement pas que le Seigneur naquit ailleurs qu’à Bethléem, car Bethléem se traduit par Maison du pain ; ce lieu avait reçu jadis ce nom de manière prophétique, car celui qui naquit d’une vierge à Bethléem était le pain du ciel  ».

Mais Joseph et Marie n’ont pas trouvé de place dans l’hôtellerie. Selon un raisonnement qui, au IVe siècle, unit dans la même réprobation tous ceux qui ne reconnaissent pas la divinité du Christ, Chromace explique : « L’hôtellerie désigne la Synagogue, qui déjà occupée par l’erreur de l’infidélité n’a pas mérité de recevoir le Christ chez elle.[…] Aussi se trouve-t-il couché dans une crèche… ». Jérôme, dans une homélie prononcée à Bethléem où il vivait, insiste sur la pauvreté de Joseph et de Marie, qui les conduit à s’arrêter hors de la ville, dans une auberge sur un chemin à l’écart : « Pas sur la route de la Loi mais sur le chemin de l’Évangile » commente-t-il « mais il n’y avait pas de place à l’auberge car l’incroyance juive avait tout rempli ».

Mais où l’enfant est-il né ?

Vers 160, Justin, le premier, parle d’une grotte : comme Joseph « qui était par sa naissance de la tribu de Juda » était venu à Bethléem et « n’avait pas où se loger dans ce village, il s’installa dans une grotte toute proche du village. Alors, tandis qu’ils étaient là, Marie enfanta le Christ et le déposa dans une mangeoire » (Dialogue avec le juif Tryphon, 78,5).

Luc ne parle pas de grotte ; le texte de Justin est la première attestation d’une tradition ancienne que l’on trouve ensuite dans le Protévangile de Jacques (fin IIe s.). En chemin vers Bethléem, Marie prévient Joseph que son terme est proche. Il ne sait où aller, trouve une grotte, y installe Marie et court chercher une sage-femme qu’il ramène : « une nuée couvrait la grotte ». Ils approchent : « Aussitôt la nuée se retira de la grotte et une grande lumière apparut dans la grotte au point que les yeux ne pouvaient la supporter. Et peu à peu cette lumière se retirait jusqu’à ce qu’apparut un nouveau-né ; et il vint prendre le sein de sa mère Marie. Et la sage-femme poussa un cri et dit : “Qu’il est grand pour moi le jour d’aujourd’hui : j’ai vu cette merveille inédite” ». La nuée lumineuse est le signe de la présence divine mais l’enfant prend le sein de sa mère, signe de son humanité ; les modalités de la naissance sont tues. Or une femme qui ne veut pas croire qu’une vierge ait enfanté, se précipite pour vérifier la virginité de Marie post partum ; elle pousse un cri : « Malheur à mon iniquité et à mon incrédulité parce que j’ai tenté le Dieu vivant ! Et voici que ma main dévorée par le feu se retranche de moi ». Elle est finalement pardonnée et, prenant l’enfant dans ses bras, dit : « Je l’adorerai, car c’est lui qui est né roi pour Israël ». Du temps d’Origène (début IIIe s.), on montrait la grotte de la Nativité de Jésus aux alentours de Bethléem et non dans le village, qui s’est déplacé par la suite autour de la grotte

Pour Jérôme, « ce n’est pas au milieu de l’or et des richesses qu’il naît : il naît sur le fumier, c’est-à-dire dans une étable – dans toute étable en effet il y a du fumier – là où se trouvait les souillures de nos péchés. Il naît sur le fumier pour relever du fumier ceux qui s’y trouvent : ‘ du fumier relevant le pauvre ’ (Ps 112, 7). Il naît sur le fumier où Job aussi était assis avant de recevoir la couronne. » Et Jérôme de regretter : « Nous maintenant pour faire honneur au Christ, nous avons enlevé cette crèche fangeuse pour en mettre une d’argent, mais celle qu’on a enlevée avait pour moi plus de prix ». Il fait allusion ici à la basilique que fit construire Hélène à la « grotte de la Nativité » lors de son voyage pèlerinage en 327 : « La très pieuse impératrice commémora par d’admirables monuments la maternité de la Mère de Dieu (Théotokos), honorant de mille manières cette sainte grotte » comme l’explique Eusèbe de Césarée (Vie de Constantin, III, 43, 1-4). Hélène fit également construire une basilique « en mémoire de la montée vers les cieux du Sauveur de l’univers sur le mont des Oliviers », à l’emplacement d’une grotte où il « initia ses disciples aux mystères indicibles ». Splendides sanctuaires que fit construire la pieuse impératrice « à l’emplacement des deux grottes mystiques » que les pèlerins visitaient du temps de Jérôme.

Tel est le mystère de la naissance de l’enfant-dieu : dans une étable symbole de la rédemption des pécheurs qu’il allait retirer de ce lieu fangeux ; dans une grotte, lieu de naissance miraculeuse, qui préfigure le tombeau taillé dans le roc où il sera déposé et dont il se relèvera vivant ; dans une grotte figure du lieu d’initiation des disciples qu’il quittera pour s’élever vers son Père.

 

 Françoise Thelamon, professeur d’histoire de l’Antiquité

Photo la Vallée de Crémisan-Bethléem

article publiée en janvier 2018